Le panorama de l'économie sociale et solidaire 2015

14-12-2015 ESS LIBRE
Cette fin d'année 2015 n'en finit pas de finir. Elle s'étire, elle s'accroche, elle se répand. On ne sait ce que sera 2016 et de toute façon, l'avenir ne se prévoit pas, il se construit. L'édition 2015 du panorama de l’économie sociale et solidaire est sans aucun doute une des pierres nécessaires à son édification. Toutes les données les plus récentes sur les établissements ESS s'y trouvent. Et ce qu'elles nous disent, accrédite bien l'idée que cette économie, si elle n'est pas toujours solidaire, repose sur une utilité sociale indiscutable.

Quatre chiffres clés
L'ESS rassemble 221 325 établissements et 2,37 millions de salariés. Elle réalise 10,5% du PIB et représente 10,5% de l'emploi. Assénés ainsi, on ne peut que s'incliner devant ces résultats... Mais la réalité est moins rose.

Moins de CDI et rémunérations inférieures
Il y a globalement moins de CDI et moins de temps complet dans l'ESS que dans l'économie traditionnelle. Même les grosses mutuelles et fondations peinent à réduire l'écart avec les entreprises de "l'autre économie". Enfin, les rémunérations sont globalement inférieures dans l'ESS de 10% en moyenne par rapport au reste du privé et de 5% par rapport au public.

Certes, ces chiffres cachent une réalité plus complexe. Par exemple, si certains métiers (aide à domicile, animation, etc.) se situent en dessous du niveau du salaire mensuel net médian (1 730 euros), d'autres sont nettement au-dessus : enseignants, éducateurs, chargés de clientèle des banques et assurances, etc.

Mais ce qui est le plus gênant dans ce panorama est ce qui n'y figure pas...
Nous nous sommes opposés à l'entrée des associations dans l'ESS car cette dernière acceptait dans cette arène économique, les mutuelles et les banques. Nous avons toujours cherché le point commun entre la Macif et le club de foot de Nogent-le-Rotrou et nous ne l'avons jamais trouvé. Et si le mélange de différents légumes peut faire un bon pot-au-feu, après plusieurs heures de cuisson, seuls les plus gros surnagent...

Une économie sociale et solidaire devrait être exemplaire. L'ESS ne l'est pas en ce qui concerne les rémunérations de ses dirigeants. En effet, l'écart entre les rémunérations les plus élevées et les plus faibles au sein d'une même entreprise ESS est de 1 à 15 ce qui est beaucoup, même si les dirigeants mutualistes ou banquiers affichent plus de modération que les dirigeants des sociétés cotées.

Plus gênant, selon l'enquête de la Tribune (2014), beaucoup de dirigeants du secteur de l'économie sociale (et solidaire) ont refusé de communiquer sur ce sujet alors que des textes sur la gouvernance de leur groupe les incitaient fortement à plus de transparence.

En savoir plus
Panorama de l’économie sociale et solidaire : Édition 2015, Conseil national des chambres régionales de l’économie sociale. PDF (1,92 Mo)

Publicité



Depuis 1999 au service des associations

Communic'Asso : pour communiquer auprès des associations

Logiciel comptable pour associations : Comptasso-win TXA

Votre site internet complet à un prix associatif

Please enable / Bitte aktiviere JavaScript!
Veuillez activer / Por favor activa el Javascript! [ ? ]