Reviens vite Coluche, ils sont devenus fous

14-10-2014 SOCIETE LIBRE
A partir du 25 novembre 2014, les 2 070 centres d'accueil des Restos du cœur vont ouvrir leurs portes quotidiennement ou au moins deux fois par semaine, jusqu'à fin mars, pour offrir des paniers repas à ceux qui se sont préalablement inscrits.

Après 960 000 personnes aidées et 130 millions de repas servis lors de l'hiver 2012-2013, l'association créée par Coluche en 1985 pense que le seuil symbolique du million de bénéficiaires sera atteint cette année.

A un moment où nos politiques s'amusent à la surenchère sur la "réforme" de l'Unédic, il est bon de préciser que 57 % des bénéficiaires des Restos du cœur sont des demandeurs d'emploi qui se présentent un an ou un an et demi après avoir perdu leur emploi quand les allocations chômage sont en baisse.

Sans oublier les travailleurs pauvres qu'un salaire de misère ne permet même pas de se nourrir convenablement. Oui, "MacronValls" il est urgent de réformer l'Unédic, de baisser les allocations chômage, d'obliger les chômeurs à accepter n'importe quel emploi pourvu qu'ils disparaissent de ces maudites statistiques qui ternissent tant l'image de notre président.

"MacronValls" trouve plus facile de s'attaquer aux chômeurs que de garantir aux associations, qui se battent pour nourrir nos concitoyens pauvres, un financement européen digne de ce nom.

Le programme européen d'aide alimentaire (PEAD), dont bénéficiaient 18 millions d'Européens, a été supprimé en 2014. C'est le fonds européen d'aide aux plus démunis (FEAD) qui le remplace avec une dotation annuelle qui passe de 500 millions d'euros à 360 millions d'euros, alors que dans le même temps, ce sont aujourd'hui 22 millions d'européens qui en ont besoin.

On comprend pourquoi les associations caritatives s'alarment des conséquences ravageuses d'une telle réduction du budget de financement de l'aide alimentaire, à l'heure où le nombre de ses bénéficiaires ne cesse de croître.

Ne pas oublier que le programme européen d'aide aux plus démunis (PEAD), relevait de la politique agricole commune (PAC) et permettait de donner les surplus de la production agricole européenne aux plus démunis (ce qui était l'idée de Coluche). La mise en place du fonds européen d'aide aux plus démunis (FEAD) est une aberration dont la France est en grande partie responsable. Elle s'est couchée devant le souhait de l'Allemagne de ne plus "financer" la pauvreté par l'aide, mais par l'acceptation de "petits boulots" à 1 euro de l'heure...

En novembre 2011, alors que l'Allemagne avait accepté du bout des lèvres, d'accorder un sursis de 2 ans au PEAD (jusqu'à fin 2013), un certain candidat François Hollande voyait dans cette décision : "un grave échec de l'Union européenne, l'avenir des bénéficiaires du PEAD ne peut pas se limiter à deux ans". Ce grand socialiste ajoutait même que : "la rigueur pour les plus faibles est inacceptable. Les citoyens les plus vulnérables dans ce contexte de crise ont besoin d'une véritable Europe sociale".

"La politique, c'est n'est pas compliqué, il faut juste avoir une bonne conscience et une mauvaise mémoire".
Coluche

En savoir plus
Fonds européen d'aide aux plus démunis (FEAD)

Pour soutenir financièrement les Restos du cœur



Depuis 1999 au service des associations

Abonnez-vous à LettrassoPlus

Abonnez-vous au Forum Juridique

Le pack Lettrasso + et Forum Juridique