Qui croire en 2018 ?

17-12-2018 SOCIETE LIBRE
Selon la dernière enquête (1), les médias sont l'institution envers laquelle le public international a le plus de défiance. Et c'est bien dommage, car la démocratie ne peut vivre sans ce contre-pouvoir indispensable à l'équilibre. Dommage et surtout dangereux pour l'avenir. Ainsi, dans 22 pays sur 28, la population n'a plus confiance dans ses médias, dont la France bien sûr.

Ce qui est curieux, c'est la conclusion de cette enquête : "Effet boule de neige, ce manque de confiance dans les moyens d'information fait aussi chuter la confiance envers les autres institutions, les dirigeants politiques et le monde des affaires principalement".

Le paradoxe de cette "affirmation", c'est que la défiance envers la presse est plutôt la résultante du traitement que cette dernière fait des institutions politiques, avec les scandales afférents, ainsi que celui du monde des affaires, qui détient le plus souvent le capital des moyens d'informations. Cette conclusion cherche-t-elle à exonérer les hommes politiques et les dirigeants d'entreprises des raisons de cette défiance ? C'est jeter le thermomètre pour ne pas voir la fièvre.

Des hommes d'affaires qui achètent des médias, alors même que l'équilibre financier de ces derniers est presque impossible à obtenir, n'est pas sans poser question. Ces philanthropes sont-ils purement désintéressés ? Voyons voir : Bernard Arnault, PDG du groupe de luxe LVMH (possède Les Echos et le Parisien), Serge Dassault (Le Figaro), François Pinault (Le Point), Patrick Drahi, principal actionnaire de SFR (Libération, L'Express, BFM-TV, RMC), Vincent Bolloré (Canal+, C8, CStar, CNews).

Un petit groupe auquel il faut rajouter Xavier Niel, patron de Free, qui associé avec le banquier Matthieu Pigasse, est devenu propriétaire du groupe Le Monde (L'Obs, Télérama, La Vie, etc.), ainsi que Martin Bouygues propriétaire du groupe TF1, Arnaud Lagardère (Europe 1, Paris Match, JDD, Virgin radio, RFM, Télé 7 jours, etc.), la famille Bettencourt (L'opinion) et last but not least, le milliardaire d'origine libanaise Iskander Safa, propriétaire de Valeurs actuelles.

On pourrait bien sûr rajouter encore quelques noms, mais épargnons à nos lecteurs, cette liste fastidieuse qu'il pourra retrouver dans sa totalité sur le site du Monde Diplomatique. Qui peut décemment croire que la concentration de tous ces médias dans quelques mains n'est pas sans conséquence sur la vie démocratique de notre pays ?

Et ce d'autant plus que l'on retrouve toujours ces hommes puissants dans les cercles très proches du pouvoir politique en place. Pour son premier mariage, les deux témoins de Nicolas Sarkozy étaient Bernard Arnault et Martin Bouygues et c'est sur le yacht de Vincent Bolloré, qu'il a choisi de se reposer après son élection en 2007. L'affinité entre M. Macron et Patrick Drahi n'est plus un secret, ce qui n'a sans doute rien à voir avec la façon dont BFM-TV traite le président.

On peut toujours imaginer que tous ces hommes travaillent pour l'intérêt général et qu'il est normal qu'ils soient proches du pouvoir au regard de leur poids économique. Mais, quel que soit l'impact réel de ces connivences, qui peut empêcher les dégâts du soupçon ? Comment ne pas croire le fait que ces riches patrons se trouvent en conflit d'intérêts et que leur accointance avec le pouvoir n'est pas sans conséquences pour la vie économique et sociale de notre pays ?

C'est bien la concentration des médias en quelques mains et la proximité de ces mêmes mains avec le pouvoir politique qui entraîne une défiance envers la presse.

Et le dernier épisode en date ne va pas rehausser la confiance, surtout qu'il émane d'une télévision publique, qui est censée appartenir à tout le monde. France 3, dans son journal 19/20 du samedi 15 décembre 2018 a diffusé une photo retouchée. Elle montrait un groupe de "Gilets Jaunes" sur les marches de l'Opéra de Paris. Des manifestants situés sur les plus hautes marches de l'Opéra montraient un grand panneau sur lequel on pouvait distinctement lire : "Macron dégage".

Lors de sa diffusion sur l'antenne de France 3, la banderole avait perdu au passage le verbe "dégage", donnant ainsi l'impression qu'une foule de "Gilets Jaunes" montrait son soutien à Macron, puisque seul subsistait son nom sur le panneau. La direction de la communication de France Télévisions a affirmé qu'il s'agissait "ni d'une censure, ni d'une volonté de dissimuler une quelque information, mais d'une erreur et d'un manque de discernement de la part d'une personne qui concourt à la fabrication du journal télévisé". Sans commentaire.

La défiance en la parole politique, trop souvent trahie, entraîne celle du monde des affaires pour son accointance avec le pouvoir en place. De facto, les médias qui sont pris entre le marteau qu'ils craignent et l'enclume qui les finance, ne peuvent que naviguer dans des eaux troubles, troublées et troublantes (2).

En savoir plus
(1) baromètre Kantar / La Croix 2018

(2) Bien sûr, le Canard enchaîné n'est pas visé. L'hebdomadaire satirique est la fierté de notre pays, l'une des dernières mouches du coche.

Pour ou contre une instance de déontologie professionnelle des médias ?



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Le point sur le dispositif Territoire zéro chômeur de longue durée

Le dispositif Territoire zéro chômeur de longue durée a été porté dans sa phase de démarrage par ATD Quart Monde en partenariat avec le Secours catholique, Emmaüs France, Le Pacte

Associations : comment bien préparer l'arrivée du nouveau plan comptable ?

Nous avons écrit plusieurs articles sur le sujet (1). Nous allons, dans celui-ci, vous expliquer comment vous préparer à la mise en place de ce nouveau règlement comptable. Il

Les Associations Intermédiaires sont soumises aux mêmes règles que les autres

Les Associations Intermédiaires sont des structures d'insertion par l'activité économique dont la mise en place date de 1987. Une association intermédiaire est conventionnée par

Que se passe-t-il avec l'Office National des Forêts ?

De très nombreuses associations de défense de l'environnement ou de groupements forestiers ou même d'organisations syndicales des personnels de l'ONF se mobilisent depuis de longs

Le point sur les obligations de sécurité pour les associations sportives

Avec le retour de l'été, les associations sportives sont soumises à rude épreuve. Outre l'accueil de nombre d'adolescents et la gestion des camps de vacances, la question de la

Quel avenir pour les associations d'aide aux familles de personnes disparues ?

Depuis quelques années, le nombre de personnes disparues a tendance à augmenter dangereusement en France. Plus de 68 000 en 2017, dont 49 422 disparitions d'enfants (1), sachant

Chronique d'une mort annoncée : les prud'hommes

Créés le 18 mars 1806 par Napoléon 1er, les conseils de prud'hommes vont-ils disparaître ? Les juges prud'homaux ont le blues. Ils sont en effet convaincus de la "mort programmée"

La refonte du FEAD : quel impact sur les associations ?

Alors qu'elle était encore la ministre des affaires européennes, Nathalie Loiseau avait fait une réponse plutôt positive quant à l'avenir du fonds européen d'aide aux plus

Vers une modification des modalités de dissolution d'une association mise en sommeil ?

Une association n'ayant plus aucune activité est qualifiée d'association mise "en sommeil", alors même que ce terme n'a aucune véritable valeur juridique. De fait, la seule

Les associations sont-elles concernées pas la nouvelle organisation territoriale ?

Le 12 juin 2019, la circulaire relative à la mise en oeuvre de la réforme de l'organisation territoriale de l'Etat a été publiée par le Premier ministre (1). Elle fait suite à

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Le CETA : la mondialisation débridée

Le CETA, est l'accord commercial global signé entre le Canada et l'Union Européenne, et qui en anglais se traduit par Canada-EU Trade Agreement. Négocié en douce depuis 2009, il a

Le Guide de défense du journaliste

J'arrive à un âge, qui sans être déjà canonique, me permet d'avoir le recul nécessaire sur la société française. J'ai vu passé quelques présidents, quelques partis politiques et

CyberHaine : un étrange projet de loi

De très nombreuses associations dont La Quadrature du Net et même le Conseil national du numérique (CNNum) s'inquiètent de la dangereuse dérive que porte en elle la proposition de

La défaite de la musique

La fête de la musique est née le 21 juin 1982, jour symbolique du solstice d'été, le plus long de l'année dans l'hémisphère Nord. Maurice Fleuret, directeur de la musique et de la

Vente des Aéroports de Paris : comme un avion sans aile

De très nombreuses associations nous ont demandé de nous prononcer sur la proposition de loi référendaire intitulée : "Proposition de loi visant à affirmer le caractère de service

Elles ferment sans crier gare

Au début, parce qu'il y a toujours un début à tout, les trains ne s'arrêtent presque plus. Un au petit matin, parfois encore un à midi et puis celui du soir. Difficile alors d'y

Les lapsus des femmes et des hommes politiques

En ce printemps étrangement agité, il est peut-être temps de faire une pause en se penchant sur les lapsus de nos politiques. Le mot d'abord, qui nous vient du latin Labor qui

Quand le nom de ma commune fait rire

Quand on arrive à Vatan (36 150), on peut craindre un accueil polaire. Mais est-ce que la vie est plus drôle à Marans (17 230), plus sexy à Corps Nuds (35 150), plus tendre à

L'Eurovision : une vision de l'Europe ?

J'ai l'âge d'avoir assisté à la retransmission du Grand Prix de l'Eurovision qui a vu la française Marie Myriam l'emporter avec sa chanson "L'oiseau et l'enfant" en 1977. Et je

Pourquoi - petit à petit - la solidarité remplace-t-elle la fraternité ?

Pourquoi - petit à petit - la solidarité remplace-t-elle la fraternité ? La question mérite d'être posée. La fraternité n'est-elle pas l'une des trois composantes de la devise de

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Les associations de taille intermédiaire pourraient disparaître en France

Nous annoncions un plan social de 40 000 emplois dans le secteur associatif dès 2014 (1). Et c'est peu dire que les sourires condescendants ont fusé autour de nous. Nous avons été

Comment lutter contre la déshumanisation des services publics ?

Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a souligné dans son rapport annuel (1) un fait étonnant : sur 140 000 réclamations reçues, 94 % portaient sur la relation des usagers avec

La bonne image des associations auprès des Français

On s'en doutait et les remontées de terrain nous assuraient d'une large adhésion. Mais le lire dans les résultats d'un grand sondage (1) fait du bien. Oui, les Français ont une

Service National Universel : premiers pas et premiers doutes

Dès l'année 2018, de très nombreuses organisations de jeunesse (Fage, Unef, JOC, Animafac, etc.) (1) ont pris position contre le Service National Universel (SNU). Pour ces

Lutte contre l'illettrisme : une urgence absolue dans une société de plus en plus numérique

De l'illettrisme, qui est l'incapacité pour un individu de déchiffrer un texte simple, à l'illectronisme qui désigne les personnes qui sont dans l'incapacité d'utiliser les outils

Quand les assemblées générales deviennent généreuses

Depuis 2009, le site HelloAsso s'est imposé peu à peu dans le paysage associatif français. De la gestion des billetteries à celles des adhésions en passant par le financement

En route vers un coopérativisme de plateforme ?

Comment répondre à la déshumanisation de nos échanges ? Comment contrer les visions destructrices de l'avenir ? Comment échapper au "tous contre tous" pour le profit de quelques

Le Haut-commissaire à l'ESS qui n'aime pas les associations

Il y a visiblement une constante avec les membres de ce gouvernement. Ils n'aiment pas celles et ceux qui osent résister. C'est actuellement le cas avec les enseignants qui ont

Le bénévolat : évolution et tendances fortes 2010 2019

Depuis l'année 2010, France bénévolat (1) nous propose son baromètre de l'évolution du bénévolat (pour les années 2010, 2013, 2016 et 2019). Une réalisation confiée à l'IFOP avec

Et la Nef va : une coopérative qui fait du bien à l'Economie Sociale et Solidaire

Alors que la gouvernance d'une mutuelle comme la Macif pose question (1) tant les rémunérations des dirigeants et administrateurs du groupe ont explosées, il y a des coopératives

Découvrir 10 autres articles