02-10-2017  ESS LIBRE

Le service civique au secours du manque généré par la suppression des contrats aidés

Contrats aidés suite... Depuis le début du mois de septembre, certaines municipalités nous remontaient des situations alarmantes sur le devenir du service civique. En effet, il semble que les préfectures aient reçu des consignes strictes de la part du ministère du travail afin que le service civique vienne aider à boucher les trous laissés par la suppression des contrats aidés. Curieuse et illégale méthode en vérité.

Le service civique est en effet, par la loi, destiné à favoriser l’engagement des jeunes, et en aucun cas à pourvoir des emplois qui ne peuvent être financés.

C'est lors du Conseil des ministres du 6 septembre 2017 que la ministre du Travail, qui est décidément en première ligne sur tous les fronts, a laissé volontairement fuiter une information envoyée en direction des préfets : "la ministre du travail a rappelé que les préfets disposent désormais d'une souplesse de gestion accrue dans l'utilisation des crédits : adaptabilité des taux de prise en charge et des durées, fongibilité, mobilisation du service civique."

De fait, la ministre et les préfets vont se mettre hors la loi puisque le remplacement d'un salarié (ce qui est le cas d'un contrat aidé) par un volontaire du service civique est illégal. Mais la ministre n'en a cure et ne s’embarrasse pas de considérations vaseuses. Le mouvement associatif a fait entendre sa voix afin de rappeler à la ministre les devoirs de sa charge, à commencer par le respect des lois de la république.

L'article 120-7 du code du service national dispose que le contrat de Service Civique "organise une collaboration exclusive de tout lien de subordination entre le volontaire et l'organisme qui l'accueille". Toujours dans le même article, il est précisé que : "les missions confiées au volontaire ne doivent pas avoir été exercées par un salarié ou un agent public de la structure d'accueil moins d'un an avant la signature du contrat de Service Civique".

Rappelons enfin à notre ministre du travail que l'article L.120-1 du Code du Service National précise que les missions de volontariat en service civique "sont complémentaires des activités confiées aux salariés ou aux agents publics et ne peuvent se substituer ni à un emploi ni à un stage".

Nous imaginons qu'il n'est pas non plus utile de lui rappeler qu'un salarié doit bénéficier du SMIC et des protections sociales essentielles, ce qui n'est bien sûr pas le cas des volontaires en service civique, dont l'indemnisation est de 50% inférieure au SMIC.

En savoir plus
Référentiel des missions de Service Civique

Compte rendu du Conseil des ministres du 6 septembre 2017

Brève en copie partielle autorisée
Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
Le service civique au secours du manque généré par la suppression des contrats aidés 
Contrats aidés suite... Depuis le début du mois de septembre, certaines municipalités nous remontaient des situations alarmantes sur le devenir du service civique. En effet, il semble que les préfectures aient reçu des <a href="https://www.loi1901.com/breves_associatives.php?moteur1=1087" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

D'autres articles de la rubrique : ESS

Le rapport annuel de l'Observatoire de la laïcité 2017-2018

C'est le 15 mai 2018 que M. Jean-Louis Bianco, président, et M. Nicolas Cadène, rapporteur général, ont officiellement remis au Président de la République le 5ème rapport annuel de l'Observatoire de la laïcité. C'est dans un contexte particulièrement lourd, avec notamment les attentats, que l'on ne peut que constater une sensibilité très forte sur toute situation qui touche à la

Lire la suite...

Le Fonds de développement de la vie associative a son décret

Nous l'attendions avec impatience, il vient d'arriver enfin, tout frais tout chaud. Mais qui donc ? Le décret 2018-460 du 8 juin 2018 relatif au fonds pour le développement de la vie associative (1). Son objet : encadrer les nouvelles modalités régissant l'attribution des crédits de 25 millions d'euros abondés en loi de finances 2018 pour financer les petites associations. Cet

Lire la suite...
Si les brèves suivantes ne s'affichent pas, veuillez rafraîchir la page en cliquant sur Rafraîchir la page

Depuis 1999 au service des associations

Abonnez-vous à LettrassoPlus

Abonnez-vous au Forum Juridique

Le pack Lettrasso + et Forum Juridique

Veuillez activer Javascript sur votre navigateur. [ ? ]