Paix-Pain-Liberté avant Travail-Famille-Patrie

02-05-2016 SOCIETE LIBRE
On dit que l'Histoire n'est jamais aussi belle que lorsqu'elle libère les hommes de l'injustice. Etre enfin debout, de jour comme de nuit... Des milliers de poitrines qui hurlent que plus rien ne sera comme avant, que l'espoir est permis car flambeau 100 fois repris par ces mains ouvertes et ces yeux en larmes... Après avoir toujours plié en silence, être debout est l'éternelle espérance des Hommes qui n'ont plus rien à perdre.

En ce temps là, la France était plongée dans une crise économique profonde et durable. La misère du plus grand nombre se heurtait à l'indifférence des plus nantis. Les usines fermaient, les familles éclataient, les enfants traînaient dans les rues sans espoir. Je vous parle d'un autre temps...

En 1936, sous le soleil de mai, une jeune fille descend de Ménilmuche, les cheveux au vent, un sourire de victoire sur les lèvres. Elle n'a pas le droit de voter, mais d'un pas décidé, elle va soutenir les copains des fortifs qui eux, vont glisser dans l'urne le bulletin de la libération. Elle en est sûre, ils vont gagner.

Mais quel combat ! Depuis la journée d'émeutes du 6 février 1934, les partis de gauche ont enfin décidé de s'unir. Le danger fasciste était trop évident pour maintenir la guerre entre socialistes et communistes. L'Action française, les Jeunesses patriotes, les Phalanges universitaires, les Camelots du roi, les Croix-de-feu et tous les journaux qui les soutiennent comme la Liberté, l'Ami du peuple, l'Intransigeant, l'Echo de Paris, le Petit Parisien, autant d'appels à manifester contre la mutation du préfet Jean Chiappe (1) et tenter d'établir en France un régime dictatorial équivalent à l'Italie fasciste.

Le 6 février 1934, place de la Concorde, la manifestation tourna à l'émeute et la police tira, laissant 31 morts sur les pavés et plus de 2000 blessés. Cette crise provoqua la chute du cabinet Daladier. Car sur la place de la Concorde, il y avait certes des réactionnaires et des fascistes. Mais il y avait aussi une foule énorme de braves gens qui n'avaient pas d'opinion politique, mais qui manifestaient "contre les saligauds qui déshonorent la République".

Plus d'un an après, le 14 juillet 1935, pour la première fois, militants et chefs radicaux, socialistes et communistes défilent de concert aux côtés des syndicats (CGT, CGTU, CVIA, etc.) et des associations (Ligue des Droits de l'homme, Grand Orient, etc.) dans une manifestation qui réunira près de 500 000 personnes. Cela entraînera, dans la foulée, la constitution d'un comité national pour le rassemblement populaire, chargé d'élaborer un programme commun de gouvernement dans la perspective des élections du printemps 1936.

Les 26 avril et 3 mai 1936, rassemblant environ 57 % des suffrages exprimés, les électeurs envoient 386 députés sur 608 siéger à la Chambre des députés au nom du Front populaire. Léon Blum est nommé président du Conseil par le Président de la République Albert Lebrun, le 4 juin 1936.

De Léo Lagrange, nommé aux Sports et aux Loisirs à Jean Zay à l'Education en passant (pour la première fois) par des femmes comme Suzanne Lacore, Irène Joliot-Curie et Cécile Brunschvicg, le gouvernement Blum est en ordre de bataille.

Les usines sont occupées pour faire "plier les patrons". A partir du 2 juin, des corporations entières entrent en grève : la chimie, l'alimentation, le textile, l'ameublement, le pétrole, la métallurgie, les vendeurs de journaux, les tenanciers de kiosques, les employés des salles de spectacles, les commis, les garçons de café, les coiffeurs, des ouvriers agricoles, etc.

Des bals sont donnés dans les usines, des compagnies de théâtre comme le groupe Octobre de Jacques Prévert, y jouent des pièces. On compte alors 12 000 grèves en France, dont 9 000 avec occupation, entraînant environ 2 millions de grévistes. Du jamais vu ! Les accords de Matignon sont signés dans la nuit du 7 au 8 juin en échange de l'évacuation des usines.

Le droit syndical, une hausse des salaires de plus de 15 %, les premiers congés payés (15 jours), la semaine de travail de 40 heures, la scolarité obligatoire jusqu'à quatorze ans, les nationalisations dont la création de la SNCF, la création du CNRS, le droit d'auteur, les conventions collectives, etc. Le Front populaire était en route et sera balayé 1 an plus tard par la démission de Blum. Edouard Daladier le remplaça et revint sur plusieurs réformes dont la semaine de 40 heures. Les grèves reprirent. Elles furent matées par une répression sauvage avec licenciements massifs et nombreuses arrestations (dont les députés PC).

La guerre, la défaite (qui fut attribuée par Pétain au Front Populaire), le Travail, la Famille, la Patrie et la honte d'une collaboration avec le régime nazi, l'arrestation de Blum et sa déportation à Buchenwald le 31 mars 1943... Mais dans les yeux des enfants et des pères et des mères brille encore, brille toujours ce que Blum appelait : "une embellie dans les vies difficiles".

En savoir plus
(1) Le 3 février 1934, Paris apprend que son préfet de police, Jean Chiappe, est muté au Maroc. Le chef du gouvernement, Edouard Daladier applique une série de mutations-promotions-sanctions pour éloigner les hommes éclaboussés par l'affaire Stavisky. Or le Préfet de Police est haï de la gauche, dont il entrave sans violence les manifestations depuis 7 ans, mais très aimé de la droite et de l'extrême-droite, pour lesquelles il manifeste une grande indulgence...



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Assiste-t-on à une baisse significative du budget alloué au Service Civique ?

Visiblement, l'articulation budgétaire entre le Service Civique et le Service National Universel (SNU) semble se dérouler au détriment du premier. Alors même que le SNU n'a pas

Remboursement des frais : les bénévoles sont-ils tous égaux ?

Nous le savons tous, le bénévole qui effectue une dépense pour le compte d'une association peut, et c'est bien normal, demander à cette dernière le remboursement des frais

Panorama législatif des associations pour 2020

Le panorama législatif des associations pour 2020 a-t-il beaucoup changé ? Bien sûr, il y a les augmentations de différents plafonds (sécurité sociale, forfaits divers, etc.).

Associations : attention aux faits reprochés utilisés pour justifier un licenciement

Le licenciement d'un salarié, surtout au sein d'une association de petite taille, n'est pas sans conséquences sur le fonctionnement de la structure. D'autant plus si les faits qui

Travailleurs handicapés : le point sur les nouvelles règles d'embauche

Depuis le 1er janvier 2020, la réforme portée par la loi de septembre 2018 (1) apporte des modifications profondes sur l'obligation d'emploi des travailleurs handicapés (OETH). Si

Le point sur le développement des monnaies locales complémentaires

Les monnaies locales complémentaires et citoyennes (MLCC) sont reconnues par l'autorité de contrôle prudentiel de la Banque de France et par la loi 2014-856 du 31 juillet 2014

Droit au compte bancaire pour les associations et droit de gestion pour les présidents

Les banques sont aujourd'hui toutes puissantes et de très nombreuses associations ont du mal à en trouver une qui accepte de gérer "un compte sans intérêt" comme il a été répondu

Fiscalité des dons : mise au point ministérielle pour 2020

Selon une étude IPSOS pour la fondation des apprentis d'Auteuil, le don moyen pour les foyers assujettis à l'IFI est passé pour la première fois sous la barre des 2 000 euros par

Que se passe-t-il avec la médaille de la jeunesse des sports et de l'engagement associatif ?

C'est par le décret du 18 décembre 2013 (1) que la Médaille de la Jeunesse et des Sports est élargie à l'Engagement Bénévole en faveur de l'intérêt général. Elle est ressentie, à

Présidents d'associations : la mésentente peut entraîner une faute personnelle

Quand la discorde s'installe au sein d'une association, les distensions entre les membres du bureau peuvent déboucher sur des problèmes encore plus graves. Non seulement la

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Le droit de manifester est-il toujours garanti en France ?

Des journaux comme Le Monde ou encore Libération, Le Parisien, etc. commencent à s'interroger : "Le droit de manifester est-il toujours garanti en France ?" Et cette question

Au secours, mon robot de cuisine a été piraté

Ce qui est bien avec mes concitoyens, c'est qu'il y a toujours matière à sourire. Même si parfois, ce sourire bienveillant se transforme en rire jaune. Vous souvenez-vous du

Loi de finances 2020 : quoi de neuf pour les associations ?

Le Mouvement associatif (1) avait, dès la parution du projet de loi de finances pour 2020, tenté de proposer des mesures en faveur des associations. Une demande qui ne pouvait que

Casser le thermomètre ne fait pas baisser la fièvre

Le Registre des Malformations en Rhône-Alpes (REMERA) est une association qui mène une double mission : de santé publique en décrivant l'incidence des malformations congénitales

Quand la ruche dit oui

La ruche qui dit oui est une entreprise commerciale française (Equanum SAS avec un agrément ESUS) issue de l'Économie collaborative au même titre que Uber, Rn&B et autres

Les Sentinelles de la Nature

L'idée est toute simple, encore fallait-il y penser. Nous avons presque tous un smartphone. Nous aimons tous nous promener dans la nature. Et nous sommes tous accablés de

Le baromètre de la fraternité en forte hausse

Les inondations dans le sud de la France nous font découvrir des images de désolation. Entre ceux qui ont tout perdu sauf la vie et ceux qui pleurent un proche disparu, les images

Le coeur des soignants

L'enfant pleure, allongé sur un brancard, dans le couloir neutre du CHU de Rennes. Dans quelques minutes, il sera endormi puis opéré. Ses parents n'ont pas pu l'accompagner

Le projet de Terminal 4 à l'aéroport de Roissy

Lors du sommet climat le 24 septembre 2019 à l'assemblée générale de l'ONU, le président de la République a fait un discours remarquable et remarqué sur les moyens de lutter

Mise au point du ministère de l'intérieur sur l'état du site RIPADP

Avec seulement 900 000 signatures à 128 jours de la date butoir fixée au 12 mars 2020, le Référendum d'initiative partagée peine à faire le plein. Est-ce un signe du désintérêt

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Que serait la France sans ses associations ?

La première qualité du secteur associatif, c'est sa pérennité, qu'il doit à son statut plus que centenaire (119 ans). Une qualité trop souvent moquée ou ringardisée dans une

Le CDD multi-remplacement : pourquoi faire ?

Le 18 décembre 2019 a été publié, au Journal Officiel, le décret n° 2019-1388 chargé de lister les secteurs d'activité autorisés à mettre en oeuvre l'expérimentation du CDD

La campagne 2020 du Fonds pour le développement de la vie associative est lancée

Depuis le décret 2018-460 du 8 juin 2018 relatif au fonds pour le développement de la vie associative, le FDVA se voit confier deux modalités de financement distinctes : le

Les Mutuelles de France appellent à manifester le 17 décembre

La Fédération des Mutuelles de France est née le 31 janvier 1986 d'une scission entre la Fédération Nationale des Mutuelles de Travailleurs et la Fédération Nationale de la

Le rôle des retraités dans les instances dirigeantes des associations

Alors que la réforme des retraites s'avance à pas de loup depuis que la contestation gagne du terrain, il est utile de s'intéresser au rôle des retraités dans les instances

La réforme des retraites : c'est François Fillon qui en parle le mieux

Vous vous demandez sans doute ce que vient faire François Fillon dans la réforme actuelle des retraites. Réforme qui risque bien de mettre des millions de Français dans la rue.

Mesurer l'Impact Social d'une association : une évaluation malaisée et malhonnête

Selon l'Avise, grande papesse du concept d'impact social, "Evaluer son impact social permet de démontrer que son activité est utile pour la société, d'affirmer son identité,

Service civique : les premiers chiffres de la grande enquête d'ampleur 2017-2018

C'est sous l'impulsion de l'Agence du Service Civique que l'INJEP (Institut national de la jeunesse et de l'éducation populaire) a mené la première enquête statistique

BénévaLibre : le logiciel libre et gratuit pour faciliter la gestion des bénévoles

Quelle est la principale ressource d'une association ? Ce sont ses bénévoles naturellement. Et plus ils sont actifs en son sein, et mieux se porte la structure. Le bénévolat, par

Associations : voici une vraie vision décomplexée du malheur des autres

Il y a des jours où la lassitude nous gagne (on devrait dire nous perd) sans que l'on sache exactement pourquoi. La pluie trop forte ou un froid trop vif, une panne de voiture

Découvrir 10 autres articles