Vous avez aimé l'amiante vous adorerez les nanotoxiques

07-10-2014 SOCIETE LIBRE
Les produits de consommation courante contenant des nanoparticules envahissent notre quotidien. Invisibles à l'oeil nu, ces nouvelles molécules laissent parfois deviner leur présence par les accroches publicitaires aguicheuses : aliments aux saveurs nouvelles, cosmétiques anti âge agissant plus en profondeur, sous-vêtements antibactériens de la dernière génération, fours et réfrigérateurs autonettoyants, articles de sports plus performants, etc.

Selon le site Project on Emerging Nanotechnologies, en 2005, 54 produits de consommation courante contenaient déjà des nanoparticules. En 2012, selon l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail), ce sont 500 000 tonnes de nanomatériaux qui ont été produites, importées et distribuées en France.

C'est l'unité de mesure nanomètre qui a donné son nom à ces particules. 1 nanomètre est égal à 1 milliardième de mètre. Leur taille est donc bien inférieure à celle d'une cellule humaine. Et c'est là que le bât blesse.

Il n'y a aucun contrôle sur les effets à long terme des "nanos" qui sont commercialisées au mépris de la réglementation qui oblige pourtant à tester la toxicité des substances avant de les vendre. Or, il s'avère que ces nanoparticules sont souvent redoutables :
- elles peuvent traverser tous les organes,
- elles peuvent jouer avec notre ADN et provoquer de très nombreux dégâts dont nous ignorons tout.

Selon Claude Ostiguy, chercheur à l'Institut de recherche Robert-Sauvéau au Québec, "Les études toxicologiques démontrent clairement que la très petite taille des nanoparticules est un élément-clé au niveau de la toxicité, surtout au niveau des particules non ou peu solubles. Plusieurs effets pulmonaires ont été documentés dont la capacité de certaines nanoparticules à induire des granulomes pulmonaires."

En tant qu'altéragènes physiques ou chimiques (agent d'origine extérieure, qui altère les cellules), ce sont des polluants potentiels de tous les milieux (air, eau, sol, faune, flore et tous les êtres vivants), que ce soit seuls, en groupe ou en synergie avec d'autres polluants. Pire, les nanos peuvent également pénétrer facilement les organismes microbiens avec les risque de mutation que l'on imagine.

Enfin, certaines nanoparticules, en contact avec l'air, sont en outre une source de risques d'incendie ou d'explosion dans tous les domaines d'activité (nucléaire, chimique, etc.).

Le philosophe et journaliste d'investigation Roger Lenglet vient de publier "Nanotoxiques : une enquête" chez Actes Sud. Nous ne serions trop en recommander la lecture aux septiques... Il aura fallu attendre des années pour que l'on accepte les effets toxiques de l'amiante et son cortège de morts (2 à 3 000 personnes chaque année en France). Combien de temps pour les nanos ?

En savoir plus
Le site www.r-nano.fr qui est chargé de récolter les données "nanos" afin d'assurer une traçabilité était en panne au moment de boucler cet article. Après renseignements, cela dure depuis plusieurs jours...

Le dispositif national de déclaration des substances à l'état nanoparticulaire

Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail

Guide de bonnes pratiques favorisant la gestion des risques reliés aux nanoparticules de synthèse - Claude Ostiguy Institut de recherche Robert-Sauvé Québec

Project on Emerging Nanotechnologies

Nanotoxiques : une enquête de Roger Lenglet

L'actualité des nanomatériaux et nanotechnologies repérée et compilée par Avicenn

Veillenanos, une veille citoyenne sur les nanos



Depuis 1999 au service des associations

Communic'Asso : pour communiquer auprès des associations

Logiciel comptable pour associations : Comptasso-win TXA

Votre site internet complet à un prix associatif