Marges ou grèves

28-08-2017 SOCIETE LIBRE
Le Canard enchaîné titrait cette semaine : "Code du travail : que demandent les patrons ? Oh juste quelques Medefications !" Difficile de taper plus juste. Après la réforme par ordonnances du Code du travail, le coup de rabot sur les APL, la "Medification" de l'ISF (1), voici la suppression des emplois aidés. On sent bien l'orientation politique. Que des réformes soient nécessaires, nul ne le conteste. Mais devant un manque aussi criant d'équilibre, l'adhésion du plus grand nombre à ces changements est hautement improbable.

Idéologiquement notre président ne possède pas d'ossature. Il est capable de soutenir tout et son contraire. Il a simplement derrière lui des forces financières qui ont édicté un programme économique précis qu'il entend suivre tant que la rue ne le débordera pas.

La fin de l'alternance factice droite-gauche n'est, pour ce pouvoir financier, que le meilleur moyen de prendre enfin les choses en main. Notre président s'y prête de bonne grâce, il leur doit tant qu'il n'a rien à leur refuser. Ceci n'est pas une découverte, nous le savions tous, "marcheurs" ou pas.

Ce qui est nouveau, en revanche, c'est l'inconscience avec laquelle ces mesures sont annoncées. Le pouvoir politique nous a habitué à avancer sur la pointe des pieds quand il s'agit de nous "vendre" les décisions bruxelloises. Là, pas d'état d'âme, c'est marche ou crève, marges (des actionnaires) ou grèves (des salariés).

Cet art de vouloir passer en force n'est pas sans rappeler une certaine Dame de fer qui a transformé une Angleterre industrielle en une place financière garante des intérêts particuliers. Mais nous ne sommes plus dans les années 80 et notre président n'est pas de ce fer dont on fait les pots. Il ne doit son élection qu'à la présence de Marine Le Pen au second tour. L'épouvantail FN a encore fonctionné en 2017. Cela risque d'être la dernière fois...

Les emplois aidés : "coûteux et pas efficaces dans la lutte contre le chômage". C'est la ministre du travail, Muriel Pénicaud, qui administre cette conclusion abrupte. En 2016, 354 000 personnes bénéficiaient d'un contrat aidé dans le secteur non marchand (associations, collectivités, administration) et 654 000 dans le secteur marchand (selon la DARES). Soit 1 008 000 personnes au travail pour un coût de 3 milliards d'euros par an.

C'est certes cher, mais face au 125.000 emplois créées par le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) dont le coût annuel est estimé à environ 20 milliards d'euros, c'est donné. Pas la peine de se lancer dans de subtiles divisions pour connaître le coût "emploi créé/somme investie" de chacun des deux systèmes. Y'a pas photo comme disent nos ados.

Alors pourquoi supprimer un type de contrats courts, certes perfectible, et laisser en place le CICE ? Et surtout, la suppression intervient avant même toute réflexion sur ce qui pourrait remplacer les contrats aidés. Depuis l'annonce de cette disparition, Pôle emploi explique tranquillement que les CAE ne sont plus financés par l'Etat. Avez-vous vu passer un décret, une circulaire, voire même une note ? Cette situation est tout simplement ubuesque.

Les dirigeants de l'association LieU'topie ont mis en ligne une pétition (2) qui a pour titre : "Suppression des Contrats Aidés, c'est la fin des Associations !". Dans le texte de présentation, ils expliquent fort justement que : "si nous continuons en ce sens, les associations se verront obligées de faire un choix : mourir, ou se tourner unilatéralement vers l'économie de marché pour se financer."

Pour mémoire, le gouvernement précédent "de gôche" a initié l'investissement à impact social (3). Non, les associations ne vont pas mourir, elles seront simplement ce que l'Europe a décidé qu'elles soient depuis le traité de Lisbonne (4) : un Service d'Intérêt Economique Général (SIEG) (5).

En savoir plus
(1) L'impôt sur la fortune immobilière (IFI) tel que l'envisage Emmanuel Macron consiste à sortir les placements financiers, l'épargne et les autres valeurs mobilières du patrimoine taxable de l'ISF pour ne conserver que les valeurs immobilières. Cela reviendrait à supprimer 49% de l'assiette de l'ISF. Le manque à gagner pour l'Etat serait de deux milliards d'euros à court terme. L'objectif est toujours le même : ramener les exilés fiscaux en France et les inciter à investir dans les entreprises françaises. Une comptine pour enfants que l'on nous sert depuis 20 ans.

(2) Suppression des Contrats Aidés, c'est la fin des Associations !
La pétition


(3) Social Impact Bonds (investissement à impact social) : Casino Royale ou Dangereusement vôtre ?

(4) Le traité de Lisbonne régit actuellement le fonctionnement de l'Union européenne. Adopté en 2009 après le rejet du traité établissant une constitution pour l'Europe (TECE) par la France et les Pays-Bas en 2005, il a été ratifié par les deux chambres réunies en congrès à Versailles au mépris de la démocratie référendaire.

(5) Le guide des Services d'intérêt économique général (SIEG) et obligations de services publics



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Redressement judiciaire d'une association : ce qu'il faut savoir

Même s'il est souvent mal vécu, le redressement judiciaire n'est pas nécessairement négatif. Il a souvent le mérite de remettre les financeurs et les dirigeants de la structure

L'AAH sera-t-elle intégrée dans le futur revenu universel d'activité ?

La fusion de plusieurs aides sociales au sein du futur revenu universel d'activité (RUA) provoque une véritable inquiétude des associations et des bénéficiaires de l'allocation

PLF 2020 : Le mécénat s'oriente vers une défiscalisation à géométrie variable

C'est la loi Garrot (1) de 2016 qui oblige les grandes et moyennes surfaces à donner leurs invendus plutôt que de les jeter. Les donateurs bénéficient, en contrepartie, d'une

Comment mettre en place le nouveau règlement comptable des associations ?

C'est le dernier article sur ce sujet. Après vous avoir expliqué tous les changements intervenus dans le nouveau règlement comptable des associations (1), voici venu le temps

Etre trésorier d'une association : une obligation peu connue

La loi du 1er juillet 1901 n'impose aucune obligation en matière de comptabilité. Ce qui laisse supposer que la tenue d'une comptabilité n'est pas obligatoire. Le trésorier d'une

Dons aux associations : comment freiner la chute ?

Les chiffres de la Fondation de France sont sans appel : elle rapporte une baisse de 28 % des dons reçus en 2018 par rapport à 2017. La mise cause du remplacement de l'impôt de

Cadeaux aux bénévoles, encaissement des cotisations et autres éclairages associatifs

Le droit évolue par modifications ou ajustements successifs. Et ce qui était autorisé hier ne l'est plus aujourd'hui et inversement. Nous allons présenter 5 situations pour

Exclusion d'un membre d'une association : attention à l'exigence d'impartialité

L'exclusion d'un membre d'une association est une sanction souvent difficile à prendre. Mais une fois la décision prise, il faut non seulement respecter scrupuleusement les règles

Associations : le point juridique de la responsabilité civile et pénale en cas d'accident

Les associations sont, comme les autres personnes morales, soumises à des devoirs et à des obligations. Ceux-ci ne sont pas intangibles. Une jurisprudence nombreuse vient

Tenue d'une AG : les règles qui s'appliquent dans le silence des statuts

De très nombreuses associations construisent leurs statuts à partir de ceux qui sont fournis par les préfectures. Certes, l'essentiel y est. Mais le diable ne se cache-t-il pas

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

L'homme qui a vu l'homme qui a vu l'homme qui regarde le doigt

Quand le sage montre la lune, le sot regarde le doigt. Ce proverbe chinois illustre à merveille mon propos du jour. Comment ne pas voir, à défaut de bien comprendre, que

EuropaCity : une ZAD aux portes de Paris

Alors que la conscience de l'urgence climatique s'éveille peu à peu parmi nos concitoyens, une autre urgence pointe son nez aux portes de Paris : le projet EuropaCity. Urgence de

Rouen : une ville oubliée sous le nuage

Le nuage noir était impressionnant obscurcissant le ciel en quelques minutes. La belle ville de Rouen plongea alors dans une nuit mazoutée sous une pluie de suie. Je m'attendais à

Le revenu universel d'activité expliqué aux enfants

Nous allons bientôt pouvoir donner notre avis sur le revenu universel d'activité, RUA de son petit nom. C'est madame Agnès Buzyn, ministre de la Santé, qui a annoncé le lancement

Smart City : le rêve de Big Brother qui se réalise avec notre consentement

De la Quadrature du Net, association bien connue de nos lecteurs, à la Ligue des droits de l'Homme et la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE), l'inquiétude est de

Il était une fois 28 millions d'euros

Il y a des contes qui ne font pas le compte. A l'issue du grand débat national, le président de la République avait promis un grand plan pour soutenir les associations et

Bonne nuit les petits

Il est plus de minuit dans l'EHPAD Saint-Antoine de Lille, ce 31 août 2019. Tout est calme. Et dans le silence de cette nuit un peu fraîche, une âme légère et discrète s'envole

L'électricité verte est aussi écologique que le parti EELV

Pardonnez-nous ce titre un peu provocateur, surtout si vous êtes écologiste à EELV. Mais la fin des vacances ne passe pas et nous avons besoin de rire un peu. Nous avons eu droit

La grande Histoire dans une petite Courtine

Dans toutes les guerres il y a des histoires incroyables. En ce mois d'août 2019, il nous a semblé utile de vous raconter l'une des aventures les plus extraordinaires de la

Steve est mort

Depuis plus d'un mois fleurissaient sur les murs de la ville de Nantes 3 mots accolés : OùEstSteve. Il en était de même sur les réseaux sociaux et sur les pancartes des

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Les conséquences pour les associations, les communes et les départements de la suppression de la taxe d'habitation

La suppression de la taxe d'habitation représente une perte de ressources pour les communes estimée à plus de 26 milliards d'euros. C'est le rapport "Bur-Richard" (1) qui donne ce

Ils vont privatiser nos routes nationales

Au mois de juin, nous annoncions que la privatisation de nos barrages hydroélectriques était engagée (1). Il s'agit maintenant de privatiser les routes nationales. Un décret,

Budget des sports 2020 : une hausse qui cache mal une baisse

La ministre des sports, Roxana Maracineanu, a présenté le budget de son ministère le 27 septembre dernier. Et c'est avec fierté qu'elle a annoncé, dans le cadre du projet de loi

Pour les associations d'aide aux SDF, la côte d'alerte est dépassée

Elles sont toutes unanimes, les associations qui viennent en aide aux "sans domicile fixe". Le nombre de SDF dans les rues de nos villes a atteint des sommets jamais vus alors

La Bretagne est en deuil : En Envor n'est plus

L'association En Envor était LA plateforme de contenus culturels, scientifiques et éducatifs traitant de l'histoire contemporaine en Bretagne. Sur son site, on pouvait tout aussi

Selon France Générosités : la philanthropie est un projet de vie

France générosités est un syndicat qui représente le secteur de la philanthropie auprès de l'Etat afin de défendre les intérêts de ses membres. Ceux-ci sont, peu ou prou, les plus

Après les faux steaks hachés, les escalopes de poulets gavées d'eau

Après les 1436 tonnes de faux steaks hachés (1) dont 457 tonnes avaient déjà été distribuées aux bénéficiaires des aides sociales via les associations caritatives, ce ne sont pas

Féminicides à quoi va servir le Grenelle violences conjugales ?

Jusqu'en 1994, le meurtre d'une femme par son conjoint ou ex était nommé crime passionnel et bénéficiait d'une certaine mansuétude de la part des juges qui considéraient que la

L'économie de demain se fait son université d'été

Sous le mot dièse #NousSommesDemain se cache un collectif qui a pour projet d'obtenir l'engagement des entreprises à avancer vers la transition écologique et sociale. Vaste

Préconiser l'entrepreneuriat associatif : est-ce bien raisonnable ?

Depuis bien des années, notamment sous l'influence de la Fonda et autres "think tank" libéraux, on sent bien que le modèle associatif dérange. Cette vieille dame de 118 ans

Découvrir 10 autres articles