Tant va le cachalot qu'à la fin il s'échoue

25-07-2017 SOCIETE LIBRE
Confucius contait à ses disciples le proverbe suivant : "Si tu tapes une cruche contre ta tête et que tu entends un son creux, n'en déduit pas forcément que c'est la cruche qui est vide." L'expérience avec une cruche pleine ne change pas le résultat et fait encore plus mal. Le 21 juillet 2017 au matin, les parisiens découvrent effarés la dépouille d'un cachalot échoué sur le Quai de la Tournelle, à deux pas de Notre Dame de Paris.

Peut-on gloser sur la naïveté des parisiens qui ont cru, dans leur ensemble, à cette mise en scène assurée de main de maître par un collectif d'artistes belges : "Captain Boomer" (1) ?

Ici une vieille dame, tenue à distance par les (faux) scientifiques qui auscultent le cadavre qui dégage une (fausse) odeur pestilentielle : "C'est ahurissant de voir cela. J'habite à Paris depuis que j'ai 9 ans, je vais en avoir 75 et je ne pensais pas voir ça un jour."

Plus loin, une autre nous confie son désarroi : "De loin, je pensais qu'il s'agissait d'une statue mais j'ai vu les scientifiques faire des prélèvements. Comment est-il arrivé là ?"

Un employé de la mairie de Paris nous précise un point crucial : "Ce cachalot était un malin... Car il a pu passer les 7 écluses qu'il y a rien qu'entre Rouen et Paris. A mon avis, il devait se faufiler derrière les bateaux."

Un vieux professeur à la retraite est dubitatif : "Comment a-t-il fait pour tenir si longtemps dans l'eau douce. Les mammifères de son espèce ne peuvent vivre que dans l'eau de mer. Etonnant. De plus, il a l'air blessé, sans doute l'hélice d'un bateau..."

Un jeune couple sur un banc observe le (faux) ballet des scientifiques qui s'affairent autour du cadavre, éprouvettes en main, casqués et bottés, en combinaison blanche comme dans les séries policières. Elle met ses mains devant les yeux. Visiblement, le spectacle la gêne. "C'est terrible, nous sommes tous responsables. Mais quel monde allons nous laisser à nos enfants ?"

Lui est plus pragmatique, c'est visiblement l'odeur qui l'incommode. Il se lève et encourage sa compagne à le suivre : "Viens, cela sent vraiment trop mauvais. De toute façon, il est mort, on ne peut plus rien faire pour lui."

Deux jeunes filles sourient intriguées par la taille du pénis bien visible du cachalot : "je ne savais même pas qu'ils avaient un... membre aussi gros. C'est... c'est étonnant. Ils bai... font l'am... enfin se reproduisent comme nous ? Mais comment font-ils ?"

Un groupe se forme rapidement devant un des scientifiques qui improvise une conférence de presse. Il explique que plusieurs études ont désigné les exercices militaires comme une des causes du phénomène des cétacés échoués sur les plages. Mais il pense que ce n'est pas le cas pour celui-ci. "Remonter le cours d'un fleuve ne correspond pas à cette espèce" dit-il très sérieusement.

Il rajoute l'air sûr de lui que prennent les gens qui savent de quoi ils parlent : "Je pense que ce cachalot devait souffrir d'un dédoublement de la personnalité, il se prenait sans doute pour un saumon." Sourires gênés dans les rangs. Un dédoublement... L'affaire semble plus grave qu'il n'y parait.

Le scientifique répond patiemment aux nombreuses questions des curieux : "On a reçu un coup de téléphone de la préfecture vers 2h du matin nous disant qu'il y avait un cachalot en péril, coincé sous le pont. Avec l'aide des pompiers, on a essayé de le libérer, mais il était déjà mort."

Les photos du cachalot font le tour de la twittosphère et attirent de fait, de plus en plus de curieux. Nous nous approchons d'un petit groupe de gosses qui se haussent sur la pointe des pieds pour ne rien manquer du spectacle. "C'est du bidon" dit le plus grand. "Ah oui, et comment tu le sais toi ?" lui balance une petite rouquine. "Tu vois bien, il a pas de pattes, c'est un faux." Son argument fait mouche et le manque de pattes est visible, même de loin...

Lucienne Delyle (la créatrice de la chanson "Mon amant de Saint-Jean") chantait en 1939 la chanson "Sur les quais du vieux Paris" : "Sur les quais du vieux Paris, le long de la Seine, le bonheur sourit. Sur les quais du vieux Paris, l'amour se promène en cherchant un nid. Sur les quais du vieux Paris, de l'amour bohème c'est le paradis."

En savoir plus
(1) Ce qui nous intéresse comme artistes est d'explorer la frontière entre la réalité et la fiction et en même temps faire réfléchir sur notre comportement vis à vis de la nature. Le collectif "Captain Boomer"



Depuis 1999 au service des associations

Abonnez-vous à LettrassoPlus

Abonnez-vous au Forum Juridique

Le pack Lettrasso + et Forum Juridique

Veuillez activer Javascript sur votre navigateur. [ ? ]