04-04-2023  ESS LIBRE

Quand l'ESS fait la Une de Playboy

Marlène Schiappa est secrétaire d'État chargée de l'Économie sociale et solidaire. Poste qu'elle occupe de façon assez discrète pour ne pas dire plus (1). On sent bien que les associations ne sont pas sa tasse de thé. Sauf peut-être pour avantager certains de ses amis avec une distribution de subventions qui pose aujourd'hui problème. Mme Schiappa ne sert aucune cause sinon la sienne. On imagine donc que sa présence dans le Playboy du 8 avril prochain ne la desservira pas.

Mais pourquoi se gênerait-elle puisque le chef de l'Etat, lui-même, a jugé utile de donner une interview au journal Pif Gadget, plus connu pour ses pois sauteurs que pour la politique de sa ligne éditoriale.

Un mélange des genres qui n'a visiblement qu'un seul objectif : saturé l'espace médiatique pour faire oublier que la France est aujourd'hui en proie à l'une des plus graves crises sociale et démocratique de ces 50 dernières années. Etrange façon de gouverner. L'art de salir la fonction et "en même temps" d'exiger des grévistes un total respect des institutions qui ont été tellement piétinées qu'un 49.3 n'y retrouverait pas ses petits.

Le magazine PlayBoy nous apprend que la secrétaire d'État chargée de l'Économie sociale et solidaire a répondu, en 12 pages, à une interview portant essentiellement sur la liberté des femmes mais aussi le féminisme, la politique et la littérature. Les associations attendront. Il est vrai qu'il n'y a aucune urgence, aucune bronca, rien qui ne justifie que notre secrétaire d'État daigne, même semblant, s'occuper de son ministère.

Avant nous avions Marianne comme symbole de la République. Aujourd'hui nous avons le Fonds Marianne qui est en train de devenir l'un des symboles (il y en a beaucoup d'autres) d'une corruption qui tend à se généraliser. Ce fonds a été créé en réaction à l'assassinat de Samuel Paty. Marlène Schiappa, alors ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, annonçait fièrement la mise à disposition de deux millions d'euros pour promouvoir les valeurs républicaines.

Comment ces fonds ont-ils été utilisés ? Et comment ont-ils été contrôlés ? (2) Malgré l'obstruction du préfet Christian Gravel, en charge du dossier auprès du Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation (CIPDR), qui refusait de communiquer la liste des lauréats, leur nom, ainsi que la ventilation des subventions accordées, des journalistes ont fini par se procurer cette liste. Ainsi, 17 dossiers ont été retenus pour un montant global de 2 017 600 euros.

Si certaines structures n'obtiennent que quelques milliers d'euros, d'autres se voient attribuer plusieurs centaines de milliers d'euros. Enfin, 4 associations se partagent près d'1,3 million d'euros, soit près de la moitié du fonds Marianne. L'une d'entre elles a attiré l'attention des journalistes : l'Union des sociétés d'éducation physique et de préparation au service militaire (USEPPM) nichée en plein coeur du Ier arrondissement de Paris.

C'est une très vieille association créée à la fin du XIXe siècle mais dont l'objet social semble très éloigné de l'appel d'offres. C'est pourtant elle qui décroche le pompon avec 355 000 euros de subvention. L'association s'engage, selon la convention de mise à disposition, "à déployer un contenu multimédia, un message positif de réenchantement des valeurs de la république et un autre en déconstruction des attaques violentes subies par la République".

Pour remplir son cahier des charges, l'association s'appuie sur Mohamed Sifaoui, administrateur de l'association et expert reconnu des questions de radicalisation. La mission a duré, en tout et pour tout, 6 mois avec un bien maigre bilan : un compte Youtube avec 13 vidéos dont la majorité ne dépasse pas les 50 vues, et un compte Instagram avec seulement 138 abonnés. Pas de quoi faire trembler Daech.

L'administrateur explique l'utilisation des fonds par la rémunération d'une dizaine de collaborateurs en CDD et en piges. Mais les journalistes, décidément vraiment trop fouineurs, découvrent que ce ne sont pas dix salariés qui ont été recrutés et rémunérés, mais seulement deux. En revanche, l'association a versé aux 2 administrateurs (Cyril Karunagaran et Mohamed Sifaoui) la coquette somme de 120 000 euros sous la forme de salaires.

Rétributions pourtant contraires aux statuts de l'association, qui précisent que "les membres de l'Union ne peuvent recevoir aucune rétribution à raison des fonctions qui leur sont confiées". Cerise sur le gâteau, les autres membres du bureau ignoraient que de l'argent public avait été attribué ni rien de ses modalités d'utilisation. Un avocat a été saisi afin d'initier une procédure judiciaire à l'encontre des 2 administrateurs qui renâclent, on se demande bien pourquoi, à restituer les archives administratives, comptables, fiscales, de l'association.

La mission de l'USEPPM s'est achevée le 28 février 2022. Les vérifications n'ont débuté qu'après la parution des premiers articles de presse, c'est à dire, il y a moins de deux mois. Les associations subventionnées apprécieront, à sa juste valeur, la mansuétude dont a fait preuve le Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation (CIPDR) à l'égard de l'USEPPM. J'imagine que cela n'a rien à voir avec le fait que le préfet Christian Gravel soit un intime de Mohamed Sifaoui.

Le 29 mars 2023, le secrétariat d'Etat chargé de la Citoyenneté informait la presse, avoir saisi l'inspection générale de l'administration et le ministère de l'intérieur annonçait un signalement au Procureur, au titre de l'article 40 du code de procédure pénale. Tout ça alors que le Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation (CIPDR) vient à peine de commencer ses contrôles par manque des pièces comptables de l'USEPPM. Une accélération qui laisse songeur.

L'anguille serait-elle trop grosse ou la roche trop petite ? Que l'on se rassure, aucune question sur l'utilisation des subventions attribuées par le Fonds Marianne, ne sera posée à Marlène Schiappa dans son interview à Play Boy. Elle n'est là que pour parler de féminisme, dont elle s'est arrogée l'étendard, au grand dam des associations qui font un véritable travail de terrain, loin, très loin des salmigondis d'une bien étrange Secrétaire d'Etat...

En savoir plus
(1) La nomination de Mme Schiappa est une provocation de plus et la confirmation que les associations (outils démocratiques par définition) dérangent ce gouvernement. Pourquoi ? Marlène Schiappa est nommée secrétaire d'Etat chargée de l'ESS et vie associative

(2) Le 29 novembre 2022, une députée interrogeait le ministre de l'intérieur et des outre-mer sur l'attribution des financements du fonds Marianne. Aucune réponse n'a été apportée à ce jour par un ministère qui a tout de même lancé un signalement au Procureur au titre de l'article 40 du code de procédure pénale contre l'USEPPM.
Question écrite publiée au JO le 29/11/2022 au ministre de l'intérieur et des outre-mer

Prévention de la radicalisation : où est l'argent du fonds Marianne ? France2


Brève en copie partielle autorisée
Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
Quand l'ESS fait la Une de Playboy 
Marlène Schiappa est secrétaire d'État chargée de l'Économie sociale et solidaire. Poste qu'elle occupe de façon assez discrète pour ne pas dire plus (1). On sent bien que les associations ne sont pas sa tasse de thé. <a href="https://www.loi1901.com/breves_associatives.php?moteur1=2203" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

Découvrir 10 autres articles



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Le nouveau mode d'emploi complet de la subvention

16-07-2024

Une association déclarée peut bénéficier de subventions versées par l'État, par une collectivité territoriale ou par un établissement public. Certes, c'est de plus en plus

La gouvernance bénévole et l'activité salariée au sein des associations

16-07-2024

En France, entre 1,4 et 1,5 millions d'associations étaient en activité en 2022/2023. Parmi elles, 146 740 associations emploient 1,8 million de salariés, soit près d'un salarié

Panorama associatif numéro 105 : juillet 2024

16-07-2024

Le Panorama associatif de Loi1901 a pour objectif de vous détailler plusieurs mesures qui ne peuvent pas faire l'objet d'un article complet, à l'unité, car trop courtes. Au

Requalification d'un CDD en CDI : nouvelle jurisprudence

09-07-2024

Selon l'article L 1242-12 du Code du Travail (1), un contrat de travail à durée déterminée (CDD) doit être établi par écrit, faute de quoi il est réputé conclu pour une durée

Réduction d'impôt pour dons : la protection animale en question

09-07-2024

L'objet social d'une association ne suffit pas à lui conférer le statut d'organisme à caractère philanthropique. En d'autres termes, même si ses activités peuvent se concevoir

Action de groupe : nouvelle jurisprudence

09-07-2024

L'action de groupe est une procédure de poursuite collective qui permet aux victimes d'un préjudice identique, de la part d'une même entreprise, de se regrouper devant les

Une nouvelle jurisprudence pour les pièces comptables communicables

02-07-2024

La communication des documents relatifs aux comptes et aux subventions accordées aux associations se réfère à l'article 10 de la loi du 12 avril 2000 (1), et pour les documents

Pourquoi et comment valoriser le bénévolat ?

02-07-2024

Près de 13 millions de personnes ont eu des activités bénévoles en 2023, soit presque un ­Français sur quatre. Cette générosité dans le don de temps libre semble importante. Mais

Associations : comment agir devant le juge administratif ?

02-07-2024

Comment déterminer si une association peut ou ne peut pas saisir le juge administratif ? Ce n'est pas qu'une question de droit. Il faut remplir plusieurs conditions pour avoir une

Urgence absolue pour révoquer un président : comment la caractériser ?

25-06-2024

Comment caractériser une urgence absolue ? Prenons un exemple concret : une association dont le président donne des cours de théâtre à de jeunes enfants, reçoit des plaintes de

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Pecunia non olet

16-07-2024

L'empereur romain Vespasien, pour trouver un moyen rapide de renflouer les caisses de l'empire, se trouva dans l'obligation de lever différentes taxes dont une le fit passer à la

La Joconde est définitivement Française

09-07-2024

Par les temps qui courent, posséder la nationalité française peut aider. Alors qu'être double-national n'offre pas des garanties suffisantes, être porteur de notre carte

Descendre à une gare qui n'existe pas

02-07-2024

Il y a parfois, dans la vie, des petits plaisirs qui ne se refusent pas. L'été est enfin là. Un été pas encore trop chaud mais avec parfois quelques gouttes qui viennent nous

Elections législatives : Les acteurs de l'ESS lancent un cri d'alerte

25-06-2024

Fait rarissime, les acteurs de l'Economie Sociale et Solidaire, unanimes, lancent un cri d'alerte face à la menace que fait peser sur l'organisation de la vie civile, la montée de

Peut-on encore s'inscrire sur les listes électorales pour les législatives 2024 ?

18-06-2024

Les 30 juin et 7 juillet prochain auront lieu les élections législatives. Le délai extrêmement court entre la parution du décret 2024-527 du 9 juin 2024 portant convocation des

La dite solution d'une dissolution

11-06-2024

Nous recevons beaucoup de courriers de nos lecteurs. Souvent, il faut bien le reconnaître, c'est pour nous morigéner sur certaines de nos prises de position. Parfois, on nous

1 an de nettoyage social avant les Jeux Olympiques de Paris 2024

04-06-2024

Le 31 octobre 2023, nous avons publié un article intitulé : "Le revers de la médaille". Il s'agissait alors de relayer le cri d'alarme lancé par Médecins du Monde et plus de 70

Dérives sectaires : le renforcement du rôle des associations

28-05-2024

La loi n° 2024-420 du 10 mai 2024 (1) visant à renforcer la lutte contre les dérives sectaires et à améliorer l'accompagnement des victimes, a été publiée au Journal Officiel le

C'est pour la bonne cause

21-05-2024

Le sociologue Simon Cottin-Marx a publié, en septembre 2021, un livre au titre évocateur : "C'est pour la bonne cause" (1). Un ouvrage destiné à penser le travail associatif avec

Protection de l'enfance : hébergement, mentorat, parrainage et mensonges

14-05-2024

Depuis l'entrée en vigueur de la loi du 7 février 2022, dite loi "Taquet", le parrainage et le mentorat sont enfin reconnus et font maintenant partie intégrante du dispositif de

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Financer une association en donnant des jours de congés

16-07-2024

Depuis la loi 2024-344 du 15 avril 2024 (1), il est possible pour un salarié de renoncer à ses jours de congés payés pour en faire don à une association RUP ou d'intérêt général.

Contexte économique et générosité

09-07-2024

Pour les associations et fondations, c'est la saison des premiers bilans. Quid de la générosité de vos donateurs ? Selon le Baromètre 2024 de la générosité Novos-France

Vive la 19ème édition de La France bénévole

02-07-2024

L'édition 2024 de La France bénévole est présentée, pour la 1ère fois, sous une forme synthétique illustrée. Cette nouvelle étude s'appuie sur les résultats des 2 baromètres qui

La 22ème édition du Baromètre de la finance solidaire

25-06-2024

Le 19 juin 2024, l'association FAIR (1) a publié son 22ème baromètre de la finance solidaire. Et c'est une bonne surprise. En effet, l'épargne solidaire poursuit sa progression et

Cautionnement associatif : les recours possibles

18-06-2024

Une association peut-elle se porter caution ? Oui, une personne morale peut aussi se porter caution. Par exemple, une association d'aide aux locataires peut se porter garant en

Financement des associations : le cri d'alarme du CESE

11-06-2024

Le 28 mai 2024, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a adopté à l'unanimité un avis qui alerte (c'est un euphémisme) sur la situation critique des associations.

Certificat de formation à la gestion associative : l'indispensable Sésame

04-06-2024

C'est en 2005, que l'ex Conseil National de la Jeunesse devenu aujourd'hui Conseil d'orientation des politiques de jeunesse (COJ) a souhaité mettre en place une formation

Association syndicale libre : le respect des statuts avant tout

28-05-2024

Bien qu'elles répondent aux mêmes objets que les autres associations syndicales de propriétaires, les associations syndicales libres (ASL) ont un régime de déclaration très proche

La finance solidaire au service des associations

21-05-2024

Qu'est-ce que c'est que la "Finance Solidaire" ? La finance solidaire relie les épargnants qui cherchent à donner du sens à leur argent à des entreprises et associations dont

Faut-il partager la valeur dans les structures de l'ESS ?

14-05-2024

La loi 2023-1107 du 29 novembre 2023 transpose l'accord national interprofessionnel (ANI) sur le partage de la valeur en entreprise (conclu en février 2023 entre les syndicats et

Découvrir 10 autres articles
Abonnez-vous à Lettrasso+