28-12-2015  ACTUASSO LIBRE

La défiscalisation des dons : l'Etat sait communiquer

Nos fidèles lecteurs le savent, nous avons toujours été opposés à la défiscalisation des dons faits aux associations. Permettre à l'Etat de botter en touche en direction du privé, alors que le travail effectué sur le terrain par de très nombreuses structures est, dans la plupart des cas, d'intérêt général, est une attitude pour le moins "poncepilatienne". Voici un exemple qui a le mérite d'illustrer parfaitement notre réticence face à la défiscalisation des dons.

Le 16 décembre dernier, le président de la République a visité le centre Saint Roch des Restos du coeur. Quelques jours à peine après le second tour des régionales, avec le résultat que l'on sait, cette visite pouvait être un "marqueur" de gauche comme disent avec délectations, les communicants.

Avec l'air pénétré que sait prendre François Hollande, notre président a écouté les responsables présents. Ceux-ci ne pouvaient faire autrement que de dépeindre la sinistre réalité à l'Auguste personnage. En effet, la fréquentation des Restos est en hausse de 5% depuis la reprise, ce qui est beaucoup.

A tel point que l'argent manque et que les Restos, sans une aide de l'Etat, auront du mal à assurer une telle charge. Le président a écouté les doléances et les a naturellement comprises. Comment faire autrement face à une telle détresse.

Sitôt rentré à l'Elysée, le responsable politique qu'il est aussi prend la seule décision qui s'impose : débloquer une subvention d'urgence ? Pas du tout, l'homme a de la ressource et il pense que les français en ont aussi : des ressources.

Alors, n'écoutant que son coeur, notre président, via le compte Twitter @gouvernementFR, lance son appel du 18 décembre par ces mots :Les Restos du coeur comptent sur votre mobilisation. Pour faire un don : dons.restosducoeur.org
Tout est dit. En rajouter nous ferait sortir de notre réserve journalistique, ce que l'on ne peut pas se permettre. En revanche, rien ne vous empêche de répondre, à partir de Twitter, à un tel président. Vous saurez trouver les mots...

En savoir plus
Un don fait à une association loi de 1901 reconnue d'utilité publique, ce qui est le cas des Restos, est défiscalisé à hauteur de 66% avec une réduction maximale de 20% du revenu imposable. Cette défiscalisation coûte cher à l'Etat, c'est à dire à nous (1).

Les réductions d'impôt sur le revenu, au titre des dons, ont coûté à l'Etat :
- 1,240 milliard d'euros en 2013,
- 1,335 milliard d'euros en 2014,
- pour 2015, les prévisions sont de 1,435 milliard d'euros.

(1) Situation d'autant plus ubuesque qu'elle est injuste. Seules les personnes qui sont imposables peuvent bénéficier de la défiscalisation. Or, les 3 dernières enquêtes réalisées par Les échos précisent bien ce que l'on sait tous : ce sont les petits donateurs qui sont les plus nombreux. Le don effectué par cette catégorie de citoyens est donc total.

Qui saura nous expliquer la logique de ce fonctionnement ?

Brève en copie partielle autorisée
Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
La défiscalisation des dons : l'Etat sait communiquer 
Nos fidèles lecteurs le savent, nous avons toujours été opposés à la défiscalisation des dons faits aux associations. Permettre à l'Etat de botter en touche en direction du privé, alors que le travail effectué sur le <a href="https://www.loi1901.com/breves_associatives.php?moteur1=613" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

D'autres articles de la rubrique : ACTUASSO

Le rapport Borello : entre bons points et non-dits

La semaine dernière, notre article "Le parcours emploi compétence remplace le contrat aidé" vous présentait les conclusions du Rapport Borello (1). Nous revenons cette semaine sur deux des dix neuf points traités dans le document remis à Muriel Pénicaud, ministre du Travail, le 16 janvier dernier. "Donnons-nous les moyens de l'inclusion" est le titre le rapport. "Cachons les

Lire la suite...

L'initiative French Impact : une couche de plus sur le mille-feuille social et solidaire

On avait déjà eu la loi ESS qui ouvrait les portes aux entreprises, qui même "solidaires", ne jouaient pas vraiment dans la même cour. On a eu droit ensuite à la "France s'engage", un programme de soutien à l'innovation sociale qui est devenu depuis une fondation poussiéreuse. Voici qu'arrive, évidemment en référence à la "French Tech", l'initiative "French Impact" dotée d'un

Lire la suite...
Si les brèves suivantes ne s'affichent pas, veuillez rafraîchir la page en cliquant sur Rafraîchir la page

Depuis 1999 au service des associations

Communic'Asso : pour communiquer auprès des associations

Logiciel comptable pour associations : Comptasso-win TXA

Votre site internet complet à un prix associatif

Veuillez activer Javascript sur votre navigateur. [ ? ]