21-10-2019  ESS LIBRE

Les conséquences pour les associations, les communes et les départements de la suppression de la taxe d'habitation

La suppression de la taxe d'habitation représente une perte de ressources pour les communes estimée à plus de 26 milliards d'euros. C'est le rapport "Bur-Richard" (1) qui donne ce chiffre. On imagine sans peine l'inquiétude des municipalités face à un manque à gagner "gargantuesque". D'autant plus que la question de la compensation de cet impôt, pour les collectivités locales, suscite beaucoup d'interrogations. Et par ricochet, les associations ne peuvent que se joindre au malaise ambiant.

Le rapport envisage une compensation via le transfert du taux de taxe foncière du département (TFPB) combiné avec une partie d'un impôt national ou compensation seulement via une partie d'un impôt national.

En d'autres termes, on déshabille Pierre pour habiller Paul. Ainsi, les communes perdront une ressource qu'elles maîtrisaient au travers de la fixation des taux et dont le montant pouvait varier en raison de l'augmentation des bases. De même, rendre sa commune attractive pour attirer la construction de nouvelles habitations, risque de passer au second plan. Et pourtant, cela permettait à une commune d'augmenter ses recettes, issues de la taxe d'habitation, et d'accompagner le développement communal lié à ces nouveaux logements (réseaux, voirie, écoles, services sociaux, associations, etc.).

Les départements, à qui il est déjà demandé beaucoup, se sentent les dindons de la farce. Leur demander de faire le deuil de leur part de taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) passe très mal. Ils n'ont pas manqué de manifester leur grogne lors de la grande réunion annuelle des présidents et élus départementaux le vendredi 18 octobre dernier. Un grand nombre d'entre eux ont en effet quitté la salle en plein discours de la ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, qui défendait la réforme de la fiscalité locale du gouvernement. Une scène très rare dont les images envahissent depuis les réseaux sociaux.

Pour quelle raison le gouvernement, qui souhaite passer en force, décide-t-il de supprimer une taxe qui garantissait une autonomie à la fois financière et politique aux communes ? En fait, la réponse est dans la question. L'ADN du macronisme est le contrôle de tout et de tous. La suppression de la taxe d'habitation entraînera de facto, une soumission des élus au bon vouloir des préfets qui seront, comme partout en France aujourd'hui, le bras armé du gouvernement pour inféoder les récalcitrants. Et les départements subiront la même dépendance puisque la compensation envisagée pour l'abandon d'une partie de la TFPB serait une fraction d'impôt national.

On imagine sans mal l'épée de Damoclès que les préfets ne manqueront pas d'agiter au dessus des têtes des élus départementaux qui n'appliqueront pas les directives venues d'en haut. Tout cela va mettre à bas un édifice qui avait déjà bien du mal à surnager après les différentes réformes. Et les grandes perdantes seront les associations qui verront les collectivités locales ne plus être en mesure de les soutenir. Après la suppression des emplois aidés, cela risque d'être le coup de grâce pour de très nombreuses structures.

Une autre surprise attend les associations. A la lecture de l'article 5 du projet de loi de finances pour 2020 qui réforme la taxe d'habitation (2), elles ont découvert que si la taxe d'habitation est bien supprimée pour les résidences principales, elle est maintenue pour les résidences secondaires et surtout pour les locaux meublés des personnes morales. Cette nouvelle taxe, THRS, obligerait les établissements privés non lucratifs qu'ils soient à objet social, médical ou sanitaire à la payer. Et ce en contradiction totale avec l'article 1408 du code général des impôts qui exonère ce type d'établissements.

Les 13 plus grandes associations exigent un rendez-vous avec le premier ministre dans une lettre ouverte qui a du mal à cacher un agacement certain. On pourra rajouter aux mécontents, les 80% des foyers fiscaux concernés et qui doivent bénéficier dès cet automne d'un dégrèvement de 65% du montant de leur impôt. Ils vont vite découvrir que le gain moyen par ménage, estimé par le gouvernement à 390 euros, ne sera pas au rendez-vous, puisque de très nombreuses communes, en prévision, ont relevé leur taux d'imposition en 2019.

L'incohérence de la suppression de la TH bat son plein lorsque l'on découvre sidéré, que pour bénéficier de la réforme, il ne faut pas dépasser un certain seuil de revenus, nommé "le revenu fiscal de référence" (RFR). Et c'est ainsi que les 800.000 ménages qui ont bénéficié de la réforme l'année dernière (donc des 30% de dégrèvement sur le montant de leur taxe d'habitation) vont devoir, cet automne, la payer en totalité, puisque dépassant le RFR. Tout ça pour ça. Bref, la suppression de la taxe d'habitation ne fera que des insatisfaits. Et la grogne qui monte dans le pays, des salariés aux élus en passant par la totalité des corps intermédiaires, devrait être écoutée.

En savoir plus
(1) Rapport Bur-Richard sur la refonte de la fiscalité locale

(2) Suppression de la taxe d'habitation sur les résidences principales - PLF 2020

Brève en copie partielle autorisée
Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
Les conséquences pour les associations, les communes et les départements de la suppression de la taxe d'habitation 
La suppression de la taxe d'habitation représente une perte de ressources pour les communes estimée à plus de 26 milliards d'euros. C'est le rapport "Bur-Richard" (1) qui donne ce chiffre. On imagine sans peine <a href="https://www.loi1901.com/breves_associatives.php?moteur1=1539" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

Découvrir 10 autres articles



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Assiste-t-on à une baisse significative du budget alloué au Service Civique ?

Visiblement, l'articulation budgétaire entre le Service Civique et le Service National Universel (SNU) semble se dérouler au détriment du premier. Alors même que le SNU n'a pas

Remboursement des frais : les bénévoles sont-ils tous égaux ?

Nous le savons tous, le bénévole qui effectue une dépense pour le compte d'une association peut, et c'est bien normal, demander à cette dernière le remboursement des frais

Panorama législatif des associations pour 2020

Le panorama législatif des associations pour 2020 a-t-il beaucoup changé ? Bien sûr, il y a les augmentations de différents plafonds (sécurité sociale, forfaits divers, etc.).

Associations : attention aux faits reprochés utilisés pour justifier un licenciement

Le licenciement d'un salarié, surtout au sein d'une association de petite taille, n'est pas sans conséquences sur le fonctionnement de la structure. D'autant plus si les faits qui

Travailleurs handicapés : le point sur les nouvelles règles d'embauche

Depuis le 1er janvier 2020, la réforme portée par la loi de septembre 2018 (1) apporte des modifications profondes sur l'obligation d'emploi des travailleurs handicapés (OETH). Si

Le point sur le développement des monnaies locales complémentaires

Les monnaies locales complémentaires et citoyennes (MLCC) sont reconnues par l'autorité de contrôle prudentiel de la Banque de France et par la loi 2014-856 du 31 juillet 2014

Droit au compte bancaire pour les associations et droit de gestion pour les présidents

Les banques sont aujourd'hui toutes puissantes et de très nombreuses associations ont du mal à en trouver une qui accepte de gérer "un compte sans intérêt" comme il a été répondu

Fiscalité des dons : mise au point ministérielle pour 2020

Selon une étude IPSOS pour la fondation des apprentis d'Auteuil, le don moyen pour les foyers assujettis à l'IFI est passé pour la première fois sous la barre des 2 000 euros par

Que se passe-t-il avec la médaille de la jeunesse des sports et de l'engagement associatif ?

C'est par le décret du 18 décembre 2013 (1) que la Médaille de la Jeunesse et des Sports est élargie à l'Engagement Bénévole en faveur de l'intérêt général. Elle est ressentie, à

Présidents d'associations : la mésentente peut entraîner une faute personnelle

Quand la discorde s'installe au sein d'une association, les distensions entre les membres du bureau peuvent déboucher sur des problèmes encore plus graves. Non seulement la

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Le droit de manifester est-il toujours garanti en France ?

Des journaux comme Le Monde ou encore Libération, Le Parisien, etc. commencent à s'interroger : "Le droit de manifester est-il toujours garanti en France ?" Et cette question

Au secours, mon robot de cuisine a été piraté

Ce qui est bien avec mes concitoyens, c'est qu'il y a toujours matière à sourire. Même si parfois, ce sourire bienveillant se transforme en rire jaune. Vous souvenez-vous du

Loi de finances 2020 : quoi de neuf pour les associations ?

Le Mouvement associatif (1) avait, dès la parution du projet de loi de finances pour 2020, tenté de proposer des mesures en faveur des associations. Une demande qui ne pouvait que

Casser le thermomètre ne fait pas baisser la fièvre

Le Registre des Malformations en Rhône-Alpes (REMERA) est une association qui mène une double mission : de santé publique en décrivant l'incidence des malformations congénitales

Quand la ruche dit oui

La ruche qui dit oui est une entreprise commerciale française (Equanum SAS avec un agrément ESUS) issue de l'Économie collaborative au même titre que Uber, Rn&B et autres

Les Sentinelles de la Nature

L'idée est toute simple, encore fallait-il y penser. Nous avons presque tous un smartphone. Nous aimons tous nous promener dans la nature. Et nous sommes tous accablés de

Le baromètre de la fraternité en forte hausse

Les inondations dans le sud de la France nous font découvrir des images de désolation. Entre ceux qui ont tout perdu sauf la vie et ceux qui pleurent un proche disparu, les images

Le coeur des soignants

L'enfant pleure, allongé sur un brancard, dans le couloir neutre du CHU de Rennes. Dans quelques minutes, il sera endormi puis opéré. Ses parents n'ont pas pu l'accompagner

Le projet de Terminal 4 à l'aéroport de Roissy

Lors du sommet climat le 24 septembre 2019 à l'assemblée générale de l'ONU, le président de la République a fait un discours remarquable et remarqué sur les moyens de lutter

Mise au point du ministère de l'intérieur sur l'état du site RIPADP

Avec seulement 900 000 signatures à 128 jours de la date butoir fixée au 12 mars 2020, le Référendum d'initiative partagée peine à faire le plein. Est-ce un signe du désintérêt

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Que serait la France sans ses associations ?

La première qualité du secteur associatif, c'est sa pérennité, qu'il doit à son statut plus que centenaire (119 ans). Une qualité trop souvent moquée ou ringardisée dans une

Le CDD multi-remplacement : pourquoi faire ?

Le 18 décembre 2019 a été publié, au Journal Officiel, le décret n° 2019-1388 chargé de lister les secteurs d'activité autorisés à mettre en oeuvre l'expérimentation du CDD

La campagne 2020 du Fonds pour le développement de la vie associative est lancée

Depuis le décret 2018-460 du 8 juin 2018 relatif au fonds pour le développement de la vie associative, le FDVA se voit confier deux modalités de financement distinctes : le

Les Mutuelles de France appellent à manifester le 17 décembre

La Fédération des Mutuelles de France est née le 31 janvier 1986 d'une scission entre la Fédération Nationale des Mutuelles de Travailleurs et la Fédération Nationale de la

Le rôle des retraités dans les instances dirigeantes des associations

Alors que la réforme des retraites s'avance à pas de loup depuis que la contestation gagne du terrain, il est utile de s'intéresser au rôle des retraités dans les instances

La réforme des retraites : c'est François Fillon qui en parle le mieux

Vous vous demandez sans doute ce que vient faire François Fillon dans la réforme actuelle des retraites. Réforme qui risque bien de mettre des millions de Français dans la rue.

Mesurer l'Impact Social d'une association : une évaluation malaisée et malhonnête

Selon l'Avise, grande papesse du concept d'impact social, "Evaluer son impact social permet de démontrer que son activité est utile pour la société, d'affirmer son identité,

Service civique : les premiers chiffres de la grande enquête d'ampleur 2017-2018

C'est sous l'impulsion de l'Agence du Service Civique que l'INJEP (Institut national de la jeunesse et de l'éducation populaire) a mené la première enquête statistique

BénévaLibre : le logiciel libre et gratuit pour faciliter la gestion des bénévoles

Quelle est la principale ressource d'une association ? Ce sont ses bénévoles naturellement. Et plus ils sont actifs en son sein, et mieux se porte la structure. Le bénévolat, par

Associations : voici une vraie vision décomplexée du malheur des autres

Il y a des jours où la lassitude nous gagne (on devrait dire nous perd) sans que l'on sache exactement pourquoi. La pluie trop forte ou un froid trop vif, une panne de voiture

Découvrir 10 autres articles