Clarifier la législation des lotos associatifs

08-10-2007
Pour fonctionner de façon convenable sur le plan financier, de nombreuses associations, notamment sportives, organisent chaque année un loto leur permettant de trouver des fonds. Depuis quelques années, les organisateurs de tels lotos, bénéficiant du régime dérogatoire, sont victimes des dérives de groupes privés qui exigent des droits d’entrée élevés et qui proposent des lots de très grande valeur. Il semblerait que le cadre légal prévu par la loi du 21 mai 1936 et le régime dérogatoire soient totalement bafoués.

Lors des séances de questions au gouvernement à l’assemblée nationale, M. Damien Meslot (Union pour un Mouvement Populaire - Territoire-de-Belfort) a attiré l’attention de Mme la ministre de l’économie, des finances et de l’emploi sur l’organisation de loteries d’objets mobiliers et des lotos traditionnels. Il conviendrait selon lui, de clarifier la législation en vigueur en matière d’organisation de loteries. Aussi, il lui demande de bien vouloir lui indiquer quelles mesures elle entend prendre pour éviter, à l’avenir, de nouvelles dérives et ainsi protéger les associations qui trouvent leur financement par l’organisation de lotos. (Question publiée au JO le : 07/08/2007 page : 5112)

Réponse de la Ministre (Réponse publiée au JO le : 25/09/2007 page : 5824)
Les lotos et loteries sont régis par la loi du 21 mai 1836, qui est une loi de portée générale et d’ordre public posant un principe de prohibition totale. Toutefois, deux régimes d’exception sont prévus : l’un par l’article 5 de la loi pour certaines loteries d’objets mobiliers exclusivement destinées à des actes de bienfaisance, à l’encouragement des arts ou au financement d’activités sportives à but non lucratif, autorisées par les préfets. L’autre régime, par l’article 6 qui vise expressément les lotos traditionnels.

La loi n° 2004-204 du 9 mars 2004 portant adaptation de la justice aux évolutions de la criminalité dite Perben II est venue modifier, en son article 23, la rédaction de l’article 6 de la loi du 21 mai 1836. Cette nouvelle rédaction de l’article 6 de la loi du 21 mai 1836 introduit plusieurs modifications qui viennent notamment renforcer la prévention et la lutte contre le risque d’exploitation commerciale des lotos. La notion de cercle restreint est fortement réaffirmée. Elle provient de la volonté du législateur de protéger le tissu associatif.

Dans la rédaction de l’article 6 nouveau, cette notion précède les objectifs des lotos et constitue une condition préalable impérative : les lotos sont organisés « dans un cercle restreint et uniquement dans un but social, culturel, scientifique, éducatif, sportif ou d’animation sociale ». En outre, dans le nouvel article 6, la notion d’animation sociale est substituée à celle, antérieure, d’animation locale.

Par exemple, l’animation sociale vise soit l’organisation d’un loto pour recueillir des fonds en vue de soutenir une cause moralement légitime (but social d’intérêt général tel que des oeuvres caritatives), soit l’organisation d’un loto dans une maison de retraite ou une salle des fêtes. L’énumération des « buts » (objectifs) des lotos est d’interprétation stricte. Conformément aux circulaires du ministère de l’intérieur et à la jurisprudence afférente aux lotos, il s’agit bien de l’organisation de lotos dans un but d’animation sociale et non de lotos organisés par une entreprise commerciale sous un habillage d’animation sociale.

A cet égard, l’introduction dans ce nouvel article 6 de l’adverbe « uniquement » vient renforcer cette volonté du législateur. Cette précision vise à éviter toute déviation de l’objectif des lotos dans une perspective de respect de l’ordre moral et social, ce qui correspond à l’esprit du législateur de 1836 et à celui des juges ayant eu, depuis, à se prononcer sur le sujet dans le cadre de la lutte contre l’exploitation commerciale des lotos. Le plafonnement de la valeur des mises à 20 euros s’inscrit dans la même volonté du législateur de définir clairement la notion de « mises de faible valeur » qui avait conduit antérieurement à certaines dérives.

En effet, cette précision monétaire qui intervient alors qu’aucune jurisprudence ne s’est jamais prononcée sur la valeur des mises vise à limiter la surenchère dans la recherche des bénéfices lors de lotos. La limitation des mises engendre une limitation du produit des lotos qui, par le biais du réemploi des fonds pour acheter les lots, doit conduire à une limitation de la valeur des lots. En contrepartie de cette limitation des mises, le législateur a décidé de déplafonner la valeur des lots et a introduit la possibilité de remettre des bons d’achats.

Cela vient légitimer une forte demande des joueurs de lotos qui souhaitaient que certains lots puissent consister en des ordinateurs, des consoles de jeux, des CD, des DVD, des livres, etc. Si les conditions de cercle restreint et de non-répétitivité systématique d’organisation de lotos sont respectées conformément aux dispositions législatives et à celles des circulaires du ministère de l’intérieur, ces mesures devraient, d’une part, réduire les discriminations entre grandes et petites associations qui disposent de moyens différents pour organiser les lotos et permettre à chacune d’organiser sereinement ses jeux, et, d’autre part, freiner la dérive vers une exploitation commerciale des lotos.

Les services de contrôle de police ou de gendarmerie ont régulièrement l’occasion de rappeler ces dispositions législatives et d’attirer, chaque fois que nécessaire, l’attention des présidents d’associations sur le réemploi des fonds dans des achats ou des offres d’un montant manifestement disproportionné (automobiles, croisières, voyages à l’étranger, par exemple) par rapport à ce qui devrait résulter d’un déroulement normal du jeu dans un cercle restreint, afin de ramener les enjeux à des proportions plus raisonnables.

L’attention des responsables d’associations est aussi régulièrement attirée sur le risque juridique d’engagement de leur responsabilité pour non-respect de la loi et de la jurisprudence y afférente en cas de recours à d’éventuels prestataires, fournisseurs de soirées clés en main, dont les pratiques publicitaires autour des lotos et les pratiques de délivrance des lots contreviennent aux conditions impératives posées par la loi.

Les contrôles des services déconcentrés de la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) sont effectués dans la stricte application de l’ensemble du dispositif prévu par la loi du 21 mai 1836 modifiée. Dès lors que les organisateurs de lotos respectent les conditions cumulatives posées par l’article 6 nouveau de la loi, ces lotos sont, sous réserve de l’interprétation souveraine des tribunaux, réputés licites.

Toute pratique irrégulière doit être signalée aux services de la DGCCRF ou du ministère de l’intérieur, qui procéderont aux constatations et suites contentieuses qui s’imposent.



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Les associations de solidarité alimentaire dans le piège des grandes enseignes

Je ne sais pas si vous avez remarqué l'étrange valse des étiquettes auxquels procèdent certains supermarchés. Depuis la loi du 11 février 2016 (1), qui oblige les grandes surfaces

Engagement bénévole : vers une réforme de l'article L. 5425-8 du code du travail

L'article L. 5425-8 du code du travail (1) interdit le travail bénévole chez un précédent employeur. Cela permet d'offrir des garanties de protection pour les salariés des

Lorsque les libertés fondamentales sont menacées, les associations peuvent agir

Par les temps que nous traversons, voici une information qui peut s'avérer utile. Depuis le début du mouvement social, en novembre 2018, le nombre d'entorses aux libertés

Une commune peut-elle refuser une salle à une association ?

Pas de suspens inutile. Oui, une commune peut refuser de mettre à disposition une salle à une association. Mais, et c'est le point le plus important, elle ne peut pas le faire

Cybersécurité et cybermalveillance : les associations sont également concernées

Avec la démocratisation du numérique et de l'internet, les associations sont aujourd'hui très nombreuses à gérer des données accessibles à partir d'un navigateur. Outre la

La procédure d'exclusion au sein d'une association : ce qu'il faut faire et ne pas faire

Contrairement à ce que l'on croit, c'est la justice qui a précisé, au gré des jugements rendus, ce que la loi de 1901 a laissé dans l'ombre : l'exclusion d'un membre. Avec

Contrats aidés - associations - Loi Avenir Professionnel et autres mesures

La loi 2018-771 du 5 septembre 2018 (1) dite Loi Avenir Professionnel recèle des pépites qui sont assez éloignées de la formation professionnelle qui en est la mesure phare. Bien

Comment mettre en place un groupement associatif ?

L'union fait la force. Quelle autre alternative opposer à l'état de la situation financière de tant d'associations ? Nos structures, souvent petites par la taille, mais grandes

La réforme des règles comptables relatives aux associations - suite

Comme nous nous y étions engagés la semaine dernière, voici une présentation complète du nouveau plan comptable des associations. Le plan comptable de 1999 (Règlement n° 99-03 du

Association et bail commercial un couple bien difficile

La signature d'un bail n'est pas chose aisée quand on représente une structure associative. Et pourtant, que ce soit pour l'exercice de son activité ou simplement pour abriter ses

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Ne laissez personne dénaturer ce que vous êtes

Lettrasso m'a demandé un article à leur remettre avant lundi midi. Et nous sommes dimanche. Et bien sûr, je n'ai pas ou peu d'idées. Faire le point sur les attentes des

Street Medic : le bénévolat de tous les dangers

Le journaliste américain, qui écrit en France sous le pseudo de "Mon Oncle d'Amérique" (1) nous a envoyé un article sur le rôle indispensable des "Street Medic" (2) dans les

Du pouvoir sans visage au visage sans pouvoir

En 2012, au Bourget, le candidat François Hollande déclarait : "mon véritable adversaire n'a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne

Le revenu universel d'activité ou comment rendre illégitime un concept

Lors de notre veille au service des associations, nous avons vu passer un décret intéressant. Il porte le joli nom de "décret instituant un rapporteur général à la réforme du

Va-t-on vers la fin des enquêtes d'utilité publique dans le domaine environnemental ?

Simplifier, c'est le maître mot. La loi dite Confiance ou Essoc, publiée définitivement le 11 août 2018, a introduit nombre de simplifications en droit de l'urbanisme et de

Les associations : les oubliées du Grand Débat National

C'est une constante chez le président de la République, sa difficulté à appréhender les corps intermédiaires dont les associations sont partie intégrante. La lecture de sa "Lettre

Le glissement sémantique du politiquement correct des voeux pour 2019

Nous avons des lecteurs formidables. Nous avons reçu, le 2 janvier 2019, un email qu'un abonné nous a envoyé pour nous souhaiter ses meilleurs voeux pour la nouvelle année. Nous

La pétition l'Affaire du Siècle est elle une si bonne affaire ?

Lancer une pétition sur une plateforme spécialisée comme change.org, ou d'autres comme MesOpinions.com, Avaaz.org, etc, permet au pétitionnaire d'assurer à ses signataires la

Qui croire en 2018 ?

Selon la dernière enquête (1), les médias sont l'institution envers laquelle le public international a le plus de défiance. Et c'est bien dommage, car la démocratie ne peut vivre

Dire que tout a commencé avec une promotion sur le Nutella

Au début de l'année 2018, les journaux télévisés ouvraient tous sur des échauffourées, des bousculades et autres mouvements de foule, occasionnés par une promotion sur les pots de

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Lettre ouverte d'un président à un autre président

Le président de la fédération APAJH (Association pour Adultes et Jeunes Handicapés), M. Jean-Louis Garcia, a choisi d'adresser une lettre ouverte au président de la République.

Premier point sur la feuille de route Vie associative du gouvernement

Le 29 novembre 2018, le secrétaire d'Etat à la vie associative, Gabriel Attal, (1) a présenté la feuille de route (ce qui fait un peu jargon militaire) du gouvernement pour le

2018 : année noire pour les dons aux associations ?

Pour l'année 2017, selon les chiffres de l'association Recherches et Solidarités dans sa 23 ème édition de son enquête "La générosité des Français" (1), le nombre de foyers

Associations : chiffres et mesures utiles pour 2019

En cette fin du mois de janvier, il est utile de recenser toutes les dernières informations qui peuvent être utiles aux associations. Que ce soit la hausse du SMIC, le montant des

La maraude de l'association Le Barreau des Rues

L'association Le Barreau des Rues est née en novembre 2017. C'est sous l'impulsion de l'avocate Anne-Sophie Laguens que l'idée s'est transformée en réalité. Une jeune mère, qui

Formation des bénévoles : lancement de la campagne nationale FDVA 2019

Comme chaque année depuis 2011, le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) lance l'appel à projets national au titre de la formation des bénévoles tournée vers le

Le compte personnel de formation comptabilisé en euros depuis le 1er janvier 2019

Vous êtes salarié dans une association ou une entreprise ? Alors vous avez sans aucun doute un CPF (compte personnel de formation). Il remplace le DIF (droit individuel à la

La commande publique : bientôt le seul financeur des associations ?

Le 1er avril 2019 entrera en vigueur le nouveau code de la commande publique afin de simplifier et moderniser cette dernière. Basé sur quelques 30 textes utilisés quotidiennement

Le Jaune Budgétaire 2019 en faveur des associations est sorti

Déposées par le Gouvernement auprès du Parlement, et en complément du projet de loi de finances, les annexes générales destinées à l'information et à l'action de contrôle du

Pacte de croissance de l'ESS : des mesurettes pour les associations

Ils sont venus, ils sont tous là pour libérer les énergies des entreprises de l'ESS. François de Rugy, ministre de la Transition écologique et son ombre, Christophe Itier,

Découvrir 10 autres articles