22-12-2014  ACTUASSO LIBRE

Opération la France s'engage.. à quoi ?

Il y a, dans chaque situation, un léger côté comique. Il est parfois plus appuyé, parfois moins, mais reconnaissons qu'il existe. Le président de la République, qui cherche désespérément son côté gauche, a lancé au mois de juin 2014 une grande initiative avec un beau mot d'ordre : La France s'engage !

Objectif : révéler et encourager les projets innovants d'utilité sociale. La France s'engage, c'est permettre à tout un chacun, de se mettre au service des autres, de donner de son temps, de son énergie et de son intelligence pour faire progresser notre société. Je ne sais pas pour vous, mais cela me dit vaguement quelque chose...

Voyons, se mettre au service des autres... donner de son temps.... cela ne vous rappelle rien ? Alors que toute la société bascule dans l'argent roi, le tout marchand à tous les étages, une étrange petite structure à deux sous résiste vaille que vaille...

En fait, notre président, tel Christophe Colomb, a découvert l'association. Terre visiblement vierge pour cet énarque explorateur, fier capitaine dans une France qui s'engage.

Cet homme a pourtant la mémoire qui flanche... Alors que jamais les subventions n'ont été à ce point réduites, alors que la fameuse (fumeuse ??) loi ESS attend en vain les 39 amendements qui lui donneront une existence légale (1), alors que le dernier remaniement ministériel a vu le terme "vie associative" disparaître de l'intitulé du ministère de la jeunesse et des sports (2), alors que les associations risquent de perdre 200 000 emplois d'ici à 2017 (3), notre président célèbre la France qui s'engage. Cet homme a incontestablement de la ressource.

De la ressource et des ressources car le président met 50 millions d'euros sur la table tout de même. Bon d'accord, 40 millions qui proviennent de l'Etat et 10 millions de la fondation Total. C'est sympa que cette société, qui ne paie pas d'impôts en France, permette à sa fondation de nous faire l'obole de 10 millions. Elle n'était pas "obligée", dans tout le sens du mot.

50 millions d'euros donc qui pourront être mobilisés jusqu'en 2017 (le choix de cette date est sans aucun doute dû au plus grand des hasards...).

La France s'engage donc, mais à quoi ?
La France s'engage à subventionner des projets très innovants et jamais vus comme la Cravate Solidaire qui collecte tout accessoire constituant un habillement professionnel, Monalisa qui lutte contre l'isolement des personnes âgées, Simplon.co qui propose une formation intensive et gratuite au développement web, j'en passe et des meilleures...

Que je sache, les associations depuis des années sont, dans tous les secteurs d'activités, les têtes de pont qui aident, innovent, proposent. Elles ne demandent pas l'aumône, juste que l'Etat reconnaisse leur rôle de service public (il fait une très bonne affaire avec les bénévoles qui font son travail...) et respecte ses propres engagements (la charte d'engagements réciproques Etat-collectivités-associations (4)).

Nous sommes loin du compte. Et quand notre président se fait mousser avec une France qui s'engage alors que l'Etat lui se désengage, la moutarde monte au nez...

Lors du lancement de cette opération, le président a prononcé 47 fois le mot solidarité et 63 fois le mot solidaire. Cette solidarité qui dégouline de bons sentiments devient insupportable. Cette nouvelle morale qui se distille insidieusement sur tous les écrans sent la naphtaline du temps où les dames patronnesses oeuvraient avec leurs pauvres bien à elles. Il y a même des spécialistes de la générosité aujourd'hui. Connaissez-vous Antoine Vaccaro "Chief Executive Officer at Faircom International" qui déclarait il y a peu au Parisien que "la pratique du don permet de vivre plus longtemps". Pour rester en forme, on a le choix aujourd'hui entre faire un don ou son jogging.

Il y a pourtant une question qui fâche : derrière ces appels à la générosité publique pour venir en aide aux plus pauvres de nos concitoyens, il y a la responsabilité des politiques menées depuis des années. Comment nier que le boum de la misère ne puise pas ses origines dans les choix économiques qui sont faits depuis 30 ans ? Qui s'offusque du fait que le nombre de pauvres explose en même temps que le patrimoine des plus riches ? Pas le trio Hollande, Valls, Macron en tout cas.

Il est alors facile à la société Total (via sa fondation) de faire l'aumône de 10 millions à un pays qui lui rapporte tant alors qu'elle ne rend rien. La France s'engage... à quoi ?

En savoir plus
(1) Les 39 marches de l'Economie Sociale et Solidaire - Lettrasso du 14-10-2014

(2) ESS Vie Associative Education Populaire les grandes oubliées du remaniement - Lettrasso du 03-04-2014

(3) Les associations risquent de perdre 200 000 emplois d'ici 2017 - Lettrasso du 07-10-2014

(4) La charte d'engagements réciproques Etat-collectivités-associations : de la poudre aux yeux - Lettrasso du 25-02-2014

Appel à projet permanent : La France s'engage

Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller sans transformation dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
Opération la France s'engage.. à quoi ? 
Il y a, dans chaque situation, un léger côté comique. Il est parfois plus appuyé, parfois moins, mais reconnaissons qu'il existe. Le président de la République, qui cherche désespérément son côté gauche, a lancé au mois ...  <a href="https://www.loi1901.com/intranet/a_news/index_news.php?Id=2249" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

Découvrir 10 autres articles



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Le toilettage du régime des entrepreneurs de spectacles vivants : les nouvelles règles

La loi ESSOC (1), dite loi du droit à l'erreur, du mois d'août 2018 prévoyait la réforme actuelle. C'est l'article 63 qui instaurait une gestion par ordonnances du droit des

La mise en sommeil d'une association : vers une dissolution automatique ?

La décision de mettre une association en sommeil peut intervenir alors que la poursuite de l'activité semble impossible dans l'immédiat. La raréfaction des bénévoles, le manque de

Les maires et les associations s'inquiètent des prochaines municipales ?

De très nombreux maires se demandent pourquoi ils n'ont pas reçu, officiellement, les dates des prochaines élections municipales. Certes, le site Service Public les a publiées

Quelles associations sportives relèvent de la convention collective nationale du sport ?

La Convention collective nationale du sport a été publiée le 07 juillet 2005 et étendue par l'arrêté 2511 du 21 novembre 2006. Bien sûr, le code NAF devrait permettre d'identifier

Le point sur le Revenu Universel d'Activité

Suite à notre article "Le revenu universel d'activité ou comment rendre illégitime un concept" (1), de nombreuses associations nous ont demandé de faire le point sur l'avancée de

Les menaces qui pèsent sur les centres sociaux associatifs

Ils sont implantés au coeur des quartiers, dans les villes et en milieu rural. Bien souvent derniers vestiges d'un maillage autrefois très important, les centres sociaux sont des

Le point sur le dispositif Territoire zéro chômeur de longue durée

Le dispositif Territoire zéro chômeur de longue durée a été porté dans sa phase de démarrage par ATD Quart Monde en partenariat avec le Secours catholique, Emmaüs France, Le Pacte

Associations : comment bien préparer l'arrivée du nouveau plan comptable ?

Nous avons écrit plusieurs articles sur le sujet (1). Nous allons, dans celui-ci, vous expliquer comment vous préparer à la mise en place de ce nouveau règlement comptable. Il

Les Associations Intermédiaires sont soumises aux mêmes règles que les autres

Les Associations Intermédiaires sont des structures d'insertion par l'activité économique dont la mise en place date de 1987. Une association intermédiaire est conventionnée par

Que se passe-t-il avec l'Office National des Forêts ?

De très nombreuses associations de défense de l'environnement ou de groupements forestiers ou même d'organisations syndicales des personnels de l'ONF se mobilisent depuis de longs

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

La grande Histoire dans une petite Courtine

Dans toutes les guerres il y a des histoires incroyables. En ce mois d'août 2019, il nous a semblé utile de vous raconter l'une des aventures les plus extraordinaires de la

Steve est mort

Depuis plus d'un mois fleurissaient sur les murs de la ville de Nantes 3 mots accolés : OùEstSteve. Il en était de même sur les réseaux sociaux et sur les pancartes des

Alicem : il ne faut plus se voiler la face

Alicem, quel joli nom qui cache une réalité moins prosaïque puisque ce sigle veut dire : "Authentification en ligne certifiée sur mobile". En d'autres termes, il s'agit d'une

Le CETA : la mondialisation débridée

Le CETA, est l'accord commercial global signé entre le Canada et l'Union Européenne, et qui en anglais se traduit par Canada-EU Trade Agreement. Négocié en douce depuis 2009, il a

Le Guide de défense du journaliste

J'arrive à un âge, qui sans être déjà canonique, me permet d'avoir le recul nécessaire sur la société française. J'ai vu passé quelques présidents, quelques partis politiques et

CyberHaine : un étrange projet de loi

De très nombreuses associations dont La Quadrature du Net et même le Conseil national du numérique (CNNum) s'inquiètent de la dangereuse dérive que porte en elle la proposition de

La défaite de la musique

La fête de la musique est née le 21 juin 1982, jour symbolique du solstice d'été, le plus long de l'année dans l'hémisphère Nord. Maurice Fleuret, directeur de la musique et de la

Vente des Aéroports de Paris : comme un avion sans aile

De très nombreuses associations nous ont demandé de nous prononcer sur la proposition de loi référendaire intitulée : "Proposition de loi visant à affirmer le caractère de service

Elles ferment sans crier gare

Au début, parce qu'il y a toujours un début à tout, les trains ne s'arrêtent presque plus. Un au petit matin, parfois encore un à midi et puis celui du soir. Difficile alors d'y

Les lapsus des femmes et des hommes politiques

En ce printemps étrangement agité, il est peut-être temps de faire une pause en se penchant sur les lapsus de nos politiques. Le mot d'abord, qui nous vient du latin Labor qui

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Préconiser l'entrepreneuriat associatif : est-ce bien raisonnable ?

Depuis bien des années, notamment sous l'influence de la Fonda et autres "think tank" libéraux, on sent bien que le modèle associatif dérange. Cette vieille dame de 118 ans

L'affaire des faux steaks hachés donne le vertige aux associations

La majorité LREM vient de ratifier le CETA (1) en nous promettant des contrôles tellement sévères que la population n'aura pas à craindre d'ingérer, dans les produits canadiens,

Les associations de taille intermédiaire pourraient disparaître en France

Nous annoncions un plan social de 40 000 emplois dans le secteur associatif dès 2014 (1). Et c'est peu dire que les sourires condescendants ont fusé autour de nous. Nous avons été

Comment lutter contre la déshumanisation des services publics ?

Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a souligné dans son rapport annuel (1) un fait étonnant : sur 140 000 réclamations reçues, 94 % portaient sur la relation des usagers avec

La bonne image des associations auprès des Français

On s'en doutait et les remontées de terrain nous assuraient d'une large adhésion. Mais le lire dans les résultats d'un grand sondage (1) fait du bien. Oui, les Français ont une

Service National Universel : premiers pas et premiers doutes

Dès l'année 2018, de très nombreuses organisations de jeunesse (Fage, Unef, JOC, Animafac, etc.) (1) ont pris position contre le Service National Universel (SNU). Pour ces

Lutte contre l'illettrisme : une urgence absolue dans une société de plus en plus numérique

De l'illettrisme, qui est l'incapacité pour un individu de déchiffrer un texte simple, à l'illectronisme qui désigne les personnes qui sont dans l'incapacité d'utiliser les outils

Quand les assemblées générales deviennent généreuses

Depuis 2009, le site HelloAsso s'est imposé peu à peu dans le paysage associatif français. De la gestion des billetteries à celles des adhésions en passant par le financement

En route vers un coopérativisme de plateforme ?

Comment répondre à la déshumanisation de nos échanges ? Comment contrer les visions destructrices de l'avenir ? Comment échapper au "tous contre tous" pour le profit de quelques

Le Haut-commissaire à l'ESS qui n'aime pas les associations

Il y a visiblement une constante avec les membres de ce gouvernement. Ils n'aiment pas celles et ceux qui osent résister. C'est actuellement le cas avec les enseignants qui ont

Découvrir 10 autres articles