Que faire de ces salauds de pauvres ?

15-02-2016 BENEVOLAT LIBRE
Dans le film de Claude Autant-Lara, la Traversée de Paris, Jean Gabin traite les patrons et clients d'un bar qui ressemble au bouge des Thénardier de "Salauds de pauvres" ! Hugo dans ses Misérables en faisait une peinture plus littéraire : "Ces êtres appartenaient à cette classe bâtarde composée de gens grossiers parvenus et de gens intelligents déchus, qui est entre la classe dite moyenne et la classe dite inférieure, et qui combine quelques-uns des défauts de la seconde avec presque tous les vices de la première, sans avoir le généreux élan de l'ouvrier ni l'ordre honnête du bourgeois.".

Nous avons écrit le 21 décembre 2015, un article intitulé : "Les bénéficiaires du RSA comme bénévoles dans les associations". Il s'agissait, à l'époque de dénoncer la posture démagogique du président LR du Conseil départemental de la Drôme (Patrick Labaune) qui souhaitait remettre les bénéficiaires du RSA au travail en les obligeant à faire du bénévolat.

Mais depuis, cette initiative imbécile a fait des petits et si elle nous est toujours aussi insupportable, il est temps d'en expliquer les raisons. Cela ne rendra pas ces "annonces populistes" plus acceptables, mais cela aura au moins le mérite de démontrer le cynisme sans limite de ces élus qui pensent encore que, jouer la division entre les pauvres ramènera l'électeur frontiste dans le "droit" chemin.

Oser accepter de survivre avec 462 euros par mois n'est pas acceptable pour ces boursouflés de l'ego. De ce fait, il est facile au bateleur de foire devenu président d'un conseil départemental de taper sur un être qui n'a pas le surmoi gonflé au Botox. De plus, ces "misérables" ne votent pas, alors pourquoi se gêner.

Oser dire que le bénéficiaire du RSA est un "profiteur" du système qui refuse de travailler est une honte. Conditionner le versement de cette "généreuse" manne à l'obligation d'oeuvrer bénévolement pour une association est une saloperie. Et c'est surtout une bien triste façon de cacher l'impuissance de ces élus, incapables qu'ils sont, de proposer un travail rémunérateur à presque deux millions de bénéficiaires.

Mais le pire est à venir. L'Etat, qui devait rembourser intégralement aux départements la prestation du RSA, n'est plus en capacité d'honorer ses engagements. De 100%, on est passé à un pénible 60% qui ne suffit bien évidemment pas à boucler le budget RSA.

Mais comment les départements se sont-ils retrouvés avec le RSA sur les bras ? En 2010, le gouvernement de l'époque envisageait la suppression des départements dans le redécoupage prévu de notre géographie nationale.

La peur au ventre, les présidents de l'époque ont accepté de prendre en charge la gestion du RSA contre le maintien de leur existence. L'Etat s'est frotté les mains et a promis en échange le reversement d'une taxe sur les produits pétroliers et d'une hausse des "droits de mutation", sorte de taxe immobilière (1).

Sauf que la crise s'éternise, que le pétrole baisse, que l'immobilier stagne et que le nombre de bénéficiaires au RSA explose. De fait, les départements peinent à verser cette prestation sociale et bottent en touche en forçant l'Etat, par des annonces "coup de poing", à compenser le manque à gagner.

Bref, les bénéficiaires sont les otages d'une négociation qui tarde à venir et qui les dépasse largement. Pour obliger l'équipe gouvernementale à ouvrir les cordons de la bourse, les présidents LR menacent d'obliger les bénéficiaires du RSA à s'inscrire au chômage. Inscription qui aurait pour effet de gonfler les statistiques, ce qui obligerait Hollande à renoncer à se représenter et aux socialistes à préparer leur primaire.

Nous sommes bien loin de l'intérêt général, loin du sens de la mission de service public d'un élu, loin des attentes des associations, loin de tout et surtout de l'Humain.

En savoir plus
(1) Les droits de mutation (aussi appelés droits d'enregistrement) correspondent à tous les droits et taxes perçus par le notaire pour le compte de l'Etat et des collectivités à chaque changement de propriétaire. Leur montant varie selon que l'acquisition porte sur un logement neuf ou sur un logement ancien. Ils sont exigibles lors de la signature de l'acte authentique et sont destinés à l'Etat, au Département et à la Commune où est situé le bien. La taxe départementale s'élève à 3,60 % du prix, la taxe communale à 1,20 % et celle pour l'État est de 2,50 % qui s'applique au montant du droit départemental. Le total représente donc 4,89 % du prix de cession.



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Comment répondre à la carence du président d'une association ?

Nos associations éprouvent de plus en plus de mal à trouver un président tant les responsabilités et les difficultés, à la fois administratives et financières, rendent le poste

Les pouvoirs d'un président d'association : quelles sont les limites légales ?

Pour mémoire, le président d'une association est le mandataire de celle-ci. Il possède donc les pouvoirs fixés conformément aux dispositions de la convention d'association qui est

Etre dirigeant bénévole et occuper un poste salarié au sein d'une petite association

C'est une question récurrente sur le forum juridique du site. Est-il possible d'être à la fois dirigeant bénévole et d'occuper un poste salarié au sein d'une petite association ?

Impact Emploi Associations versus Chèque Emploi Associatif - Bis repetita ?

Marisol Touraine était, en 2015, ministre des Affaires sociales. Nous avions écrit un article intitulé : "Impact Emploi Associations versus Chèque Emploi Associatif" (1) qui

Du nouveau sur l'obligation déclarative des dirigeants d'associations ?

Les députés de la République en Marche démontrent assez souvent leur méconnaissance du secteur associatif. Ils sont visiblement beaucoup plus à l'aise avec les entreprises. Nul ne

Les associations de supporters (suite) : la feuille de route de la ministre des sports

Nous avons, la semaine dernière, abordé dans un article les droits et les obligations que la loi de 2016 (1) imposait aux associations de supporters. Le moins que l'on puisse dire

Associations sportives et le paiement de la TVA

Les associations sont, par nature, réputées sans but lucratif et ne sont pas soumises aux impôts commerciaux (taxe sur la valeur ajoutée, taxe professionnelle, impôts sur les

Créer une association de supporters : droits et obligations

Pour lutter contre le hooliganisme, le ministre de la ville de la jeunesse et des sports avait, en 2016, fait voter une loi (1) renforçant le dialogue avec les supporters et la

Nouveau règlement comptable des associations - suite et fin : dons en nature et appel public à la générosité

C'est notre huitième et dernier article sur le sujet. Nous aurons ainsi présenté et expliqué le nouveau règlement comptable des associations dans sa totalité. Vous pourrez vous y

Le règlement intérieur d'une association prime-t-il sur les statuts ?

Le règlement intérieur d'une association prime-t-il sur les statuts ? La réponse naturelle à cette question devrait être non. Mais comme toujours en droit, la ligne courbe est la

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Smart City : le rêve de Big Brother qui se réalise avec notre consentement

De la Quadrature du Net, association bien connue de nos lecteurs, à la Ligue des droits de l'Homme et la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE), l'inquiétude est de

Il était une fois 28 millions d'euros

Il y a des contes qui ne font pas le compte. A l'issue du grand débat national, le président de la République avait promis un grand plan pour soutenir les associations et

Bonne nuit les petits

Il est plus de minuit dans l'EHPAD Saint-Antoine de Lille, ce 31 août 2019. Tout est calme. Et dans le silence de cette nuit un peu fraîche, une âme légère et discrète s'envole

L'électricité verte est aussi écologique que le parti EELV

Pardonnez-nous ce titre un peu provocateur, surtout si vous êtes écologiste à EELV. Mais la fin des vacances ne passe pas et nous avons besoin de rire un peu. Nous avons eu droit

La grande Histoire dans une petite Courtine

Dans toutes les guerres il y a des histoires incroyables. En ce mois d'août 2019, il nous a semblé utile de vous raconter l'une des aventures les plus extraordinaires de la

Steve est mort

Depuis plus d'un mois fleurissaient sur les murs de la ville de Nantes 3 mots accolés : OùEstSteve. Il en était de même sur les réseaux sociaux et sur les pancartes des

Alicem : il ne faut plus se voiler la face

Alicem, quel joli nom qui cache une réalité moins prosaïque puisque ce sigle veut dire : "Authentification en ligne certifiée sur mobile". En d'autres termes, il s'agit d'une

Le CETA : la mondialisation débridée

Le CETA, est l'accord commercial global signé entre le Canada et l'Union Européenne, et qui en anglais se traduit par Canada-EU Trade Agreement. Négocié en douce depuis 2009, il a

Le Guide de défense du journaliste

J'arrive à un âge, qui sans être déjà canonique, me permet d'avoir le recul nécessaire sur la société française. J'ai vu passé quelques présidents, quelques partis politiques et

CyberHaine : un étrange projet de loi

De très nombreuses associations dont La Quadrature du Net et même le Conseil national du numérique (CNNum) s'inquiètent de la dangereuse dérive que porte en elle la proposition de

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

La Bretagne est en deuil : En Envor n'est plus

L'association En Envor était LA plateforme de contenus culturels, scientifiques et éducatifs traitant de l'histoire contemporaine en Bretagne. Sur son site, on pouvait tout aussi

Selon France Générosités : la philanthropie est un projet de vie

France générosités est un syndicat qui représente le secteur de la philanthropie auprès de l'Etat afin de défendre les intérêts de ses membres. Ceux-ci sont, peu ou prou, les plus

Après les faux steaks hachés, les escalopes de poulets gavées d'eau

Après les 1436 tonnes de faux steaks hachés (1) dont 457 tonnes avaient déjà été distribuées aux bénéficiaires des aides sociales via les associations caritatives, ce ne sont pas

Féminicides à quoi va servir le Grenelle violences conjugales ?

Jusqu'en 1994, le meurtre d'une femme par son conjoint ou ex était nommé crime passionnel et bénéficiait d'une certaine mansuétude de la part des juges qui considéraient que la

L'économie de demain se fait son université d'été

Sous le mot dièse #NousSommesDemain se cache un collectif qui a pour projet d'obtenir l'engagement des entreprises à avancer vers la transition écologique et sociale. Vaste

Préconiser l'entrepreneuriat associatif : est-ce bien raisonnable ?

Depuis bien des années, notamment sous l'influence de la Fonda et autres "think tank" libéraux, on sent bien que le modèle associatif dérange. Cette vieille dame de 118 ans

L'affaire des faux steaks hachés donne le vertige aux associations

La majorité LREM vient de ratifier le CETA (1) en nous promettant des contrôles tellement sévères que la population n'aura pas à craindre d'ingérer, dans les produits canadiens,

Les associations de taille intermédiaire pourraient disparaître en France

Nous annoncions un plan social de 40 000 emplois dans le secteur associatif dès 2014 (1). Et c'est peu dire que les sourires condescendants ont fusé autour de nous. Nous avons été

Comment lutter contre la déshumanisation des services publics ?

Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a souligné dans son rapport annuel (1) un fait étonnant : sur 140 000 réclamations reçues, 94 % portaient sur la relation des usagers avec

La bonne image des associations auprès des Français

On s'en doutait et les remontées de terrain nous assuraient d'une large adhésion. Mais le lire dans les résultats d'un grand sondage (1) fait du bien. Oui, les Français ont une

Découvrir 10 autres articles