05-03-2018  ESS LIBRE

Associations et bénévoles : chaque jour il vous est demandé de justifier votre utilité sociale

S'il n'existe pas encore de consensus sur le terme à employer pour qualifier l'apport des associations à leurs bénéficiaires et à la société (utilité sociale, valeur sociale, impact social, etc.), en revanche nos financeurs institutionnels (ou pas) nous obligent de plus en plus à démontrer les effets réels de notre action sur les bénéficiaires et sur le territoire. Il ne suffit plus de faire ni de le faire savoir, il faut maintenant la preuve de l'utilité de notre savoir-faire.

Ce glissement dans cette nouvelle forme d'exigence est le résultat d'un raisonnement économique que nous connaissons tous par ailleurs. Le "marché" se gargarise de statistiques et d'algorithmes comme si la recherche de la preuve était la preuve elle-même.

Le "marché" quantifie tout, rien n'échappe à sa rapacité. Cela lui permet de spéculer aussi bien sur la découverte d'un gisement de pétrole que sur la valeur du blé. Il n'y a plus de hiérarchie dans les besoins humains, simplement des chiffres, des dates de valeurs, des statistiques et des montants. Tout est mesurable puisque tout se vend.

Jusqu'à là, le secteur associatif était préservé de cette vision utilitariste de l'autre. C'était même, selon certaines enquêtes, la raison pour laquelle de nombreux jeunes cherchaient à travailler au sein de nos structures. Donner un sens à son existence par le choix d'un travail en dehors du libéralisme débridé. Mais sous l'action combinée des "laboratoires d'idées" comme la Fonda et des organismes "au service des associations" comme l'Avise (1), le libéralisme s'est imposé jusque sur nos rivages.

Nous avons longtemps été les seuls à juger sévèrement cette dérive. Nous avons même été largement moqués. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. Mais hélas, le loup libéral est bien dans la bergerie et il a fait des petits en grand nombre.

Nous avons reçu la lettre d'information de la COFAC (Coordination des Fédérations et des Associations de Culture et de Communication) qui est une coordination qui rassemble une vingtaine de fédérations (plus de 40.000 associations) culturelles. Elle pèse donc un certain poids, voire un poids certain. Marie-Claire Martel est la Présidente de la COFAC.

Son édito de mars 2018 est le parfait éclairage de ce que nous dénonçons depuis si longtemps. Bonne lecture.

Les 260 000 Associations culturelles sont très majoritairement dans le champ non lucratif. Elles créent pourtant de l'emploi pour 35% d'entres elles. Elles ne vendent rien. Elles ne distribuent aucun bénéfice monétaire. Cela ne signifie pourtant pas qu'elles ne produisent rien !

Mais voilà leur grand tort : ce qu'elles produisent n'est pas toujours quantifiable et pire encore, pas quantifiable en termes monétaires !

Leur apport à notre société est si protéiforme qu'il faudrait une armée de sociologues, géographes, économistes et statisticiens pour le quantifier, sans même avoir la certitude que l'on aura bien tout regardé.

Or nos projets associatifs sont résolument tournés vers l'action et la fonction des artistes, professionnels ou amateurs, est de créer et non de produire des statistiques.

Prenons simplement deux exemples :
- d'abord celui d'une Association oeuvrant dans le domaine du Patrimoine qui s'implique pour faire revivre un centre bourg ancien. Les retombées touristiques lui seront-elles imputées ?
- La réouverture d'un commerce qui permettra à des dizaines de nos aînés de rester chez eux plutôt que d'aller pendant des années dans un EHPAD et qui générera une non dépense pour la collectivité lui sera-t-elle créditée ? L'implication des bénévoles sera-t-elle reconnue comme ayant contribué au maintien sur le territoire de dizaines de familles ? Cette liste n'est évidemment pas limitative.

Ou encore que dire de l'impact social d'une école de Musique associative ? Elle fait vivre les professeurs et leurs familles, les luthiers du territoire ; entre passé, présent et futur elle diffuse notre patrimoine immatériel et participe de l'émancipation des citoyens de tous âges du territoire ; autour de la pratique artistique elle fait se rencontrer toutes les générations et contribue à combattre l'isolement social.

Mais plus encore le premier impact social des artistes, bénévoles et Associations culturelles est de transformer notre société en civilisation. Quelqu'un peut-il dire le prix de cette transmutation là ?

Marie-Claire Martel
Présidente de la COFAC
Coordination des Fédérations et Associations de Culture


Nous n'avons rien à ajouter à ce constat, sinon que nous nous sentons moins seuls. Merci madame.

En savoir plus
(1) ESS et création de valeur : un petit rapport pour une grande imposture et L'initiative French Impact : une couche de plus sur le mille-feuille social et solidaire

Le site de la COFAC (Coordination des Fédérations et des Associations de Culture et de Communication)

Comment l'Avise "vend" la mesure de notre "utilité sociale"

Comment le LaboESS "vend" la mesure de notre "utilité sociale"

Comment la Fonda, l'Avise et le LaboESS s'unissent pour "vendre" la mesure de notre "utilité sociale" auprès des financeurs et autres décideurs depuis des années

Brève en copie partielle autorisée
Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
Associations et bénévoles : chaque jour il vous est demandé de justifier votre utilité sociale 
S'il n'existe pas encore de consensus sur le terme à employer pour qualifier l'apport des associations à leurs bénéficiaires et à la société (utilité sociale, valeur sociale, impact social, etc.), en revanche nos <a href="https://www.loi1901.com/breves_associatives.php?moteur1=1192" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

Découvrir 10 autres articles



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Les adhérents non dirigeants peuvent-ils consulter des documents internes à l'association ?

Le culte du secret est souvent l'art de dissimuler. Dans certaines associations, le simple fait qu'un membre ose demander la communication d'un document comptable devient un crime

Les nouvelles procédures à suivre pour obtenir votre SIREN SIRET NAF et RNA

Il s'agit ici d'une mise à jour de l'article paru le 17-04-2017. Oui, comme le temps passe et emporte avec lui anciennes procédures et vieux Cerfa usagés... En revanche les

Exclusion pour non paiement de la cotisation : que dit la loi ?

Dans une association, lorsque l'appel à cotisation est lancé, il y a trois types de membres. Celui qui paie immédiatement sans barguigner, celui qu'il faut relancer au moins une

Quelle est la véritable situation juridique des salariés payés avec le chèque emploi associatif ?

Le chèque emploi-associatif a été une évolution majeure pour faciliter la gestion de nos associations. De plus, grâce à sa simplicité d'utilisation, il a favorisé l'emploi et

Maintient ou pas de l'exonération à la TVA pour les associations d'insertion par l'économie ?

Les associations d'insertion par l'économie (AIE) bénéficient d'une exonération de TVA depuis la loi 87-39 du 27 janvier 1987 (1) lorsque leur gestion est désintéressée. Ces

Associations : les salles mises à disposition par les communes doivent être conformes

Dans certaines communes, les salles mises à disposition des associations frisent le taudis insalubre, voire dangereux. Certes, il ne faut surtout pas généraliser et en règle

Les associations et le service national universel

Obligation puis volontariat, voilà comment le Service national universel se décomposera dans les 13 départements (1) qui vont expérimenter le dispositif à partir du 16 juin 2019.

La date de clôture pour un exercice comptable associatif est-elle libre ?

Que dit exactement la loi ? Quelles sont les obligations et contraintes à respecter ? Faut-il, par exemple, obligatoirement baser l'exercice comptable d'une association sur une

La réforme des règles comptables relatives aux associations : les CVN

C'est la quatrième édition de notre analyse du nouveau règlement comptable des associations qui entrera en vigueur à compter du 1er janvier 2020. Dans un premier article, nous

Le Fonds européen d'aide aux plus démunis dans l'expectative

Le 19 novembre 2018, nous avons publié un article au titre prémonitoire : "Quel avenir pour le Fonds européen d'aide aux plus démunis ?" (1). Nos dernières informations en la

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

L'étrange obstination à vouloir vendre nos bijoux de famille

Le grand débat vient à peine de se terminer. Notre pays a donc débattu. On pouvait, naïvement, imaginer qu'une trêve législative aurait lieu pendant ce temps d'échanges, puisque

La paire de lunettes de trop

Que se passe-t-il dans la tête d'un homme qui a passé son samedi à arrêter, taper, cogner, éborgner, mutiler des gens qui lui ressemblent en bien des points, à commencer par la

Une lettre de Paris

En mai 68, le Préfet de police de Paris, Maurice Grimaud, a décidé que le maintien de l'ordre ne devait pas anéantir des vies. Il succédait à ce poste à un certain Maurice Papon

Des armes silencieuses pour des guerres sans bruits

Nous empruntons le titre de cet article à M. Lyle Hartford Van Dyke (1), auteur américain plutôt controversé, voire sulfureux. Peu importe, l'objet ici, n'est pas de rendre

Ne laissez personne dénaturer ce que vous êtes

Lettrasso m'a demandé un article à leur remettre avant lundi midi. Et nous sommes dimanche. Et bien sûr, je n'ai pas ou peu d'idées. Faire le point sur les attentes des

Street Medic : le bénévolat de tous les dangers

Le journaliste américain, qui écrit en France sous le pseudo de "Mon Oncle d'Amérique" (1) nous a envoyé un article sur le rôle indispensable des "Street Medic" (2) dans les

Du pouvoir sans visage au visage sans pouvoir

En 2012, au Bourget, le candidat François Hollande déclarait : "mon véritable adversaire n'a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne

Le revenu universel d'activité ou comment rendre illégitime un concept

Lors de notre veille au service des associations, nous avons vu passer un décret intéressant. Il porte le joli nom de "décret instituant un rapporteur général à la réforme du

Va-t-on vers la fin des enquêtes d'utilité publique dans le domaine environnemental ?

Simplifier, c'est le maître mot. La loi dite Confiance ou Essoc, publiée définitivement le 11 août 2018, a introduit nombre de simplifications en droit de l'urbanisme et de

Les associations : les oubliées du Grand Débat National

C'est une constante chez le président de la République, sa difficulté à appréhender les corps intermédiaires dont les associations sont partie intégrante. La lecture de sa "Lettre

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Fraude fiscale : on achève bien les enquêteurs

Selon un rapport du syndicat Solidaires-Finances publiques (1), le montant total de l'évasion fiscale s'élève à 100 milliards d'euros par an. Le ministre de l'Economie et des

Lutte contre l'obsolescence programmée : une association en première ligne

Nos associations sont partout et de tous les combats. Il semble donc naturel d'en trouver une qui fait de la lutte contre l'obsolescence programmée, un objectif de première

15 millions d'euros supplémentaires pour les associations en 2019 ?

C'est le 15 février dernier que le ministre de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, a fait cette annonce. Nous avons attendu presque un mois avant de la relayer afin de

Terre de liens : une association qui a les pieds bien sur terre

Née en 2003, de la convergence de différents réseaux liés à l'éducation populaire, à la finance éthique, à l'économie solidaire, à l'agriculture biologique et biodynamique et au

Pour le collectif ALERTE, les aides sociales ne doivent pas faire l'objet de contreparties

Créé en 1994, le collectif ALERTE (1) n'est pas né du hasard, mais d'un travail de terrain où les associations ont appris à réfléchir ensemble et à agir pour une cause commune qui

Lettre ouverte d'un président à un autre président

Le président de la fédération APAJH (Association pour Adultes et Jeunes Handicapés), M. Jean-Louis Garcia, a choisi d'adresser une lettre ouverte au président de la République.

Premier point sur la feuille de route Vie associative du gouvernement

Le 29 novembre 2018, le secrétaire d'Etat à la vie associative, Gabriel Attal, (1) a présenté la feuille de route (ce qui fait un peu jargon militaire) du gouvernement pour le

2018 : année noire pour les dons aux associations ?

Pour l'année 2017, selon les chiffres de l'association Recherches et Solidarités dans sa 23 ème édition de son enquête "La générosité des Français" (1), le nombre de foyers

Associations : chiffres et mesures utiles pour 2019

En cette fin du mois de janvier, il est utile de recenser toutes les dernières informations qui peuvent être utiles aux associations. Que ce soit la hausse du SMIC, le montant des

La maraude de l'association Le Barreau des Rues

L'association Le Barreau des Rues est née en novembre 2017. C'est sous l'impulsion de l'avocate Anne-Sophie Laguens que l'idée s'est transformée en réalité. Une jeune mère, qui

Découvrir 10 autres articles

Veuillez activer Javascript sur votre navigateur. [ ? ]