20-11-2017  ESS LIBRE

Le flou artistique de la mise en place du Pass Culture

Le Pass Culture est une proposition de campagne phare de l'actuel président de la République et a été réaffirmée depuis par le Premier ministre et la ministre de la Culture. Il devrait permettre aux jeunes de plus de 18 ans de disposer de 500 euros pour acheter des livres, des tickets de musée, des places de spectacle, concert ou cinéma etc. On ne peut que se féliciter de cet accès facilité à la Culture. Sauf qu'un flou artistique entoure sa mise en place.

Le 7 novembre 2017, la ministre de la Culture a été entendue par la commission élargie (affaires culturelles, communication et finances) de l'Assemblée nationale pour examiner avec elle, le projet de budget 2018 de son ministère.

Or, si le Pass Culture figure bien dans son budget (pour un montant de 5 millions d'euros), il s'est avéré très difficile, pour les députés, d'obtenir de Françoise Nyssen autre chose que des généralités... très générales. Selon la ministre, le Pass culture a vocation à être un "prolongement du parcours d'éducation artistique et culturelle" (EAC) suivi par les jeunes pendant leur scolarité. Il s'agira d'accompagner "la sortie de l'école et l'entrée dans l'âge adulte et la citoyenneté par la culture".

De fait, devant le feu roulant des question, la ministre a lâché quelques informations sur la méthode de conception et le calendrier du Pass Culture : "l'outil et le périmètre de l'offre seront co-construits avec les futurs usagers, à savoir les jeunes, et les différentes parties prenantes (partenaires, collectivités territoriales, tec.). La concertation sera lancée en décembre. Une première offre éditorialisée (1) sera prête à la rentrée de septembre 2018 en mode start-up (2)."

La ministre précise encore que l'expérience des collectivités en matière de Pass culturel sera prise en compte et que ses services ont recensé l'ensemble des offres territoriales déjà existantes. Elle a beaucoup insisté sur le fait que le Pass devrait respecter "l'autonomie du jeune", et que ce sont des "algorithmes qui éditorialiseront les choix de l'utilisateur". C'est le problème avec les mots, on a beau les mettre les uns à la suite des autres, même les plus compliqués, la phrase ne veut pas toujours dire quelque chose. Alors Wait and see comme disent nos amis Anglais.

En savoir plus
(1) Françoise Nyssen, la ministre de la Culture, est co-directrice de l'excellente maison d'édition "Actes Sud", fondée en 1978 à Arles par son père, Hubert Nyssen. L'usage de termes directement issus de ce milieu peut donc se comprendre. Mais, selon le dictionnaire, le verbe éditorialiser signifie : "écrire l'éditorial dans un journal, une émission ou un journal radiophonique ou télévisé." L'éditorialisation de l'offre du Pass Culture promet bien des surprises...

(2) Ce gouvernement est incorrigible. Il voit des "start-up" de partout. Comment lui rappeler, que par son Histoire, la France serait plutôt une vieille entreprise à laquelle il convient de ne pas lui demander de se comporter pour ce qu'elle n'est et ne sera jamais : à savoir une jeune pousse.

Françoise Nyssen a présenté devant les députés ses priorités pour 2018 : sur la base d'un budget conforté, elle précise les objectifs d'une politique culturelle de proximité

Brève en copie partielle autorisée
Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
Le flou artistique de la mise en place du Pass Culture 
Le Pass Culture est une proposition de campagne phare de l'actuel président de la République et a été réaffirmée depuis par le Premier ministre et la ministre de la Culture. Il devrait permettre aux jeunes de plus de 18 <a href="https://www.loi1901.com/breves_associatives.php?moteur1=1121" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

D'autres articles de la rubrique : ESS

Les groupements d'employeurs non marchands ont le vent en poupe

Suite à la parution, le 02 octobre 2017, de notre article : "Une solution pérenne pour les associations : le groupement d'employeurs" (1), nous savions que cela allait provoquer une réaction du secteur associatif. C'est l'INJEP (Institut national de la jeunesse et de l'éducation populaire) qui nous emboîte le pas avec, dans le numéro 50 de ses Cahiers de l'action (2), un dossier

Lire la suite...

L'engagement associatif à l'ordre du jour législatif

Sylvain Waserman est député LRM de la 2e circonscription du Bas-Rhin et Vice-président de l'Assemblée Nationale. Ce chef d'entreprise est également un responsable associatif convaincu de l'importance de nos structures dans la société. Le 4 avril 2018, il a déposé avec plusieurs collègues, un projet de loi (1) en faveur de l'engagement associatif. De l'exposé des motifs (2) à la

Lire la suite...
Si les brèves suivantes ne s'affichent pas, veuillez rafraîchir la page en cliquant sur Rafraîchir la page

Depuis 1999 au service des associations

Inscrivez votre association dans l'Intranet et rejoignez les 29 063 associations inscrites

L'annuaire des 29 063 associations inscrites dans l'Intranet du site

Pour déposer gratuitement vos offres d'emploi ou bien les consulter

L'annuaire BlogAsso : 262 sites internet sélectionnés

Présentation de toutes les subventions allouées par l'Etat aux associations

Veuillez activer Javascript sur votre navigateur. [ ? ]