Illettrisme : et si on se donnait les moyens enfin ?

23-04-2013  LIBRE
La semaine dernière, nous avons écrit un article sur la situation désastreuse de beaucoup d'associations qui s'occupent de l'illettrisme en France et elles sont nombreuses. Situation d'autant plus étonnante que l'année 2013 a été déclarée grande cause nationale de lutte contre l'illettrisme.

Cet article a eu un important lectorat. Parmi nos lecteurs, l'Agence Nationale de Lutte Contre l'Illettrisme. L'ANLCI s'est sentie attaquée par l'association que nous avons interviewée pour étayer notre article. Comme il se doit, nous avons donné à l'ANLCI un droit de réponse qui a été publié à la suite de notre article du 16-04-2013. (1)

Mais nous avons estimé juste de diffuser auprès des associations qui nous font confiance, la réponse de l'ANLCI à notre article. L'une d'entre elle a souhaité à son tour, répondre à l'Agence.

Loi1901 : Pourquoi cette réponse à la réponse ?
En aucune façon pour polémiquer, simplement dans un esprit de conciliation. Avec l'idée sans doute utopique, d'aider l'ANLCI à mettre en place un réel soutien aux acteurs de terrain et ainsi élargir les chances de lutter efficacement contre ce fléau qu'est l'illettrisme.

Loi1901 : que pensez-vous de la réponse de l'ANLCI à notre article ?
Cette réponse est pleine de bons sentiments certes, mais qui amènent quelles actions concrètes ? Lorsque l'agence répond : "valoriser le travail des salariés et des bénévoles des associations et des organismes qui agissent chaque jour auprès des personnes en situation", je pense que ce ne sont pas des mots qui feront vivre une association, mais des subventions !

Valoriser le travail des salariés c'est bien, mais quand ces mêmes salariés ne savent pas si les bénévoles qui gèrent l'association trouveront de quoi les payer le mois suivant, ce ne sont pas de très bonnes conditions de travail. Valoriser le travail des bénévoles responsables ce serait peut-être simplement les soutenir concrètement dans la recherche de subventions.


Loi1901 : tout de même, l'agence offre un espace médiatique aux associations pour faire connaître les actions mises en place
Offrir un espace médiatique pour quoi faire ? Pour sensibiliser des éventuels prescripteurs qui adresseront aux organismes ou aux associations des personnes qu'elles ne pourront pas accueillir correctement car elles n'ont pas les moyens de payer suffisamment de personnel compétent. Les bénévoles, très actifs dans notre association, ne peuvent pas tout. En ce qui concerne notre territoire, la sensibilisation est très bien faite et la collaboration avec les prescripteurs de très bonne qualité.

Loi1901 : l'ANLCI a mis au point un programme important de diffusion des bonnes pratiques qui a bénéficié à tous les acteurs engagés dans la lutte contre l'illettrisme. On ne peut nier que les outils créés sont bien destinés aux associations de terrain aussi bien pour agir que pour se professionnaliser.
J'ai participé à ce programme, et les kits ont été faits effectivement par des acteurs de la lutte contre l'illettrisme. Cette réalisation a mobilisé de gros moyens financiers. L'impact de ces kits a-t-il été évalué ?

Je suis un peu sceptique sur l'utilité d'un kit. Par expérience, la seule méthode valable à mes yeux est la formation, de base pour commencer, puis continue tout au long de l'activité, faite par des professionnels, qui permet à chacun de s'approprier progressivement la pédagogie adaptée au public de la structure.


Loi1901 : Vous avez voulu commenter cette phrase contenue dans la réponse de l'agence, pourquoi ? Cette méthode de travail peut dérouter car elle ne repose ni sur une vision théorique et descendante de la résolution des problèmes, ni sur la création d'un fonds exceptionnel qui serait dédié à la lutte contre l'illettrisme, sorte de guichet unique qui saupoudrerait des subventions.
Ne pas avoir de vision descendante de la résolution des problèmes, c'est bien l'essence même de ma critique. Quelle est l'utilité de cerner un problème si l'objectif n'est pas la résolution de ce problème ? Comme un médecin qui ferait un diagnostic mais pas d'ordonnance pour guérir la maladie détectée.

Quand l'Agence dit : "... Elle repose au contraire sur l'idée que les moyens consacrés à la lutte contre l'illettrisme sont plus importants lorsque tous ceux qui disposent des compétences pour agir (Etat, Collectivités locales et partenaires sociaux pour la formation professionnelle) prennent bien en compte les situations d'illettrisme dans leurs priorités, dans leurs programmes d'action et lorsque tous ceux qui se demandent comment faire pour agir ont accès aux méthodes et aux outils qui fonctionnent., cela me fait penser à quelqu'un qui voudrait construire une maison : la personne a un très beau plan de maison, des outils mais pas les matériaux…. 

Quant à ceux qui ont des compétences pour agir : Etat, Collectivités locales et partenaires sociaux pour la formation professionnelle, il faut savoir que les collectivités territoriales sont les seules à s'engager de façon significative (Conseil régional, Conseil général, communautés de communes, mairies dans la mesure de leurs moyens). Les partenaires sociaux n'apportent aucune contribution.


Loi1901 : Tout de même, il semble que la méthode de travail de l'ANCLI a permis de faire baisser le taux d'illettrisme de 2 points comme le confirme le directeur de l'agence.
Tout à fait, mais quid du rôle des organismes et des associations dans cette baisse ? Peut-être que les structures comme les nôtres ont aussi participé à la baisse du taux d'illettrisme? C'est une drôle de façon de ramener la couverture à lui, non ?

Loi1901 : Quel message souhaitez-vous faire passer à l'ANLCI ?
Avant tout je tiens encore à préciser que ces petites réflexions ne recherchent en aucune façon la polémique.

J'ai l'espoir qu'elles seront lues dans un esprit de collaboration pour défendre une cause à laquelle nous tenons tous, acteurs de terrains que nous sommes depuis des années, profondément.

J'ai l'espoir que ces quelques réflexions permettront à l'agence de comprendre qu'il y a urgence d'élargir les moyens mis en œuvre actuellement pour la lutte contre l'illettrisme.

Enfin, j'ai l'espoir qu'un jour l'ANLCI sera à nos côtés sur le terrain avec d'autres moyens que des préconisations.


En savoir plus
Nous tenons à préciser à nos lecteurs que les associations qui nous ont aidé pour écrire ces deux articles ont tenu à conserver l'anonymat. Mais, si l'ANLCI souhaite entrer en contact avec elles pour amorcer un débat constructif, elles y sont tout à fait prêtes.

(1) Retrouvez l'article Illettrisme grande cause nationale et abandon local du 16-04-2013. Il contient également le droit de réponse laissé à l'ANLCI.

Publicité


Partenaire

Depuis 1999 au service des associations

Communic'Asso : pour communiquer auprès des associations

Logiciel comptable pour associations : Comptasso-win TXA

Votre site internet complet à un prix associatif

Please enable / Bitte aktiviere JavaScript!
Veuillez activer / Por favor activa el Javascript! [ ? ]