Linky, un ami sincère ?

02-07-2018 SOCIETE LIBRE
Voici un petit boitier qui va débarquer dans nos maisons. Il porte le joli nom de Linky dont la racine anglaise Link se traduit par lien. Liés, nous le serons, c'est certain. Pieds et poings même. Mais au delà de la surveillance généralisée de notre consommation, donc de notre façon de vivre, que suppose Linky, il faut lister tout ce qui n'est pas dit par Enidis (1).

Mais, que reproche-t-on à Linky ? Les arguments exposés par les opposants au déploiement des compteurs sont de plusieurs natures.

Pour commencer, alors que des investissements conséquents sont nécessaires pour assurer la sûreté du parc nucléaire national ou pour lutter contre la précarité énergétique de nombreux foyers, les pouvoirs publics investissent entre 5 et 8 milliards d'euros pour imposer Linky en remplacement de compteurs tout à fait fonctionnels.

Sur le compteur en tant que tel, les craintes liées à la sécurité des installations électriques et des équipements individuels reliés au réseau électrique arrivent largement en tête : dégâts matériels et problèmes techniques (disjonction à répétition, lampes qui clignotent, appareils qui grillent, dysfonctionnements multiples, embrasement du compteur, etc.).

En janvier 2016, le responsable du déploiement de Linky reconnaissait huit déclarations d'incendie suite à la pose du compteur lors de la phase d'expérimentation pour 300 000 compteurs remplacés. Et on est pas obligé de le croire sur parole. Mais en appliquant ce ratio aux 35 millions de compteurs à remplacer, ce sont 933 incendies qui pourraient être causés suite au remplacement des compteurs. Une paille...

Crainte d'autant plus forte que des doutes sérieux planent sur les compétences des salariés des sociétés sous-traitantes d'Enedis. Ils ont été formés dans la précipitation, rémunérés à hauteur du SMIC et avec des objectifs journaliers de poses de compteurs. Doit-on s'interroger sur la qualité du travail effectué ?

L'enquête réalisée par l'UFC-Que Choisir auprès de ses adhérents montre que 26 % des 2 000 ménages ayant répondu au questionnaire de l'association, déclarent subir ou avoir subi des dysfonctionnements sur des appareils électriques suite à la pose des nouveaux compteurs. Un taux d'insatisfaction anormalement élevé.

Toujours selon UFC-Que choisir, Enedis refuse 9 fois sur 10 de reconnaître une quelconque responsabilité lorsqu'un problème technique lui est signalé par un usager sur l'un de ses appareils domestiques. Ce à quoi, il faut rajouter la pollution électromagnétique supplémentaire en raison du courant porteur en ligne (CPL) passant dans toute la maison, qu'Enedis refuse absolument de venir constater.

A ce tableau inquiétant, on peut encore rajouter les innombrables témoignages d'usagers mécontents des pratiques de certains installateurs de compteurs tels que des propos relevant de la menace ou encore, des coupures sauvages d'électricité effectuées sur les compteurs accessibles à l'extérieur des logements, sans informations préalables. Histoire sans doute de mettre un petit coup de pression au récalcitrant.

La collecte des données de consommation à des fins de prospections commerciales est à craindre. Une fois installé, rien de permet de contrôler l'usage qui sera fait de Linky en cas d'évolution de la législation sur la collecte des données personnelles. De plus, Linky permet de moduler à distance la consommation électrique des abonnés. Quid d'une réduction de puissance sur les appareils des usagers ?

Enfin, comme tout système connecté, Linky n'est pas à l'abri de piratages informatiques. Combien de box WiFi piratées avec un simple téléphone portable depuis la rue ? Qui peut garantir que Linky ne sera jamais piraté avec l'intention de déclencher un incendie à distance ?

Devant les problèmes posés par le compteur communicant, plusieurs pays membres de l'Union européenne (dont l'Allemagne) ont fait le choix de restreindre son déploiement aux gros consommateurs. D'autres, comme la Belgique, la République tchèque ou la Lituanie, ont tout simplement renoncé.

En France, le débat est impossible, le choix est fait ce sera Linky pour tous. Avec comme argument massue que Linky permet la facturation sur la base de données réelles et non plus d'estimations, évitant ainsi les régularisations fréquentes des factures estimées. On sent bien que ces gens là ne consultent jamais leur facture d'électricité...

En savoir plus
(1) Enedis, anciennement ERDF, est une société anonyme filiale à 100 % d'EDF, chargée de la gestion et de l'aménagement de 95 % du réseau de distribution d'électricité en France.

Il y a 626 communes anti-Linky sur 36 734 en France, 115 collectifs et au moins une trentaine d'associations dont Negawatt et le CLER (réseau pour la transition énergétique). Cela commence à faire du monde. La carte des collectifs anti-Linky en France / L'association Negawatt et le CLER (réseau pour la transition énergétique)

Pétition nationale pour mettre le compteur Linky hors d'état de nuire

Ils vont privatiser nos barrages hydroélectriques

Les révoltés du Linky, un reportage d'Envoyé spécial diffusé le 14 juin 2018.





Depuis 1999 au service des associations

Communic'Asso : pour communiquer auprès des associations

Logiciel comptable pour associations : Comptasso-win TXA

Votre site internet complet à un prix associatif