Où commence la violence faite aux femmes ?

15-10-2013  LIBRE
Les associations d'aides aux femmes victimes de violence nous remontent des chiffres alarmants. En effet, selon la sixième étude nationale des décès au sein du couple, réalisée chaque année par la délégation aux victimes, sur les 146 personnes décédées en France en 2012 sous les coups de leur partenaire ou ex-partenaire, 122 sont des femmes. Sur les 24 femmes auteurs d'homicides commis sur des hommes, 12 d'entre elles étaient victimes de violences conjugales.

Dans plus de 60 % des cas, les violences ont lieu dans la sphère familiale. Aujourd'hui en France, on estime à 1,3 million le nombre de femmes victimes de faits de violences au sein de leur couple.

L'Etat a conscience de cette situation dramatique
Les crédits pour la promotion des droits, prévention et lutte contre les violences sexistes s'élèvent à 14,47 millions d'euros, dont 3,56 millions sont consacrés aux subventions à destination des associations ; 1,37 millions d'euros sont consacrés au fonctionnement de 180 lieux d'accueil, d'écoute et d'orientation des femmes victimes de violences ; 2,77 millions d'euros sont alloués au financement du troisième plan (2010-2013) interministériel de lutte contre les violences faites aux femmes.

Mais que faire pour lutter plus activement encore contre les violences conjugales ?
Il y a beaucoup à faire. Il faut reconnaître aussi que ce gouvernement fait plus. Par exemple, la loi du 6 août 2012 a rétabli le délit de harcèlement sexuel, renforcé les peines encourues et mis en place un dispositif de prévention, notamment dans le champ du travail. L'accueil des femmes victimes, dès la première alerte, a été renforcé avec l'ouverture de lieux d'accueil dans 62 départements en 2012, ce qui représente un investissement de plus de 3 millions d'euros.

La honte de la république
Mais, le machisme qui conduit souvent (pas toujours heureusement) les hommes a adopter, vis à vis des femmes, des comportements qui sont trop souvent à la limite du harcèlement, a trouvé la semaine dernière, une illustration parfaite de ce que les femmes endurent.

Qu'un crétin, dans un milieu professionnel, moque, brime, casse toute proposition féminine n'est pas nouveau. Le harcèlement commence souvent là. Mais qu'un crétin député fasse la poule pour moquer les propos d'une collègue lors d'un débat portant sur les retraites, sujet grave s'il en est, est totalement inacceptable. (1)

Les députés doivent comprendre que l'exemple vient toujours d'en haut. Comment accepter que nos représentants se permettent non seulement ce genre de "plaisantriste" débile que même les élèves de cm2 ont délaissé, mais bien pire, adoptent vis à vis de leurs attachées parlementaires (et pas seulement elles), un comportement de harceleur primaire ?

Il ne s'agit pas seulement de l'attitude stupide de ce pauvre garçon. Le plus grave, c'est que ce geste n'a pas été condamné par l'UMP, parti dont la "poule" est issue.

On croyait, on espérait même, que les insultes insupportables endurées par Simone Veil lors du débat sur la loi autorisant l'avortement en 1975 (2) étaient à ranger dans le bêtisier d'une génération depuis renouvelée. Il n'en est rien et ce n'est pas une bonne nouvelle pour la parité homme femme dans toutes les sphères de la société française.

Parité pour laquelle l'UMP préfère payer une amende très élevée plutôt que de la faire respecter dans ses propres rangs. On ne peut s'étonner, ensuite, qu'un de ses députés soit aussi bête qu'une poule qui aurait trouvé un couteau...

En savoir plus
(1) Mardi soir, Véronique Massonneau a été chahutée lors de son intervention sur les retraites par des imitations du caquetage d'une poule. Le fautif, le député UMP Philippe Ray, sera privé d'un quart de son indemnité parlementaire pendant un mois (1.378 euros) par décision du président de l'Assemblée approuvée par tous les groupes politiques.

(2) Au-delà des mouvements féministes, une femme va incarner le combat pour la légalisation de l'interruption volontaire de grossesse - IVG. Il s'agit de Simone Veil, alors ministre de la Santé sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing. Patiemment, longuement, elle mène cette bataille avec conviction et élabore un projet de loi qu'elle présente à l'Assemblée Nationale le 26 novembre 1974. Il vise à permettre aux femmes d'avoir recours à une IVG si elles le souhaitent, dans un délai de dix semaines après la conception.

Le débat à l'Assemblée dure quatre jours. Le sujet suscite un tel intérêt qu'il est retransmis à la télévision. Simone Veil doit subir les attaques violentes, et même les insultes répétées de nombreux députés, souvent au sein même de la majorité à laquelle elle appartient. Les propos vont jusqu'à s'envenimer et dépasser les limites du raisonnable. Ainsi, un député en vient à comparer l'avortement au génocide des juifs…

Mais Simone Veil tient bon. Ne perdant jamais sa dignité même dans les moments les plus difficiles, elle poursuit sa démarche contre vents et marées. Le vote à l'Assemblée a lieu dans une tension extrême. A la plus grande joie de la Ministre, les députés approuvent finalement le projet de loi. 285 parlementaires ont voté pour, 189 ont voté contre, dont 181 députés de la majorité. Six ce sont abstenus.

La nouvelle loi est promulguée par le président de la République le 17 janvier 1975.



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Assiste-t-on à une baisse significative du budget alloué au Service Civique ?

Visiblement, l'articulation budgétaire entre le Service Civique et le Service National Universel (SNU) semble se dérouler au détriment du premier. Alors même que le SNU n'a pas

Remboursement des frais : les bénévoles sont-ils tous égaux ?

Nous le savons tous, le bénévole qui effectue une dépense pour le compte d'une association peut, et c'est bien normal, demander à cette dernière le remboursement des frais

Panorama législatif des associations pour 2020

Le panorama législatif des associations pour 2020 a-t-il beaucoup changé ? Bien sûr, il y a les augmentations de différents plafonds (sécurité sociale, forfaits divers, etc.).

Associations : attention aux faits reprochés utilisés pour justifier un licenciement

Le licenciement d'un salarié, surtout au sein d'une association de petite taille, n'est pas sans conséquences sur le fonctionnement de la structure. D'autant plus si les faits qui

Travailleurs handicapés : le point sur les nouvelles règles d'embauche

Depuis le 1er janvier 2020, la réforme portée par la loi de septembre 2018 (1) apporte des modifications profondes sur l'obligation d'emploi des travailleurs handicapés (OETH). Si

Le point sur le développement des monnaies locales complémentaires

Les monnaies locales complémentaires et citoyennes (MLCC) sont reconnues par l'autorité de contrôle prudentiel de la Banque de France et par la loi 2014-856 du 31 juillet 2014

Droit au compte bancaire pour les associations et droit de gestion pour les présidents

Les banques sont aujourd'hui toutes puissantes et de très nombreuses associations ont du mal à en trouver une qui accepte de gérer "un compte sans intérêt" comme il a été répondu

Fiscalité des dons : mise au point ministérielle pour 2020

Selon une étude IPSOS pour la fondation des apprentis d'Auteuil, le don moyen pour les foyers assujettis à l'IFI est passé pour la première fois sous la barre des 2 000 euros par

Que se passe-t-il avec la médaille de la jeunesse des sports et de l'engagement associatif ?

C'est par le décret du 18 décembre 2013 (1) que la Médaille de la Jeunesse et des Sports est élargie à l'Engagement Bénévole en faveur de l'intérêt général. Elle est ressentie, à

Présidents d'associations : la mésentente peut entraîner une faute personnelle

Quand la discorde s'installe au sein d'une association, les distensions entre les membres du bureau peuvent déboucher sur des problèmes encore plus graves. Non seulement la

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Le droit de manifester est-il toujours garanti en France ?

Des journaux comme Le Monde ou encore Libération, Le Parisien, etc. commencent à s'interroger : "Le droit de manifester est-il toujours garanti en France ?" Et cette question

Au secours, mon robot de cuisine a été piraté

Ce qui est bien avec mes concitoyens, c'est qu'il y a toujours matière à sourire. Même si parfois, ce sourire bienveillant se transforme en rire jaune. Vous souvenez-vous du

Loi de finances 2020 : quoi de neuf pour les associations ?

Le Mouvement associatif (1) avait, dès la parution du projet de loi de finances pour 2020, tenté de proposer des mesures en faveur des associations. Une demande qui ne pouvait que

Casser le thermomètre ne fait pas baisser la fièvre

Le Registre des Malformations en Rhône-Alpes (REMERA) est une association qui mène une double mission : de santé publique en décrivant l'incidence des malformations congénitales

Quand la ruche dit oui

La ruche qui dit oui est une entreprise commerciale française (Equanum SAS avec un agrément ESUS) issue de l'Économie collaborative au même titre que Uber, Rn&B et autres

Les Sentinelles de la Nature

L'idée est toute simple, encore fallait-il y penser. Nous avons presque tous un smartphone. Nous aimons tous nous promener dans la nature. Et nous sommes tous accablés de

Le baromètre de la fraternité en forte hausse

Les inondations dans le sud de la France nous font découvrir des images de désolation. Entre ceux qui ont tout perdu sauf la vie et ceux qui pleurent un proche disparu, les images

Le coeur des soignants

L'enfant pleure, allongé sur un brancard, dans le couloir neutre du CHU de Rennes. Dans quelques minutes, il sera endormi puis opéré. Ses parents n'ont pas pu l'accompagner

Le projet de Terminal 4 à l'aéroport de Roissy

Lors du sommet climat le 24 septembre 2019 à l'assemblée générale de l'ONU, le président de la République a fait un discours remarquable et remarqué sur les moyens de lutter

Mise au point du ministère de l'intérieur sur l'état du site RIPADP

Avec seulement 900 000 signatures à 128 jours de la date butoir fixée au 12 mars 2020, le Référendum d'initiative partagée peine à faire le plein. Est-ce un signe du désintérêt

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Que serait la France sans ses associations ?

La première qualité du secteur associatif, c'est sa pérennité, qu'il doit à son statut plus que centenaire (119 ans). Une qualité trop souvent moquée ou ringardisée dans une

Le CDD multi-remplacement : pourquoi faire ?

Le 18 décembre 2019 a été publié, au Journal Officiel, le décret n° 2019-1388 chargé de lister les secteurs d'activité autorisés à mettre en oeuvre l'expérimentation du CDD

La campagne 2020 du Fonds pour le développement de la vie associative est lancée

Depuis le décret 2018-460 du 8 juin 2018 relatif au fonds pour le développement de la vie associative, le FDVA se voit confier deux modalités de financement distinctes : le

Les Mutuelles de France appellent à manifester le 17 décembre

La Fédération des Mutuelles de France est née le 31 janvier 1986 d'une scission entre la Fédération Nationale des Mutuelles de Travailleurs et la Fédération Nationale de la

Le rôle des retraités dans les instances dirigeantes des associations

Alors que la réforme des retraites s'avance à pas de loup depuis que la contestation gagne du terrain, il est utile de s'intéresser au rôle des retraités dans les instances

La réforme des retraites : c'est François Fillon qui en parle le mieux

Vous vous demandez sans doute ce que vient faire François Fillon dans la réforme actuelle des retraites. Réforme qui risque bien de mettre des millions de Français dans la rue.

Mesurer l'Impact Social d'une association : une évaluation malaisée et malhonnête

Selon l'Avise, grande papesse du concept d'impact social, "Evaluer son impact social permet de démontrer que son activité est utile pour la société, d'affirmer son identité,

Service civique : les premiers chiffres de la grande enquête d'ampleur 2017-2018

C'est sous l'impulsion de l'Agence du Service Civique que l'INJEP (Institut national de la jeunesse et de l'éducation populaire) a mené la première enquête statistique

BénévaLibre : le logiciel libre et gratuit pour faciliter la gestion des bénévoles

Quelle est la principale ressource d'une association ? Ce sont ses bénévoles naturellement. Et plus ils sont actifs en son sein, et mieux se porte la structure. Le bénévolat, par

Associations : voici une vraie vision décomplexée du malheur des autres

Il y a des jours où la lassitude nous gagne (on devrait dire nous perd) sans que l'on sache exactement pourquoi. La pluie trop forte ou un froid trop vif, une panne de voiture

Découvrir 10 autres articles