Quand la mémoire fait défaut, l'Histoire s'affole

25-04-2016 SOCIETE LIBRE
La mémoire... Il n'est question que de cela aujourd'hui. Entre le devoir de mémoire et le travail de mémoire, elle est partout et en même temps, elle s'assèche. On parle toujours de ce qui nous manque le plus. Et quand la chose fait défaut, le mot fait florès. Sans mémoire, il n'y a pas de ligne : rien n'est vrai, rien n'est faux, tout se confond. Du moment que ça rapporte...

En 3 petits cas, faisons le tour de ce qui tourneboule notre pays. Trois petits cas de rien du tout, de ceux qui passent inaperçus, qui ne font pas le buzz sur Twitter et aucune ouverture de JT. Trois glissements qui ouvrent pourtant devant nous, un gouffre d'incertitude...

1. A Sciences-po, le voile a le vent en poupe
Au sein de cette vénérable institution, véritable moule à fabriquer nos élites, un groupe d'étudiants inspirés par les thèses des "Indigènes de la République" (1) a eu l'idée étrange de créer une "Journée de découverte du hijab". On attend avec impatience la "Journée de la lapidation"... En attendant ce jour béni, le "Hijab Day" (c'est tout de même mieux en anglais) a invité les femmes à se recouvrir d'un voile afin de démontrer qu'elles "disposent de leur corps comme elles l'entendent".

Musulmanes ou pas, les femmes étaient invitées à tester le grand frisson, dernier tabou à la mode dans les têtes vides. Etrangement, les hommes ne pouvaient pas se voiler. Sans doute ne sont-ils pas propriétaires de leur corps. Du coup, indisponibles à la joie de s'affubler d'un attribut religieux conçu pour rappeler aux porteuses, le statut enviable d'une position sociale de l'ombre, ils se sont contentés de faire les affiches... A Sciences-po, on enfonce les portes ouvertes pour faire croire qu'elles sont fermées...

2. L'UEFA prévoit d'encaisser 1,9 milliard d'euros
Pour offrir au public le bonheur de voir des hommes en short courir après un ballon, que ne ferait-on pas. L'Euro2016 va débarquer sur nos stades et nos écrans. La France est le pays accueillant et accueillant, il l'est. L'UEFA est une association à but non lucratif dont le siège social est basé en Suisse, pays européen comme chacun le sait. Cette association pratique le chantage comme personne. Il faut dire que c'est elle qui décide dans quel pays l'Euro de football se jouera. Alors, pour amadouer la belle, les gouvernements européens se livrent à une terrible guerre du "mieux-disant fiscal". Et c'est la France qui a gagné !

Patrick Kanner notre inénarrable ministre des sports etc. est l'homme du dossier : "Dans un contexte de concurrence très vive entre les nations, la France doit se doter des meilleurs atouts pour renforcer sa compétitivité et ainsi obtenir l'organisation de compétitions sportives internationales".

En un mois de compétition, la petite association Suisse va encaisser 1,9 milliard d'euros dont 1 milliard de droits télévisés, 500 millions de billetterie et 400 millions de sponsors, tout ça royalement défiscalisé sans doute pour ne pas faire peur au côté "à but non lucratif" de cette structure désintéressée.

Le Kanner ministre ne s'est pas arrêté en si bon chemin... On ne change pas une équipe qui perd autant. Cerise sur le gâteau, le sinistre des sports a rajouté dans la balance 6500 "volontaires" (bénévoles en langage associatif suisse ou pas). En échange, l'UEFA devrait (conditionnel de rigueur) verser une compensation de 20 millions d'euros. On en pleure de rage...

Naturellement, tout, vraiment tout (sécurité, réfection des stades, etc.) est à la charge du pays accueillant. Selon le journal Sud-ouest, la facture totale pour le Trésor public sera d'environ 2,5 milliards d'euros dont 350 millions pour la seule ville de Bordeaux.

3. Le programme de la droite affole les associations
Sur Internet, quand c'est gratuit, c'est que le visiteur du site est Le produit. Cet axiome va servir de base à notre petite histoire. Dans son programme économique, la droite prévoit de supprimer l'ISF. C'est, comme on dit, un marqueur de droite comme le "cancer de l'assistanat", la "baisse des impôts pour les plus riches" et "la fin des 35 heures". Il faut bien se différencier de la gauche... Ce qui est de moins en moins facile par ces temps de "macronite aiguë".

Cette droite de posture a donc choisi de supprimer l'ISF. L'impôt de solidarité sur la fortune a succédé à l'impôt sur les grandes fortunes (IGF) créé en 1982 par le gouvernement Mauroy sous François Mitterrand. Impôt créé à l'époque pour financer le revenu minimum d'insertion (RMI). Comme tout cela semble loin...

Signe des temps, ce ne sont pas les travailleurs qui descendent dans la rue pour hurler à l'imposture, mais les associations. Que viennent donc faire ces structures de l'impossible dans cette galère ? Chaque année, les plus grosses (Croix-rouge, Secours populaire, etc.) perçoivent environ 200 millions d'euros de dons de la part des contribuables assujettis à l'ISF qui voient ainsi leur impôts diminué de 75% des sommes "données" si généreusement. On ne peut que s'étonner de penser que les associations crèvent de trouille à l'idée de l'abandon de l'ISF. Comme si la générosité des donateurs ne pouvait s'expliquer que par l'optimisation fiscale qui en découle. C'est vraiment faire fi des valeurs humanistes qui les animent...

Et la boucle est bouclée...
Mitterrand aura mis deux ans pour "trahir" le programme sur lequel il avait été élu. Au moins aura-t-il essayé... Hollande n'a même pas eu cette ambition. La gauche a définitivement perdu le peuple. Ironie de l'Histoire, c'est dans une salle François Mitterrand que Marine Lepen a réuni ses troupes, il y a quelques mois, pour préparer les régionales...

En savoir plus
(1) Indigènes de la République est le nom générique d'un appel, d'une association puis d'un mouvement politique, apparus en 2005 en France, qui se définit comme un mouvement de protestation anti-colonialiste. Ses fondateurs affirment avoir comme objectif la lutte contre les discriminations, en particulier fondées sur la religion, et se déclarent "antisionistes". Leurs actions et leurs propos ont suscité des controverses et des reproches de racisme et de communautarisme. Les Indigènes de la République



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Le lien de subordination au sein d'une association sportive

Le lien de subordination est l'un des éléments constitutifs du contrat de travail, avec bien sûr l'exécution d'une tâche sous l'autorité de l'employeur et la rémunération idoine.

Valorisation de l'action des bénévoles des associations en France

C'est un peu l'Arlésienne des différents gouvernements. Comment valoriser l'engagement bénévole dans les associations ? Vaste sujet qui ne cesse de rebondir en écho, un peu comme

Rupture conventionnelle : la Cour de cassation précise les cas litigieux

L'utilisation de la procédure de rupture conventionnelle reste un moyen prisé par les salariés et les employeurs pour mettre fin au contrat de travail. Et ce, malgré la mise en

Récapitulatif 2019 des nouveautés législatives pour le secteur associatif

En ce début décembre, il est bon de faire le récapitulatif des textes, lois, projets, etc. qui vont impacter la vie associative à partir de 2020. Un florilège 2019 pas toujours

La requalification d'un contrat de travail en mission bénévole : une nouveauté

Jusqu'à présent, la justice nous avait habitué à requalifier des missions de bénévolat en contrat de travail. Ce genre de requalification est même aujourd'hui une pratique

Réunion du bureau d'une association : le procès-verbal est-il obligatoire ?

En règle générale, lorsque l'on consulte les statuts d'une association, la mention "procès-verbal obligatoire après chaque réunion du bureau" n'apparaît que très rarement. Certes,

Bien rédiger le règlement intérieur de son association

Si le contrat d'association est un contrat de droit privé soumis au principe de liberté contractuelle, avec une rédaction libre des statuts, il est impératif que ceux-ci soient

Une association peut-elle sous-louer une salle communale mise à sa disposition ?

Vous pourriez penser que cette question est bien étrange. Or, elle reflète une réalité de plus en plus courante. Cette période de vaches maigres pour les associations, les pousse

La garantie jeunes bientôt cumulable avec une mission de service civique ?

Aujourd'hui, un jeune qui effectue une mission de service civique est exclu de facto du dispositif de la garantie jeunes. Ce qui est souvent très mal vécu par les intéressés et

Jurisprudence 2019 : les obligations d'une association organisatrice d'une manifestation

Que doit faire une association, organisatrice d'une manifestation festive ou pas, pour assurer la sécurité des participants et éviter les risques prévisibles ? La jurisprudence de

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Quand la ruche dit oui

La ruche qui dit oui est une entreprise commerciale française (Equanum SAS avec un agrément ESUS) issue de l'Économie collaborative au même titre que Uber, Rn&B et autres

Les Sentinelles de la Nature

L'idée est toute simple, encore fallait-il y penser. Nous avons presque tous un smartphone. Nous aimons tous nous promener dans la nature. Et nous sommes tous accablés de

Le baromètre de la fraternité en forte hausse

Les inondations dans le sud de la France nous font découvrir des images de désolation. Entre ceux qui ont tout perdu sauf la vie et ceux qui pleurent un proche disparu, les images

Le coeur des soignants

L'enfant pleure, allongé sur un brancard, dans le couloir neutre du CHU de Rennes. Dans quelques minutes, il sera endormi puis opéré. Ses parents n'ont pas pu l'accompagner

Le projet de Terminal 4 à l'aéroport de Roissy

Lors du sommet climat le 24 septembre 2019 à l'assemblée générale de l'ONU, le président de la République a fait un discours remarquable et remarqué sur les moyens de lutter

Mise au point du ministère de l'intérieur sur l'état du site RIPADP

Avec seulement 900 000 signatures à 128 jours de la date butoir fixée au 12 mars 2020, le Référendum d'initiative partagée peine à faire le plein. Est-ce un signe du désintérêt

A Saint-Etienne, souriez vous êtes écouté

On en apprend tous les jours. Alors que le très controversé projet de reconnaissance faciale du gouvernement français, ALICEM (1), fait l'objet d'un recours au Conseil d'Etat pour

Seine Aval : quand le silence cache un désastre écologique absolu

Le 3 juillet 2019 est un jour de grand départ en vacances. Les automobilistes qui roulent sur l'A14 découvre un lourd panache de fumée noire avec à sa base, des flammes

L'homme qui a vu l'homme qui a vu l'homme qui regarde le doigt

Quand le sage montre la lune, le sot regarde le doigt. Ce proverbe chinois illustre à merveille mon propos du jour. Comment ne pas voir, à défaut de bien comprendre, que

EuropaCity : une ZAD aux portes de Paris

Alors que la conscience de l'urgence climatique s'éveille peu à peu parmi nos concitoyens, une autre urgence pointe son nez aux portes de Paris : le projet EuropaCity. Urgence de

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Le rôle des retraités dans les instances dirigeantes des associations

Alors que la réforme des retraites s'avance à pas de loup depuis que la contestation gagne du terrain, il est utile de s'intéresser au rôle des retraités dans les instances

La réforme des retraites : c'est François Fillon qui en parle le mieux

Vous vous demandez sans doute ce que vient faire François Fillon dans la réforme actuelle des retraites. Réforme qui risque bien de mettre des millions de Français dans la rue.

Mesurer l'Impact Social d'une association : une évaluation malaisée et malhonnête

Selon l'Avise, grande papesse du concept d'impact social, "Evaluer son impact social permet de démontrer que son activité est utile pour la société, d'affirmer son identité,

Service civique : les premiers chiffres de la grande enquête d'ampleur 2017-2018

C'est sous l'impulsion de l'Agence du Service Civique que l'INJEP (Institut national de la jeunesse et de l'éducation populaire) a mené la première enquête statistique

BénévaLibre : le logiciel libre et gratuit pour faciliter la gestion des bénévoles

Quelle est la principale ressource d'une association ? Ce sont ses bénévoles naturellement. Et plus ils sont actifs en son sein, et mieux se porte la structure. Le bénévolat, par

Associations : voici une vraie vision décomplexée du malheur des autres

Il y a des jours où la lassitude nous gagne (on devrait dire nous perd) sans que l'on sache exactement pourquoi. La pluie trop forte ou un froid trop vif, une panne de voiture

180 responsables associatifs appellent à renforcer les moyens alloués au service civique

Il faut vouloir lire entre les lignes pour comprendre ce que l'appel des 180 responsables associatifs vise. Avec un titre volontairement provocateur : "Monsieur le Premier

Les conséquences pour les associations, les communes et les départements de la suppression de la taxe d'habitation

La suppression de la taxe d'habitation représente une perte de ressources pour les communes estimée à plus de 26 milliards d'euros. C'est le rapport "Bur-Richard" (1) qui donne ce

Ils vont privatiser nos routes nationales

Au mois de juin, nous annoncions que la privatisation de nos barrages hydroélectriques était engagée (1). Il s'agit maintenant de privatiser les routes nationales. Un décret,

Budget des sports 2020 : une hausse qui cache mal une baisse

La ministre des sports, Roxana Maracineanu, a présenté le budget de son ministère le 27 septembre dernier. Et c'est avec fierté qu'elle a annoncé, dans le cadre du projet de loi

Découvrir 10 autres articles