Street Medic : le bénévolat de tous les dangers

11-02-2019 SOCIETE LIBRE
Le journaliste américain, qui écrit en France sous le pseudo de "Mon Oncle d'Amérique" (1) nous a envoyé un article sur le rôle indispensable des "Street Medic" (2) dans les cortèges des manifestations des "Gilets Jaunes". Son témoignage est poignant. Lui, qui vient d'un pays où la violence est quotidienne, est effaré par la méthode de maintien de l'ordre utilisée dans le nôtre. Il a suivi un groupe de "Street Medic" lors d'une partie de la journée de manifestation du samedi 9 février.

Au téléphone, le chef de groupe des "medics" que je vais accompagner sur cette manifestation avait la voix franche et assurée. Au premier contact visuel aussi. Physique sportif, il me sourit et me tend une blouse blanche, un casque, des lunettes de protection et un masque à gaz.

Ils sont cinq. Deux étudiants en médecine, un aide-soignant en poste et deux étudiants aux beaux-arts. Je ne donnerai aucun prénom ici. "Question de sécurité" m'annonce le chef que j'appellerai Rémy. La petite troupe se met rapidement en route. Les manifestants commencent à arriver en force autour de l'Arc de triomphe. Il s'agit, m'explique Rémy, de rapidement repérer les manifestants fragiles (avec cannes de marche, béquilles, etc.). Les "medics" s'approchent de chacun d'eux et leur recommandent d'éviter de rester au centre du cortège.

La manifestation se met en route. Il y a des CRS partout. "Ce ne sont pas eux qu'il faut craindre" m'explique Rémy, "Ils font leur boulot et peu font du zèle". Il me montre des policiers en civil qui étrangement ne portent même pas de brassards Police. "Ceux-là viennent en découdre avec plaisir, ils tirent parce qu'ils aiment ça" me glisse-t-il à l'oreille tout en leur adressant un signe de la main. "Il est important de se faire repérer par eux" rajoute-t-il dans un sourire. Il y a énormément de monde. On sent le souffle de la bête protéiforme et joyeuse.

Tout se passe bien jusqu'au Ministère des Affaires étrangères où quelques coups de matraques accueillent un petit groupe de Gilets Jaunes qui souhaitent passer derrière une rangée de CRS. Première intervention, Rémy me demande de protéger le blessé pendant que, le geste sûr, il déballe son matériel et commence les soins. Je jette un coup d'oeil sur la plaie ouverte sur le crâne du blessé. Pas joli, je préfère tourner la tête pour éviter de tourner de l'oeil. Un manifestant vient chercher de l'aide, il boite et dit avoir reçu un coup de bouclier d'un CRS.

Sa chaussure droite est effectivement explosée et on peut apercevoir du sang qui suinte de la chaussette. Les autres "medics" du groupe qui avaient disparu, appelés ailleurs par autant de voix hurlantes de douleur ou de surprise, reviennent pour prendre en charge le pied du blessé. Il faut à chaque fois protéger les soignants, aussi bien des bousculades de la foule qui veut voir ou qui a peur, que des CRS qui ne font pas toujours dans le détail. La nature m'a doté d'une bonne corpulence, cela m'aide.

La violence se calme. On peut repartir. La foule est de plus en plus dense. L'Assemblée Nationale nous offre ses colonnes. Curieusement, l'accès à la grille n'est pas protégé par des CRS. On voit de loin, un groupe avec ou sans gilet jaune qui commence à s'attaquer à une palissade en bois peint qui ceinture les marches. Rémy m'attrape par le bras et m'entraîne à sa suite pour calmer les manifestants "casseurs". Sa taille, sa prestance et l'aura que les "Street Medic" ont acquise depuis des semaines ramènent le calme. "Il faudrait presser le pas des manifestants, je le sens pas ce coin" hurle Rémy à ses collègues.

Trop tard, les lacrymos explosent autour de nous. Les CRS arrivent en petit nombre pour protéger la palissade. Ils se frayent un chemin dans la foule à grands coups de matraques. Lorsqu'ils arrivent à hauteur des marches de l'Assemblée Nationale, on entend les détonations sourdes des premières grenades de désencerclement. Je suis happé par le recul soudain des manifestants qui fuient le gaz pleureur. J'ai perdu mon groupe de "medics". Je les cherche en vain dans un brouillard épais. Autour de moi, ce ne sont que larmes, crachats, toux épaisses en réaction à l'irritation insupportable du gaz.

Je dépasse rapidement l'Assemblée Nationale espérant retrouver Rémy et son groupe. Au passage, je récupère un vieil homme qui saigne abondamment du nez. "J'ai pris un coup de coude d'un CRS" parvient-il à me hurler d'une voix nasillarde. Je le dépose auprès d'un autre groupe de "medics". Le chef me hurle : "On peut pas le prendre, on en a trop, fais le toi". Je lui demande au moins du coton. Il me lance un sachet et j'applique la ouate sur le nez qui saigne abondamment. Je parviens à asseoir mon blessé contre un mur. A côté de lui, ils sont au moins dix cabossés en sang, les yeux hagards et plein de larmes. Je n'en reviens pas. Tout ça en moins de 5 minutes.

Visiblement les tirs ont cessé. Mais le brouillard est plus épais que la nuit. Je laisse mon blessé à un autre "medic" et je cherche Remy. Impossible de le retrouver. Je prends le Boulevard Saint-Germain. La manifestation s'est reformée. Les slogans reprennent comme s'il ne s'était rien passé. On sent chez ces "Gilets Jaunes" une détermination qui force l'admiration et le respect. Ils sont là et n'en repartiront pas. Le gain de cette nouvelle visibilité leur a coûté bien trop cher pour espérer un quelconque renoncement. Soudain on me tire par la manche, un gilet jaune me hurle qu'un mec a eu la main arrachée.

Il m'entraîne avec lui, je me retrouve devant une meute de manifestants en larmes. Je me fraye un passage. Soudain, je croise Rémy et son groupe. Je lui parle de la main arrachée. "Laisse tomber, viens avec nous, le gars est en charge." Et nous voici à fendre la foule pour avancer au plus vite vers la rue de Rennes où on nous annonce des altercations. Devant nous, les gens s'écartent comme le font les automobilistes à l'arrivée d'une ambulance. Et chacun de nous encourager d'une tape, d'un sourire, d'un remerciement. "Il y a des blessés par là ?" demande Rémy à un brave pépère en jaune qui secoue la tête en souriant.

On arrive vers la Tour Montparnasse. On grimpe sur l'abri bus sous le panneau publicitaire pour tenter de voir le plus loin possible. La foule est considérable. Toute la rue de Rennes est pleine de jaune. Rémy regarde ma blouse blanche tachée de sang : "Tu as soigné quelqu'un ?". Je lui explique. "C'est ton baptême aujourd'hui" me lance-t-il en souriant. Il regarde sa montre. "Maintenant, tu dois partir. C'est la fin de la manif qui est le moment le plus tendu. Trop dangereux. Tu comprends ?" J'acquiesce. Je reconnais que cette course incessante m'a épuisé physiquement et surtout nerveusement. Je lui rend mes "accessoires" Street Medic. Il me tend la main. Je la serre. Le regard droit et ferme de ce mec me fait du bien.

Je prend congé des autres membres du groupe. Je regarde encore une fois l'immense serpent jaune qui remonte la rue de Rennes. Une voix dans le foule hurle : "Medic, medic, medic". Rémy et ses hommes remettent casques et masques à gaz, referment les sacs à dos et disparaissent dans la foule. Et moi, tout seul dans cet immense bouleversement, je pleure les larmes d'une humanité retrouvée. Je souhaite à tous ceux qui ne comprennent pas pourquoi ce mouvement dure depuis aussi longtemps, de venir un samedi, passer un moment à marcher aux côtés de ces "invisibles" en jaune. Je marche donc je suis.
Traduit de l'américain par Lettrasso

En savoir plus
(1) Voici les différents articles que "Mon Oncle d'Amérique" nous a déjà confiés : Que votre aveuglement produit leur cécité et Voyage d'un américain en France et Un amerloque se disloque

(2) Le Facebook de Street Medic Paris et un excellent article sur France culture "Street medics" : les Black Panthers derrière le sérum physiologique aux "gilets jaunes"



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Rupture conventionnelle : ne pas chercher des arrangements

06-12-2022

La rupture conventionnelle est ouverte uniquement au salarié employé en CDI. Le dispositif ne s'applique pas à un salarié en CDD ou en contrat temporaire. Elle est une procédure

Associations : connaissez-vous la cartographie des risques ?

06-12-2022

La cartographie des risques se définit comme une démarche d'identification, d'évaluation, de hiérarchisation et de gestion des risques inhérents aux activités d'une entreprise. Il

Les associations de gestion agréées se cherchent un avenir

06-12-2022

Contrairement à ce que l'on croit, le rôle des associations de gestion agréés n'est pas la tenue de comptabilité ou l'établissement des déclarations fiscales. C'est avant tout de

Attention à la gestion désintéressée mais intéressante d'une association :

29-11-2022

Pour ne pas être soumis aux impôts commerciaux (TVA, impôt sur les sociétés et contribution économique territoriale), les associations doivent avoir une gestion désintéressée.

Panorama associatif numéro 52 : novembre 2022

29-11-2022

Le Panorama associatif de Loi1901 a pour objectif de vous détailler plusieurs mesures qui ne peuvent pas faire l'objet d'un article complet, à l'unité, car trop courtes. Au

Subvention communale et intérêt public local : du changement

29-11-2022

Selon l'article L. 2121-29 du Code général des collectivités territoriales (CGCT), "le conseil municipal règle par ses délibérations les affaires de la commune". De fait, une

Comment construire une relation entre une association et un auto-entrepreneur ?

22-11-2022

Dans les faits, rien n'interdit à une association d'avoir recours aux services d'un auto-entrepreneur. Mais, de nombreuses erreurs sont à éviter. La plus courante étant le fameux

La gestion associative s'apprend aussi avec le CFGA

22-11-2022

Instauré par le décret 2008-1013 du 1er octobre 2008 (1) par le ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative, le certificat de formation à la gestion

Panorama associatif numéro 51 : novembre 2022

22-11-2022

Notre Panorama associatif a pour objectif de vous détailler plusieurs mesures qui ne peuvent pas faire l'objet d'un article complet, à l'unité, car trop courtes. Au sommaire de ce

Chèque emploi associatif et avenant au temps partiel

15-11-2022

Le chèque emploi associatif est une offre de service gratuite du réseau Urssaf qui permet aux associations employant des salariés, à temps plein ou à temps partiel, de remplir

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Unicef : plus de 42 000 enfants sans domicile fixe en France

06-12-2022

Le chiffre parait affolant tant sa monstruosité est démesurée. 42.000 enfants sont SDF en France. Comment, dans la sixième puissance mondiale, peut-on accepter que 42 000 enfants

Un décret autorise les dons de matériels informatiques réformés

29-11-2022

La loi du 21 février 2022 relative à la Différenciation, la Décentralisation et la Déconcentration dite "loi 3DS" (1) veut porter plusieurs mesures de simplification de l'action

Le HCVA se prononce sur le projet de statut associatif européen

22-11-2022

Le projet de statut associatif européen est l'une des plus belles "Arlésienne" de l'union européenne. Il en a été question, pour la première fois, en 1994. La Commission

Premier bilan de la loi Séparatisme par le ministère de l'intérieur

15-11-2022

Un an après sa publication, la loi dite "Séparatisme" du 24 août 2021, qui a pour objectif de conforter le respect des principes de la République, fait encore parler d'elle. Loi Ô

Participer à une manifestation non déclarée est possible

08-11-2022

Metz (Moselle), nous sommes le 3 mai 2020, à la sortie du premier confinement. De nombreux manifestants descendent dans la rue pour la défense du service public. Parmi eux, les

La pauvreté sous le regard aiguisé des Français

01-11-2022

C'est déjà le 16ème baromètre de la pauvreté et de la précarité que publie le Secours populaire en partenariat avec Ipsos. Une façon d'évaluer la perception des Français sur le

La vie associative dans le PLF2023

25-10-2022

Le gouvernement a présenté, le 26 septembre 2022, les projets de lois de finances (PLF2023) et de financement de la Sécurité sociale (PLFSS2023). La vie associative est-elle prise

Eva pour la vie

18-10-2022

Comment qualifier la douleur d'un parent qui a perdu un enfant ? Comment dire l'indicible ? Il n'existe pas de mot. Juste la cruelle et infinie affliction, l'incicatrisable

Le silence administratif attend le retour de l'écho

11-10-2022

Georges Elgozy, était écrivain et fonctionnaire de la haute administration. Il est l'auteur de cette pensée assez profonde sur l'administration : "Administration : mot féminin qui

Le festival international des idées de demain : octobre 2022

04-10-2022

Et maintenant ? C'est, je crois, la question que notre société se pose après une crise sanitaire qui a bouleversé le monde, la guerre en Ukraine et les nombreuses incertitudes

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Baromètre de l'engagement citoyen et solidaire

06-12-2022

Après les terribles années 2020, 2021 et 2022, qu'en est-il de l'engagement citoyen et solidaire ? La question a été posée auprès d'un panel représentatif de la population

Une Charte de déontologie pour le mécénat d'entreprise ?

29-11-2022

Certains acteurs du monde associatif et de la générosité ont tenté de répondre à un rapport (1) de la Cour des Comptes (28 novembre 2018), qui relevait certaines pratiques

Nouvelle directive pour la jeunesse et les sports

22-11-2022

L'introduction de cette nouvelle directive pour l'année 2022-2023 débute ainsi : "La période de crise sanitaire des deux dernières années invite à placer les politiques de

Faut-il un certificat médical pour pratiquer un sport ?

15-11-2022

Visiblement, le trouble règne encore dans le domaine sportif en ce qui concerne l'obligation ou pas du certificat médical d'absence de contre-indication (CACI), pour exercer une

Comique : l'édition 2022 du baromètre DJEPVA sur la jeunesse

08-11-2022

Avant de lire l'édition 2022 du baromètre DJEPVA sur la jeunesse, je pensais que nos jeunes avaient du mal à se remettre des années 2020, 2021 et 2022. Visiblement, je ne

Comment faire comprendre que les associations existent ?

01-11-2022

Le 11 octobre 2022 le député Modem, Emmanuel Mandon, a posé une question écrite au ministère de la Transition énergétique. Il a demandé, de façon très factuelle, quelles mesures

La Cour des comptes se penche sur l'Agence nationale du sport

25-10-2022

La politique du sport présente, en France, toutes les caractéristiques d'une mission de service public fondée sur la notion d'intérêt général. Elle relève de ce fait de la

Le HCVA tente de siffler la fin de la récréation répressive

18-10-2022

Le Haut Conseil à la Vie Associative sort très rarement de sa ligne diplomatique habituelle. Mais, depuis l'entrée en vigueur du Contrat d'engagement

Le guide du financeur solidaire est sorti

11-10-2022

Certes, ce guide n'est pas le premier du genre. Les grands réseaux d'appui à la création d'entreprise, les structures d'ingénierie de l'économie sociale comme l'Avise, les Cress,

La situation du bénévolat en 2022

04-10-2022

Après deux années de pandémie et l'arrêt forcées des associations, il était temps de faire un point sur la situation du bénévolat dans le secteur associatif. Pour répondre à ces

Découvrir 10 autres articles
Abonnez-vous à Lettrasso+