16-03-2020  ESS LIBRE

L'armée est appelée en renfort pour faire face au coronavirus

Alors que la polémique enflait autour du maintien ou pas du premier tour des élections municipale, le gouvernement a publié un décret (1) relatif aux organismes susceptibles d'accueillir des militaires en affectation temporaire. Il faut dire que nos militaires, via les services d'analyse de la Défense nationale, ont l'habitude d'élaborer des scénarios catastrophes afin de trouver les parades. En 2014, l'armée (avec l'IRIS (2)) a étudié les solutions à apporter en cas de pandémie.

C'est dans le cadre d'une étude sur les "conséquences des risques sanitaires induits par le dérèglement climatique" que l'armée s'est préparée au scénario d'une pandémie.

On l'ignore souvent mais l'armée est équipée et possède un encadrement formé pour faire face à des situations sanitaires d'urgence. On comprend alors l'intérêt d'utiliser ses énormes moyens pour aider nos hôpitaux qui en ont bien besoin. Le décret autorise donc l'affectation temporaire de militaires dans des organismes civils.
[Lire la réaction du ministère des armées à nos affirmations]

Parmi ces organismes, au sein desquels un militaire peut être affecté en position d'activité, on relève naturellement les établissements de santé publics ou privés mais aussi les associations, les mutuelles, les groupements de coopération sanitaire, les entreprises, etc. Comme on le voit, le panel d'"hébergements" est très large.

Voici le récit de ce scénario catastrophe imaginé en 2014 par les militaires et l'Iris pour combattre une pandémie (page 69 du rapport de l'Iris). Vous ne manquerez pas de relever que dans cette "fiction" se glissent des observations qui font passer notre grande muette pour une petite bavarde : "L'année a été difficile, notamment marquée par une grève de plus de 45 jours de tous les fonctionnaires des services publics de santé, épuisés par les coupes budgétaires opérées sans discontinuer depuis dix ans." Nous vous laissons savourer la suite.

Au coeur de l'été 2026, la France savoure quelques semaines de répit. L'année a été difficile, notamment marquée par une grève de plus de 45 jours de tous les fonctionnaires des services publics de santé, épuisés par les coupes budgétaires opérées sans discontinuer depuis dix ans. Une grève populaire, alors que les indices de morbidité ne cessent de se dégrader.

Personne n'a remarqué que, comme en Grèce, en Italie et en Espagne, les services de surveillance des maladies vectorielles et tropicales se sont largement étiolés durant ces années. Le gouvernement n'a cependant rien cédé sur le fond, sauf à la marge, ce qui a permis au mouvement de s'arrêter avec la satisfaction d'avoir obtenu une contrepartie.

À la suite d'un printemps singulièrement pluvieux, une canicule s'est abattue sur le pays pendant le mois de juin. L'État, les collectivités locales et les populations ayant appris à s'adapter, ses conséquences n'ont pas été trop graves : on ne dénombre qu'environ 300 décès dus à une chaleur intense, un chiffre dans la moyenne des quatre canicules de la décennie passée.

En juillet, il a plu abondamment, mais sans excès, et enfin, au début du mois d'août, la météo retrouve une tonalité estivale plus classique. Cependant, dans le nord de l'Italie, a éclaté une épidémie de dengue : par dizaines, et bientôt par centaines, des Lombards meurent de fièvre hémorragique. Les services hospitaliers, eux aussi affaiblis par des années de crise, sont débordés, les médicaments manquent, le gouvernement est démuni et rapidement renversé à l'Assemblée.

Mais à peine les médias français répandent-ils les nouvelles transalpines que la panique se propage à Nice, à Toulon, à Marseille, tout au long de la Côte d'Azur. Des cohortes de moustiques envahissent la région : les victimes sont encore peu nombreuses, mais les routes sont encombrées de touristes qui fuient en masse le littoral. Les services publics, en latence durant l'été, tardent à prendre la mesure du phénomène et ne réagissent pas immédiatement.

Les chiffres de l'infection commencent à être connus : plus de 500.000 personnes touchées, selon le professeur de l'Institut Pasteur, Jean-Marc Marnac, descendu en urgence, et de sa propre initiative, à Marseille. Le 12 août, il tient une conférence de presse avec des collègues médecins, pour dénoncer l'impéritie des autorités et annoncer que plus de mille personnes sont déjà décédées.

Le lendemain, alors que le gouvernement tient une réunion d'urgence, c'est au tour de collègues lyonnais de déclarer devant les caméras de télévision que l'épidémie a gagné Lyon, où ils recensent déjà 224 décès dus à la dengue. Le soir même, la Première ministre, Charlotte Bonfait, intervient solennellement à l'hôpital du Val de Grâce, à Paris.

Elle annonce une série de mesures :
> mobilisation de tous les fonctionnaires des hôpitaux qui doivent revenir de vacances ;
> réorganisation de la Protection civile sous la houlette du préfet du Nord, Pascal Hansin, en remplacement de Pierre Pitoef, qui est destitué ;
> mobilisation de tous les services de gendarmerie pour réguler les flux de populations et d'automobiles qui ont transformé, depuis trois jours, le couloir rhodanien en un embouteillage géant où ambulances et autres véhicules prioritaires peinent à se frayer un passage.

La Première ministre annonce aussi le recours à l'armée :
> les engins militaires seront requis pour déblayer les routes ou déplacer les véhicules immobilisés ;
> les militaires passeront dans les habitations distribuer des lettres d'information et des kits de protection ;
> ils répandront des pesticides dans les zones repérées par les spécialistes sous la coordination du Professeur Jean-Marc Marnac.

Dès le soir, le chef d'état-major, le général Justin de La Rafort, annonce la mise en oeuvre de ces mesures, non sans faire remarquer devant les micros tendus que l'armée déploie en même temps une importante mission en Arctique.

La lecture complète de ce rapport pourra vous occuper pendant le long confinement total qui s'annonce. Vous en ferez sans doute quelque cauchemars, car tous les scénarios sont étudiés, et certains n'ont rien à envier aux meilleurs films d'horreur.

En savoir plus
(1) Décret n° 2020-251 du 13 mars 2020 relatif aux organismes susceptibles d'accueillir des militaires en affectation temporaire

(2) Le site de Iris France

==> Nous avons publié cet article le lundi 16 mars à 11h du matin. A midi, le ministère des armées nous a fait parvenir la clarification ci-dessous :

[Réponse de la rédaction à 14h30 le 16 mars]
Pour notre part, nous maintenons nos informations qui ont été confirmées par un haut gradé de l'armée de terre. Ce qui est surprenant, c'est l'impression que donne le ministère avec cette mise au point. En quoi, utiliser les services et compétences de notre armée (comme l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne le font) serait négatif ? Pourquoi laisser penser que cela n'est pas envisagé alors que de toute évidence, cela l'est ? Nos hôpitaux n'ont-ils pas besoin d'aide ? Nos militaires ne sont-ils pas capables d'apporter cette aide ?

Nous pensons même qu'il serait absolument inconscient de la part du gouvernement de ne pas utiliser l'expérience de nos militaires, de ne pas installer des hôpitaux de campagne dans les déserts médicaux, de ne pas mettre en place un véritable plan Orsec qui consiste à :
> alerter et informer des populations,
> ravitailler, soutenir des populations sinistrées,
> mettre en place des procédures communes du mode de gestion des décès massifs.

Il serait temps de mettre fin à l'amateurisme.


[Rectificatif à 20h30 le 16 mars]
La déclaration du président de ce jour, lundi 16 mars, valide la véracité de notre article. L'armée va bien intervenir pour aider nos soignants à faire face à cette catastrophe. Et c'est une très bonne nouvelle. Le démenti de la ministre des armées n'en est que plus incompréhensible.

Cette affaire nous amène à nous demander comment fonctionne ce gouvernement. Lorsque le ministre de l'éducation nationale affirme le jeudi 12 mars à midi que les écoles ne seront pas fermées et que le président annonce le soir même la fermeture des écoles, nous sommes en droit de nous poser des questions quant au sérieux de ces gens qui vont accompagner le pays à traverser une crise sanitaire très grave.

Le président, dans son allocution du 16 mars n'a pas prononcé le mot confinement une seule fois. Il a préféré jouer le père fouettard (avec amendes) plutôt que de nous traiter en adultes, ce que nous sommes, et de nous dire simplement la vérité : les morts seront nombreux. Sans doute ne l'a-t-il pas fait pour éviter que les Français ne se rendent compte de l'impréparation dans laquelle se trouve notre pays qui manque de masques, de gels, de protections, etc.

Rendre responsables les Français de la situation permet de n'avoir pas à assumer ses propres erreurs :

20/01 Buzyn : "Le risque d'importation du virus depuis Wuhan est quasi nul. Le risque de propagation du coronavirus dans la population est très faible."

7/03 Macron incite les français à aller au théâtre.

11/03 NDiaye critique le confinement italien.

12/03 Veran et Blanquer incitent à envoyer les enfants à l'école.

15/03 Le premier ministre maintient le premier tour des élections, alors que tout le monde savait que le second n'aurait pas lieu.

16/03 Sauve qui peut, c'est la guerre.

17/03 Buzyn annonce dans le journal Le Monde : "Quand j'ai quitté le ministère, je pleurais parce que je savais que la vague du tsunami était devant nous. Je suis partie en sachant que les élections n'auraient pas lieu. On aurait dû tout arrêter, c'était une mascarade." Elle prédit des milliers de morts dans l'Hexagone. Lire l'article du Monde sur le HuffingtonPost

Cette façon de diriger notre pays est politiquement inadmissible et humainement impardonnable. Il faudra, à la fin de cette crise sanitaire, que ces gens répondent de leurs actes devant la justice. Ce qu'ils ont fait est bien plus grave que l'affaire du sang contaminé.
Un article qui explique bien l'impréparation qui a conduit à ce désastre annoncé.

Brève en copie partielle autorisée
Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
L'armée est appelée en renfort pour faire face au coronavirus 
Alors que la polémique enflait autour du maintien ou pas du premier tour des élections municipale, le gouvernement a publié un décret (1) relatif aux organismes susceptibles d'accueillir des militaires en affectation <a href="https://www.loi1901.com/breves_associatives.php?moteur1=1615" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

Découvrir 10 autres articles



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Le contrat à durée déterminée est assoupli

03-08-2020

Assouplir un contrat de travail qui est déjà une dérogation au contrat de travail dit à durée indéterminée est un étrange objectif. C'est pourtant le cas dans une loi fourre-tout

La Cour de justice de l'UE consacre la liberté d'association

03-08-2020

Dans un arrêt du 18 juin 2020, la Cour de justice de l'Union Européenne (CJUE) a consacré, pour la première fois, la liberté d'association. C'est un pas très important, car la

Tout savoir sur le dispositif de soutien aux petites associations sportives

03-08-2020

Le Cosmos (Conseil social du mouvement sportif) a publié en avril 2020, les résultats de ses deux enquêtes (1) menées auprès des acteurs du sport (associations, entreprises et

Une association peut-elle signer une reconnaissance de dette ?

27-07-2020

Une reconnaissance de dette est un document attestant la nature d'un prêt entre deux particuliers. C'est un acte à travers lequel un individu s'engage à confirmer le fait qu'il

Responsabilité d'une association en cas de dégradation d'un bien

27-07-2020

La responsabilité pénale des associations (et autres personnes morales) a été instaurée à partir de 1994 dans l'article L 121-2 du code pénal (1). Mais cette responsabilité ne

Bien choisir le modèle économique de son association

27-07-2020

En France, les associations sont reconnues comme des acteurs majeurs dans toutes les actions qui relèvent de l'intérêt général. Mais la pérennité d'une structure ne peut s'appuyer

S'ennuyer à mourir au travail

20-07-2020

La Haute Autorité de Santé donne du burn-out, la définition suivante : syndrome d'épuisement professionnel qui se caractérise par "un état d'épuisement physique, émotionnel et

Les conséquences de la réforme du mécénat d'entreprises sur les dons

20-07-2020

A la fin de l'année 2019, l'Assemblée nationale a voté (malgré l'opposition du Sénat) l'article 50 du Projet de loi de Finances 2020. Un article qui vise à baisser la réduction

Quel avenir pour la formation des bénévoles associatifs ?

20-07-2020

La nécessité de structurer de renforcer et d'organiser des moyens publics pour ouvrir au plus grand nombre la formation des bénévoles des associations est une évidence. Et

Vie statutaire de l'association : le quorum

15-07-2020

En droit, le quorum ne concerne que la validité de la délibération d'une assemblée générale, selon le pourcentage du nombre minimum de participants requis prévu par les statuts.

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Quand Pantagruel faisait de la résistance

04-08-2020

Pantagruel est le premier livre de François Rabelais. En fait, le titre complet de cet oeuvre "gargantuesque" est : "Les horribles et épouvantables faits et prouesses du très

We want sex equality et après on verra pour le reste

28-07-2020

En 2011, est sorti en France, un film réalisé par l'Anglais Nigel Cole : "We want sex equality". Ce film traite de la première grève des ouvrières de l'usine automobile Ford à

Des nouvelles d'ici et d'ailleurs

21-07-2020

Cette semaine, l'envie est à l'écrémage. Vous livrer une succession de petites nouvelles aérées, mais pas forcément fraîches, façon purée en sachet plutôt que l'article parfois

Tchekhov cherche Mouettes désespérément

15-07-2020

La Mouette a été jouée pour la première fois le 17 octobre 1896 au théâtre Alexandrinski de Saint-Pétersbourg. Ce fut un échec total. Tchekhov, qui s'y attendait, eut cette phrase

Comme un itinéraire que l'on emprunte sans se hâter

07-07-2020

En ces temps de remaniements ministériels où la communication l'emporte sur le politique, il faut se faire du bien. Voici, exhumée des limbes du temps, une lettre qu'un président

La sangsue : une petite bête qui monte qui monte

30-06-2020

Depuis plus de 2000 ans, l'hirudothérapie est une approche thérapeutique qui utilise des sangsues en médecine. Ces petites bêtes sont une sous-classe de l'embranchement des

Du réchauffement climatique à l'épistémé

23-06-2020

Personne ne connaissait le village russe de Verkhoïansk, il y a encore une semaine. Depuis, cette commune située au nord-est de la Sibérie, sur le fleuve Iana, près du Cercle

Une histoire au doigt mouillé

15-06-2020

Alors que le confinement pèse encore sur nos esprits chagrins et que le déconfinement peine à nous remplir de joie, voici une petite histoire propre à vous faire rire un peu.

Quand Camus est utilisé pour penser le post-confinement

02-06-2020

Albert Camus est l'auteur de "La Peste". Ce qui lui vaut d'être présenté, voire utilisé, par certains penseurs comme étant aujourd'hui l'homme de la situation. Ce roman publié en

Quand des associations proposent un plan de sortie de crise

26-05-2020

Cela fait des mois que des débats profonds agitent organisations associatives, syndicales et ONG. Des mois que l'idée de changer de système économique et social circule sans pour

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

La place des seniors dans les associations

03-08-2020

On ne peut que constater, aujourd'hui, une augmentation du nombre de jeunes retraités qui sortent du monde du travail avec devant eux une longue espérance de vie en assez bonne

Le grand retour des contrats aidés

27-07-2020

La ministre du travail, Muriel Pénicaud, précisait en 2017 que les contrats aidés étaient le dispositif le moins efficace de toutes les politiques de l'emploi. Trois ans plus

La crise sanitaire vécue par les associations et vue par le HCVA

20-07-2020

Le Haut Conseil à la Vie associative (HCVA) a été créé en décembre 2009, suite à la deuxième conférence de la vie associative qui était un espace unique de dialogues, de

La vie associative a été oubliée dans le nouveau gouvernement

15-07-2020

C'est maintenant une habitude avec le président Macron. Déjà, dans le premier gouvernement d'Edouard Philippe la vie associative était la grande absente de la start-up nation. Et

Voler en grand et restituer en petit, c'est la philanthropie

06-07-2020

Nous empruntons ce titre à une citation de Paul Lafargue qui, bien que né à Santiago de Cuba en 1842, était un homme politique français. Mais il savait aussi écrire et son essai

Dix mesures urgentes pour sauver les associations

29-06-2020

Nous avons publié, la semaine dernière, un article intitulé : "L'après Covid19 : comment vont les associations ?" (1). Il s'agissait d'une analyse de la deuxième grande enquête

L'après Covid19 : comment vont les associations ?

22-06-2020

Réalisée du 18 mai au 15 juin 2020, la seconde enquête (1) du Mouvement associatif et du Réseau national des maisons des associations a recueilli 13 500 réponses, ce qui prouve

Connaissez-vous Les Licoornes ?

15-06-2020

Il y a la licorne, créature légendaire à corne unique, et Les Licoornes qui sont des sociétés coopératives d'intérêt collectif opérant sur un marché de masse. L'objectif affiché

Pour une extension rapide du dispositif territoire zéro chômeur de longue durée

08-06-2020

Depuis la parution de l'Arrêté du 11 février 2020 (1) qui fixe le montant de la participation de l'Etat à l'expérimentation du dispositif territoire zéro chômeur de longue durée,

ESS : En Marche pour une économie du bien commun ?

01-06-2020

Christophe Itier est Haut-Commissaire à l'Economie Sociale et Solidaire et à l'Innovation Sociale. Ceci pour ceux qui ne connaîtraient pas l'homme. Placé auprès du ministre

Découvrir 10 autres articles