Le peuple est moins courageux que ses dirigeants

11-04-2016 SOCIETE LIBRE
Luc Ferry est un philosophe. Il est même à la philosophie ce que l'aspartame est au sucre : un édulcorant. Il ne pense pas le monde, il le réfléchit comme un miroir. Ancien ministre de l'éducation nationale, il avait souhaité, en 2003, expliquer aux enseignants les raisons des réformes qu'il conduisait. Il fit donc éditer un livre : "Lettre ouverte à ceux qui aiment l'école" qui fut envoyé aux enseignants de toute la France pour expliquer sa politique.

Ceux-ci, visiblement émus du geste, utilisèrent l'ouvrage pour dresser des barrages aux portes de plusieurs académies pendant le mois de grève que le ministre avait provoqué par manque d'empathie pour le corps enseignant.

Professeur à l'université Paris-Diderot, il n'aurait assuré aucun enseignement pendant quatorze ans (selon Le Canard enchaîné) tout en touchant son salaire de 4500 euros mensuels. Bref, comme on le voit, l'homme a de la ressource.

Aujourd'hui, il est à la retraite mais pas au repos. L'homme "chronique" comme on dit dans les milieux branchés. Du Figaro à différentes radios et télévisions, le penseur délivre la bonne parole. Certes, parole légèrement orientée par les élites qu'il fréquente au Club du Siècle (1), mais parole tout de même.

Loi Travail : un peuple moins courageux que ses politiques ! (2)
Dans cette chronique du Figaro du 16 mars dernier, le philosophe enfile les perles ultralibérales comme une bigote égrène son chapelet.

Et on a droit aux immortelles :
- "c'est en mettant de la flexibilité dans le marché du travail que l'on parvient à éradiquer le fléau du chômage",
- "l'actuel projet de loi sur le travail va globalement dans le bon sens, est malgré tout rejeté par sept Français sur dix, comme ,en d'autres temps, l'utile réforme du CPE proposée par Villepin",
- "Manifestations pour le chômage, donc, et non pas contre !".

Le reste de cette prose étant réservé aux abonnés du Figaro, vous comprendrez ami lecteur que nous en restions là.

C'est bien connu, le peuple est peureux. Il a même peur de son ombre le bougre. Il a surtout peur de perdre son boulot ou de finir précaire, ce qui n'arrivera jamais à Luc Ferry, lointain cousin d'un Jules qui démocratisait le savoir avec les "Hussards noirs de la République". Temps bien plus heureux où le peuple devait travailler 70h par semaine, 6 jours sur 7, sans repos ni assurance sociale, et avec qui le patronat des 200 familles jouait au yoyo.

Un temps bénit des dieux pour une classe dirigeante de droit divin qui ne voulait rien lâcher et qui enverra le bon peuple transit de peur mourir dans les tranchées de 14-18, histoire de lui apprendre à se révolter.

En 1936, après la victoire du Front Populaire et des premiers "congés payés", le patronat de l'époque prévoyait "le début d'une catastrophe économique sans précédent en France", "les congés payés feront plus de dégâts à l'industrie et à l'artisanat que les destructions de la grande guerre", "dans 3 ans la France sera ruinée".

Trois ans après, la France capitulait sous la botte Allemande et la trahison d'une grande partie de l'élite qui préférait Hitler plutôt que Blum. La Révolution Nationale de Pétain supprima rapidement les acquis du Front Populaire et le peuple, toujours la peur au ventre, retourna à la précarité comme on retrouve une vieille amie...

La fin de la seconde guerre mondiale apporta dans ses bagages le "Programme du Conseil National de la Résistance" qui ne tenait que sur deux pages qui allaient bouleverser l'histoire de la France et de son peuple : "sécurité sociale et retraites généralisées, contrôle des féodalités économiques, droit à la culture pour tous, presse écrite délivrée de l'argent et de la corruption, lois sociales agricoles, etc."

Il aura fallu attendre les années 80 pour que les élites, qui s'étaient entre temps mondialisées, tiennent enfin leur revanche et commencent à envisager sereinement le détricotage idéologique du CNR par une dérégulation économique qui a transformé les peuples en concurrents dans un "moins disant" économique.

Et la "philo-bonheur" pouvait enfin s'imposer à tous avec sa rhétorique de pacotille et son bling-bling de façade sous l'Auguste diktat du désormais célèbre : "Il n'y a pas d'autre alternative".

Luc Ferry est un prophète de ce bonheur là avec son kit prêt-à-penser en bandoulière. Il trimbale avec lui tout un monde simplifié où chacun est à sa place et se doit d'y rester. Face à cette "philo-bonheur" se profile pourtant un monde où le tragique de l'Histoire signe son retour, où la science autorise tous les fantasmes et où le règne des intégrismes ne fait que commencer...

Dans ce monde qu'il ne comprend pas, il ne reste effectivement à l'homme Ferry, qu'à cultiver son nombril en s'imaginant lointain disciple de Socrate, Lucrèce, Sénèque ou encore Épicure. En un temps fort fort lointain, Confucius écrivait : "Lorsque l'on se cogne la tête contre un pot et que cela sonne creux, ça n'est pas forcément le pot qui est vide."

En savoir plus
(1) La fiche Wikipédia du Club du Siècle

(2) Loi Travail : un peuple moins courageux que ses politiques - La chronique de Luc Ferry dans le Figaro



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Quand la responsabilité pénale d'un dirigeant associatif entraîne sa responsabilité civile

Jusqu'à présent, on savait que le président d'une association ne se voyait condamner à engager son patrimoine personnel pour rembourser une victime, que si la faute commise était

Mandat de conseiller municipal et présidence d'une association

L'article L2131-11 du Code des communes (1) est bien connu des conseillers municipaux. Sans doute autant que l'article L121-35 (2) du même code. Ainsi encadrée, la double

Une commune peut-elle refuser le renouvellement d'un bail à une association ?

Après une élection, qui voit un changement d'équipe à la tête d'une commune, les premières victimes sont bien souvent les associations. Certains maires s'arrogent en effet, le

Associations : organiser un voyage pour vos bénévoles, ce qu'il faut savoir

De très nombreuses associations tentent de remercier l'engagement sans faille de leurs bénévoles en organisant un voyage. Et c'est une très bonne chose qui permet de mieux se

Associations : du nouveau pour la responsabilité des dirigeants pour insuffisance d'actif

Toutes les associations déclarées, exerçant ou non une activité économique, peuvent être soumises à la procédure de redressement judiciaire (1). Elle a pour objet, à partir du

Reçu pour don : de gros changements pour 2019

Le reçu pour don ou reçu fiscal est un document que doit remettre une association reconnue d'intérêt général à son donateur. Cela permettra à ce dernier d'obtenir la réduction

Quand la gestion désintéressée de certaines associations devient intéressante

A l'origine de la création d'une association, il y a bien souvent le soutien à une cause. Celle-ci peut-être aussi bien destinée à lever des fonds pour faire soigner un enfant à

RGPD : les associations dans la ligne de mire de la CNIL

On pensait que les associations bénéficiaient d'une certaine clémence de la part de la CNIL avant de se mettre à jour dans la mise en place d'une réelle protection des données

Une association culturelle peut-elle tout montrer lors d'une exposition ?

Exposer l'oeuvre d'un artiste est devenu un sport à haut risque aujourd'hui. Les demandes d'interdictions, sur la base des articles 227-24 (1) et suivants du Code pénal ainsi que

Quelle forme peut prendre un leg consenti à une association ?

Qu'une association reçoive un leg est un événement assez rare. Depuis quelques temps, les radios publiques proposent un espace publicitaire à des "grosses" associations pour

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

La mystérieuse disparition de Majorana

Étienne Klein est un philosophe des sciences. Il est aussi directeur du laboratoire de recherche sur les sciences de la matière du Commissariat à l'énergie atomique. Il est

Une petite histoire des villages morts pour la France

Il existe des maires qui ne font jamais campagne et pour cause : ils n'ont pas d'électeurs. Ils sont pourtant maires mais nommés par le préfet. Leur rôle ? Faire vivre et

Associations : faire beaucoup plus avec vraiment moins

Parce que la grande pauvreté augmente, parce que l'illettrisme progresse, parce que les inégalités se creusent, les associations doivent encore faire plus et mieux. Hélas, cette

Les fusillés pour l'exemple : une histoire française

Alors que nous allons fêter le centenaire de l'armistice de 1918, il y a dans notre mémoire collective, une empreinte indélébile, comme une tâche, comme l'oeil regardant Caïn dans

Où va l'argent du Livret de Développement Durable et Solidaire ?

Anciennement Codevi, le LDDS est un produit d'épargne rémunéré. Les fonds affectés à ce livret financent principalement des projets en faveur du logement social, des collectivités

Quand la monnaie complémentaire prend Racine

Le dimanche 7 octobre 2018 a été une date importante pour les habitants de la vallée de la Chevreuse. La ferme de Beaurain, au Mesnil-Saint-Denis, a été le théâtre du lancement

Les dons aux associations sont en chute libre

Ce n'est pas une vague impression de comptoir, mais le propre aveu de Pierre Siquier qui est le président en titre de France Générosités. Les dons aux associations sont en chute

La méthode du retour à l'envoyeur

Malgré la propagation sur nos téléphones du GPS et l'existence de 4 657 déchetteries dans l'Hexagone, il semble que certains de nos concitoyens ne parviennent pas à faire un lien

Pharos, un phare dans la nuit des violences

Les réseaux sociaux proposent des vidéos dont le mode de propagation est fondé sur la participation, le partage et l'échange. Et c'est une très bonne chose quand le contenu

Contrats à impact social : la grande illusion

Nous avons fait déjà de nombreux articles sur les CIS (1). Mais en cette rentrée 2018, ce qui semblait être endormi vient visiblement de se réveiller. Lors du Forum mondial

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Deux études inédites : bénévolat et associations, état des lieux et évolutions

L'association pour le développement des données sur l'économie sociale (ADDES) nous propose deux études inédites : "Les associations : état des lieux et évolutions. Vers quel

Le Genepi veut absolument retourner en prison

A l'origine, des jeunes gens de bonnes familles, un peu boy-scouts, un peu "chrétiens de gauche" venaient dans les prisons visiter les malheureux détenus. Aujourd'hui, cette

Les missions locales : nouvelle cible du gouvernement ?

Avec plus de 6500 sites, les 445 missions locales sont présentes sur l'ensemble du territoire national. Un maillage associatif qui exerce une mission de service public de

Les Waldeck : un Prix pour valoriser les dynamiques associatives ?

Pierre Marie René Ernest Waldeck-Rousseau est né à Nantes le 2 décembre 1846. Il est mort à Corbeil-Essonnes le 10 août 1904. Entre ces deux dates, cet homme politique aura

L'oubli de la vie associative dans le gouvernement

Oublier plus de 20 millions de français dans l'élaboration d'un gouvernement est chose étrange. Certes, l'intitulé "Vie associative" est bien accolé aux charges du ministère de

Faire un don à une association car donner fait du bien

Donner fait du bien nous dit le syndicat France Générosités (1). Et c'est vrai, le don (surtout désintéressé) fait du bien. Aider une action associative, même avec une petite

L'innovation sociale est-elle d'utilité sociale ?

Sous ce titre volontairement provocateur se cache tout de même une vraie question : qu'est-ce que l'innovation sociale ? Si l'utilité sociale pointe les effets positifs d'une

25 000 associations de moins en 2017

C'est une première en France. Le nombre d’associations, en constante progression depuis plus de 10 ans, stagne autour de 1,3 million. Comme l'explique l'association

Service civique : nouvelles modalités d'agrément

Accueillir des jeunes en Service Civique au sein d'une association nécessite l'élaboration d'un véritable projet d'accueil des volontaires. Processus qui doit être conduit en

Le Fonds de développement de la vie associative souhaite-t-il planquer ses noisettes ?

Le 27 août dernier, nous avons écrit un article intitulé : "Quand le fonctionnement du FDVA coûte plus cher que les subventions qu'il doit attribuer" (1). Nous expliquions, dans

Découvrir 10 autres articles