31-10-2016  ESS LIBRE

Réseaux sociaux et engagement citoyen : un vrai couple ?

Entre la télévision de Roger Gicquel et sa phrase d'ouverture du journal télévisé de TF1 du 18 février 1976 : "La France a peur" et le JT de David Pujadas, c'est plus qu'un gouffre qui s'est ouvert. La télé de grand papa a vécu, mais les téléspectateurs n'ont pas suivi celle destinée aux "adulescents" de moins de 50 ans. Le 20h ne fait plus recette et les citoyens ont le sentiment de perdre leur temps devant un écran qui ressemble de plus en plus à un miroir aux alouettes.

Indéniablement, de nouvelles habitudes ont été prises et il y a plus de monde à 20h sur Facebook ou Twitter que devant le JT des grandes chaînes généralistes. Mais est-ce pour autant un vrai changement ?

Nous le savons tous, le taux de confiance dans les médias et dans les élus est très faible en France. Les enquêtes d'opinion se suivent et se ressemblent. Alors, nous avons envahi les espaces dit "libres" que nous offrent les réseaux sociaux et chacun déverse son ressenti qui devient souvent ressentiment. De fait, cet espace numérique enfle de revendications et de demandes de mobilisations.

On peut, d'un clic, soutenir les migrants, lutter contre le CETA (1), insulter son voisin de clavier et réserver un aller retour pour Djerba à un prix imbattable. On ne peut que s'interroger sur la portée réelle de ce type d'engagement. Les clics en grand nombre ne changent pas le sort des migrants, le CETA sera signé et son voisin de clavier est toujours aussi... Reste le prix imbattable du billet pour Djerba, seul signe concret de ce qui ressemble plus à une agitation numérique qu'à un engagement citoyen.

Le CESE (Conseil Economique Social et Environnemental) est un "comité Théodule" dont l'Etat français a le secret. Doté d'un budget de 40 millions d'euros et basé dans le luxueux Palais d'Iéna, ce cénacle que le général de Gaulle jugeait inutile et qu'il souhaitait regrouper avec le Sénat (sans doute pour mieux faire disparaître les deux) vient de se rendre compte que les réseaux sociaux existent. Mais qui connait l'existence du CESE dont la Cour des comptes épinglait, il y a peu, une gestion pour le moins généreuse et un manque d'activité inversement proportionnel ? (2)

Ainsi, cette docte assemblée s’intéresse aux réseaux sociaux et lance une grande enquête : "Réseaux sociaux : comment renforcer l'engagement ?". C'est dire l'ignorance des membres du CESE. Voici, pêle-mêle, quelques perles récoltées dans la présentation de l'enquête : "Le web social est un lieu de socialisation qui peut créer de nouveaux liens sociaux, où les communautés numériques se structurent en espace de coopération et de collaboration." Sort de ce corps Uber ! "De nouveaux modes d’interaction citoyenne numérique émergent, des formes inédites d'engagement s'y construisent..." Allo BlablaCar ? "Comment insérer positivement ces réseaux dans le débat public, voire la décision collective ?"

Ce que ces braves gens n'ont pas compris, ce qui rend par avance caduque cette pseudo enquête, c'est que les réseaux sociaux n'ont pas besoin du CESE pour croître, échanger, exister. En revanche, l'inverse pose question... Le CESE ou l'art de vouloir apporter des réponses permanentes à une réalité ponctuelle...

Enfin, je pense que ce n'est pas le peuple qu'il faut "préparer" à l'usage des réseaux sociaux, il se débrouille très bien tout seul. Ce sont plutôt les hommes politiques qui ne savent pas ce qu'est une souris (Chirac), qui ignorent que le site internet "Le bon coin" (Sarkozy) fait plus pour lutter contre le chômage que Pôle emploi et qui continuent à écrire leurs discours avec un Bic (Hollande). Il n'y a jamais le moindre ordinateur portable sur les bureaux de nos hommes politiques. Cette absence notable se passe de commentaires...

En savoir plus
Réseaux sociaux : comment renforcer l'engagement ?

(1) CETA ne plus rien y comprendre...

(2) Dans son rapport annuel publié en février, la Cour des comptes a pointé du doigt la gestion du CESE. Le CESE emploie 140 fonctionnaires (dont sept chauffeurs), payés de 3125 euros à 8500 euros mensuels. Les membres (conseillers) touchent des indemnités allant de 950 euros à 3800 euros mensuels. Son président touche un salaire de 7600 euros. Ses 233 membres ne produisent qu'une vingtaine d'avis ou de rapports chaque année, et le gouvernement ne les sollicite quasiment jamais. De fait, en 2015, chaque publication a coûté 1,5 million d'euros aux contribuables... pour rien.

Brève en copie partielle autorisée
Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
Réseaux sociaux et engagement citoyen : un vrai couple ? 
Entre la télévision de Roger Gicquel et sa phrase d'ouverture du journal télévisé de TF1 du 18 février 1976 : "La France a peur" et le JT de David Pujadas, c'est plus qu'un gouffre qui s'est ouvert. La télé de grand <a href="https://www.loi1901.com/breves_associatives.php?moteur1=833" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

D'autres articles de la rubrique : ESS

Une étude statistique sur le secteur des activités sportives et le métier d'éducateur sportif

Le Céreq est un établissement public sous tutelle du ministère de l'Éducation nationale et ministère de l'Emploi. En tant qu'expert de ces domaines, il produit des études et collabore à de nombreux travaux aux côtés des acteurs de l'éducation et de l'emploi afin d'éclairer les politiques dans ces domaines. C'est donc tout naturellement que la réalisation d'un portrait statistique

Lire la suite...

Bons d'achat et cadeaux aux salariés d'une association

Que ce soit pour la naissance du petit dernier, à l'occasion des fêtes de fin d'année, un départ en retraite ou un mariage, le cadeau fait par l'employeur à un salarié au sein d'une association est un moment de convivialité. Cela permet de resserrer les liens et de souder l'équipe. Mais même un cadeau (sauf si il est fait sur les deniers personnels de l'employeur) peut être soumis

Lire la suite...

Le parcours emploi compétence remplace le contrat aidé

Le mardi 16 janvier 2018, les préfets ont reçu une circulaire enterrant définitivement le contrat aidé remplacé désormais par le parcours emploi compétence (PEC). Nous devons cette astuce à Jean-Marc Borello président du directoire du Groupe SOS et délégué national d'En marche ! Un changement de nom qui cache mal la ressemblance entre les deux dispositifs. L'emploi créé, par

Lire la suite...

Impôt sur les sociétés, TVA, Service civique et volontariat associatif

Concomitamment aux soldes d'hiver, les revalorisations, augmentations et rares baisses fréquentent traditionnellement la même période. Serait-ce le fruit d'un sombre calcul misant sur une dissipation lente des brumes qui nappent nos pauvres cerveaux après les excès des fêtes ? Ou plus sûrement le début de l'année civile qui transporte avec elle l'inventaire nécessaire à l'Etat pour

Lire la suite...

ESS et création de valeur : un petit rapport pour une grande imposture

L'impact social est aujourd'hui un terme à la mode. Le mesurer est une occupation à plein temps. Le Conseil supérieur de l'ESS en donnait, en 2011, une définition passe partout du plus bel effet : "La capacité d'une organisation à anticiper des besoins pas ou mal satisfaits et à y répondre, via ses missions de prévention, réparation ou compensation." Cela rappelle curieusement ce

Lire la suite...
Si les brèves suivantes ne s'affichent pas, veuillez rafraîchir la page en cliquant sur Rafraîchir la page

Depuis 1999 au service des associations

Abonnez-vous à LettrassoPlus

Abonnez-vous au Forum Juridique

Le pack Lettrasso + et Forum Juridique