Les lapsus des femmes et des hommes politiques

04-06-2019 SOCIETE LIBRE
En ce printemps étrangement agité, il est peut-être temps de faire une pause en se penchant sur les lapsus de nos politiques. Le mot d'abord, qui nous vient du latin Labor qui signifie "trébucher, glisser". Puis les raisons qui sont à trouver dans une langue de bois qui oblige les acteurs politiques à faire très attention à ce qu'ils disent. Une contrainte que le lapsus fait exploser comme une libération de la parole.

L'un des plus célèbres nous vient d'une ministre des Droits de la femme socialiste Yvette Roudy qui a déclaré en 1983 : "Je suis pour l'égalité des sexes et je prendrai moi même les mesures". Thierry le Luron le popularisera à tel point que beaucoup pense qu'il en est l'auteur.

Bien sûr, on ne peut pas traiter de lapsus en politique sans traiter du cas Rachida Dati. C'était en septembre 2010, sur le plateau de Canal+. L'ancienne ministre, devenue eurodéputée, avait lâché sans trouble apparent : "Quand je vois certains qui demandent des taux de rentabilité à 20 ou 25% avec une fellation quasi nulle." Elle dira le lendemain qu'elle ne s'en était pas rendu compte.

Au-delà de la connexion phonique entre deux mots, fellation et inflation, il y a une vérité qui se dévoile sans que l'auteur du lapsus pense à une fellation. Cela peut simplement traduire l'envie de décoincer une situation trop sérieuse ou embarrassante, de provoquer un moment de plaisir. Le docteur en psychanalyse, German Arce Ross, avait d'ailleurs assuré à l'époque : "la fellation dont il est question doit faire baisser l'inflation de l'organe sexuel, qui peut se comprendre comme l'érection."

La même Rachida Dati qui, souhaitant parler d'un code de bonne conduite, nous sortira un "gode des bonnes pratiques". Mais encore un ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, qui nous parle "d'empreintes génitales" au lieu de génétiques. Et ce député très conservateur, défendant une loi sur la pornographie, en 1975, appelle ses confrères à "durcir leur sexe" au lieu de "durcir leur texte".

Ainsi, et bien malgré eux, les politiques peuvent nous faire rire lorsque leur libido les trahit. Mais en revanche, que penser de certains lapsus clairement politiques, quand leurs troubles de la parole nous laissent sans voix. Souvenons-nous de Gérard Collomb, à la veille de l'élection présidentielle, le 3 mai 2017, quand sa langue fourche à deux reprises avec son "Emmanuel Le Pen".

Le même Collomb encore, en septembre 2017, pour défendre sa loi antiterroriste devant la Commission des lois de l'Assemblée nationale, qui nous crache le fond de sa pensée : "Sur la sortie de l'état de droit, vous savez que le Conseil...heu de l'état d'urgence, bien sûr."

De toute évidence, le lapsus politique fait exploser la gangue de la langue de bois. Et ce n'est pas Martine Aubry qui nous démentira. Parlant du projet socialiste, lors de l'élection présidentielle de 2012, elle nous dira, les yeux dans les yeux : "Le projet socialiste est extrêmement vague" alors que son discours écrit proposait "vaste". Lapsus oh combien révélateur du fond de sa pensée.

Sigmund Freud a toujours décrit le lapsus comme "l'émergence de désirs inconscients, d'un conflit intérieur et de pensées refoulées". A quoi pouvait bien penser Jean-Marie Le Pen, en 1984 dans l'émission L'Heure de vérité, en se prononçant pour le "rétablissement de la pine de mort". Sans oublier Bernard Kouchner qui, en 2009, s'était ému du sort de la communauté Ouïgoure, malmenée en Chine : "C'est terrible, ce qu'on fait aux yogourts".

Nicolas Sarkozy a-t-il fait un lapsus ou a-t-il libéré sa pensée profonde lorsque, au plus fort de la crise des Gilets Jaunes, il a dit à propos de Emmanuel Macron : "Au fond, il fait une politique pour quelques uns, et pas pour tous. Si les Français croient ça, ils ont raison de le croire".

Un auditeur de France Inter avait dit, à l'antenne, lors d'un "Téléphone sonne" qui traitait du lapsus sexuel en politique : "La langue française est originellement une langue de moines médiévaux un peu hypocrites qui, en fait, ne pensaient qu'à ça."



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Où en est la solidarité entre le sport professionnel et le sport amateur ?

L'organisation actuelle du sport en France est un héritage des années 1950. Elle n'est plus vraiment adaptée aux pratiques nouvelles et aux enjeux de la société. Un diagnostic,

Faire le point sur la baisse du taux de défiscalisation des entreprises mécènes

La chute des dons aux oeuvres est estimée à 120 millions d'euros pour l'année 2018. Pour la première fois, on assiste à une inversion dans la progression régulière des montants

Bénévoles occasionnels : quelles sont vos responsabilités au sein d'une association ?

En France, 55 % des bénévoles interviennent quelques heures par mois au maximum. Ils sont 45 % à s'investir régulièrement (1). Les bénévoles réguliers ont majoritairement plus de

La situation juridique des salariés payés avec le chèque emploi associatif

Pour mémoire, depuis le 1er janvier 2019, le chèque emploi-associatif est ouvert aux associations sans condition d'effectif, alors qu'il était auparavant réservé à celles de moins

Les mesures pour pérenniser la contribution du budget de l'État aux associations

Nous sommes tous conscients de la nécessité de pérenniser la contribution du budget de l'État dévolue aux associations afin de garantir, pour leur développement, la prévisibilité

Quel avenir pour le Dispositif Local d'Accompagnement ?

Depuis sa mise en place sur le territoire national en 2003, par le ministère de l'emploi et de la solidarité et la Caisse des Dépôts, le Dispositif Local d'Accompagnement a

L'argent dormant bientôt sur les comptes des associations ?

La France compte 20 106 personnes de plus de 100 ans alors que les banques détiennent 674 014 comptes de centenaires. Suite à un rapport de la Cour des comptes sur les "avoirs

Les outils pour sortir des lourdeurs administratives qui pèsent sur les petites associations

De préparation de manifestations en demandes de subventions, de fiches de paies en déclarations URSSAF sans oublier les confettis législatifs qui se déversent sans discontinuer,

Vers une modification du Fonds pour le développement de la vie associative ?

Le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) fait l'objet de nombreuses critiques dont la plus récurrente est son opacité. Ce fonds de l'État a été créé il y a 30

Redressement judiciaire d'une association : ce qu'il faut savoir

Même s'il est souvent mal vécu, le redressement judiciaire n'est pas nécessairement négatif. Il a souvent le mérite de remettre les financeurs et les dirigeants de la structure

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Le projet de Terminal 4 à l'aéroport de Roissy

Lors du sommet climat le 24 septembre 2019 à l'assemblée générale de l'ONU, le président de la République a fait un discours remarquable et remarqué sur les moyens de lutter

Mise au point du ministère de l'intérieur sur l'état du site RIPADP

Avec seulement 900 000 signatures à 128 jours de la date butoir fixée au 12 mars 2020, le Référendum d'initiative partagée peine à faire le plein. Est-ce un signe du désintérêt

A Saint-Etienne, souriez vous êtes écouté

On en apprend tous les jours. Alors que le très controversé projet de reconnaissance faciale du gouvernement français, ALICEM (1), fait l'objet d'un recours au Conseil d'Etat pour

Seine Aval : quand le silence cache un désastre écologique absolu

Le 3 juillet 2019 est un jour de grand départ en vacances. Les automobilistes qui roulent sur l'A14 découvre un lourd panache de fumée noire avec à sa base, des flammes

L'homme qui a vu l'homme qui a vu l'homme qui regarde le doigt

Quand le sage montre la lune, le sot regarde le doigt. Ce proverbe chinois illustre à merveille mon propos du jour. Comment ne pas voir, à défaut de bien comprendre, que

EuropaCity : une ZAD aux portes de Paris

Alors que la conscience de l'urgence climatique s'éveille peu à peu parmi nos concitoyens, une autre urgence pointe son nez aux portes de Paris : le projet EuropaCity. Urgence de

Rouen : une ville oubliée sous le nuage

Le nuage noir était impressionnant obscurcissant le ciel en quelques minutes. La belle ville de Rouen plongea alors dans une nuit mazoutée sous une pluie de suie. Je m'attendais à

Le revenu universel d'activité expliqué aux enfants

Nous allons bientôt pouvoir donner notre avis sur le revenu universel d'activité, RUA de son petit nom. C'est madame Agnès Buzyn, ministre de la Santé, qui a annoncé le lancement

Smart City : le rêve de Big Brother qui se réalise avec notre consentement

De la Quadrature du Net, association bien connue de nos lecteurs, à la Ligue des droits de l'Homme et la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE), l'inquiétude est de

Il était une fois 28 millions d'euros

Il y a des contes qui ne font pas le compte. A l'issue du grand débat national, le président de la République avait promis un grand plan pour soutenir les associations et

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

BénévaLibre : le logiciel libre et gratuit pour faciliter la gestion des bénévoles

Quelle est la principale ressource d'une association ? Ce sont ses bénévoles naturellement. Et plus ils sont actifs en son sein, et mieux se porte la structure. Le bénévolat, par

Associations : voici une vraie vision décomplexée du malheur des autres

Il y a des jours où la lassitude nous gagne (on devrait dire nous perd) sans que l'on sache exactement pourquoi. La pluie trop forte ou un froid trop vif, une panne de voiture

180 responsables associatifs appellent à renforcer les moyens alloués au service civique

Il faut vouloir lire entre les lignes pour comprendre ce que l'appel des 180 responsables associatifs vise. Avec un titre volontairement provocateur : "Monsieur le Premier

Les conséquences pour les associations, les communes et les départements de la suppression de la taxe d'habitation

La suppression de la taxe d'habitation représente une perte de ressources pour les communes estimée à plus de 26 milliards d'euros. C'est le rapport "Bur-Richard" (1) qui donne ce

Ils vont privatiser nos routes nationales

Au mois de juin, nous annoncions que la privatisation de nos barrages hydroélectriques était engagée (1). Il s'agit maintenant de privatiser les routes nationales. Un décret,

Budget des sports 2020 : une hausse qui cache mal une baisse

La ministre des sports, Roxana Maracineanu, a présenté le budget de son ministère le 27 septembre dernier. Et c'est avec fierté qu'elle a annoncé, dans le cadre du projet de loi

Pour les associations d'aide aux SDF, la côte d'alerte est dépassée

Elles sont toutes unanimes, les associations qui viennent en aide aux "sans domicile fixe". Le nombre de SDF dans les rues de nos villes a atteint des sommets jamais vus alors

La Bretagne est en deuil : En Envor n'est plus

L'association En Envor était LA plateforme de contenus culturels, scientifiques et éducatifs traitant de l'histoire contemporaine en Bretagne. Sur son site, on pouvait tout aussi

Selon France Générosités : la philanthropie est un projet de vie

France générosités est un syndicat qui représente le secteur de la philanthropie auprès de l'Etat afin de défendre les intérêts de ses membres. Ceux-ci sont, peu ou prou, les plus

Après les faux steaks hachés, les escalopes de poulets gavées d'eau

Après les 1436 tonnes de faux steaks hachés (1) dont 457 tonnes avaient déjà été distribuées aux bénéficiaires des aides sociales via les associations caritatives, ce ne sont pas

Découvrir 10 autres articles