Une formation civique et citoyenne obligatoire pour 100 euros la journée

07-12-2015 ACTUASSO LIBRE
Le 26 octobre dernier, nous avons écrit un article intitulé : Vie associative : le choc de complication ! Il s'agissait de répondre au choc de simplification proposé par le ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports. Notre intention était de démontrer que les mesurettes présentées ne répondaient vraiment pas aux véritables besoins des associations. Tel un feuilleton à rebondissements, voici la suite de notre plongée dans les arcanes toujours aussi compliquées de l'administration.

Résumé de l'épisode précédent (1) : "une association test a demandé et obtenu l'agrément Service civique. Entre le jargon incompréhensible de l'administration et les incohérences des organismes chargés de la gestion des volontaires, nous avions laissé notre association test se débattre avec Elisa, l'extranet "sécurisé" censé gérer le paiement des volontaires engagés. La demande d'identifiants de connexion doit se faire par voie postale, ce qui complique grandement les choses, d'autant que le temps presse : le premier volontaire doit commencer le 1er décembre".

Nous sommes le samedi 5 décembre 2015. Notre association test vient enfin de recevoir ses identifiants de connexion plus de deux mois après la demande. Il aura fallu pour cela renvoyer 3 fois la fiche d'habilitation Elisa dont 1 fois en AR ainsi que de très nombreux appels téléphoniques.

Le volontaire a été accueilli par l'association le 1er décembre comme prévu. Dès la réception du précieux sésame, notre bénévole de choc se précipite sur le serveur sécurisé Elisa afin de saisir toutes les données qui concernent le premier volontaire. On ne compte pas ses heures lorsque l'on est bénévole et c'est naturellement le vendredi soir à 23h30 que notre "benevolus" se connecte. Impossible !

Le serveur n'est ouvert que du lundi au vendredi de 6h à 23h !


Nous faisons ici une petite pause, ami lecteur, pour rappeler ce qui va vous sembler évident, mais qui ne l'est pas pour l'administration : l'avantage d'utiliser Internet pour la gestion d'un service, qu'il soit civique ou pas, réside dans le fait qu'il peut fonctionner 24h/24 et 7j/7. C'est un détail qui a dû échapper aux responsables du service...

On peut donc facilement imaginer que :
- l'administration a créé différents serveurs qui ne communiquent pas entre eux,
- le serveur Elisa est incapable de délivrer des identifiants de connexion automatiquement,
- des agents administratifs gèrent des tâches qui devraient être dévolues au serveur,
- l'agence du service civique considère Internet comme une machine à écrire plus évoluée.

Une formation civique et citoyenne obligatoire pour 100 euros la journée !
Notre association test a reçu, bien avant ses identifiants de connexion au service Elisa, un email particulier.

Celui-ci explique sans fioritures que : "La participation de chaque volontaire, au cours de sa mission de service civique, à un module de formation civique et citoyenne est obligatoire, et ce quel que soit le format de votre agrément (national/local). Les formations proposées sont avant tout un temps offert aux volontaires pour réfléchir, s'exprimer et partager avec d'autres jeunes un temps de réflexion sur les grandes questions de société. Basées sur l'enrichissement mutuel et les pédagogies actives, ces sessions ont pour but de sensibiliser les volontaires sur des thématiques citoyennes quel que soit leur niveau d'étude ou leur parcours. ".

La somme de 100 euros doit être versée par l'association. Elle ne comprend ni les frais de déplacement, ni l'hébergement (si nécessaire) ni même le coût des repas. Méthode pour le moins cavalière quand on connait les budgets très serrés des associations.

Mais il y a plus grave, cette "formation" impose un contenu qui laisse songeur : "Cette formation civique et citoyenne évoquera les thématiques de l'Europe, de l'éducation à la paix et de la résolution du conflit à travers le discours "je fais un rêve" de Martin Luther King".

Nous ne doutons pas de l'intérêt du discours "je fais un rêve". Mais, que je sache, notre pays ne vit pas la ségrégation raciale qui sévissait aux USA à l'époque. Alors qui pourrait nous expliquer le lien entre ce texte et la situation que traverse notre pays ?

Si cette formation est une réponse du ministère pour favoriser la réflexion de la jeunesse, nous nous devons de rappeler au ministre qu'un jeune qui choisit d'effectuer un service civique est de fait : "confronté aux grandes questions de société" avec le mérite d'avoir vraiment les mains dans le cambouis.

La communication pour la communication est un Zéphyr inutile qui nous tuera tous. Et si, comme le disait Camus, "la chose la plus importante en communication, c'est d'entendre ce qui n'est pas dit", espérons que le ministre entendra ce que nous pensons très fort...

En savoir plus
(1) Vie associative : le choc de complication

L'ordonnance du bon docteur Kanner pour simplifier la vie des associations



Depuis 1999 au service des associations

Communic'Asso : pour communiquer auprès des associations

Logiciel comptable pour associations : Comptasso-win TXA

Votre site internet complet à un prix associatif