Pour garder la Ligue, fêtons ses 150 ans

21-03-2016 ACTUASSO LIBRE
Ils sont surtout connus en tant que boulevards, de Jean Macé à Jules Ferry en passant par Jean Zay cela roule aujourd'hui sur eux, et pourtant... Créée en 1866 par Jean Macé, jeune bourgeois éclairé, la Ligue de l'enseignement est la mère de notre démocratie. Sans elle, pas de loi de 1901 ni de 1905, pas plus d'écoles gratuites et obligatoires ni même de classe moyenne. Et pourtant, pas ou peu d'articles dans les journaux et encore moins de "spéciales" à la télévision. La Ligue sent-elle encore le souffre plus de 150 ans après sa naissance ?

"Faire entrer dans chaque maison l'émancipation par la raison, le progrès, l'amour immodéré de la science et du débat, faire des hommes et des femmes des citoyens." Tel est le credo du fondateur. Pari réussi au delà même de ses espérances.

Et pourtant, en 1866, le peuple français était une masse informe qui prenait encore assez largement ses ordres chez le curé ou bien le notable du coin : "Oui not'bon Maître, oui not'Monsieur" (1).

Avant la Ligue, l'illettrisme touchait un français sur trois et plus de 40% des couples étaient incapables de signer un registre d'état civil. Avec l'appui de personnalités comme Victor Hugo, Jules Vernes, Jules Ferry et l'aide décisive de la franc-maçonnerie, Macé enracine la ligue dans tous les coins de France.

En 1871, il parvient à faire signer une pétition pour l'instauration d'une instruction gratuite, laïque et obligatoire à plus d'un million de personnes en moins de trois semaine et sans l'aide de Facebook !

L'Eglise ne peut supporter l'implantation réussie d'une Ligue qui vient lui voler ses ouailles à jamais en les extirpant d'un obscurantisme maintenu et souhaité. Le pape Pie IX décide l'excommunication de tout fidèle de l'Eglise qui oserait être également membre de la Ligue.

Même le gouvernement de Mac-Mahon (le tueur des communards) s'y met et lance le vice-président du Conseil : Albert de Broglie à l'attaque des ligueurs sur tout le territoire, en vain.

En 1881, le Franc-maçon et ligueur Jules Ferry devient ministre de l'instruction civique (dans le cabinet Waddington), la Ligue a gagné !

Jusqu'en mai 1968, la Ligue est incontournable. Mais face à une société en pleine mutation qui pense "individu, consommation, plaisir, réalisation de soi" et qui surtout regarde ailleurs, la Ligue est à deux doigts de sombrer et le débat sur l'éducation populaire quitte le devant de la scène.

Cette année, la Ligue de l'enseignement fête ses 150 ans dans l'indifférence générale. Et pourtant : "Demandez-vous belle jeunesse, le temps de l'ombre d'un souvenir, le temps du souffle d'un soupir" (1) qui a inventé les bibliothèques municipales, les ciné-clubs, les colos, la vie en plein air avec les copains, les rigolades... La Ligue, c'est l'éclosion d'un peuple et l'émancipation d'une jeunesse. Celle d'aujourd'hui, hélas, ignore à qui elle le doit...

En savoir plus
(1) En 1977, Jacques Brel créait la chanson Jaurès. C'est le plus beau témoignage sur ce qu'était la France avant la Ligue

Le portail des 150 ans



Depuis 1999 au service des associations

Communic'Asso : pour communiquer auprès des associations

Logiciel comptable pour associations : Comptasso-win TXA

Votre site internet complet à un prix associatif