Parcoursup : les handicapés oubliés ou niés ?

20-03-2018 SOCIETE LIBRE
Ce qui est étonnant dans cette histoire, ce n'est pas la forme, mais le fond. Les concepteurs de Parcoursup, cette nouvelle plateforme internet qui remplace l'ancienne APB (admission post bac), ont oublié d'intégrer les démarches prévues pour les candidats en situation de handicap. C'est un oubli, certes terrible, mais cela peut arriver, même aux meilleurs.

A lieu de faire amende honorable et de battre leur coulpe, ces braves ont assumé leur faute comme partie intégrante de la plateforme. Ce n'est pas un oubli, c'est une lutte contre les inégalités. Il fallait oser.

Lorsque l'on se rend sur le site de Parcoursup, on découvre sur la page "Les questions fréquentes" une liste de situations que les étudiants risquent de rencontrer lors de leur inscription. Du classique. Le fait que le cas "Candidat en situation de handicap : les démarches prévues" soit situé en dernière position est déjà une interrogation. Mais il y a pire.

Sur le web, le site archives.org est une mine d'or pour qui veut retrouver les anciennes versions d'un site. Si vous cliquez sur ce lien : "Parcoursup : Les questions fréquentes - 15 janvier 2018", vous pourrez constater que la version de janvier 2018 du site Parcoursup n'avait pas prévu l'onglet "Candidat en situation de handicap : les démarches prévues".

En revanche, comme dit plus haut, la version de mars intègre cet onglet. On sent qu'il a fallu réagir en urgence face à la polémique. Une réaction qui ne vaut pas absolution puisque les explications données ne relève pas de la "faute avouée à moitié pardonnée", mais de la riposte assumée par des gens que la honte n'étouffe pas.

Voici le contenu de cet onglet. A la question : Quelles sont les démarches prévues pour les candidats en situation de handicap sur Parcoursup pour faciliter leur accès à l'enseignement supérieur ?, la réponse vaut son pesant de cacahuètes :

Dans l'ancien système APB, 5 académies seulement avaient un dispositif spécifique pour prendre en compte la situation de lycéens ou étudiants en réorientation qui souhaitaient s'inscrire dans une formation de 1er cycle. Dans les 25 autres académies, c'est-à-dire pour l'essentiel du territoire, rien n'était prévu de particulier.

Avec Parcoursup, le ministère a souhaité en finir avec ces inégalités et mettre en place un dispositif qui s'applique sur l'ensemble du territoire, afin d'accompagner l'accès des lycéens en situation de handicap aux formations de l'enseignement supérieur. Des dispositions ont ainsi été introduites spécifiquement dans la loi du 8 mars 2018 relative à l'orientation et à la réussite des étudiants.

Dans ce cadre, les candidats en situation de handicap, lycéens ou étudiants en réorientation inscrits sur Parcoursup, peuvent, s'ils le souhaitent, faire figurer dans les rubriques "projet de formation motivé" ou "Éléments liés à ma scolarité" (onglet scolarité/année 2017-2018, cliquez sur modifier et saisissez en bas de la page) du dossier Parcoursup, tous les éléments qui leur paraissent utiles et notamment des particularités liées à leur scolarité, à leur projet de formation ou encore apporter des éléments d'information sur leur handicap.

Ce sont des rubriques d'expression libre pour les candidats, qui ont jusqu'au 31 mars pour les remplir. Les éléments renseignés dans ces rubriques sur Parcoursup seront portées à la connaissance des personnes autorisées de l'établissement qui propose la formation demandée et seulement d'elles.


Cette lecture nous apprend donc qu'il ne s'agit pas d'un oubli, que la loi du 8 mars 2018 relative à l'orientation et à la réussite des étudiants (1) avait parfaitement intégré le handicap des candidats et qu'il s'agit en fait d'une lutte contre les discriminations dont sont victimes les handicapés.

Le fait que le gouvernement ne demande pas aux développeurs de la plateforme de rajouter un onglet spécifique pour les étudiants en situation de handicap est une erreur. Mais oser leur demander de mentionner leur situation de handicap dans un formulaire intitulé : "Éléments liés à ma scolarité" est une faute grave.

D'autant plus grave que conscients du problème, les concepteurs ont rajouté une question à la liste : "Un candidat en situation de handicap pourra-t-il demander la prise en compte de sa situation s'il n'est pas satisfait de son affectation ?" Je vous laisse consulter la réponse sur le site : Les questions fréquentes. Vous ne pouvez pas la rater, c'est celle qui est tout en bas de la page.

Un détail : lorsque les locaux d'une faculté ou d'une école ne peuvent être mis en accessibilité, l'élève en fauteuil sera refusé. Bien sûr, nul ne pourra accuser le responsable du refus, de discrimination, puisque le handicap de l'étudiant ne figure pas dans l'intitulé du projet, mais dans la rubrique "Éléments liés à ma scolarité". (2) Ce que montre cette histoire est ce que le néolibéralisme veut absolument cacher : le mépris.

En savoir plus
(1) Si vous faites une recherche avec le mot "handicap" dans la page Légifrance de la "loi du 8 mars 2018 relative à l'orientation et à la réussite des étudiants", vous trouverez deux réponses.

(2) Parcoursup : Un étudiant, refoulé d'une école à cause de son handicap - Informations Handicap





Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Exclure un membre d'une association : toute la jurisprudence

Il y a plusieurs façons d'exclure un membre d'une association. Mais même pour des raisons graves et légitimes, ce qui peut constituer une mesure d'urgence, la procédure à mettre

L'évolution du mécénat d'entreprise

Tous les deux ans, Admical publie son baromètre (1) du mécénat d'entreprise en France. Si les entreprises mécènes sont de plus en plus nombreuses, 82 000 environ, et généreuses

La certification unique des organismes de formation : c'est parti

C'est la loi Avenir professionnel du 5 septembre 2018 (1) qui porte en elle une réforme en profondeur du secteur de la formation. Secteur dans lequel les associations sont

Loi NOTRe : un frein pour l'avenir des subventions ?

La loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République) a entraîné des transferts de compétences des communes vers des communautés de communes et d'agglomérations, a

Dons aux associations : attention aux moyens de paiements utilisés

Les moyens techniques mis à la disposition des donateurs augmentent sans cesse. De Facebook à Whatsapp en passant par Signal, Telegram, Paypal et bien d'autres, les plateformes

Une SARL membre d'une association : quelles sont les règles à respecter ?

Pour des raisons diverses et pas toujours tout à fait légales, de plus en plus d'entreprises petites ou moyennes se retrouvent membres d'associations. Comment articuler cette

Bénévolat : va-t-on remplacer la déduction fiscale par un crédit d'impôt ?

Conscients de l'importance du bénévolat associatif, tous les gouvernements ont cherché à l'encourager. Ils ont par exemple mis en place un système de déduction fiscale des frais

Chronique d'une mort annoncée : les Missions Locales ?

Nous avons écrit, en novembre 2018, un article intitulé : "Les missions locales nouvelle cible du gouvernement ?" (1). Ce que nous avions, hélas prévu, est en train de se dérouler

Affaire Apollonia : l'étrange bilan judiciaire d'une bien étrange affaire

Suite à la parution de notre article en mars 2013 : "L'affaire Apollonia : le procès de la défiscalisation ?" (1), nous avons été profondément surpris de son succès. Nous avons

Réduction d'impôt mécénat : le piège pour les petites associations

Les petites associations peinent à boucler leur budget, ce n'est pas une surprise. La tentation de faire des appels aux dons est grande, même si le résultat reste aléatoire.

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

La défaite de la musique

La fête de la musique est née le 21 juin 1982, jour symbolique du solstice d'été, le plus long de l'année dans l'hémisphère Nord. Maurice Fleuret, directeur de la musique et de la

Vente des Aéroports de Paris : comme un avion sans aile

De très nombreuses associations nous ont demandé de nous prononcer sur la proposition de loi référendaire intitulée : "Proposition de loi visant à affirmer le caractère de service

Elles ferment sans crier gare

Au début, parce qu'il y a toujours un début à tout, les trains ne s'arrêtent presque plus. Un au petit matin, parfois encore un à midi et puis celui du soir. Difficile alors d'y

Les lapsus des femmes et des hommes politiques

En ce printemps étrangement agité, il est peut-être temps de faire une pause en se penchant sur les lapsus de nos politiques. Le mot d'abord, qui nous vient du latin Labor qui

Quand le nom de ma commune fait rire

Quand on arrive à Vatan (36 150), on peut craindre un accueil polaire. Mais est-ce que la vie est plus drôle à Marans (17 230), plus sexy à Corps Nuds (35 150), plus tendre à

L'Eurovision : une vision de l'Europe ?

J'ai l'âge d'avoir assisté à la retransmission du Grand Prix de l'Eurovision qui a vu la française Marie Myriam l'emporter avec sa chanson "L'oiseau et l'enfant" en 1977. Et je

Pourquoi - petit à petit - la solidarité remplace-t-elle la fraternité ?

Pourquoi - petit à petit - la solidarité remplace-t-elle la fraternité ? La question mérite d'être posée. La fraternité n'est-elle pas l'une des trois composantes de la devise de

Un déroulé de la France depuis la fenêtre d'un train

Prendre un TGV tôt le matin sous un ciel gris et bas, avec des traces de nuit qui flottent encore sur les quais encombrés d'une France embrumée. Paris, capitale du pays ? Et

Quand Victor Hugo nous parlait de la France

L'endroit sent l'humidité et la terre mouillée. Dans les arbres, un vent tenace lance ses griffes acérées sur les lourdes feuilles des tilleuls centenaires. Sur le mur, comme à

Une si douce France

Pour les lecteurs plus proches de la soixantaine, vous vous souvenez sans doute de l'affiche électorale de François Mitterrand en 1981. On y voyait le visage marmoréen du

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Service National Universel : premiers pas et premiers doutes

Dès l'année 2018, de très nombreuses organisations de jeunesse (Fage, Unef, JOC, Animafac, etc.) (1) ont pris position contre le Service National Universel (SNU). Pour ces

Lutte contre l'illettrisme : une urgence absolue dans une société de plus en plus numérique

De l'illettrisme, qui est l'incapacité pour un individu de déchiffrer un texte simple, à l'illectronisme qui désigne les personnes qui sont dans l'incapacité d'utiliser les outils

Quand les assemblées générales deviennent généreuses

Depuis 2009, le site HelloAsso s'est imposé peu à peu dans le paysage associatif français. De la gestion des billetteries à celles des adhésions en passant par le financement

En route vers un coopérativisme de plateforme ?

Comment répondre à la déshumanisation de nos échanges ? Comment contrer les visions destructrices de l'avenir ? Comment échapper au "tous contre tous" pour le profit de quelques

Le Haut-commissaire à l'ESS qui n'aime pas les associations

Il y a visiblement une constante avec les membres de ce gouvernement. Ils n'aiment pas celles et ceux qui osent résister. C'est actuellement le cas avec les enseignants qui ont

Le bénévolat : évolution et tendances fortes 2010 2019

Depuis l'année 2010, France bénévolat (1) nous propose son baromètre de l'évolution du bénévolat (pour les années 2010, 2013, 2016 et 2019). Une réalisation confiée à l'IFOP avec

Et la Nef va : une coopérative qui fait du bien à l'Economie Sociale et Solidaire

Alors que la gouvernance d'une mutuelle comme la Macif pose question (1) tant les rémunérations des dirigeants et administrateurs du groupe ont explosées, il y a des coopératives

Vers une remise en cause des frais bancaires appliqués par les banques ?

Au mois de février dernier, une étude menée par l'association 60 millions de consommateurs et par l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF), a révélé la mise en place

La reconstruction de Notre Dame passe en vitesse accélérée

Le monde entier a vécu l'incendie de Notre Dame de Paris comme une énorme catastrophe. De tous les pays sont venus des témoignages de solidarité avec la ville de Paris et sa

Une Agence Nationale du Sport : pour quoi faire exactement ?

L'arrêté du 20 avril 2019 porte approbation de la convention constitutive du groupement d'intérêt public dénommé "Agence nationale du sport" (1). Et ce malgré l'avis défavorable

Découvrir 10 autres articles