Un taxi pour Uber

06-07-2015 SOCIETE LIBRE
Les images de chasse à l'homme dans les rues de Paris ont fait le tour du monde. Les chauffeurs de Taxi parisiens nous ont montré des scènes de guérilla urbaine dignes de nos plus chaudes banlieues. 70 véhicules dégradés ou brûlés, mais seulement 10 interpellations. C'est déjà beaucoup plus que pour les paysans qui visiblement courent toujours plus vite que la police, mais beaucoup moins que les jeunes casseurs qui se font prendre à tous les coups... par manque d'entrainement sans doute.

Il faut dire que nos chauffeurs de Taxi n'ont pas fait dans la dentelle. Ils ont même, comble de l'horreur, agressé Courtney Love (la veuve de Kurt Cobain, NLDR) qui s'est empressée de déclarer qu'elle se sentait "plus en sécurité à Bagdad qu'à Paris", c'est dire...

Tout ça pour quoi ? Pour une application pour téléphone portable qui permet, à tout un chacun, de se transformer en chauffeur et d'arrondir ainsi ses fins de mois. UberPop est son nom. Et c'est autrement plus moderne que ces malheureux forçats du bitume parisien avec leurs compteurs aléatoires, leurs amortisseurs fatigués et leur légendaire mauvaise humeur. Bref, UberPop, c'est moderne et le taxi, c'est du dernier ringard.

Et les utilisateurs du système ne tarissent pas d'éloges pour cette nouvelle façon de se déplacer. C'est épatant, moins cher, plus souple et en plus ces chauffeurs improvisés sont tellement sympathiques. Bref, UberPop est l'avenir et ces râleurs de taxi n'ont qu'à changer de métier.

Certes, l'usager oublie que l'inventeur gagne 20% de la course au passage sans rien faire et que, tel Picsou, il trône aujourd'hui sur un tas de 40 milliards de dollars. Tout cela dans la plus parfaite illégalité.

De plus, le même usager semble ignorer totalement que les faux taxis Uber n'ont aucune formation, aucune assurance et ne paient aucune charge sociale. Autrement dit l'"Uberman travaille au black". Laisser s'installer le système et l'utiliser est une façon de légaliser le travail au noir, de mettre plus de 55 000 chauffeurs de taxi sur la paille et de trouver que c'est une merveilleuse innovation high-tech.

Quelle tête feraient les mêmes utilisateurs (j'en connais même un qui est trader) si on venait leur piquer leur job en or à grand coup d'applications high-tech (ce qui viendra, il ne faut pas désespérer) ? Feraient-ils grève ? Brûleraient-ils les smartphones des tricheurs ?

Uber est un coucou. Il s'installe, comme l'oiseau, dans un nid déjà fait et gobe avec délectation le business du transport urbain local sans aucune autorisation. Puis, quand la révolte gronde et que l'Etat réagit, Uber porte plainte pour entrave à la libre concurrence et multiplie les recours et autres joyeusetés juridiques afin de gagner du temps et de parachever son installation. Ne pas oublier qu'il gagne 20% par course... Cela fait beaucoup d'argent pour payer une armée d'avocats.

Court-circuiter la vieille économie par une économie de partage est une chose, et tout n'est pas à jeter dans ces contournements. Mais Uber et ses semblables ne relèvent pas du tout de cette économie là. La différence, c'est le morcellement du travail et une mise en concurrence assumée entre les travailleurs, ce qui entraîne des déséquilibres annonciateurs de grande précarité. Quand des "Uber" s'installent en France, il ne faut jamais oublier que les profits vont aux actionnaires de la Silicon Valley et les impôts aux oubliettes.

Il faut donc interdire Uber et développer, en local, des services identiques car il n'y a aucune raison valable pour qu'une société américaine se permette de gérer une partie des transports d'une ville française.

Ceci étant dit, on ne peut que regretter que le business s'empare de tout. On ne prête plus son appartement à un copain, on le loue sur "Airbnb", on ne prend plus d'auto-stoppeurs, on charge un "Blablacar", on n'invite plus ses voisins, on vend sa cuisine sur "Monvoisincuisine", etc.

Toutes ces applications merveilleuses, qui semblent nous simplifier la vie à court terme, nous transforment, de fait, en employeurs de nous-mêmes. Et dans cette jungle sans droits, sans cotisations et bientôt sans prestations sociales, l'avenir sera servile ou ne sera pas.

En savoir plus
Thibaud Simphal, directeur général d'Uber France, a annoncé, le 3 juillet dernier, la "suspension" d'UberPop, ce service qui permet à des particuliers de s'improviser chauffeurs de taxi avec leur voiture de tous les jours. Il faut noter l'usage du mot "suspension" qui ne veut en aucun cas dire "suppression".



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Les adhérents non dirigeants peuvent-ils consulter des documents internes à l'association ?

Le culte du secret est souvent l'art de dissimuler. Dans certaines associations, le simple fait qu'un membre ose demander la communication d'un document comptable devient un crime

Les nouvelles procédures à suivre pour obtenir votre SIREN SIRET NAF et RNA

Il s'agit ici d'une mise à jour de l'article paru le 17-04-2017. Oui, comme le temps passe et emporte avec lui anciennes procédures et vieux Cerfa usagés... En revanche les

Exclusion pour non paiement de la cotisation : que dit la loi ?

Dans une association, lorsque l'appel à cotisation est lancé, il y a trois types de membres. Celui qui paie immédiatement sans barguigner, celui qu'il faut relancer au moins une

Quelle est la véritable situation juridique des salariés payés avec le chèque emploi associatif ?

Le chèque emploi-associatif a été une évolution majeure pour faciliter la gestion de nos associations. De plus, grâce à sa simplicité d'utilisation, il a favorisé l'emploi et

Maintient ou pas de l'exonération à la TVA pour les associations d'insertion par l'économie ?

Les associations d'insertion par l'économie (AIE) bénéficient d'une exonération de TVA depuis la loi 87-39 du 27 janvier 1987 (1) lorsque leur gestion est désintéressée. Ces

Associations : les salles mises à disposition par les communes doivent être conformes

Dans certaines communes, les salles mises à disposition des associations frisent le taudis insalubre, voire dangereux. Certes, il ne faut surtout pas généraliser et en règle

Les associations et le service national universel

Obligation puis volontariat, voilà comment le Service national universel se décomposera dans les 13 départements (1) qui vont expérimenter le dispositif à partir du 16 juin 2019.

La date de clôture pour un exercice comptable associatif est-elle libre ?

Que dit exactement la loi ? Quelles sont les obligations et contraintes à respecter ? Faut-il, par exemple, obligatoirement baser l'exercice comptable d'une association sur une

La réforme des règles comptables relatives aux associations : les CVN

C'est la quatrième édition de notre analyse du nouveau règlement comptable des associations qui entrera en vigueur à compter du 1er janvier 2020. Dans un premier article, nous

Le Fonds européen d'aide aux plus démunis dans l'expectative

Le 19 novembre 2018, nous avons publié un article au titre prémonitoire : "Quel avenir pour le Fonds européen d'aide aux plus démunis ?" (1). Nos dernières informations en la

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Une vieille dame indigne de...compassion

Le samedi 16 mars, le restaurant Le Fouquet's était en feu sur les Champs Elysées. Les plateaux de télévision virent alors une kyrielle de bonnes âmes s'offusquer d'une telle

L'étrange obstination à vouloir vendre nos bijoux de famille

Le grand débat vient à peine de se terminer. Notre pays a donc débattu. On pouvait, naïvement, imaginer qu'une trêve législative aurait lieu pendant ce temps d'échanges, puisque

La paire de lunettes de trop

Que se passe-t-il dans la tête d'un homme qui a passé son samedi à arrêter, taper, cogner, éborgner, mutiler des gens qui lui ressemblent en bien des points, à commencer par la

Une lettre de Paris

En mai 68, le Préfet de police de Paris, Maurice Grimaud, a décidé que le maintien de l'ordre ne devait pas anéantir des vies. Il succédait à ce poste à un certain Maurice Papon

Des armes silencieuses pour des guerres sans bruits

Nous empruntons le titre de cet article à M. Lyle Hartford Van Dyke (1), auteur américain plutôt controversé, voire sulfureux. Peu importe, l'objet ici, n'est pas de rendre

Ne laissez personne dénaturer ce que vous êtes

Lettrasso m'a demandé un article à leur remettre avant lundi midi. Et nous sommes dimanche. Et bien sûr, je n'ai pas ou peu d'idées. Faire le point sur les attentes des

Street Medic : le bénévolat de tous les dangers

Le journaliste américain, qui écrit en France sous le pseudo de "Mon Oncle d'Amérique" (1) nous a envoyé un article sur le rôle indispensable des "Street Medic" (2) dans les

Du pouvoir sans visage au visage sans pouvoir

En 2012, au Bourget, le candidat François Hollande déclarait : "mon véritable adversaire n'a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne

Le revenu universel d'activité ou comment rendre illégitime un concept

Lors de notre veille au service des associations, nous avons vu passer un décret intéressant. Il porte le joli nom de "décret instituant un rapporteur général à la réforme du

Va-t-on vers la fin des enquêtes d'utilité publique dans le domaine environnemental ?

Simplifier, c'est le maître mot. La loi dite Confiance ou Essoc, publiée définitivement le 11 août 2018, a introduit nombre de simplifications en droit de l'urbanisme et de

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Fraude fiscale : on achève bien les enquêteurs

Selon un rapport du syndicat Solidaires-Finances publiques (1), le montant total de l'évasion fiscale s'élève à 100 milliards d'euros par an. Le ministre de l'Economie et des

Lutte contre l'obsolescence programmée : une association en première ligne

Nos associations sont partout et de tous les combats. Il semble donc naturel d'en trouver une qui fait de la lutte contre l'obsolescence programmée, un objectif de première

15 millions d'euros supplémentaires pour les associations en 2019 ?

C'est le 15 février dernier que le ministre de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, a fait cette annonce. Nous avons attendu presque un mois avant de la relayer afin de

Terre de liens : une association qui a les pieds bien sur terre

Née en 2003, de la convergence de différents réseaux liés à l'éducation populaire, à la finance éthique, à l'économie solidaire, à l'agriculture biologique et biodynamique et au

Pour le collectif ALERTE, les aides sociales ne doivent pas faire l'objet de contreparties

Créé en 1994, le collectif ALERTE (1) n'est pas né du hasard, mais d'un travail de terrain où les associations ont appris à réfléchir ensemble et à agir pour une cause commune qui

Lettre ouverte d'un président à un autre président

Le président de la fédération APAJH (Association pour Adultes et Jeunes Handicapés), M. Jean-Louis Garcia, a choisi d'adresser une lettre ouverte au président de la République.

Premier point sur la feuille de route Vie associative du gouvernement

Le 29 novembre 2018, le secrétaire d'Etat à la vie associative, Gabriel Attal, (1) a présenté la feuille de route (ce qui fait un peu jargon militaire) du gouvernement pour le

2018 : année noire pour les dons aux associations ?

Pour l'année 2017, selon les chiffres de l'association Recherches et Solidarités dans sa 23 ème édition de son enquête "La générosité des Français" (1), le nombre de foyers

Associations : chiffres et mesures utiles pour 2019

En cette fin du mois de janvier, il est utile de recenser toutes les dernières informations qui peuvent être utiles aux associations. Que ce soit la hausse du SMIC, le montant des

La maraude de l'association Le Barreau des Rues

L'association Le Barreau des Rues est née en novembre 2017. C'est sous l'impulsion de l'avocate Anne-Sophie Laguens que l'idée s'est transformée en réalité. Une jeune mère, qui

Découvrir 10 autres articles