05-03-2018  ESS LIBRE

Associations et bénévoles : chaque jour il vous est demandé de justifier votre utilité sociale

S'il n'existe pas encore de consensus sur le terme à employer pour qualifier l'apport des associations à leurs bénéficiaires et à la société (utilité sociale, valeur sociale, impact social, etc.), en revanche nos financeurs institutionnels (ou pas) nous obligent de plus en plus à démontrer les effets réels de notre action sur les bénéficiaires et sur le territoire. Il ne suffit plus de faire ni de le faire savoir, il faut maintenant la preuve de l'utilité de notre savoir-faire.

Ce glissement dans cette nouvelle forme d'exigence est le résultat d'un raisonnement économique que nous connaissons tous par ailleurs. Le "marché" se gargarise de statistiques et d'algorithmes comme si la recherche de la preuve était la preuve elle-même.

Le "marché" quantifie tout, rien n'échappe à sa rapacité. Cela lui permet de spéculer aussi bien sur la découverte d'un gisement de pétrole que sur la valeur du blé. Il n'y a plus de hiérarchie dans les besoins humains, simplement des chiffres, des dates de valeurs, des statistiques et des montants. Tout est mesurable puisque tout se vend.

Jusqu'à là, le secteur associatif était préservé de cette vision utilitariste de l'autre. C'était même, selon certaines enquêtes, la raison pour laquelle de nombreux jeunes cherchaient à travailler au sein de nos structures. Donner un sens à son existence par le choix d'un travail en dehors du libéralisme débridé. Mais sous l'action combinée des "laboratoires d'idées" comme la Fonda et des organismes "au service des associations" comme l'Avise (1), le libéralisme s'est imposé jusque sur nos rivages.

Nous avons longtemps été les seuls à juger sévèrement cette dérive. Nous avons même été largement moqués. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. Mais hélas, le loup libéral est bien dans la bergerie et il a fait des petits en grand nombre.

Nous avons reçu la lettre d'information de la COFAC (Coordination des Fédérations et des Associations de Culture et de Communication) qui est une coordination qui rassemble une vingtaine de fédérations (plus de 40.000 associations) culturelles. Elle pèse donc un certain poids, voire un poids certain. Marie-Claire Martel est la Présidente de la COFAC.

Son édito de mars 2018 est le parfait éclairage de ce que nous dénonçons depuis si longtemps. Bonne lecture.

Les 260 000 Associations culturelles sont très majoritairement dans le champ non lucratif. Elles créent pourtant de l'emploi pour 35% d'entres elles. Elles ne vendent rien. Elles ne distribuent aucun bénéfice monétaire. Cela ne signifie pourtant pas qu'elles ne produisent rien !

Mais voilà leur grand tort : ce qu'elles produisent n'est pas toujours quantifiable et pire encore, pas quantifiable en termes monétaires !

Leur apport à notre société est si protéiforme qu'il faudrait une armée de sociologues, géographes, économistes et statisticiens pour le quantifier, sans même avoir la certitude que l'on aura bien tout regardé.

Or nos projets associatifs sont résolument tournés vers l'action et la fonction des artistes, professionnels ou amateurs, est de créer et non de produire des statistiques.

Prenons simplement deux exemples :
- d'abord celui d'une Association oeuvrant dans le domaine du Patrimoine qui s'implique pour faire revivre un centre bourg ancien. Les retombées touristiques lui seront-elles imputées ?
- La réouverture d'un commerce qui permettra à des dizaines de nos aînés de rester chez eux plutôt que d'aller pendant des années dans un EHPAD et qui générera une non dépense pour la collectivité lui sera-t-elle créditée ? L'implication des bénévoles sera-t-elle reconnue comme ayant contribué au maintien sur le territoire de dizaines de familles ? Cette liste n'est évidemment pas limitative.

Ou encore que dire de l'impact social d'une école de Musique associative ? Elle fait vivre les professeurs et leurs familles, les luthiers du territoire ; entre passé, présent et futur elle diffuse notre patrimoine immatériel et participe de l'émancipation des citoyens de tous âges du territoire ; autour de la pratique artistique elle fait se rencontrer toutes les générations et contribue à combattre l'isolement social.

Mais plus encore le premier impact social des artistes, bénévoles et Associations culturelles est de transformer notre société en civilisation. Quelqu'un peut-il dire le prix de cette transmutation là ?

Marie-Claire Martel
Présidente de la COFAC
Coordination des Fédérations et Associations de Culture


Nous n'avons rien à ajouter à ce constat, sinon que nous nous sentons moins seuls. Merci madame.

En savoir plus
(1) ESS et création de valeur : un petit rapport pour une grande imposture et L'initiative French Impact : une couche de plus sur le mille-feuille social et solidaire

Le site de la COFAC (Coordination des Fédérations et des Associations de Culture et de Communication)

Comment l'Avise "vend" la mesure de notre "utilité sociale"

Comment le LaboESS "vend" la mesure de notre "utilité sociale"

Comment la Fonda, l'Avise et le LaboESS s'unissent pour "vendre" la mesure de notre "utilité sociale" auprès des financeurs et autres décideurs depuis des années

Brève en copie partielle autorisée
Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
Associations et bénévoles : chaque jour il vous est demandé de justifier votre utilité sociale 
S'il n'existe pas encore de consensus sur le terme à employer pour qualifier l'apport des associations à leurs bénéficiaires et à la société (utilité sociale, valeur sociale, impact social, etc.), en revanche nos <a href="https://www.loi1901.com/breves_associatives.php?moteur1=1192" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

Découvrir 10 autres articles



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Le point sur le dispositif Territoire zéro chômeur de longue durée

Le dispositif Territoire zéro chômeur de longue durée a été porté dans sa phase de démarrage par ATD Quart Monde en partenariat avec le Secours catholique, Emmaüs France, Le Pacte

Associations : comment bien préparer l'arrivée du nouveau plan comptable ?

Nous avons écrit plusieurs articles sur le sujet (1). Nous allons, dans celui-ci, vous expliquer comment vous préparer à la mise en place de ce nouveau règlement comptable. Il

Les Associations Intermédiaires sont soumises aux mêmes règles que les autres

Les Associations Intermédiaires sont des structures d'insertion par l'activité économique dont la mise en place date de 1987. Une association intermédiaire est conventionnée par

Que se passe-t-il avec l'Office National des Forêts ?

De très nombreuses associations de défense de l'environnement ou de groupements forestiers ou même d'organisations syndicales des personnels de l'ONF se mobilisent depuis de longs

Le point sur les obligations de sécurité pour les associations sportives

Avec le retour de l'été, les associations sportives sont soumises à rude épreuve. Outre l'accueil de nombre d'adolescents et la gestion des camps de vacances, la question de la

Quel avenir pour les associations d'aide aux familles de personnes disparues ?

Depuis quelques années, le nombre de personnes disparues a tendance à augmenter dangereusement en France. Plus de 68 000 en 2017, dont 49 422 disparitions d'enfants (1), sachant

Chronique d'une mort annoncée : les prud'hommes

Créés le 18 mars 1806 par Napoléon 1er, les conseils de prud'hommes vont-ils disparaître ? Les juges prud'homaux ont le blues. Ils sont en effet convaincus de la "mort programmée"

La refonte du FEAD : quel impact sur les associations ?

Alors qu'elle était encore la ministre des affaires européennes, Nathalie Loiseau avait fait une réponse plutôt positive quant à l'avenir du fonds européen d'aide aux plus

Vers une modification des modalités de dissolution d'une association mise en sommeil ?

Une association n'ayant plus aucune activité est qualifiée d'association mise "en sommeil", alors même que ce terme n'a aucune véritable valeur juridique. De fait, la seule

Les associations sont-elles concernées pas la nouvelle organisation territoriale ?

Le 12 juin 2019, la circulaire relative à la mise en oeuvre de la réforme de l'organisation territoriale de l'Etat a été publiée par le Premier ministre (1). Elle fait suite à

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Le CETA : la mondialisation débridée

Le CETA, est l'accord commercial global signé entre le Canada et l'Union Européenne, et qui en anglais se traduit par Canada-EU Trade Agreement. Négocié en douce depuis 2009, il a

Le Guide de défense du journaliste

J'arrive à un âge, qui sans être déjà canonique, me permet d'avoir le recul nécessaire sur la société française. J'ai vu passé quelques présidents, quelques partis politiques et

CyberHaine : un étrange projet de loi

De très nombreuses associations dont La Quadrature du Net et même le Conseil national du numérique (CNNum) s'inquiètent de la dangereuse dérive que porte en elle la proposition de

La défaite de la musique

La fête de la musique est née le 21 juin 1982, jour symbolique du solstice d'été, le plus long de l'année dans l'hémisphère Nord. Maurice Fleuret, directeur de la musique et de la

Vente des Aéroports de Paris : comme un avion sans aile

De très nombreuses associations nous ont demandé de nous prononcer sur la proposition de loi référendaire intitulée : "Proposition de loi visant à affirmer le caractère de service

Elles ferment sans crier gare

Au début, parce qu'il y a toujours un début à tout, les trains ne s'arrêtent presque plus. Un au petit matin, parfois encore un à midi et puis celui du soir. Difficile alors d'y

Les lapsus des femmes et des hommes politiques

En ce printemps étrangement agité, il est peut-être temps de faire une pause en se penchant sur les lapsus de nos politiques. Le mot d'abord, qui nous vient du latin Labor qui

Quand le nom de ma commune fait rire

Quand on arrive à Vatan (36 150), on peut craindre un accueil polaire. Mais est-ce que la vie est plus drôle à Marans (17 230), plus sexy à Corps Nuds (35 150), plus tendre à

L'Eurovision : une vision de l'Europe ?

J'ai l'âge d'avoir assisté à la retransmission du Grand Prix de l'Eurovision qui a vu la française Marie Myriam l'emporter avec sa chanson "L'oiseau et l'enfant" en 1977. Et je

Pourquoi - petit à petit - la solidarité remplace-t-elle la fraternité ?

Pourquoi - petit à petit - la solidarité remplace-t-elle la fraternité ? La question mérite d'être posée. La fraternité n'est-elle pas l'une des trois composantes de la devise de

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Les associations de taille intermédiaire pourraient disparaître en France

Nous annoncions un plan social de 40 000 emplois dans le secteur associatif dès 2014 (1). Et c'est peu dire que les sourires condescendants ont fusé autour de nous. Nous avons été

Comment lutter contre la déshumanisation des services publics ?

Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a souligné dans son rapport annuel (1) un fait étonnant : sur 140 000 réclamations reçues, 94 % portaient sur la relation des usagers avec

La bonne image des associations auprès des Français

On s'en doutait et les remontées de terrain nous assuraient d'une large adhésion. Mais le lire dans les résultats d'un grand sondage (1) fait du bien. Oui, les Français ont une

Service National Universel : premiers pas et premiers doutes

Dès l'année 2018, de très nombreuses organisations de jeunesse (Fage, Unef, JOC, Animafac, etc.) (1) ont pris position contre le Service National Universel (SNU). Pour ces

Lutte contre l'illettrisme : une urgence absolue dans une société de plus en plus numérique

De l'illettrisme, qui est l'incapacité pour un individu de déchiffrer un texte simple, à l'illectronisme qui désigne les personnes qui sont dans l'incapacité d'utiliser les outils

Quand les assemblées générales deviennent généreuses

Depuis 2009, le site HelloAsso s'est imposé peu à peu dans le paysage associatif français. De la gestion des billetteries à celles des adhésions en passant par le financement

En route vers un coopérativisme de plateforme ?

Comment répondre à la déshumanisation de nos échanges ? Comment contrer les visions destructrices de l'avenir ? Comment échapper au "tous contre tous" pour le profit de quelques

Le Haut-commissaire à l'ESS qui n'aime pas les associations

Il y a visiblement une constante avec les membres de ce gouvernement. Ils n'aiment pas celles et ceux qui osent résister. C'est actuellement le cas avec les enseignants qui ont

Le bénévolat : évolution et tendances fortes 2010 2019

Depuis l'année 2010, France bénévolat (1) nous propose son baromètre de l'évolution du bénévolat (pour les années 2010, 2013, 2016 et 2019). Une réalisation confiée à l'IFOP avec

Et la Nef va : une coopérative qui fait du bien à l'Economie Sociale et Solidaire

Alors que la gouvernance d'une mutuelle comme la Macif pose question (1) tant les rémunérations des dirigeants et administrateurs du groupe ont explosées, il y a des coopératives

Découvrir 10 autres articles