10-07-2018  SOCIETE LIBRE

Dark Web : ton univers impitoyable

C'est dit, il y a l'internet Bisounours qui nous permet d'acheter nos billets de train en toute tranquillité, rencontrer l'âme soeur ou frère et livrer l'essentiel de notre vie privée en souriant sur Facebook. Et dans le tréfonds de l'océan numérique, se cache un monstre aux dents jaunes, sombre et tout crapoteux. Il se délecte d'être un repaire de pédophiles, de terroristes et de très très très méchants et cruels sorciers aux doigts crochus. Une espèce de Merlin désenchanté en quelque sorte.

La réalité est un peu différente. Peu ou pas de Bisounours dans le premier sans cela, la RGPD n'aurait pas été nécessaire (et ses limites sont déjà visibles) et pas autant de méchants dans le second.

En simplifiant, on peut dire que l'internet est un gâteau divisé en trois parts. La plus petite est le Web de surface, celui que nous connaissons tous. Il y a ensuite la part du Web profond (Deep Web) qui est, de loin la plus importante. On y trouve de tout, un peu comme dans l'ex Samaritaine. Des travaux universitaires aux dossiers médicaux en passant par des rapports scientifiques et autres bases de données multilingues, le Deep Web est un immense fourre-tout à peu près légal et pas vraiment anonyme.

Arrive enfin la troisième part : le Dark Web. Il n'est rien d'autre qu'un réseau décentralisé d'ordinateurs qui sont dotés d'un cryptage privé que l'on nomme "darknet". De nombreux darknets se limitent à l'échange de fichiers au sein d'un écosystème anonyme complet. L'un des plus connus est le Freenet dont l'accès se fait par le Web de surface.

De nombreux dissidents opprimés, des journalistes du Consortium international des journalistes d'investigation (ceux qui ont dénoncé l'affaire "Panama Papers"), des lanceurs d'alerte, etc. utilisent aussi le Dark web. Il a de fait été créé pour éviter la censure existant dans certains pays, les dissidents pouvant ainsi échanger des documents qui échappent à tout contrôle de l'Etat car non référencés et d'un type inconnu. Il faut bien échapper aux grandes oreilles de la NSA (National Security Agency) et ses multiples cousinages à travers le monde.

Comme de bien entendu, ce qui est secret attire une foule de gens qui n'ont rien de commun avec la liste précitée et tout à voir avec le banditisme. Mais ils se sont greffés dans un existant et ne sont en aucun cas à la genèse du Dark Web. L'un des moyens pour rejoindre le web sombre est le réseau TOR (The Onion Router). Il s'agit d'un navigateur à télécharger et à installer sur votre ordinateur.

Une fois installé, le fonctionnement de TOR n'a rien de compliqué. La différence réside dans le fait que la communication n'est pas directe avec le site qui vous intéresse. Cela ressemble à un jeu de flipper dont la boule parcours la totalité du réseau avant d'atteindre sa cible. Ceci afin de diluer votre navigation. Mais cela ne suffit pas. Il faut encore utiliser un VPN (Virtual Private Network). Pourquoi ? Pour cacher votre localisation en ligne. Vous êtes à Paris ? On vous croira en Chine. Voici celui que nous utilisons au bureau : Un bon gros nounours.

Vous avez installé TOR et NOUNOURS ? Alors voici la première url à visiter : 3g2upl4pq6kufc4m.onion. Je vous laisse découvrir de quoi il s'agit. Rassurez-vous, il n'y a aucun risque, en tout cas, beaucoup moins que sur Facebook.

Voici cinq conseils à mémoriser avant de vous lancer :
1 Il faut fermer toutes les applications (navigateur, word, explorateur, etc.) actives avant d'ouvrir TOR et d'activer NOUNOURS,
2 Ne pas cliquer en dépit du bon sens. Comme dans le Web de surface, il faut utiliser le clic avec prudence,
3 Ne vous lancez pas tout de suite dans l'achat de crypto-monnaies, ce n'est pas une bonne idée. Attendez de mieux maîtriser votre navigation,
4 Ne rien télécharger sur votre ordinateur si vous ne savez pas ce que vous faites (c'est valable aussi pour le Web de surface),
5 Ne laisser aucun script en cours dans le navigateur TOR lors de son utilisation (bouton actif ou pas dans la barre d'adresse, il suffit de cliquer).

Voilà, c'est à vous. Vous allez découvrir un monde assez étonnant aussi intéressant que parfois mal fréquenté. Mais vous connaissez déjà cela avec le Web de surface. Il est possible que dans les années qui viennent, le Dark Web soit le dernier refuge de ceux qui souhaitent simplement ne pas voir leur vie privée exposée au soleil du Web de surface. Bonne navigation.

Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller sans transformation dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
Dark Web : ton univers impitoyable 
C'est dit, il y a l'internet Bisounours qui nous permet d'acheter nos billets de train en toute tranquillité, rencontrer l'âme soeur ou frère et livrer l'essentiel de notre vie privée en souriant sur Facebook. Et dans ...  <a href="https://www.loi1901.com/intranet/a_news/index_news.php?Id=2487" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

Découvrir 10 autres articles



Depuis 1999 au service des associations

Inscrivez votre association dans l'Intranet et rejoignez les 29 068 associations inscrites

L'annuaire des 29 068 associations inscrites dans l'Intranet du site

Pour déposer gratuitement vos offres d'emploi ou bien les consulter

L'annuaire BlogAsso : 260 sites internet sélectionnés

Présentation de toutes les subventions allouées par l'Etat aux associations

Veuillez activer Javascript sur votre navigateur. [ ? ]