La validation des acquis de l'expérience bénévole associative

28-08-2018 ACTUASSO LIBRE
La Validation des Acquis de l'Expérience Bénévole est une disposition importante qui valorise l'expérience bénévole et qui inscrit le parcours associatif, à la fois dans son utilité sociale et dans le développement de nouvelles compétences. Mais si la démarche est maintenant bien connue du secteur associatif dans son ensemble, sa mise en oeuvre reste complexe, contraignante et souvent coûteuse.

Le rapport d'analyse rendu par le Haut-Conseil à la vie associative (HCVA) sur la VAE souligne les difficultés et son image contraignante auprès des responsables associatifs.

De fait, le préalable à toute démarche de validation des acquis de l'expérience bénévole repose sur une analyse du contenu des tâches accomplies bénévolement afin de dégager la nature des compétences acquises. En d'autres termes, il faut faire une description des tâches accomplies et les traduire en compétences. Le HVCA reconnaît que cette analyse est difficile à mener par les seuls bénévoles, souvent peu familiarisés avec ce type d'exercice.

Pour qu'une démarche de VAE réussisse, il faut l'engagement de l'association dans l'accompagnement des candidats. Cela suppose, de sa part, une réelle organisation interne et la mise à disposition d'outils adaptés comme la fiche de mission bénévole ou le portefeuille de compétences. Et c'est bien là que le bât blesse. Ce qui est relativement simple à mettre en place dans les grandes associations s'avère beaucoup plus difficile pour les petites.

Et ce n'est pas l'abandon, par Pôle Emploi, de son outil CPEO (capacités, parcours, expériences, orientation), qui était destiné à la fois aux bénévoles, aux sportifs de haut niveau et aux expatriés de retour en France, qui va arranger les choses. Le HCVA demande d'ailleurs, dans son rapport, la réactivation de cet outil.

Plusieurs expériences menées par différentes associations ou structures donnent de bons résultats. Le "carnet de vie du bénévole" mis en place par le Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF) est parmi ceux-là. Il s'agit d'un espace internet à la disposition du bénévole qui lui permet de recenser les fonctions bénévoles occupées, les formations suivies et les savoir faire acquis en faisant, s'il le souhaite, attester de la véracité de ces informations.

De son côté, France Bénévolat a conçu un Passeport Bénévole qui permet de décrire précisément les missions réalisées bénévolement, de faire certifier par chacune des associations que la mission a bien été réalisée, de décrire les démarches de formation suivies et de lier tous ces éléments au profil du bénévole en les faisant valider par les responsables associatifs concernés.

Souligné par le HCVA comme l'un des outils les plus performants, le "Passeport Bénévole" offre l'avantage d'être à la fois outil de suivi pour le bénévole et outil de validation pour l'association. Mais tous ces outils, s'ils aident le bénévole dans une démarche VAE, doivent s'inscrire dans une vision plus globale du bénévolat.

Le HCVA le souligne d'ailleurs dans son rapport en insistant sur une valorisation de l'engagement associatif dans les cursus scolaires et de faire de cet engagement, un élément pris en compte par les employeurs, autant de pistes qui permettront d'instaurer une "culture du bénévolat associatif".

Les recommandations du HCVA sont toutes de bon sens. Mais cela va parfois mieux en le disant et le répétant :

1 Entreprendre une information sur la possibilité de validation de l'expérience bénévole tant auprès des associations que des bénévoles eux-mêmes.

2 Fournir aux associations et aux bénévoles un support méthodologique en vue de la constitution des dossiers de VAE.

3 Aider les associations à accompagner les bénévoles tout au long de leur démarche.

4 Mieux accompagner les candidats au cours de la procédure de VAE proprement dite.

5 Assurer la sensibilisation et la formation des jurys et en réexaminer la composition.
Sur ce point, les interlocuteurs du HCVA ont tous insisté sur le décalage qui existe trop souvent entre l'approche très académique de certains membres des jurys, en particulier lorsqu'ils sont issus du milieu scolaire ou universitaire, et la réalité de l'expérience vécue par les candidats à la VAE. La remarque concerne la validation des acquis de l'expérience bénévole associative comme l'ensemble de la VAE.

6 Assouplir les délais pour le suivi d'une formation complémentaire.

7 Réactiver un comité interministériel de développement de la validation des acquis de l'expérience.

En savoir plus
Le rapport du HCVA de 2013 et le rapport de suivi de 2018 des propositions formulées par le Haut Conseil en 2013



Depuis 1999 au service des associations

Communic'Asso : pour communiquer auprès des associations

Logiciel comptable pour associations : Comptasso-win TXA

Votre site internet complet à un prix associatif