Une histoire au doigt mouillé

15-06-2020 SOCIETE LIBRE
Alors que le confinement pèse encore sur nos esprits chagrins et que le déconfinement peine à nous remplir de joie, voici une petite histoire propre à vous faire rire un peu. L'expression "au doigt mouillé" semble trouver son origine dans le monde paysan. Le fermier mouillait son doigt et le levait à la verticale. Le vent refroidissait le côté mouillé du doigt sur lequel il soufflait. Ce qui permettait d'indiquer sa direction. Même si celle-ci restait changeante, donc relativement imprécise.

Puis, la girouette est venue imposer sa silhouette dans les fermes. Et permettre à Edgar Faure de faire l'une de ses meilleures citations : "Ce n'est pas la girouette qui tourne, c'est le vent." (1)

Le 22 mai 2019, sur une route perdue de la Loire, il s'est passé quelque chose. A la fois faits-divers et fait de printemps, ce qui semble n'être qu'un incident dérisoire en dit long sur l'état de nos vibrionnantes existences. Dans une voiture, un homme et une femme. Ils discutent et visiblement se disputent aussi. Elle lui parle encore de son ex et il ne le supporte pas.

Soudain, à la hauteur d'un radar automatique, l'homme ouvre sa fenêtre et fait un doigt d'honneur à la machine au moment même où le flash se déclenche.

Quelques kilomètres plus loin, l'homme qui visiblement connait bien la région, recommence son manège. Et devant un autre radar, il ouvre sa fenêtre et lui réitère un doigt d'honneur de fort belle facture. Le radar lui répond par un flash bien senti. Et de deux. Au Centre d'identification des infractions photographiées, basé à Rennes, les fonctionnaires sont dubitatifs.

Ils aperçoivent très bien les deux doigts d'honneur, mais pas l'immatriculation du véhicule identifié comme une Opel. Il semble que la plaque ait été masquée volontairement par un adhésif noir. La maréchaussée est requise et une enquête débute pour retrouver l'auteur, coupable d'excès de vitesse et d'une autre infraction visiblement très grave : avoir pointé son majeur, à deux reprises, en passant devant la cabine des radars.

Nous possédons la meilleure police du monde. Et nos fins limiers n'ont pas tardé à mettre la main sur ce délinquant récidiviste. Connaissant le droit sur le bout des doigts, les gendarmes interpellent l'individu qui prend alors conscience de l'engrenage judiciaire dans lequel il a mis ses deux doigts. L'officier principal, lors de l'interrogatoire, met le doigt sur l'importance du méfait et des peines de prison associées : de deux à quatre mois de prison ferme.

Mais pourquoi si cher pour deux malheureux doigts levés qui pourraient aussi n'être que des doigts mouillés ? Après tout, le temps était à l'orage ce 22 mai et l'homme ne pouvait-il pas simplement chercher à savoir s'il pleuvait ? Il reconnaît bien sûr l'excès de vitesse et paie l'amende immédiatement. Mais il nie formellement les faits que le parquet lui reproche : outrage à fonctionnaires par extension (de doigts ?).

Devant l'évidence des photos prises par les radars, le délinquant finit par reconnaître les faits mais nie farouchement que c'était l'honneur des fonctionnaires qui était ainsi montré du doigt. Il adressait en fait l'outrage à sa compagne qui, rappelez-vous, lui parlait encore de son ex. Pour le maquillage de la plaque d'immatriculation, ses explications semblent plus confuses.

Celle-ci aurait été maquillée par un ami auquel il avait prêté sa voiture la veille. Tarabiscotage et alambiquage sont les mamelles de son destin qui semble ne pas vouloir lever le petit doigt pour lui venir en aide. Le jour du procès arrive enfin. La salle est pleine et l'heure est grave. L'homme commence à s'en mordre les doigts. C'est que la prison est au bout du couloir.

Son avocat, malin, comme souvent, a plaidé un point de droit intéressant. En effet, notre code pénal ne reconnait pas l'outrage à une machine. De fait, l'outrage à une personne par extension ne peut pas exister non plus. Et il plaida la relaxe qu'il obtint les doigts dans le nez. Bien sûr, par finasserie sans doute, le tribunal condamna son client à une amende de 600 euros pour avoir maquillé sa plaque d'immatriculation.

Sitôt dehors, et sans doute pour arroser cela, le désormais homme libre a fait la tournée des bistrots. Un peu plus tard, mais très éméché, il a repris le volant de son Opel. Contrôlé par une patrouille qui l'avait sans doute à l'oeil, l'homme qui était à deux doigts de rentrer chez lui, a écopé de six mois de prison, dont quatre avec sursis, avec mise à l'épreuve pendant deux ans, une obligation de soins et une annulation de son permis de conduire avec interdiction de le repasser pendant six mois.

Mon petit doigt me dit que cette histoire aura coûté un bras au ministère de la justice. Tout ça pour qu'il finisse dans une prison à ne rien faire de ses dix doigts.

En savoir plus
(1) Edgar Faure est né le 18 août 1908 à Béziers et il est mort le 30 mars 1988 à Paris. Il fut président du Conseil des ministres en 1952 et de 1955 à 1956, sous la IVe République. Mais il a été également ministre sous les présidences du général de Gaulle et de Georges Pompidou. Il a été président de l'Assemblée nationale de 1973 à 1978. On reprochait beaucoup à Edgar Faure de "retourner sa veste". C'est en réponse à l'attaque d'un député d'opposition, qui le traitait d'être une girouette, qu'il lui répondit : "Ce n'est pas la girouette qui tourne, c'est le vent."



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Le Livret de Développement est Durable mais pas vraiment Solidaire

06-07-2020

En 1983 était créé le Codevi, un produit d'épargne totalement défiscalisé. En 2007, il est remplacé par le Livret de Développement Durable (LDD) avec comme objectif le financement

Licenciement : l'obligation de reclassement pour une association

06-07-2020

Il faut le répéter encore et encore : les associations, en matière de droit du travail, et quel que soit leur objet, sont soumises aux mêmes règles qu'une entreprise commerciale

Gestion d'une association : le président est solidairement comptable de fait

06-07-2020

La définition d'une gestion de fait se traduit comme le maniement non autorisé de deniers publics ou assimilés. En d'autres termes, toute personne, qui n'a pas la qualité de

Covid19 : Le point sur les subventions publiques

29-06-2020

Depuis la circulaire du 6 mai 2020, les doutes qui subsistaient autour du maintien ou pas des subventions publiques ont été levés. En revanche, les conditions d'exécution de

Liquidation judiciaire : procédure dangereuse en pleine crise sanitaire

29-06-2020

Bien qu'étant personne morale, l'association est responsable de ses engagements financiers. Et comme ceux-ci n'ont pu être pris que par ses représentants légaux, les dirigeants

Covid19 : Pour une reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle

29-06-2020

Alors que la crise économique remplace petit à petit la crise sanitaire et que les associations comme les entreprises doivent y faire face, la Fédération française des assureurs

Déficit et subvention : mariage possible ?

22-06-2020

Oscar Wilde estimait que "Quelque grief qu'on ait contre le mariage, on ne saurait lui refuser d'être une expérience." Peut-on marier le déficit budgétaire d'une association avec

Covid19 : Mise à jour du panorama juridique du déconfinement pour les associations

22-06-2020

Toujours pour faire face aux conséquences de la propagation de l'épidémie de Covid19, le gouvernement continue, par voie d'ordonnance, à légiférer. Une pratique qui devra, du

L'honorabilité devra être la règle dans les associations sportives

22-06-2020

Le 11 mai 2020, nous avions publié un article intitulé : "Les violences sexuelles dans le sport amateur : comment les combattre ?" (1). Suite aux révélations des scandales

Changement de majorité municipale : quid du renouvellement des subventions ?

15-06-2020

Alors que le deuxième tour des élections municipales se profile à l'horizon, de nombreuses associations découvrent que les conseils municipaux, élus dès le premier tour,

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Comme un itinéraire que l'on emprunte sans se hâter

07-07-2020

En ces temps de remaniements ministériels où la communication l'emporte sur le politique, il faut se faire du bien. Voici, exhumée des limbes du temps, une lettre qu'un président

La sangsue : une petite bête qui monte qui monte

30-06-2020

Depuis plus de 2000 ans, l'hirudothérapie est une approche thérapeutique qui utilise des sangsues en médecine. Ces petites bêtes sont une sous-classe de l'embranchement des

Du réchauffement climatique à l'épistémé

23-06-2020

Personne ne connaissait le village russe de Verkhoïansk, il y a encore une semaine. Depuis, cette commune située au nord-est de la Sibérie, sur le fleuve Iana, près du Cercle

Une histoire au doigt mouillé

15-06-2020

Alors que le confinement pèse encore sur nos esprits chagrins et que le déconfinement peine à nous remplir de joie, voici une petite histoire propre à vous faire rire un peu.

Quand Camus est utilisé pour penser le post-confinement

02-06-2020

Albert Camus est l'auteur de "La Peste". Ce qui lui vaut d'être présenté, voire utilisé, par certains penseurs comme étant aujourd'hui l'homme de la situation. Ce roman publié en

Quand des associations proposent un plan de sortie de crise

26-05-2020

Cela fait des mois que des débats profonds agitent organisations associatives, syndicales et ONG. Des mois que l'idée de changer de système économique et social circule sans pour

Après le manque de masques, le manque de tests Covid19 : pourquoi ?

19-05-2020

Après l'Arlésienne des masques, voici la fable des tests sérologiques du Covid19. Souvenez-vous de notre premier ministre qui annonçait fièrement que dès le 11 mai, la France

Quatre guides pour aider à la reprise des activités physiques post-confinement

12-05-2020

Alors que s'ouvre une première phase de déconfinement depuis le 11 mai, les Français peuvent-ils à nouveau pratiquer des activités physiques et sportives ? Oui, répond le

Quand chante le coeur des soignants

05-05-2020

Ils ont été méprisés par la ministre de la Santé et battus par les CRS lors de leurs manifestations. Depuis le début du mois de mars, ils sont devenus des héros. Ils n'en

StopCovid : les apprentis sorciers de nos libertés

28-04-2020

Pour lutter contre la pandémie, le gouvernement a pris de très nombreuses mesures dont beaucoup ont eu pour effet de favoriser de graves entorses au Code du Travail, au bénéfice

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Voler en grand et restituer en petit, c'est la philanthropie

06-07-2020

Nous empruntons ce titre à une citation de Paul Lafargue qui, bien que né à Santiago de Cuba en 1842, était un homme politique français. Mais il savait aussi écrire et son essai

Dix mesures urgentes pour sauver les associations

29-06-2020

Nous avons publié, la semaine dernière, un article intitulé : "L'après Covid19 : comment vont les associations ?" (1). Il s'agissait d'une analyse de la deuxième grande enquête

L'après Covid19 : comment vont les associations ?

22-06-2020

Réalisée du 18 mai au 15 juin 2020, la seconde enquête (1) du Mouvement associatif et du Réseau national des maisons des associations a recueilli 13 500 réponses, ce qui prouve

Connaissez-vous Les Licoornes ?

15-06-2020

Il y a la licorne, créature légendaire à corne unique, et Les Licoornes qui sont des sociétés coopératives d'intérêt collectif opérant sur un marché de masse. L'objectif affiché

Pour une extension rapide du dispositif territoire zéro chômeur de longue durée

08-06-2020

Depuis la parution de l'Arrêté du 11 février 2020 (1) qui fixe le montant de la participation de l'Etat à l'expérimentation du dispositif territoire zéro chômeur de longue durée,

ESS : En Marche pour une économie du bien commun ?

01-06-2020

Christophe Itier est Haut-Commissaire à l'Economie Sociale et Solidaire et à l'Innovation Sociale. Ceci pour ceux qui ne connaîtraient pas l'homme. Placé auprès du ministre

Déconfinement : où en sont les associations ?

25-05-2020

Après le succès de la première enquête "COVID19 : Quels impacts sur votre association" (1) à laquelle plus de 20 000 associations ont répondu, voici la deuxième édition,

Covid19 : le secteur associatif français est-il en danger ?

18-05-2020

Poser la question, c'est hélas y répondre en grande partie. Le tissu associatif, qui n'était déjà pas au mieux de sa forme avant la pandémie, risque de payer un lourd tribu

Circulaire sur les mesures d'adaptation des subventions publiques

11-05-2020

Elle était attendue cette circulaire sur les mesures d'adaptation des règles de procédures et d'exécution des subventions publiques. Nous arrive-t-elle avec tous les espoirs que

Covid19 : Quel avenir pour les subventions accordées par l'Etat aux associations ?

04-05-2020

Le mardi 21 avril 2020, a eu lieu à l'assemblée nationale la séance des questions orales au gouvernement. Confinement oblige, le nombre de députés présents était volontairement

Découvrir 10 autres articles