Monsanto joue à cache-cache avec les étiquettes du Roundup

07-05-2013  LIBRE
Nous avons déjà fait 2 articles sur le sujet. Articles qui ont eu une audience très importante, ce qui nous a fait comprendre que le malaise sur ce sujet était bien réel. Les associations écologistes ne sont visiblement plus les seules à mener le combat contre l'hydre Monsanto. Il y a dans cette lutte entre le pot de terre et le pot de fer, comme les prémices d'une prise de conscience plus globale, sur la façon de concevoir l'agriculture de demain.

La revue scientifique internationale de référence Toxicology va publier prochainement une nouvelle étude sur le désormais célèbre Roundup, un puissant herbicide condamné par une partie de la communauté scientifique. (1)

Après l'affaire Gilles-Eric Séralini (2), le chercheur caennais qui a secoué le monde de la santé, en publiant une étude révélant que les rats qui consommaient des OGM traités avec le Roundup développaient des tumeurs cancéreuses, cette nouvelle étude risque bien d'être à nouveau, un pavé dans la mare.

Son auteur, Robin Mesnage, est doctorant à l'Université de Caen Basse-Normandie, la même qui abrite les travaux de Gilles-Eric Séralini.

Cette étude veut dénoncer le manque de transparence dans la composition chimique des pesticides. Il faut savoir que parmi les ingrédients qui composent le Roundup, la substance la plus évaluée par les autorités est le glyphosate (3).

A partir des résultats obtenus après les contrôles sur ce désherbant, l'autorisation de mise sur le marché est donnée ou pas (elle est toujours donnée).

Or, il semble bien que le glyphosate ne soit pas le composant le plus dangereux...

Selon l'auteur de l'étude à paraître, ce n'est pas le glyphosate seul qu'il faut contrôler : "Nous sommes allés acheter neuf pesticides dans le commerce, tous de type Roundup. Après être parvenus à identifier leurs ingrédients, nous avons constaté que le composant le plus toxique n'est pas le glyphosate, mais un autre pas toujours mentionné sur les étiquettes : le POE-15, qui est 10 000 fois plus toxique que le glyphosate sur des cellules humaines."

Or, force est de constater que le POE-15 ne figure pas toujours sur les étiquettes, nous en avons fait l'expérience très facilement...(4)

Le but de cette étude est d'amener les autorités à revoir les processus d'homologation des pesticides puisque visiblement, ce n'est pas le bon composant qui est évalué.

En savoir plus
(1) Principal herbicide utilisé dans le monde, le Roundup est l'un des produits les plus polluants des eaux et des rivières et peut entraîner des dérèglements des hormones sexuelles, provoquer des malformations des organes sexuels, générer des tumeurs mammaires, etc....
Monsanto puise dans nos impôts pour s'installer en Europe - Lettrasso du 18-12-2012

(2) L'étrange rejet du financement public de l'étude portant sur la nocivité du NK 603 de Monsanto - Lettrasso du 29-01-2013

(3) Le glyphosate est un herbicide non sélectif absorbé par les feuilles et ayant une action généralisée, autrefois produit sous brevet, exclusivement par Monsanto à partir de 1974, sous la marque Roundup. Le brevet est tombé dans le domaine public en 2000, d'autres sociétés produisent désormais du glyphosate.

(4) Le glyphosate seul est peu efficace, car il n'adhère pas aux feuilles et les pénètre difficilement. On lui adjoint donc un tensioactif (ou surfactant). Ces produits sont connus pour provoquer des mortalités cellulaires (par contact direct avec une cellule ou un tégument et des irritations).



Depuis 1999 au service des associations

Communic'Asso : pour communiquer auprès des associations

Logiciel comptable pour associations : Comptasso-win TXA

Votre site internet complet à un prix associatif

Please enable / Bitte aktiviere JavaScript!
Veuillez activer / Por favor activa el Javascript! [ ? ]