Monsanto s'impose dans toutes nos assiettes, que faire ?

03-12-2013  LIBRE
Nos lecteurs connaissent bien Monsanto. Nous avons fait de nombreux articles sur cette entreprise américaine qui prend le monde pour un Monopoly. Monsanto impose ses OGM partout sur la planète et fait un hold-up breveté sur tout ce qui est vivant.

A l'origine, Monsanto était un producteur de saccharine que la firme vendait à une petite société d'alors : Coca-Cola. Viendra ensuite la célèbre Aspirine qui fera la fortune du groupe, puis ensuite les produits chimiques dangereux dont les célèbres PCB (1), l'agent orange (2), ou agricoles le Roundup (3) et le Lasso (4) pour ne citer que les produits qui ont défrayé la chronique. Enfin, les célèbres OGM qui ne sont que des plantes modifiées génétiquement pour résister aux pesticides tel le Roundup que la société propose elle-même.

Mais aujourd'hui, Monsanto vise plus haut. Pour être certain de vendre ses semences OGM brevetées à toute la planète, l'entreprise tisse des partenariats avec les plus grandes marques mondiales afin de s'assurer des débouchés, même dans les pays qui refusent (il y en a de moins en moins) ses plantes OGM.

Et on découvre, ébahis, que si la terre de France est encore épargnée, nos assiettes ne le sont plus. La liste ci-dessous n'est pas exhaustive. Mais elle représente déjà un panel intéressant. Difficile de ne pas se faire prendre dans la toile d'une araignée qui tisse si bien...



Le plus inquiétant reste à venir. Selon le site Convergence alimentaire, les dix plus grands groupes de l'agro-alimentaire mondial tels que Coca-Cola, Nestlé, Kellogg's ont des participations financières majoritaires ou minoritaires dans plusieurs centaines de marques proposées aux consommateurs dans leurs achats quotidiens.

Pour comprendre le principe, cliquez sur ce lien Les dix grands groupes qui se partagent le marché de l'agroalimentaire. C'est un graphique explicatif très bien fait pour comprendre les participations croisées. Il a été publié sur le site convergencealimentaire.info et conçu par Joki Desnommée-Gauthier. L'article illustré par ce graphique est à lire absolument.

Ainsi Monsanto peut se permettre d'être présent, via des participations financières majoritaires, minoritaires ou de simples accords, dans la quasi totalité des grandes marques qui proposent des produits de consommation courante installés dans les rayons des grandes surfaces, grandes franchises mais aussi dans les devantures des épiceries et autres commerces de proximité. Pas mal...

En savoir plus
(1) Les polychlorobiphényles (PCB), qui sont aussi nommés les pyralènes (utilisé dans les transformateurs EDF) forment une famille de 209 composés aromatiques dérivés du biphényle. Les PCB sont très toxiques même à faible dose en tant que perturbateurs endocriniens. Ce sont des polluants très persistants (jusqu'à 2700 ans selon les molécules). Ils sont classés comme cancérigènes (cancer du foie, des voies biliaires,du pancréas). En France, fabriquer ou utiliser des PCB est interdit depuis 1987. Mais il reste environ 80 000 tonnes (venant des transformateurs et condensateurs à détruire) sous forme liquide dont on ne sait que faire.

(2) Le nom chimique de l'agent orange est le "2,4,5-trichlorophénol". C'est un herbicide qui a été utilisé en tant que défoliant par l'armée des USA pendant la guerre du Viêtnam notamment en raison de la présence de dioxine. La dioxine est responsable de plusieurs maladies dont des cancers ou des malformations à la naissance.

(3) Roundup est commercialisé depuis 1975. Il est utilisé en épandage ou en pulvérisateur manuel. C'est un herbicide non-sélectif (qui tue tout) d'où son nom d'herbicide total. Il est jugé très dangereux pour la santé mais toujours en vente, alors que la firme ne détient plus les droits sur la molécule : le glyphosate. En janvier 2007, la société Monsanto fut condamnée par le tribunal correctionnel de Lyon pour publicité mensongère relativement au produit Roundup. Depuis, il n'est plus possible pour Monsanto d'indiquer que le Roundup est un produit sans risques pour l'environnement. La condamnation a été confirmée en appel le 29 octobre 2008 et Monsanto a été condamnée à verser une amende de 15 000 euros.

(4) Le Lasso est un autre herbicide puissant. Celui là est connu du grand public par le procès gagné par un cultivateur français, Mr Paul François contre la firme le 13 février 2012. En effet, pour la première fois en France, un Tribunal de grande instance (TGI de Lyon) a établi la responsabilité civile de Monsanto dans cette affaire, condamnant la firme à indemniser entièrement la victime qui avait été intoxiquée par des vapeurs de Lasso lors du nettoyage d'une cuve. Dans cette affaire (unique en France) Monsanto a non seulement péché par manque d'information en n'avertissant pas les utilisateurs des risques liés à l'inhalation, ni de l'obligation de porter un masque, mais surtout, la firme américaine a "tout fait pour laisser le Lasso sur le marché", un produit pourtant signalé très dangereux dès les années 80 et interdit au Canada, au Royaume-Uni et en Belgique. Il n'a été retiré du marché français qu'en 2007.



Depuis 1999 au service des associations

Communic'Asso : pour communiquer auprès des associations

Logiciel comptable pour associations : Comptasso-win TXA

Votre site internet complet à un prix associatif