Repenser la question des ressources des personnes handicapées

24-03-2008
Le handicap est un sujet de préoccupation majeure. Il constitue non seulement un problème pour les personnes qui en sont atteintes, mais aussi un enjeu pour notre pays, celui de faire vivre les principes de la tolérance et de solidarité qui nous sont chers. Si le travail est toujours préférable à l’assistance, il n’en demeure pas moins que la France a un devoir de solidarité à l’égard de ces personnes, qui se trouvent à l’écart du monde professionnel. Lors de la campagne électorale, la promesse avait été faite que le montant de l’allocation aux adultes handicapés soit porté à 800 euros au moins.

Face à une réalité très décevante, le député Bernard Depierre (UMP - Côte-d’Or) a demandé au ministre de la Solidarité si le Gouvernement ambitionnait enfin de mettre en oeuvre cette mesure pour pallier la précarité des personnes en situation de handicap.

Réponse du ministère publiée au JO le 18/03/2008
Le Gouvernement est conscient de la nécessité de repenser la question des ressources des personnes handicapées. Sensible aux demandes des associations, il estime cependant que toute revalorisation de l’AAH est indissociable d’une réflexion d’ensemble sur les ressources globales des personnes handicapées.

Aux termes de l’article L. 821-1 du code de la sécurité sociale, l’AAH, prestation non contributive financée sur le budget de l’État, revêt un caractère subsidiaire par rapport à tout avantage de vieillesse, d’invalidité ou de rente d’accident du travail servi par un régime de sécurité sociale, un régime de pension de retraite ou une législation particulière.

Cette prestation est revalorisée chaque année au 1er janvier, conformément à l’article D. 821-3 du code de la sécurité sociale. Elle est égale pour 2008 à 628,10 euros par mois.

En outre, le montant total de ces avantages atteint 80 % du salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC), soit 800,58 euros par mois, lorsqu’à cette allocation s’ajoute le complément de ressources, destiné aux personnes qui se trouvent dans l’incapacité de travailler, très éloignées du milieu protégé et ayant une charge de logement.

Des progrès ont d’ores et déjà été réalisés pour garantir les ressources de ceux qui accèdent à l’emploi. Les règles relatives à l’AAH ont été modifiées, afin de les rendre plus incitatives à une reprise d’activité : ainsi, la loi du 11 février 2005 a accru les possibilités de cumuler AAH et revenu d’activité, à travers un dispositif d’abattement sur ces derniers. Grâce à ces mesures, une personne handicapée isolée rémunérée au SMIC peut conserver le bénéfice d’une AAH à taux plein jusqu’à un tiers temps et d’une AAH à taux partiel jusqu’à un plein temps.

Pour une personne handicapée vivant en couple, le nouveau dispositif d’abattement permet le retour à l’emploi des personnes jusqu’ici condamnées à l’inactivité du fait que leur conjoint valide travaille à plein temps en autorisant le cumul d’une AAH à taux partiel avec des ressources d’activité jusqu’à deux SMIC pour l’ensemble du foyer. Le projet de loi de finances 2007 a ouvert les compléments de cette allocation aux pensions d’invalidité, réduisant ainsi considérablement les inégalités pouvant exister entre ces deux minima sociaux.

En tant que public cible de la politique générale de l’emploi, les personnes handicapées ont désormais accès aux contrats aidés et ils bénéficient aussi d’outils spécifiques en faveur du retour à l’emploi. Elles s’inscrivent parmi les bénéficiaires de l’obligation d’emploi, ce qui leur ouvre droit aux aides de l’Association pour la gestion des fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées (AGEFIPH) et du Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP), ainsi qu’à l’accompagnent professionnel réalisé par les Cap emploi. Ces outils ont été renforcés en 2007.

Conformément aux engagements pris par le Président de la République, le chantier sur les ressources attendu par les personnes handicapées et leurs associations représentatives a été lancé, dans le cadre d’un groupe de travail spécifique au sein du comité de suivi qui a été installé par Mme la secrétaire d’État chargée de la solidarité le 23 octobre 2007.

Deux thématiques y seront explorées, d’une part, la question des revenus de remplacement pour les personnes handicapées, afin d’envisager la meilleure façon d’assurer un revenu digne aux personnes handicapées dans l’incapacité de travailler et d’autre part, la question de l’intéressement à l’activité professionnelle, à travers l’articulation entre revenu de remplacement, revenu d’activité et droits connexes.

Parallèlement, il sera proposé à toutes les personnes qui le peuvent une politique active d’accès à l’emploi qui permette d’avoir des revenus d’activité. Une expérimentation est déjà menée sur une démarche d’insertion pour les allocataires de l’AAH, qui leur permet de bénéficier d’un bilan de leur employabilité, d’un accompagnement vers l’emploi et d’accéder à des formations adaptées. Les outils que sont l’AGEFIPH et le FIPHFP seront également rénovés, permettant ainsi l’intervention dans de nouveaux domaines, comme l’aide au recrutement dans les petites entreprises ou collectivités. L’engagement du Gouvernement à ce sujet est total.



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Qu'est-ce que la convention tacite d'assistance bénévole ?

Qui n'a jamais aidé une personne dans la rue à porter un objet lourd ? Porter assistance à une personne encombrée est un acte charitable, mais que se passe-t-il si vous êtes

La relation conjugale dans l'administration d'une association

De très nombreuses questions sur le Forum, illustrent des situations souvent conflictuelles : une femme et son mari à la tête d'une association. Où bien, l'épouse dirige une

Peut-on faire des bons cadeaux pour remercier ses bénévoles ?

La question mérite d'être posée en cette fin d'année propice aux cadeaux qui cimentent les relations au sein de nos structures. Bien sûr, on peut répondre par l'affirmative. Oui,

Quand la responsabilité pénale d'un dirigeant associatif entraîne sa responsabilité civile

Jusqu'à présent, on savait que le président d'une association ne se voyait condamner à engager son patrimoine personnel pour rembourser une victime, que si la faute commise était

Mandat de conseiller municipal et présidence d'une association

L'article L2131-11 du Code des communes (1) est bien connu des conseillers municipaux. Sans doute autant que l'article L121-35 (2) du même code. Ainsi encadrée, la double

Une commune peut-elle refuser le renouvellement d'un bail à une association ?

Après une élection, qui voit un changement d'équipe à la tête d'une commune, les premières victimes sont bien souvent les associations. Certains maires s'arrogent en effet, le

Associations : organiser un voyage pour vos bénévoles, ce qu'il faut savoir

De très nombreuses associations tentent de remercier l'engagement sans faille de leurs bénévoles en organisant un voyage. Et c'est une très bonne chose qui permet de mieux se

Associations : du nouveau pour la responsabilité des dirigeants pour insuffisance d'actif

Toutes les associations déclarées, exerçant ou non une activité économique, peuvent être soumises à la procédure de redressement judiciaire (1). Elle a pour objet, à partir du

Reçu pour don : de gros changements pour 2019

Le reçu pour don ou reçu fiscal est un document que doit remettre une association reconnue d'intérêt général à son donateur. Cela permettra à ce dernier d'obtenir la réduction

Quand la gestion désintéressée de certaines associations devient intéressante

A l'origine de la création d'une association, il y a bien souvent le soutien à une cause. Celle-ci peut-être aussi bien destinée à lever des fonds pour faire soigner un enfant à

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

L'effet papillon ou la théorie du chaos

L'effet papillon est une théorie, développée par le météorologue Edward Lorenz, selon laquelle un battement d'ailes de papillon au Brésil peut provoquer une tempête au Texas. En

La mystérieuse disparition de Majorana

Étienne Klein est un philosophe des sciences. Il est aussi directeur du laboratoire de recherche sur les sciences de la matière du Commissariat à l'énergie atomique. Il est

Une petite histoire des villages morts pour la France

Il existe des maires qui ne font jamais campagne et pour cause : ils n'ont pas d'électeurs. Ils sont pourtant maires mais nommés par le préfet. Leur rôle ? Faire vivre et

Associations : faire beaucoup plus avec vraiment moins

Parce que la grande pauvreté augmente, parce que l'illettrisme progresse, parce que les inégalités se creusent, les associations doivent encore faire plus et mieux. Hélas, cette

Les fusillés pour l'exemple : une histoire française

Alors que nous allons fêter le centenaire de l'armistice de 1918, il y a dans notre mémoire collective, une empreinte indélébile, comme une tâche, comme l'oeil regardant Caïn dans

Où va l'argent du Livret de Développement Durable et Solidaire ?

Anciennement Codevi, le LDDS est un produit d'épargne rémunéré. Les fonds affectés à ce livret financent principalement des projets en faveur du logement social, des collectivités

Quand la monnaie complémentaire prend Racine

Le dimanche 7 octobre 2018 a été une date importante pour les habitants de la vallée de la Chevreuse. La ferme de Beaurain, au Mesnil-Saint-Denis, a été le théâtre du lancement

Les dons aux associations sont en chute libre

Ce n'est pas une vague impression de comptoir, mais le propre aveu de Pierre Siquier qui est le président en titre de France Générosités. Les dons aux associations sont en chute

La méthode du retour à l'envoyeur

Malgré la propagation sur nos téléphones du GPS et l'existence de 4 657 déchetteries dans l'Hexagone, il semble que certains de nos concitoyens ne parviennent pas à faire un lien

Pharos, un phare dans la nuit des violences

Les réseaux sociaux proposent des vidéos dont le mode de propagation est fondé sur la participation, le partage et l'échange. Et c'est une très bonne chose quand le contenu

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Mettre en place un mécénat de compétences : le guide

Le mécénat de compétences consiste à mettre à disposition des associations, des collaborateurs sur leur temps de travail pour réaliser des actions d'intérêt général. Un

Quel avenir pour le Fonds européen d'aide aux plus démunis ?

Le Fonds européen d'aide aux plus démunis (FEAD) est destiné à apporter une assistance matérielle à ceux qui en ont besoin. Il a bénéficié d'un budget de 3,8 milliards d'euros

Deux études inédites : bénévolat et associations, état des lieux et évolutions

L'association pour le développement des données sur l'économie sociale (ADDES) nous propose deux études inédites : "Les associations : état des lieux et évolutions. Vers quel

Le Genepi veut absolument retourner en prison

A l'origine, des jeunes gens de bonnes familles, un peu boy-scouts, un peu "chrétiens de gauche" venaient dans les prisons visiter les malheureux détenus. Aujourd'hui, cette

Les missions locales : nouvelle cible du gouvernement ?

Avec plus de 6500 sites, les 445 missions locales sont présentes sur l'ensemble du territoire national. Un maillage associatif qui exerce une mission de service public de

Les Waldeck : un Prix pour valoriser les dynamiques associatives ?

Pierre Marie René Ernest Waldeck-Rousseau est né à Nantes le 2 décembre 1846. Il est mort à Corbeil-Essonnes le 10 août 1904. Entre ces deux dates, cet homme politique aura

L'oubli de la vie associative dans le gouvernement

Oublier plus de 20 millions de français dans l'élaboration d'un gouvernement est chose étrange. Certes, l'intitulé "Vie associative" est bien accolé aux charges du ministère de

Faire un don à une association car donner fait du bien

Donner fait du bien nous dit le syndicat France Générosités (1). Et c'est vrai, le don (surtout désintéressé) fait du bien. Aider une action associative, même avec une petite

L'innovation sociale est-elle d'utilité sociale ?

Sous ce titre volontairement provocateur se cache tout de même une vraie question : qu'est-ce que l'innovation sociale ? Si l'utilité sociale pointe les effets positifs d'une

25 000 associations de moins en 2017

C'est une première en France. Le nombre d’associations, en constante progression depuis plus de 10 ans, stagne autour de 1,3 million. Comme l'explique l'association

Découvrir 10 autres articles