11-02-2019  SOCIETE LIBRE

Street Medic : le bénévolat de tous les dangers

Le journaliste américain, qui écrit en France sous le pseudo de "Mon Oncle d'Amérique" (1) nous a envoyé un article sur le rôle indispensable des "Street Medic" (2) dans les cortèges des manifestations des "Gilets Jaunes". Son témoignage est poignant. Lui, qui vient d'un pays où la violence est quotidienne, est effaré par la méthode de maintien de l'ordre utilisée dans le nôtre. Il a suivi un groupe de "Street Medic" lors d'une partie de la journée de manifestation du samedi 9 février.

Au téléphone, le chef de groupe des "medics" que je vais accompagner sur cette manifestation avait la voix franche et assurée. Au premier contact visuel aussi. Physique sportif, il me sourit et me tend une blouse blanche, un casque, des lunettes de protection et un masque à gaz.

Ils sont cinq. Deux étudiants en médecine, un aide-soignant en poste et deux étudiants aux beaux-arts. Je ne donnerai aucun prénom ici. "Question de sécurité" m'annonce le chef que j'appellerai Rémy. La petite troupe se met rapidement en route. Les manifestants commencent à arriver en force autour de l'Arc de triomphe. Il s'agit, m'explique Rémy, de rapidement repérer les manifestants fragiles (avec cannes de marche, béquilles, etc.). Les "medics" s'approchent de chacun d'eux et leur recommandent d'éviter de rester au centre du cortège.

La manifestation se met en route. Il y a des CRS partout. "Ce ne sont pas eux qu'il faut craindre" m'explique Rémy, "Ils font leur boulot et peu font du zèle". Il me montre des policiers en civil qui étrangement ne portent même pas de brassards Police. "Ceux-là viennent en découdre avec plaisir, ils tirent parce qu'ils aiment ça" me glisse-t-il à l'oreille tout en leur adressant un signe de la main. "Il est important de se faire repérer par eux" rajoute-t-il dans un sourire. Il y a énormément de monde. On sent le souffle de la bête protéiforme et joyeuse.

Tout se passe bien jusqu'au Ministère des Affaires étrangères où quelques coups de matraques accueillent un petit groupe de Gilets Jaunes qui souhaitent passer derrière une rangée de CRS. Première intervention, Rémy me demande de protéger le blessé pendant que, le geste sûr, il déballe son matériel et commence les soins. Je jette un coup d'oeil sur la plaie ouverte sur le crâne du blessé. Pas joli, je préfère tourner la tête pour éviter de tourner de l'oeil. Un manifestant vient chercher de l'aide, il boite et dit avoir reçu un coup de bouclier d'un CRS.

Sa chaussure droite est effectivement explosée et on peut apercevoir du sang qui suinte de la chaussette. Les autres "medics" du groupe qui avaient disparu, appelés ailleurs par autant de voix hurlantes de douleur ou de surprise, reviennent pour prendre en charge le pied du blessé. Il faut à chaque fois protéger les soignants, aussi bien des bousculades de la foule qui veut voir ou qui a peur, que des CRS qui ne font pas toujours dans le détail. La nature m'a doté d'une bonne corpulence, cela m'aide.

La violence se calme. On peut repartir. La foule est de plus en plus dense. L'Assemblée Nationale nous offre ses colonnes. Curieusement, l'accès à la grille n'est pas protégé par des CRS. On voit de loin, un groupe avec ou sans gilet jaune qui commence à s'attaquer à une palissade en bois peint qui ceinture les marches. Rémy m'attrape par le bras et m'entraîne à sa suite pour calmer les manifestants "casseurs". Sa taille, sa prestance et l'aura que les "Street Medic" ont acquise depuis des semaines ramènent le calme. "Il faudrait presser le pas des manifestants, je le sens pas ce coin" hurle Rémy à ses collègues.

Trop tard, les lacrymos explosent autour de nous. Les CRS arrivent en petit nombre pour protéger la palissade. Ils se frayent un chemin dans la foule à grands coups de matraques. Lorsqu'ils arrivent à hauteur des marches de l'Assemblée Nationale, on entend les détonations sourdes des premières grenades de désencerclement. Je suis happé par le recul soudain des manifestants qui fuient le gaz pleureur. J'ai perdu mon groupe de "medics". Je les cherche en vain dans un brouillard épais. Autour de moi, ce ne sont que larmes, crachats, toux épaisses en réaction à l'irritation insupportable du gaz.

Je dépasse rapidement l'Assemblée Nationale espérant retrouver Rémy et son groupe. Au passage, je récupère un vieil homme qui saigne abondamment du nez. "J'ai pris un coup de coude d'un CRS" parvient-il à me hurler d'une voix nasillarde. Je le dépose auprès d'un autre groupe de "medics". Le chef me hurle : "On peut pas le prendre, on en a trop, fais le toi". Je lui demande au moins du coton. Il me lance un sachet et j'applique la ouate sur le nez qui saigne abondamment. Je parviens à asseoir mon blessé contre un mur. A côté de lui, ils sont au moins dix cabossés en sang, les yeux hagards et plein de larmes. Je n'en reviens pas. Tout ça en moins de 5 minutes.

Visiblement les tirs ont cessé. Mais le brouillard est plus épais que la nuit. Je laisse mon blessé à un autre "medic" et je cherche Remy. Impossible de le retrouver. Je prends le Boulevard Saint-Germain. La manifestation s'est reformée. Les slogans reprennent comme s'il ne s'était rien passé. On sent chez ces "Gilets Jaunes" une détermination qui force l'admiration et le respect. Ils sont là et n'en repartiront pas. Le gain de cette nouvelle visibilité leur a coûté bien trop cher pour espérer un quelconque renoncement. Soudain on me tire par la manche, un gilet jaune me hurle qu'un mec a eu la main arrachée.

Il m'entraîne avec lui, je me retrouve devant une meute de manifestants en larmes. Je me fraye un passage. Soudain, je croise Rémy et son groupe. Je lui parle de la main arrachée. "Laisse tomber, viens avec nous, le gars est en charge." Et nous voici à fendre la foule pour avancer au plus vite vers la rue de Rennes où on nous annonce des altercations. Devant nous, les gens s'écartent comme le font les automobilistes à l'arrivée d'une ambulance. Et chacun de nous encourager d'une tape, d'un sourire, d'un remerciement. "Il y a des blessés par là ?" demande Rémy à un brave pépère en jaune qui secoue la tête en souriant.

On arrive vers la Tour Montparnasse. On grimpe sur l'abri bus sous le panneau publicitaire pour tenter de voir le plus loin possible. La foule est considérable. Toute la rue de Rennes est pleine de jaune. Rémy regarde ma blouse blanche tachée de sang : "Tu as soigné quelqu'un ?". Je lui explique. "C'est ton baptême aujourd'hui" me lance-t-il en souriant. Il regarde sa montre. "Maintenant, tu dois partir. C'est la fin de la manif qui est le moment le plus tendu. Trop dangereux. Tu comprends ?" J'acquiesce. Je reconnais que cette course incessante m'a épuisé physiquement et surtout nerveusement. Je lui rend mes "accessoires" Street Medic. Il me tend la main. Je la serre. Le regard droit et ferme de ce mec me fait du bien.

Je prend congé des autres membres du groupe. Je regarde encore une fois l'immense serpent jaune qui remonte la rue de Rennes. Une voix dans le foule hurle : "Medic, medic, medic". Rémy et ses hommes remettent casques et masques à gaz, referment les sacs à dos et disparaissent dans la foule. Et moi, tout seul dans cet immense bouleversement, je pleure les larmes d'une humanité retrouvée. Je souhaite à tous ceux qui ne comprennent pas pourquoi ce mouvement dure depuis aussi longtemps, de venir un samedi, passer un moment à marcher aux côtés de ces "invisibles" en jaune. Je marche donc je suis.
Traduit de l'américain par Lettrasso

En savoir plus
(1) Voici les différents articles que "Mon Oncle d'Amérique" nous a déjà confiés : Que votre aveuglement produit leur cécité et Voyage d'un américain en France et Un amerloque se disloque

(2) Le Facebook de Street Medic Paris et un excellent article sur France culture "Street medics" : les Black Panthers derrière le sérum physiologique aux "gilets jaunes"

Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller sans transformation dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
Street Medic : le bénévolat de tous les dangers 
Le journaliste américain, qui écrit en France sous le pseudo de "Mon Oncle d'Amérique" (1) nous a envoyé un article sur le rôle indispensable des "Street Medic" (2) dans les cortèges des manifestations des "Gilets ...  <a href="https://www.loi1901.com/intranet/a_news/index_news.php?Id=2517" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

Découvrir 10 autres articles



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Licenciement pour motif disciplinaire : un cas très particulier

Le licenciement disciplinaire (ou pour motif personnel) est la sanction disciplinaire la plus catégorique qui peut être prise à l'encontre d'un salarié et ce, pour trois types de

Le CDD sportif : une mise au point s'impose

Les association qui souhaitent recruter un entraîneur ou un sportif professionnel, ont l'obligation de rédiger un CDD spécifique depuis le 28 novembre 2015, date de la publication

Evolution des monnaies locales : le mandat civil

Les monnaies locales sont des moyens de paiement mis en place et gérés par des associations. Elles ne peuvent, à ce jour, être utilisées que sur des territoires restreints. Depuis

Associations subventionnées : contrôle et audit mode d'emploi

Notre opposition au désengagement de l'Etat en matière de subventions et notre lutte contre le manque de financements des associations nous met à l'abri de tout jugement de

Porter plainte contre le président de son association : la procédure

Un président d'association est soumis aux mêmes tentations, mais aussi capable de la même loyauté que les autres présidents, qu'ils soient de la République ou pas. Ainsi,

Etre bénévole dans une association sportive, le remboursement des frais : opération compliquée

Les petites associations sportives l'ignorent souvent. Dans leur secteur, il y a bénévole et bénévole. Par exemple, n'importe quel bénévole doit pouvoir se faire rembourser les

Bénévole ou salarié : le vrai danger de la requalification

La requalification d'une mission bénévole en salariat est une pratique courante. Elle est parfois justifiée, mais c'est loin d'être toujours le cas. Et nous avons déjà fait de

Associations : premier bilan sur la création des emplois francs

C'est décidément la saison des bilans. Après celui, peu glorieux, des appels à projets du FDVA, voici celui des "emplois francs". Depuis avril 2018, est testé dans 740 quartiers

Premier bilan du fonds de 25 millions d'euros gérés par le FDVA pour aider les petites associations

Au mois de janvier, nous avons envoyé à certains de nos adhérents (1500 associations représentatives selon la méthode empirique) deux questions simples. Avez-vous répondu à un

Enfin quelques réponses sur l'avenir 2021-2027 du fonds européen d'aide aux plus démunis

Pour l'immense majorité des personnes en difficulté sociale, c'est par l'aide alimentaire que se fait le premier contact avec les associations de réinsertion et de soutien. Une

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Une si douce France

Pour les lecteurs plus proches de la soixantaine, vous vous souvenez sans doute de l'affiche électorale de François Mitterrand en 1981. On y voyait le visage marmoréen du

Les Cloches de Notre Dame de Paris

Comme tout le monde, j'ai beaucoup pleuré hier au soir devant l'inimaginable spectacle d'une forêt qui brûle. Celle-ci avait poussé sous une toiture de plomb faite de 1326 tables

Les retraités doivent-ils être sages ?

Le président de la République a demandé à Mme Geneviève Legay (1), porte-parole d'Attac gravement blessée par une charge de policiers à Nice le 23 mars dernier, de faire preuve

Voyage au centre d'un cerveau

Il est de coutume, le 1er avril, dans la presse, (oui, le poisson dans le dos est passé de mode - les plus anciens comprendront) de lâcher une fausse info au milieu du flot

Une vieille dame indigne de...compassion

Le samedi 16 mars, le restaurant Le Fouquet's était en feu sur les Champs Elysées. Les plateaux de télévision virent alors une kyrielle de bonnes âmes s'offusquer d'une telle

L'étrange obstination à vouloir vendre nos bijoux de famille

Le grand débat vient à peine de se terminer. Notre pays a donc débattu. On pouvait, naïvement, imaginer qu'une trêve législative aurait lieu pendant ce temps d'échanges, puisque

La paire de lunettes de trop

Que se passe-t-il dans la tête d'un homme qui a passé son samedi à arrêter, taper, cogner, éborgner, mutiler des gens qui lui ressemblent en bien des points, à commencer par la

Une lettre de Paris

En mai 68, le Préfet de police de Paris, Maurice Grimaud, a décidé que le maintien de l'ordre ne devait pas anéantir des vies. Il succédait à ce poste à un certain Maurice Papon

Des armes silencieuses pour des guerres sans bruits

Nous empruntons le titre de cet article à M. Lyle Hartford Van Dyke (1), auteur américain plutôt controversé, voire sulfureux. Peu importe, l'objet ici, n'est pas de rendre

Ne laissez personne dénaturer ce que vous êtes

Lettrasso m'a demandé un article à leur remettre avant lundi midi. Et nous sommes dimanche. Et bien sûr, je n'ai pas ou peu d'idées. Faire le point sur les attentes des

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Une Agence Nationale du Sport : pour quoi faire exactement ?

L'arrêté du 20 avril 2019 porte approbation de la convention constitutive du groupement d'intérêt public dénommé "Agence nationale du sport" (1). Et ce malgré l'avis défavorable

Les associations sont la colonne vertébrale de la France

Les associations sont la colonne vertébrale de la France. Pas un seul secteur d'activité qui ne soit accompagné par une association. Nos structures sont l'alpha et l'oméga de

Selon les associations, le phénomène sectaire augmente de façon inquiétante en France

La définition de la secte est encore floue. Ce mot provient de deux mots latins "secare" qui veut dire couper et "sequi" qui signifie suivre. On sait qu'une secte fonctionne avec

Une application pour saisir en ligne le juge administratif

Télérecours citoyens, tel est son nom. Son rôle ? Contester les actes de l'administration devant un juge administratif, que ce soit un tribunal administratif, la cour

Fraude fiscale : on achève bien les enquêteurs

Selon un rapport du syndicat Solidaires-Finances publiques (1), le montant total de l'évasion fiscale s'élève à 100 milliards d'euros par an. Le ministre de l'Economie et des

Lutte contre l'obsolescence programmée : une association en première ligne

Nos associations sont partout et de tous les combats. Il semble donc naturel d'en trouver une qui fait de la lutte contre l'obsolescence programmée, un objectif de première

15 millions d'euros supplémentaires pour les associations en 2019 ?

C'est le 15 février dernier que le ministre de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, a fait cette annonce. Nous avons attendu presque un mois avant de la relayer afin de

Terre de liens : une association qui a les pieds bien sur terre

Née en 2003, de la convergence de différents réseaux liés à l'éducation populaire, à la finance éthique, à l'économie solidaire, à l'agriculture biologique et biodynamique et au

Pour le collectif ALERTE, les aides sociales ne doivent pas faire l'objet de contreparties

Créé en 1994, le collectif ALERTE (1) n'est pas né du hasard, mais d'un travail de terrain où les associations ont appris à réfléchir ensemble et à agir pour une cause commune qui

Lettre ouverte d'un président à un autre président

Le président de la fédération APAJH (Association pour Adultes et Jeunes Handicapés), M. Jean-Louis Garcia, a choisi d'adresser une lettre ouverte au président de la République.

Découvrir 10 autres articles

Veuillez activer Javascript sur votre navigateur. [ ? ]