L'incroyable histoire de l’homme de Somerton

10-08-2015 SOCIETE LIBRE
Comment comprendre cette incroyable histoire ? Comment l'expliquer sans tomber dans le fantasmagorique de premier niveau ? Une seule solution : s'en tenir aux faits et rien qu'aux faits. Voici donc l'histoire incroyable de l'homme de Somerton. Elle commence le 1er décembre 1948, sur la plage de la petite ville de Somerton en Australie où un promeneur va découvrir le cadavre d'un homme âgé d'une quarantaine d'années.

La première surprise des policiers provient des vêtements du mort. Il fait très chaud en cette saison en Australie. Or l'homme porte un gros pull-over et un imperméable d'hiver. Deuxième surprise, toutes les étiquettes de ses vêtements ont été découpées et il n'a aucune pièce d'identité sur lui.

La police découvre une cigarette qui n'a pas été allumée derrière l'oreille de la victime et une cigarette à moitié consumée dans le col droit de son manteau. Une fouille des poches révèle un ticket de train (non utilisé) de seconde classe allant jusqu'à Henley Beach depuis Adélaïde ainsi qu'un ticket de bus de la ville de Somerton. Le billet a été utilisé pour descendre à un arrêt situé à environ 1 100 mètres au nord de la position du corps de la victime. L'homme n'avait pas d'argent dans ses poches. Les chaussures de l'homme sont remarquablement propres et semblent avoir été vernies, ce qui est étonnant pour un homme retrouvé sur une plage.

Une autopsie est alors pratiquée pour rechercher les causes de la mort. Elle ne révèle aucune trace de poison ni aucun coup d'aucune sorte et ne parvient finalement à aucune conclusion. L'homme est mort, il était en parfaite condition physique et on ne sait pas pourquoi... Elle situe l'heure du décès aux environs de 2 heures du matin, le 1er décembre 1948

L'enquête de la police australienne piétine et Scotland-Yard est appelé en renfort. Les anglais diffusent immédiatement une photo du mort à travers le monde pour une demande d'identification. Mais personne ne répond.

Un mois plus tard, une valise est retrouvée à la gare d'Adélaïde. Elle est remplie de vêtements qui correspondent parfaitement aux mensurations de l'homme, mais toutes les étiquettes ont été enlevées. En fouillant une des poches, un morceau de papier tombe sur le sol. Il ne contient qu'une inscription imprimée visiblement à la machine : "Taman shud".

La police fait alors appel à des spécialistes de la bibliothèque nationale australienne. Ces derniers établissent que le morceau de papier a été arraché d'un livre de poèmes intitulé les "Roubaïates" d'Omar Khayyam, écrivain Perse (actuel Iran) né le 18 mai 1048 à Nichapur et mort le 4 décembre 1131. La vie de Khayyam est entourée de mystère, on sait simplement qu'il était considéré comme l'un des plus grands mathématiciens du Moyen Âge oriental.

Le mystère s'épaissit encore lorsque après avoir diffusé des informations concernant le livre d'Omar Khayyam, la police reçoit la visite d'un homme qui leur raconte avoir trouvé une très rare édition de l'ouvrage sur le siège arrière de sa voiture, la nuit du 30 novembre 1948, soit la veille de la découverte du corps. Les mots "Tamam Shud" sont arrachés et le morceau de papier retrouvé dans l'un des pantalons de la victime provient bien de ce livre.

Au dos du livre, on trouva des inscriptions réalisées avec un crayon de papier. Cinq lignes de lettres en capitales, avec la deuxième ligne barrée. La ligne barrée est aujourd'hui considérée comme partiellement identique à la quatrième ligne, ce qui impliquerait que la personne qui a écrit les lignes se serait trompée, et donc, que les lettres auraient un sens et constitueraient un code.

WRGOABABD
MLIAOI
WTBIMPANETP
MLIABOAIAQC
ITTMTSAMSTGAB38

Le code fut analysé par les meilleurs spécialistes qui déclarèrent, après plusieurs mois de recherche, que le nombre de symboles était trop faible pour distinguer un schéma et qu'il pouvait s'agir aussi bien d'un code complexe de substitution qu'une suite de lettres sans aucun sens. Le code n'est toujours pas déchiffré à ce jour malgré les tentatives réalisées par les services de renseignement militaire et ceux de la marine, des mathématiciens, des astrologues, ainsi que par des craqueurs de code amateurs.

L'affaire de l'homme de Somerton reste le mystère criminel le plus étrange de toute l'histoire.



Depuis 1999 au service des associations

Communic'Asso : pour communiquer auprès des associations

Logiciel comptable pour associations : Comptasso-win TXA

Votre site internet complet à un prix associatif

Veuillez activer Javascript sur votre navigateur. [ ? ]