Nouvelle réglementation pour les stages en entreprise

14-04-2008
Sous la pression des collectifs Génération-Précaire et de nombreuses associations, le 31 mars 2006 était voté la loi sur l’égalité des chances. Elle prévoyait dans son article L. 331-5 de fixer par décret la durée minimale du stage en entreprise et le montant de la ”gratification” accordée au stagiaire. Cette gratification, d’ordre financier, ne devait pas avoir le caractère d’un salaire au sens de l’article L. 140-2 du code du travail. Belles intentions non suivies d’effet, le fameux décret n’ayant pas vu le jour...

M. Dino Cinieri (député UMP - Loire) interroge M. le ministre du travail, des relations sociales et de la solidarité sur la période à laquelle le décret d’application de la loi sur l’égalité des chances du 31 mars 2006 pourra être publié. Il lui demande de lui préciser les intentions de son ministère quant au montant que la somme perçue par les stagiaires concernés pourrait atteindre.

Réponse du ministre publiée au JO le 08/04/2008
L’attention de M. le ministre du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité a été appelée sur la question de la gratification des stagiaires et des mesures envisagées pour la sécurisation des stages en entreprises que les étudiants sont amenés à effectuer au cours de leur cursus.

Le Gouvernement, conscient des abus entourant les stages, a entamé depuis 2006 un processus tendant à moraliser les stages et à en encadrer la pratique.

Ainsi, la loi du 31 mars 2006 pour l’égalité des chances a permis une clarification de la relation entre le stagiaire et l’entreprise.

Elle comporte plusieurs avancées importantes telles que :
- le caractère obligatoire de la convention de stage,
- la mise en place d’une convention-type fixée par décret,
- l’interdiction du recours au stage dans des situations relevant du travail illégal.

Par ailleurs, une charte des stages, avec pour objectif de moraliser les pratiques de recours aux stages en entreprise et de préciser l’encadrement dont doit bénéficier tout étudiant durant son stage, a été élaborée à partir d’une réflexion commune aux ministères du travail et de l’enseignement supérieur.

Ce cadre concerté et cohérent s’appliquant aux stages demandait cependant à être complété.

En effet, l’article 9 de la loi n° 2006-396 du 31 mars 2006 pour l’égalité des chances prévoit le versement obligatoire d’une gratification au stagiaire pour tout stage supérieur à trois mois, le montant de cette gratification étant fixé par convention ou accord collectif étendu ou, à défaut, par décret.

C’est ce que vient d’accomplir le Gouvernement, après avoir laissé le temps aux partenaires sociaux de négocier, conformément à la volonté du législateur.

Le ministre du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité a consulté les acteurs concernés, notamment dans le cadre du comité de suivi des stages et de la professionnalisation des cursus universitaires.

Le décret n° 2008-96 du 31 janvier 2008 modifiant le décret n° 2006-1093 du 29 août 2006 précise le champ de la notion d’entreprise, visée à l’article 9 de la loi du 31 mars 2006, en incluant expressément les associations, les entreprises publiques et les établissements publics à caractère industriel et commercial.

Il fixe le montant horaire de la gratification due au stagiaire à 12,5 % du plafond horaire de la sécurité sociale défini en application de l’article L. 241-3 du code de la sécurité sociale, soit, pour l’année 2008, 398,13 euros par mois pour un stagiaire occupé 35 heures par semaine.

Le législateur ayant choisi de donner la priorité à la négociation collective, ce montant n’a vocation à s’appliquer que lorsqu’aucun montant n’a été prévu par convention de branche ou accord professionnel étendu.

Le décret prévoit également les modalités de versement de la gratification. Celle-ci est due au stagiaire à compter du premier jour du premier mois de stage et lui est versée mensuellement.

Pour apprécier la durée de trois mois prévue par la loi, il est tenu compte de la convention de stage et des éventuels avenants qui ont pour effet de prolonger le stage. Il prévoit enfin que l’entreprise établit et tient à jour la liste des conventions de stage qu’elle a conclues afin de faciliter l’application des règles de santé et sécurité au travail au bénéfice des stagiaires, et de permettre le contrôle d’éventuels abus.

En effet, la volonté du Gouvernement d’encadrer, d’améliorer et de professionnaliser les stages suppose avant tout que le cadre existant soit respecté et appliqué par tous.

Si la loi du 31 mars 2006 a posé l’interdiction du recours au stage dans des situations relevant du travail illégal (stagiaire remplaçant un salarié, affecté à un poste permanent dans l’entreprise ou recruté pour faire face à un surcroît d’activité), le recours aux faux statuts, parmi lesquels celui de stagiaire, a représenté en 2006 près de 4 % des infractions constatées au droit du travail bien que les sanctions encourues pour le travail dissimulé soient sévères.

Il semble donc nécessaire de renforcer l’effectivité du contrôle. C’est pourquoi le respect des règles encadrant les stages constitue une des priorités du programme d’action 2008-2009 de lutte contre le travail illégal.

Les moyens à disposition du Gouvernement pour mettre en oeuvre ce programme d’action bénéficieront du plan de renforcement de l’inspection du travail qui aidera à améliorer l’effectivité du contrôle.

En savoir plus :
De nombreuses associations s’élèvent contre ce décret censé lutter contre les abus constatés en matière de stages et qui ne répond à aucune des revendications des stagiaires. Une rémunération à 50 % du SMIC dès le premier jour du premier mois du stage semblerait plus conforme à la rétribution des services rendus par les stagiaires. Par ailleurs, il serait légitime de limiter le droit du recours au stage à 6 mois de l’année universitaire et d’inscrire les stagiaires dans le Registre unique du personnel afin de comptabiliser les entreprises qui abusent du prétexte de la formation pour remplacer de véritables salariés par des stagiaires. Ne faudrait-il pas, également, pénaliser l’abus de stage et étendre les dispositions citées précédemment à la fonction publique ? Elles demandent donc que ce décret soit entièrement repris, pour offrir aux stagiaires un cadre juridique solide, avec notamment l’inscription au registre unique du personnel, et une rémunération décente dès le premier mois de stage, progressive selon le niveau d’étude.
Décret n° 2008-96 du 31 janvier 2008 relatif à la gratification et au suivi des stages en entreprise



Depuis 1999 au service des associations

Inscrivez votre association dans l'Intranet et rejoignez les 29 065 associations inscrites

L'annuaire des 29 065 associations inscrites dans l'Intranet du site

Pour déposer gratuitement vos offres d'emploi ou bien les consulter

L'annuaire BlogAsso : 261 sites internet sélectionnés

Présentation de toutes les subventions allouées par l'Etat aux associations