Un taxi pour Uber

06-07-2015 SOCIETE LIBRE
Les images de chasse à l'homme dans les rues de Paris ont fait le tour du monde. Les chauffeurs de Taxi parisiens nous ont montré des scènes de guérilla urbaine dignes de nos plus chaudes banlieues. 70 véhicules dégradés ou brûlés, mais seulement 10 interpellations. C'est déjà beaucoup plus que pour les paysans qui visiblement courent toujours plus vite que la police, mais beaucoup moins que les jeunes casseurs qui se font prendre à tous les coups... par manque d'entrainement sans doute.

Il faut dire que nos chauffeurs de Taxi n'ont pas fait dans la dentelle. Ils ont même, comble de l'horreur, agressé Courtney Love (la veuve de Kurt Cobain, NLDR) qui s'est empressée de déclarer qu'elle se sentait "plus en sécurité à Bagdad qu'à Paris", c'est dire...

Tout ça pour quoi ? Pour une application pour téléphone portable qui permet, à tout un chacun, de se transformer en chauffeur et d'arrondir ainsi ses fins de mois. UberPop est son nom. Et c'est autrement plus moderne que ces malheureux forçats du bitume parisien avec leurs compteurs aléatoires, leurs amortisseurs fatigués et leur légendaire mauvaise humeur. Bref, UberPop, c'est moderne et le taxi, c'est du dernier ringard.

Et les utilisateurs du système ne tarissent pas d'éloges pour cette nouvelle façon de se déplacer. C'est épatant, moins cher, plus souple et en plus ces chauffeurs improvisés sont tellement sympathiques. Bref, UberPop est l'avenir et ces râleurs de taxi n'ont qu'à changer de métier.

Certes, l'usager oublie que l'inventeur gagne 20% de la course au passage sans rien faire et que, tel Picsou, il trône aujourd'hui sur un tas de 40 milliards de dollars. Tout cela dans la plus parfaite illégalité.

De plus, le même usager semble ignorer totalement que les faux taxis Uber n'ont aucune formation, aucune assurance et ne paient aucune charge sociale. Autrement dit l'"Uberman travaille au black". Laisser s'installer le système et l'utiliser est une façon de légaliser le travail au noir, de mettre plus de 55 000 chauffeurs de taxi sur la paille et de trouver que c'est une merveilleuse innovation high-tech.

Quelle tête feraient les mêmes utilisateurs (j'en connais même un qui est trader) si on venait leur piquer leur job en or à grand coup d'applications high-tech (ce qui viendra, il ne faut pas désespérer) ? Feraient-ils grève ? Brûleraient-ils les smartphones des tricheurs ?

Uber est un coucou. Il s'installe, comme l'oiseau, dans un nid déjà fait et gobe avec délectation le business du transport urbain local sans aucune autorisation. Puis, quand la révolte gronde et que l'Etat réagit, Uber porte plainte pour entrave à la libre concurrence et multiplie les recours et autres joyeusetés juridiques afin de gagner du temps et de parachever son installation. Ne pas oublier qu'il gagne 20% par course... Cela fait beaucoup d'argent pour payer une armée d'avocats.

Court-circuiter la vieille économie par une économie de partage est une chose, et tout n'est pas à jeter dans ces contournements. Mais Uber et ses semblables ne relèvent pas du tout de cette économie là. La différence, c'est le morcellement du travail et une mise en concurrence assumée entre les travailleurs, ce qui entraîne des déséquilibres annonciateurs de grande précarité. Quand des "Uber" s'installent en France, il ne faut jamais oublier que les profits vont aux actionnaires de la Silicon Valley et les impôts aux oubliettes.

Il faut donc interdire Uber et développer, en local, des services identiques car il n'y a aucune raison valable pour qu'une société américaine se permette de gérer une partie des transports d'une ville française.

Ceci étant dit, on ne peut que regretter que le business s'empare de tout. On ne prête plus son appartement à un copain, on le loue sur "Airbnb", on ne prend plus d'auto-stoppeurs, on charge un "Blablacar", on n'invite plus ses voisins, on vend sa cuisine sur "Monvoisincuisine", etc.

Toutes ces applications merveilleuses, qui semblent nous simplifier la vie à court terme, nous transforment, de fait, en employeurs de nous-mêmes. Et dans cette jungle sans droits, sans cotisations et bientôt sans prestations sociales, l'avenir sera servile ou ne sera pas.

En savoir plus
Thibaud Simphal, directeur général d'Uber France, a annoncé, le 3 juillet dernier, la "suspension" d'UberPop, ce service qui permet à des particuliers de s'improviser chauffeurs de taxi avec leur voiture de tous les jours. Il faut noter l'usage du mot "suspension" qui ne veut en aucun cas dire "suppression".



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Assiste-t-on à une baisse significative du budget alloué au Service Civique ?

Visiblement, l'articulation budgétaire entre le Service Civique et le Service National Universel (SNU) semble se dérouler au détriment du premier. Alors même que le SNU n'a pas

Remboursement des frais : les bénévoles sont-ils tous égaux ?

Nous le savons tous, le bénévole qui effectue une dépense pour le compte d'une association peut, et c'est bien normal, demander à cette dernière le remboursement des frais

Panorama législatif des associations pour 2020

Le panorama législatif des associations pour 2020 a-t-il beaucoup changé ? Bien sûr, il y a les augmentations de différents plafonds (sécurité sociale, forfaits divers, etc.).

Associations : attention aux faits reprochés utilisés pour justifier un licenciement

Le licenciement d'un salarié, surtout au sein d'une association de petite taille, n'est pas sans conséquences sur le fonctionnement de la structure. D'autant plus si les faits qui

Travailleurs handicapés : le point sur les nouvelles règles d'embauche

Depuis le 1er janvier 2020, la réforme portée par la loi de septembre 2018 (1) apporte des modifications profondes sur l'obligation d'emploi des travailleurs handicapés (OETH). Si

Le point sur le développement des monnaies locales complémentaires

Les monnaies locales complémentaires et citoyennes (MLCC) sont reconnues par l'autorité de contrôle prudentiel de la Banque de France et par la loi 2014-856 du 31 juillet 2014

Droit au compte bancaire pour les associations et droit de gestion pour les présidents

Les banques sont aujourd'hui toutes puissantes et de très nombreuses associations ont du mal à en trouver une qui accepte de gérer "un compte sans intérêt" comme il a été répondu

Fiscalité des dons : mise au point ministérielle pour 2020

Selon une étude IPSOS pour la fondation des apprentis d'Auteuil, le don moyen pour les foyers assujettis à l'IFI est passé pour la première fois sous la barre des 2 000 euros par

Que se passe-t-il avec la médaille de la jeunesse des sports et de l'engagement associatif ?

C'est par le décret du 18 décembre 2013 (1) que la Médaille de la Jeunesse et des Sports est élargie à l'Engagement Bénévole en faveur de l'intérêt général. Elle est ressentie, à

Présidents d'associations : la mésentente peut entraîner une faute personnelle

Quand la discorde s'installe au sein d'une association, les distensions entre les membres du bureau peuvent déboucher sur des problèmes encore plus graves. Non seulement la

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Au secours, mon robot de cuisine a été piraté

Ce qui est bien avec mes concitoyens, c'est qu'il y a toujours matière à sourire. Même si parfois, ce sourire bienveillant se transforme en rire jaune. Vous souvenez-vous du

Loi de finances 2020 : quoi de neuf pour les associations ?

Le Mouvement associatif (1) avait, dès la parution du projet de loi de finances pour 2020, tenté de proposer des mesures en faveur des associations. Une demande qui ne pouvait que

Casser le thermomètre ne fait pas baisser la fièvre

Le Registre des Malformations en Rhône-Alpes (REMERA) est une association qui mène une double mission : de santé publique en décrivant l'incidence des malformations congénitales

Quand la ruche dit oui

La ruche qui dit oui est une entreprise commerciale française (Equanum SAS avec un agrément ESUS) issue de l'Économie collaborative au même titre que Uber, Rn&B et autres

Les Sentinelles de la Nature

L'idée est toute simple, encore fallait-il y penser. Nous avons presque tous un smartphone. Nous aimons tous nous promener dans la nature. Et nous sommes tous accablés de

Le baromètre de la fraternité en forte hausse

Les inondations dans le sud de la France nous font découvrir des images de désolation. Entre ceux qui ont tout perdu sauf la vie et ceux qui pleurent un proche disparu, les images

Le coeur des soignants

L'enfant pleure, allongé sur un brancard, dans le couloir neutre du CHU de Rennes. Dans quelques minutes, il sera endormi puis opéré. Ses parents n'ont pas pu l'accompagner

Le projet de Terminal 4 à l'aéroport de Roissy

Lors du sommet climat le 24 septembre 2019 à l'assemblée générale de l'ONU, le président de la République a fait un discours remarquable et remarqué sur les moyens de lutter

Mise au point du ministère de l'intérieur sur l'état du site RIPADP

Avec seulement 900 000 signatures à 128 jours de la date butoir fixée au 12 mars 2020, le Référendum d'initiative partagée peine à faire le plein. Est-ce un signe du désintérêt

A Saint-Etienne, souriez vous êtes écouté

On en apprend tous les jours. Alors que le très controversé projet de reconnaissance faciale du gouvernement français, ALICEM (1), fait l'objet d'un recours au Conseil d'Etat pour

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Que serait la France sans ses associations ?

La première qualité du secteur associatif, c'est sa pérennité, qu'il doit à son statut plus que centenaire (119 ans). Une qualité trop souvent moquée ou ringardisée dans une

Le CDD multi-remplacement : pourquoi faire ?

Le 18 décembre 2019 a été publié, au Journal Officiel, le décret n° 2019-1388 chargé de lister les secteurs d'activité autorisés à mettre en oeuvre l'expérimentation du CDD

La campagne 2020 du Fonds pour le développement de la vie associative est lancée

Depuis le décret 2018-460 du 8 juin 2018 relatif au fonds pour le développement de la vie associative, le FDVA se voit confier deux modalités de financement distinctes : le

Les Mutuelles de France appellent à manifester le 17 décembre

La Fédération des Mutuelles de France est née le 31 janvier 1986 d'une scission entre la Fédération Nationale des Mutuelles de Travailleurs et la Fédération Nationale de la

Le rôle des retraités dans les instances dirigeantes des associations

Alors que la réforme des retraites s'avance à pas de loup depuis que la contestation gagne du terrain, il est utile de s'intéresser au rôle des retraités dans les instances

La réforme des retraites : c'est François Fillon qui en parle le mieux

Vous vous demandez sans doute ce que vient faire François Fillon dans la réforme actuelle des retraites. Réforme qui risque bien de mettre des millions de Français dans la rue.

Mesurer l'Impact Social d'une association : une évaluation malaisée et malhonnête

Selon l'Avise, grande papesse du concept d'impact social, "Evaluer son impact social permet de démontrer que son activité est utile pour la société, d'affirmer son identité,

Service civique : les premiers chiffres de la grande enquête d'ampleur 2017-2018

C'est sous l'impulsion de l'Agence du Service Civique que l'INJEP (Institut national de la jeunesse et de l'éducation populaire) a mené la première enquête statistique

BénévaLibre : le logiciel libre et gratuit pour faciliter la gestion des bénévoles

Quelle est la principale ressource d'une association ? Ce sont ses bénévoles naturellement. Et plus ils sont actifs en son sein, et mieux se porte la structure. Le bénévolat, par

Associations : voici une vraie vision décomplexée du malheur des autres

Il y a des jours où la lassitude nous gagne (on devrait dire nous perd) sans que l'on sache exactement pourquoi. La pluie trop forte ou un froid trop vif, une panne de voiture

Découvrir 10 autres articles