Le projet de Terminal 4 à l'aéroport de Roissy

11-11-2019 SOCIETE LIBRE
Lors du sommet climat le 24 septembre 2019 à l'assemblée générale de l'ONU, le président de la République a fait un discours remarquable et remarqué sur les moyens de lutter contre le réchauffement climatique. En voici un extrait : "Il nous faut là aussi nous mettre en cohérence avec nos actions. On ne peut pas dire ici - on est pour lutter contre le réchauffement climatique - et continuer à financer dans d'autres pays des infrastructures qui polluent, qui augmentent les émissions de CO2 et qui font exactement le contraire."

Nous signons des deux mains une telle déclaration qui ne peut que réjouir une population de plus en plus inquiète sur son avenir climatique.

Le problème, avec ce beau discours, c'est le fameux "En même temps". Car le gouvernement, qui souhaite lutter contre le réchauffement climatique en abandonnant (à juste titre) l'inutile projet "EuropaCity"(1), projette "en même temps" la construction d'un quatrième terminal à l'aéroport Roissy Charles de Gaulle. Une construction qui devrait débuter en 2021, afin d'accueillir toujours plus d'avions.

Aujourd'hui, cet aéroport est en capacité d'accueillir 70 millions de passagers par an, ce qui est déjà beaucoup. La construction du Terminal 4 correspondrait à 40 millions de passagers supplémentaires par an. C'est aujourd'hui la capacité de l'aéroport d'Orly, ce qui est gigantesque. Roissy passerait donc de 1 300 à 1 800 vols par jour, soit presque deux vols à la minute et par voie de conséquence une recrudescence du trafic entre 22 heures et 6 heures du matin. Bonne nuit les riverains.

Plusieurs associations et collectifs demandent l'annulation du projet en raison de l'urgence climatique. Après une "concertation citoyenne" considérée comme "bidon" par les opposants au projet, le préfet de région Michel Cadot, sentant la grogne monter, a proposé en urgence la création d'un comité de suivi. Le collectif Non au Terminal 4 de Roissy a refusé en s'appuyant sur la déclaration de M. Macron ci-dessus.

Un des membres du collectif "Non au Terminal 4" constate à juste titre : "Si on respecte les accords de Paris, on doit diviser nos émissions par six. Or, le Terminal 4 représente 15 millions de tonnes d'équivalent CO2 en plus par an. C'est complètement aberrant et intenable." Le collectif a remis une lettre au préfet qui a le mérite de bien cadrer les débats à venir : "Nous déclarons à partir d'aujourd'hui que nous cessons de dialoguer avec ADP. Nous l'avons trop fait. Désormais, nous considérons que l'Etat est notre seul interlocuteur."

Une autre contradiction se fait jour avec le projet du Terminal 4. Son coût est aujourd'hui estimé à 7 milliards d'euros sur 167 hectares et on sait bien que les devis sont rarement tenus. Or, il ne faut pas oublier un petit détail, une paille, une bricole : ADP va être privatisé(2). Et l'Etat français en est l'actionnaire majoritaire à hauteur de 50,63 %. Est-ce pour rendre la mariée encore plus belle que les contribuables que nous sommes vont financer une grosse partie d'un Terminal 4 qui ne nous appartiendra plus avant même qu'il ne soit terminé ?

Au cours de Bourse actuel, les 50,63 % que détient l'Etat dans ADP sont en effet valorisés à environ 8 milliards d'euros. 10 milliards si l'Etat cède l'intégralité de ses actions et donc sa majorité du capital. Si vous avez un enfant de 6 ans au plus, posez lui le problème suivant : un automobiliste souhaite vendre sa voiture estimée à 10 000 euros. Il effectue pour 7 000 euros de réparations afin de la rendre plus sûre. Le montant du devis est dépassé de 2 500 euros. Combien lui restera-t-il après la vente pour s'en acheter une autre ? Et envoyez le résultat au ministre de l'Economie, un certain Bruno Lemaire.

En savoir plus
(1) EuropaCity : une ZAD aux portes de Paris

(2) Vente des Aéroports de Paris : comme un avion sans aile

Communiqué commun : coup d'éclat des opposants au projet du Terminal 4 à Roissy

Lettre ouverte au Président de la République au nom des onze associations signataires pour demander l'abandon du projet de Terminal 4 à Roissy

Consultation des 1616 avis partagés sur le site du Groupe ADP suite à la consultation



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Contrôle et audit d'une association subventionnée

La reconnaissance du rôle des associations dans la société passe nécessairement par une exigence de transparence, aussi bien pour la gestion interne de la structure que pour

Tout savoir sur les services de transport d'utilité sociale

La loi Grandguillaume du 29 décembre 2016 (1) prévoyait, dans son article 7, la création de "services de transport d'utilité sociale" assurés par des associations. Un service au

Le point sur la situation des accompagnants des élèves en situation de handicap

Anciennement appelés auxiliaires de vie scolaire (AVS), les accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH) assurent des missions d'aide à ces élèves. Ils sont sous la

Vers une extension du permis de détention aux animaux de compagnie ?

Les associations qui viennent en aide aux animaux abandonnés le demandent depuis longtemps. Et il semble bien que l'idée fasse son chemin. L'article L. 211-14 du code rural et de

Une association est-elle un professionnel, un consommateur ou les deux ?

En droit français, le consommateur bénéficie d'une législation plus protectrice que le professionnel. Le droit de la consommation donne une définition précise de ce qu'est un

Le point sur la situation fiscale des associations de radioamateurs

Le radioamateur est une personne qui a reçu l'autorisation officielle de communiquer par radio, avec d'autres personnes, elles aussi légalement autorisées. Les associations de

Exclusion d'un membre d'une association : le doute se cache dans les détails

Au mois d'octobre 2019, nous avons traité ici de l'exigence d'impartialité (1) qui doit être prise en compte lors de l'exclusion d'un membre d'une association en confrontant

Quel statut pour les bénévoles occasionnels : responsabilités et risques juridiques

Ces dernières années, il y a eu un changement important au sein des associations : l'arrivée des bénévoles occasionnels. Si nos bénévoles sont encore 45% à s'investir

La mort est un marché très lucratif

C'est encore une association (1) qui révèle un curieux commerce, dont personnellement, j'ignorais tout. Comment imaginer que certains puissent gagner de l'argent (entre 500 000 et

Assiste-t-on à une baisse significative du budget alloué au Service Civique ?

Visiblement, l'articulation budgétaire entre le Service Civique et le Service National Universel (SNU) semble se dérouler au détriment du premier. Alors même que le SNU n'a pas

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Qu'est-ce qui se cache derrière la Cour multilatérale d'investissement ?

A partir du moment où un pays signe un accord commercial avec un autre pays, il faut, pour arbitrer un éventuel conflit entre les deux parties, une Cour spécifique dédiée au

Recrutement 2020 pour le Service National Universel

Selon la définition du dictionnaire, le mot universel se dit de ce qui peut s'appliquer à toutes et tous, qui peut être reconnu par le monde entier comme utilisable. Par exemple :

Le Sénat lance un site de pétitions en ligne

On a de la peine à imaginer M. Gérard Larcher, président du Sénat, en surfeur. Son embonpoint ne lui permettant pas de tâter de la vague ni de trouver une planche à sa mesure. Et

Le droit de manifester est-il toujours garanti en France ?

Des journaux comme Le Monde ou encore Libération, Le Parisien, etc. commencent à s'interroger : "Le droit de manifester est-il toujours garanti en France ?" Et cette question

Au secours, mon robot de cuisine a été piraté

Ce qui est bien avec mes concitoyens, c'est qu'il y a toujours matière à sourire. Même si parfois, ce sourire bienveillant se transforme en rire jaune. Vous souvenez-vous du

Loi de finances 2020 : quoi de neuf pour les associations ?

Le Mouvement associatif (1) avait, dès la parution du projet de loi de finances pour 2020, tenté de proposer des mesures en faveur des associations. Une demande qui ne pouvait que

Casser le thermomètre ne fait pas baisser la fièvre

Le Registre des Malformations en Rhône-Alpes (REMERA) est une association qui mène une double mission : de santé publique en décrivant l'incidence des malformations congénitales

Quand la ruche dit oui

La ruche qui dit oui est une entreprise commerciale française (Equanum SAS avec un agrément ESUS) issue de l'Économie collaborative au même titre que Uber, Rn&B et autres

Les Sentinelles de la Nature

L'idée est toute simple, encore fallait-il y penser. Nous avons presque tous un smartphone. Nous aimons tous nous promener dans la nature. Et nous sommes tous accablés de

Le baromètre de la fraternité en forte hausse

Les inondations dans le sud de la France nous font découvrir des images de désolation. Entre ceux qui ont tout perdu sauf la vie et ceux qui pleurent un proche disparu, les images

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Quel avenir pour l'allocation d'adulte handicapé ?

Le 4 février dernier, le journal Libération faisait paraître une tribune d'un certain nombre d'associations qui dénoncent, de façon assez virulente, le semblant de concertation

Pour une lucrativité associative assumée ?

Selon une enquête Ifop réalisée durant le mois de janvier pour le Mouvement associatif, neuf Français sur dix considèrent les associations comme des acteurs importants de la vie

Municipales 2020 : élection importante pour les associations

S'il y a une élection qui concerne les associations au premier chef, c'est bien l'élection municipale. En effet, le financement qu'apporte les communes représente 11,3% des

Que serait la France sans ses associations ?

La première qualité du secteur associatif, c'est sa pérennité, qu'il doit à son statut plus que centenaire (119 ans). Une qualité trop souvent moquée ou ringardisée dans une

Le CDD multi-remplacement : pourquoi faire ?

Le 18 décembre 2019 a été publié, au Journal Officiel, le décret n° 2019-1388 chargé de lister les secteurs d'activité autorisés à mettre en oeuvre l'expérimentation du CDD

La campagne 2020 du Fonds pour le développement de la vie associative est lancée

Depuis le décret 2018-460 du 8 juin 2018 relatif au fonds pour le développement de la vie associative, le FDVA se voit confier deux modalités de financement distinctes : le

Les Mutuelles de France appellent à manifester le 17 décembre

La Fédération des Mutuelles de France est née le 31 janvier 1986 d'une scission entre la Fédération Nationale des Mutuelles de Travailleurs et la Fédération Nationale de la

Le rôle des retraités dans les instances dirigeantes des associations

Alors que la réforme des retraites s'avance à pas de loup depuis que la contestation gagne du terrain, il est utile de s'intéresser au rôle des retraités dans les instances

La réforme des retraites : c'est François Fillon qui en parle le mieux

Vous vous demandez sans doute ce que vient faire François Fillon dans la réforme actuelle des retraites. Réforme qui risque bien de mettre des millions de Français dans la rue.

Mesurer l'Impact Social d'une association : une évaluation malaisée et malhonnête

Selon l'Avise, grande papesse du concept d'impact social, "Evaluer son impact social permet de démontrer que son activité est utile pour la société, d'affirmer son identité,

Découvrir 10 autres articles