17-07-2017  ESS LIBRE

Suppression de la réserve parlementaire : un manque à gagner pour les associations ?

Le projet de loi dit de moralisation de la vie politique propose, dans son chapitre 3, de supprimer la réserve parlementaire. Une proposition qui revient régulièrement sur le devant de la scène. Qu'est-ce que la réserve parlementaire ? Il s'agit de sommes d'argent fixes octroyées aux députés et aux sénateurs et que ceux-ci peuvent distribuer selon leur bon vouloir. Système pour le moins opaque et dont l'importance des sommes en jeu laisse rêveur...

Chaque député se voit attribuer 130 000 euros par an et 520 000 euros annuels pour un chef de groupe parlementaire soit un montant total de 90 millions pour l'Assemblée Nationale plus les 60 millions attribués aux sénateurs où l'utilisation finale des sommes allouées est encore plus opaque (chiffres 2016).

Chaque heureux gagnant de cet étrange loto peut distribuer ces sommes, selon son bon vouloir, dans sa circonscription pour des associations ou des projets divers. On peut facilement imaginer, l'humain étant ce qu'il est, que cette manne (qui n'a rien de céleste) doit permettre au parlementaire de s'acheter sa circonscription à bon prix. La distribution de cet argent public qui donne au distributeur l'aura du bon samaritain laisse songeur...

La seule source d'information disponible sur son utilisation, auprès des associations, est le jaune budgétaire (1), document en annexe de chaque projet de loi de finances. Et sa lecture est passionnante... Pour 2016, les parlementaires (députés et sénateurs confondus) ont versé 11 898 901 euros aux associations de leur circonscription soit 10% de la somme annuelle globale de la réserve cumulée de 146,26 millions d'euros. Le reste va aux collectivités locales pour financer travaux et projets.

Pire, en dehors du jaune budgétaire, il est impossible de connaître les réels circuits de financement des associations bénéficiaires. Combien d'associations chaque parlementaire finance-t-il ? Pourquoi ? Sur quels critères ? On ne peut pas savoir et cela fait des années que cela dure...

Un clientélisme insupportable
Quelles que soient les associations bénéficiaires, et le bien ou mal fondé de la subvention, il est totalement inadmissible sur le plan démocratique, que les parlementaires bénéficient d'un tel pouvoir. Il ne faut pas mélanger pouvoirs législatif et exécutif, c'est dans notre constitution !

Donc, le projet de loi dit de moralisation de la vie politique souhaite supprimer la réserve parlementaire. Très bien... Visiblement, il est prévu de la remplacer par un "fonds d'action pour les territoires et les projets d'intérêt général, transparent et soumis à des critères précis" dont on ignore tout.

Ce sont les sénateurs qui sont vent debout contre cette suppression. Normal me direz-vous, ils doivent leur élection aux maires de leur circonscription dont ils arrosent largement les plates-bandes et plus si affinités.

Le Mouvement associatif (qui représente les grosses associations) a souhaité, par un communiqué de presse publié le 13 juillet 2017 (2), exprimer ses inquiétudes : "Les associations ne doivent pas être les oubliées d'un dispositif qui les concernaient essentiellement, et payer le prix de cette réforme."

Non, les associations n'étaient pas les principales bénéficiaires de la réserve parlementaire. Mais le Mouvement associatif nous a souvent donné l'habitude de pleurer avant d'avoir mal, quitte à jouer un peu avec la réalité...

En savoir plus
(1) Répartition de la réserve parlementaire en 2016

(2) Le communiqué du 13 juillet 2017 du Mouvement associatif

Le jaune nous va si bien au teint ou qui connait le jaune budgétaire ?

Brève en copie partielle autorisée
Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
Suppression de la réserve parlementaire : un manque à gagner pour les associations ? 
Le projet de loi dit de moralisation de la vie politique propose, dans son chapitre 3, de supprimer la réserve parlementaire. Une proposition qui revient régulièrement sur le devant de la scène. Qu'est-ce que la réserve <a href="https://www.loi1901.com/breves_associatives.php?moteur1=1037" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

D'autres articles de la rubrique : ESS

Démocratie participative : une plateforme citoyenne pour interroger le gouvernement

Les questions au gouvernement, qu'elles soient orales et écrites, sont les instruments de contrôle de l’activité du Gouvernement à la disposition des parlementaires depuis la Constitution de 1958. Procédure renforcée par les révisions constitutionnelles de 1995 et de 2008. Depuis le lancement de la modernisation de l'Assemblée nationale en 2017, les citoyens peuvent à leur

Lire la suite...

Les petites nouveautés numériques au service des associations

Elles ne sont pas très nombreuses, mais elles ont le mérite d'exister. Pas de révolution donc, mais une résolution marquée de simplifier les rapports entre l'administration et les associations. Sous la férule du SIVA (Systèmes d'information de la vie associative), les développeurs ont planché sur la création de services qui apporteront un plus dans la compréhension du secteur

Lire la suite...
Si les brèves suivantes ne s'affichent pas, veuillez rafraîchir la page en cliquant sur Rafraîchir la page

Depuis 1999 au service des associations

Inscrivez votre association dans l'Intranet et rejoignez les 29 059 associations inscrites

L'annuaire des 29 059 associations inscrites dans l'Intranet du site

Pour déposer gratuitement vos offres d'emploi ou bien les consulter

L'annuaire BlogAsso : 260 sites internet sélectionnés

Présentation de toutes les subventions allouées par l'Etat aux associations

Please enable / Bitte aktiviere JavaScript!
Veuillez activer / Por favor activa el Javascript! [ ? ]