06-07-2015  SOCIETE LIBRE

Un taxi pour Uber

Les images de chasse à l'homme dans les rues de Paris ont fait le tour du monde. Les chauffeurs de Taxi parisiens nous ont montré des scènes de guérilla urbaine dignes de nos plus chaudes banlieues. 70 véhicules dégradés ou brûlés, mais seulement 10 interpellations. C'est déjà beaucoup plus que pour les paysans qui visiblement courent toujours plus vite que la police, mais beaucoup moins que les jeunes casseurs qui se font prendre à tous les coups... par manque d'entrainement sans doute.

Il faut dire que nos chauffeurs de Taxi n'ont pas fait dans la dentelle. Ils ont même, comble de l'horreur, agressé Courtney Love (la veuve de Kurt Cobain, NLDR) qui s'est empressée de déclarer qu'elle se sentait "plus en sécurité à Bagdad qu'à Paris", c'est dire...

Tout ça pour quoi ? Pour une application pour téléphone portable qui permet, à tout un chacun, de se transformer en chauffeur et d'arrondir ainsi ses fins de mois. UberPop est son nom. Et c'est autrement plus moderne que ces malheureux forçats du bitume parisien avec leurs compteurs aléatoires, leurs amortisseurs fatigués et leur légendaire mauvaise humeur. Bref, UberPop, c'est moderne et le taxi, c'est du dernier ringard.

Et les utilisateurs du système ne tarissent pas d'éloges pour cette nouvelle façon de se déplacer. C'est épatant, moins cher, plus souple et en plus ces chauffeurs improvisés sont tellement sympathiques. Bref, UberPop est l'avenir et ces râleurs de taxi n'ont qu'à changer de métier.

Certes, l'usager oublie que l'inventeur gagne 20% de la course au passage sans rien faire et que, tel Picsou, il trône aujourd'hui sur un tas de 40 milliards de dollars. Tout cela dans la plus parfaite illégalité.

De plus, le même usager semble ignorer totalement que les faux taxis Uber n'ont aucune formation, aucune assurance et ne paient aucune charge sociale. Autrement dit l'"Uberman travaille au black". Laisser s'installer le système et l'utiliser est une façon de légaliser le travail au noir, de mettre plus de 55 000 chauffeurs de taxi sur la paille et de trouver que c'est une merveilleuse innovation high-tech.

Quelle tête feraient les mêmes utilisateurs (j'en connais même un qui est trader) si on venait leur piquer leur job en or à grand coup d'applications high-tech (ce qui viendra, il ne faut pas désespérer) ? Feraient-ils grève ? Brûleraient-ils les smartphones des tricheurs ?

Uber est un coucou. Il s'installe, comme l'oiseau, dans un nid déjà fait et gobe avec délectation le business du transport urbain local sans aucune autorisation. Puis, quand la révolte gronde et que l'Etat réagit, Uber porte plainte pour entrave à la libre concurrence et multiplie les recours et autres joyeusetés juridiques afin de gagner du temps et de parachever son installation. Ne pas oublier qu'il gagne 20% par course... Cela fait beaucoup d'argent pour payer une armée d'avocats.

Court-circuiter la vieille économie par une économie de partage est une chose, et tout n'est pas à jeter dans ces contournements. Mais Uber et ses semblables ne relèvent pas du tout de cette économie là. La différence, c'est le morcellement du travail et une mise en concurrence assumée entre les travailleurs, ce qui entraîne des déséquilibres annonciateurs de grande précarité. Quand des "Uber" s'installent en France, il ne faut jamais oublier que les profits vont aux actionnaires de la Silicon Valley et les impôts aux oubliettes.

Il faut donc interdire Uber et développer, en local, des services identiques car il n'y a aucune raison valable pour qu'une société américaine se permette de gérer une partie des transports d'une ville française.

Ceci étant dit, on ne peut que regretter que le business s'empare de tout. On ne prête plus son appartement à un copain, on le loue sur "Airbnb", on ne prend plus d'auto-stoppeurs, on charge un "Blablacar", on n'invite plus ses voisins, on vend sa cuisine sur "Monvoisincuisine", etc.

Toutes ces applications merveilleuses, qui semblent nous simplifier la vie à court terme, nous transforment, de fait, en employeurs de nous-mêmes. Et dans cette jungle sans droits, sans cotisations et bientôt sans prestations sociales, l'avenir sera servile ou ne sera pas.

En savoir plus
Thibaud Simphal, directeur général d'Uber France, a annoncé, le 3 juillet dernier, la "suspension" d'UberPop, ce service qui permet à des particuliers de s'improviser chauffeurs de taxi avec leur voiture de tous les jours. Il faut noter l'usage du mot "suspension" qui ne veut en aucun cas dire "suppression".

Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller sans transformation dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
Un taxi pour Uber 
Les images de chasse à l'homme dans les rues de Paris ont fait le tour du monde. Les chauffeurs de Taxi parisiens nous ont montré des scènes de guérilla urbaine dignes de nos plus chaudes banlieues. 70 véhicules ...  <a href="https://www.loi1901.com/intranet/a_news/index_news.php?Id=2310" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

Découvrir 10 autres articles



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Panorama législatif des associations pour avril 2020 : dispositions covid19

Nous poursuivons notre panorama législatif mensuel. De nombreuses dispositions nouvelles, en relation avec le Covid19, ont été prises à la fin du mois de mars. Nous vous les

Classes transplantées - FDVA - associations - financements

Il peut vous paraître étonnant de parler de "Classes transplantées" alors même que les cours sont suspendus pour cause du coronavirus. Mais nous en sortirons et préparer l'"après"

Quel avenir pour les établissements et services d'aide par le travail ESAT ?

Un ESAT (établissements et services d'aide par le travail) est une structure unique en son genre qui permet l'exercice d'une activité professionnelle aux personnes en situation de

Coronavirus, le relais des collectivités pour aider les associations

Il semble que la crise sanitaire que traverse notre pays aura aidé "les premiers de cordée" à ce rendre compte de l'importance d'être tous au service de tous. Du moins

Demande de subvention : comment bien rédiger le dossier ?

En cette période de confinement, les nombreux dirigeants associatifs que nous connaissons, en profitent pour mettre à jour la comptabilité de leur structure. Et de se poser la

Associations employeurs : faire face à la crise du coronavirus

Depuis 15 jours, nous avons ouvert un dossier spécial (1) pour vous apporter les dernières informations nécessaires afin de vous aider à gérer, le plus efficacement possible,

Coronavirus : les dernières précisions législatives pour les associations

La semaine dernière, nous avons expliqué, en deux articles, l'impact économique de la crise du Covid19 sur les associations et les moyens mis en oeuvre par l'Etat pour y remédier

Une association loi de 1901 peut-elle avoir plusieurs présidents ?

Si la loi de 1901 ne prévoit rien quant à l'organisation interne d'une association, son article 1 précise tout de même "qu'elle est régie, quant à sa validité, par les principes

Les améliorations à venir du Portail unique association : Compte Asso

Pour les associations qui utilisent le Portail unique association nommé Compte Asso (1), la pauvreté des propositions qu'il offre peut déconcerter. En effet, en dehors du dépôt de

Coronavirus : l'impact économique sur les associations - Partie 2

Dans la première partie de ce dossier, nous avons expliqué comment bénéficier des aides, que le gouvernement a mis à la disposition des entreprises, quand on est une association.

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Personnes handicapées : les oubliées de la pandémie ?

Ce ne sont pas moins de 48 associations, et non des moindres, qui ont signé une tribune pour lancer un cri d'alarme sur le devenir des personnes atteintes de handicap lorsqu'elles

Un site internet pour ceux qui ont du mal à utiliser les sites Internet

Ainsi, pour aider ceux d'entre nous qui ne savent pas utiliser Internet ou qui ont du mal à naviguer sur les sites Internet gouvernementaux, notre gouvernement vient de mettre en

Ce n'est pas le moment de polémiquer

Ce titre est-il une provocation à sourire ou une réalité ? Le gouvernement nous demande l'union sacrée. On oublie tout et on respecte les consignes de confinement. Nous ne pouvons

Voyage autour de ma chambre de confiné

"Voyage autour de ma chambre" est un beau récit du savoyard Xavier de Maistre. Ecrit en 1794, ce roman nous raconte l'histoire d'un jeune officier (l'auteur a 27 ans), mis aux

Et je me tue à vous dire que l'on ne va pas tous mourir

Covid-19, Coronavirus, pandémie coronarienne, interdiction des rassemblements de plus de 1000 personnes (à 999, aucun problème), le drame est posé, tous aux abris. Lisez cet

La croisade de Croizat

Nous sommes le 17 février 1951 à Paris. Dans la rue, c'est comme un fleuve où le tricolore émerge avec peine, de la brume noire du deuil. Il y a des lilas partout, des couronnes

GendNotes : application mobile de prise de notes

C'est par un petit décret paru le 20 février 2020 (1) que nous avons appris que nos gendarmes se voyaient offrir un beau jouet : le GendNotes. Et à quoi va servir cette

Mobilizon : une alternative aux événements et groupes Facebook

Framasoft est une association à but non lucratif créée en 2004, qui se consacre à l'éducation populaire et aux enjeux du numérique. Elle a lancé, en 2016, le projet Dégooglisons

Qu'est-ce qui se cache derrière la Cour multilatérale d'investissement ?

A partir du moment où un pays signe un accord commercial avec un autre pays, il faut, pour arbitrer un éventuel conflit entre les deux parties, une Cour spécifique dédiée au

Recrutement 2020 pour le Service National Universel

Selon la définition du dictionnaire, le mot universel se dit de ce qui peut s'appliquer à toutes et tous, qui peut être reconnu par le monde entier comme utilisable. Par exemple :

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Pour prolonger les applaudissements de 20h

Tous les soirs à 20h, depuis les balcons ou les jardins, fleurissent des applaudissements aux soignants. Un encouragement autant qu'un hommage. Et ils le méritent bien ces femmes

Coronavirus : une enquête en ligne pour en mesurer l'impact sur les associations

Pour préparer l'après épidémie des associations, il est important de connaître l'impact réel et concret que cette crise sanitaire fait peser sur nos structures. Une enquête,

Quand la crise sanitaire devient aussi culturelle

L'épidémie de Coronavirus, par son intensité, pénalise le pays dans son entier. Et il ne s'agit pas ici de dire qu'un domaine est plus en danger qu'un autre. Nous sommes tous dans

L'armée est appelée en renfort pour faire face au coronavirus

Alors que la polémique enflait autour du maintien ou pas du premier tour des élections municipale, le gouvernement a publié un décret (1) relatif aux organismes susceptibles

Deux poids et deux mesures

C'est la circulaire du 15 mai 2018 (1) qui précise les obligations des associations organisatrices de manifestations sportives ou culturelles en ce qui concerne l'indemnisation du

Le retour des supermarchés coopératifs : une belle histoire

La coopérative est l'une des plus anciennes organisations humaines. Certains historiens font remonter la première coopérative au 13ème siècle. Il s'agit des "Coopératives

La prime Macron sera également versée aux associations d'intérêt général

Pour que la prime "Macron", dans sa version 2020, soit exonérée d'impôt sur le revenu et de cotisation sociale ou tout autre contribution, les textes posaient plusieurs conditions

Je redresse la barre avant qu'il ne soit trop tard

France Active a décidé de publier, avec le Centre de ressources Financement du Dispositif local d'accompagnement (DLA), un guide à destination des dirigeants associatifs et de

Quel avenir pour l'allocation d'adulte handicapé ?

Le 4 février dernier, le journal Libération faisait paraître une tribune d'un certain nombre d'associations qui dénoncent, de façon assez virulente, le semblant de concertation

Pour une lucrativité associative assumée ?

Selon une enquête Ifop réalisée durant le mois de janvier pour le Mouvement associatif, neuf Français sur dix considèrent les associations comme des acteurs importants de la vie

Découvrir 10 autres articles