Le poids du droit et le droit au poids

21-09-2015 SOCIETE LIBRE
On ne peut que s'interroger sur la soudaine et impérative nécessité d'adapter notre droit du travail à la réalité des entreprises. Dans la réalité, une entreprise doit faire un maximum de bénéfices avec des coûts de production a minima. On imagine donc facilement que l'adaptation ne se fera pas au bénéfice des salariés... Bien sûr, on ne peut que compatir avec l'employeur qui juge le code du travail trop rigide quand l'envie lui prend de licencier.

Mais c'est oublier un peu vite qu'il a justement été créé pour rendre la chose plus délicate. Bref, jugé trop rigide, trop complexe et trop lourd, le code du travail n'a plus la cote.

Pour éviter son côté "trop rigide", il suffit de l'acheter dans une édition de poche avec une couverture plastifiée et le tour est joué.

Nous sommes d'accord avec sa complexité. Mais le droit est complexe par nature, puisqu'il doit s'adapter à chaque situation. Pourquoi ne pas remettre en cause la complexité du code pénal dans ce cas ?

Trop lourd... Nous avons pris notre balance et le verdict est sans appel : le code du travail pèse effectivement 0.789 kg, il est indéniablement plus lourd qu'un smartphone. Mais, le code du commerce pèse lui 1,450 kg, le code des sociétés 1,10 kg et le code civil 0,910 kg. Il est donc préférable de cesser de faire dire aux balances ce qu'elles ne pèsent pas...

L'auteur du Droit du travail pour les nuls, Julien Boutiron, met carrément les pieds dans le plat : "Se contenter de réduire le volume du code me paraît insuffisant et démagogique. Simplifier le droit du travail passe avant tout par un rééquilibrage au profit de l'employeur. La simplification ne doit pas être un objectif en soi, tout dépend pour qui elle est réalisée…"

Le coût du travail est un frein à l'embauche. Mais la jeunesse est aussi un frein à l'embauche. Tout comme la vieillesse ou le simple fait d'être femme dans certains secteurs et homme dans d'autres, sans compter un bronzage un peu trop prononcé si on vise autre chose qu'un poste dans la sécurité.

Alors si maintenant, le droit du travail se met à son tour à être un empêcheur d'embaucher en rond, il devient urgent de "mettre un frein à l'immobilisme".

D'ailleurs, un monsieur Fontanet, grand professeur à HEC, donne trois conseils pour développer l'esprit "proentreprise" : "Un droit du travail qui permet de la flexibilité, des impôts bas et un niveau raisonnable de normes. " En somme, le modèle chinois à la française.

A propos de la Chine, le Medef, premier syndicat patronal de France, a envoyé le 27 juin 2014 un Tweet très nuancé pour expliquer tout le mal que peut faire le code du travail "Code du travail : en 1990 : 1000 pages pour 1 million de chômeurs, en 2000 : 2000 pages pour 2 millions de chômeurs, en 2010 : 3000 pages pour 3 millions de chômeurs." Quand on y réfléchit, le raisonnement du Medef se tient : en Chine il n'y a pas de code du travail et il n'y a pas de chômage.

Puisque le Medef prouve que c'est bien le nombre de pages du code du travail qui est responsable du nombre de chômeurs, nous avons une solution pour lutter contre le fléau du chômage : il suffit de le réécrire en plus petit.... CQFD !

En savoir plus
Rapport "La négociation collective, le travail et l'emploi" de Jean-Denis Combrexelle

Un taxi pour Uber



Depuis 1999 au service des associations

Communic'Asso : pour communiquer auprès des associations

Logiciel comptable pour associations : Comptasso-win TXA

Votre site internet complet à un prix associatif