Une minute vingt-sept de malheur

18-07-2017 SOCIETE LIBRE
Oui je sais, nous sommes en plein mois de juillet, les routes du Tour s'enflamment pour Bardet et les plages pour le soleil. J'ai pourtant cherché un sujet sympa, genre la poignée de main de vingt-huit secondes entre Macron et Trump sur les Champs Elysées le 14 juillet, mais vingt-huit secondes, c'est trop court pour un article. Alors, avec une minute vingt-sept secondes, je crois avoir trouvé la bonne mesure. Vous aurez la mer, le soleil, la plage et les vacanciers...

Mais aussi les parasols, les vagues, la douceur du vent et les corps bronzés de nos concitoyens. Il ne manquera à cette vidéo que l'odeur de la crème à bronzer et la voix rocailleuse du vendeur de chouchous.

L'article 13 de la déclaration universelle des droits de l'homme précise que "Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un état. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien et de revenir dans son pays." Bien sûr, cette belle idée reste très théorique....

Après tout, la même déclaration ne dit-elle pas dans son article premier que "Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité."

L'état du monde indique qu'il faudrait appliquer à cette belle théorie un modèle mathématique, voire un algorithme pour que l'égalité prenne corps. A la condition d'éviter celui que l'admission post-bac utilise...

La migration des populations de la Syrie, de l'Erythrée et l'Afghanistan débarque en Europe pour y trouver la paix. Juste retour des choses quand nous sommes allés porter la guerre chez eux. Mais une fois les données du problème posées, que faire ? En accueillir un million comme l'Allemagne ? Sans en arriver là (nous sommes frileux sur le sujet...), on pourrait tout de même faire mieux que les 10 000 annoncés par notre pays pour 2017.

Il est vrai que l'accueil est une chose, mais que l'intégration en est une autre. Le travail manque, l'économie chancelle et les logements sociaux sont rares. Les plus militants me rétorqueront que ce n'est pas une raison pour les laisser mourir en méditerranée. Et ils auront raison. Mais ouvrir en grand les frontières ne semble pas être une solution viable non plus.

Que peut proposer notre pays à ces milliers de migrants qui échouent sur les côtes italiennes ? Pas grand chose en vérité... Sinon des bras d'esclaves pour nos vignes et nos champs de melons, des plongeurs presque gratuits dans les cuisines de nos restaurants, des ombres humiliées sous les colonnes du métro parisien.

La seule solution : la coopération entre Etats pour aider au développement de pays exsangues par des années de guerres dont les seuls réels bénéficiaires sont les marchands d'armes. Et notre pays est dans le trio de tête pour ce commerce aussi lucratif que meurtrier. Mais c'est aussi une économie qui nous rapportera 20 milliards d'euros en 2017 et 165 000 emplois préservés. Il faut savoir ce que l'on veut... La coopération restera donc le parent pauvre du développement Nord Sud.

Nous allons regarder cette vidéo qui ne dure qu'une minute et vingt-sept secondes. Nous allons comprendre l'étendue du massacre. Nous allons sans doute retwitter par "solidarité" virtuelle, Facebooker par révolte épidermique, voire même en parler à table le soir. Et puis, nous tournerons la page parce que l'impuissance est notre horizon depuis tellement longtemps... "La bandaison, papa, ça ne se commande pas..."

En savoir plus
La Campagne Article 13 d'Emmaüs France





Publicité


Partenaire

Depuis 1999 au service des associations

Abonnez-vous à LettrassoPlus

Abonnez-vous au Forum Juridique

Le pack Lettrasso + et Forum Juridique

Please enable / Bitte aktiviere JavaScript!
Veuillez activer / Por favor activa el Javascript! [ ? ]