15-01-2013   LIBRE

Le marié était trop belle

De très nombreuses associations nous ont demandé de prendre position sur le mariage pour tous. Nous avons jusqu'à présent refusé pour des raisons de principe. La sphère privée ne nous concerne pas. Et puis soyons juste, il n'y a pas de position à adopter face à ce mariage pour tous.

C'est pour nous simplement une évidence. Si les couples homosexuels souhaitent se marier pour légitimer leur union et assurer une filiation aux enfants adoptés, nous n'y voyons aucun problème. La loi doit être la même pour tous. Un homosexuel paie autant d'impôts qu'un hétérosexuel, il n'y a donc pas à faire de différence sur le reste.

En revanche, ce qui nous gêne, c'est l'utilisation qui est faite par la gauche de ce problème sociétal. Le gouvernement avait la possibilité de faire passer cette loi dès l'été. Les textes étaient prêts et les Français avaient donné une majorité évidente à ce nouveau président. La proposition "ouvrir le droit au mariage et à l'adoption aux couples homosexuels" avait été clairement présentée par le candidat et n'avait soulevé aucune protestation.

Mais le nouveau pouvoir a choisi de repousser le vote de la loi à la fin janvier 2013 en parfaite connaissance de cause. Ce sont les 6 premiers mois d'un pouvoir qui compte. Les socialistes savaient ne pas pouvoir (vouloir ?) mettre en pratique les promesses économiques et sociales du candidat. Garder en réserve la loi du mariage pour tous afin de se racheter une "conduite de gauche" auprès des ses électeurs est un calcul qui laisse beaucoup à désirer sur les véritables intentions de ce nouveau pouvoir...

Car lorsque la gauche n'est plus la gauche, c'est à dire lorsqu'elle a renoncé à toutes les valeurs qui font sa différence avec la droite, la gauche nous fait du sociétal.

Le mariage pour tous est la seule façon que la gauche ait trouvé pour se différencier de la droite. Un bon sujet bien clivant histoire de montrer que les deux approches sont radicalement différentes.

Or, le PS aujourd'hui au pouvoir mène la même politique économique et sociale que l'UMP sous Sarkozy. Pour trouver des différences, il faut chercher beaucoup et se contenter de peu.

Le mariage pour tous est un cache sexe bien pratique pour un gouvernement qui souhaite faire oublier ses renoncements, et encore à la condition de croire que ce dernier ait été obligé de renoncer. On peut aussi très bien imaginer qu'il n'a jamais eu l'intention de tenir la moindre de ses promesses aussi petites fussent-elles. Ce ne serait pas la première fois...

Alors ne nous laissons pas berner par un mariage pour tous qui sous prétexte de clivage n'est rien d'autre que de la poudre aux yeux...

Car dans le même temps, que se passe-t-il en France d'important, rien ?

1. La négociation sur la sécurisation de l'emploi entre partenaires sociaux
Démarrée le 4 octobre 2012, la négociation sur la sécurisation de l'emploi s'est achevée le vendredi 11 janvier sur un projet de texte qui devrait recueillir les signatures de trois syndicats minoritaires : CFDT, CFTC et CGC. Au final, un projet de texte qui propose plus de précarité et plus de liberté pour licencier contre une majoration de 3% de la cotisation d'assurance-chômage des contrats à durée déterminée. On est loin de la "grande négociation" sur l'avenir du travail en France dont les socialistes se vantaient.

2. La menace directe qui pèse sur l'existence du SMIC (voir notre article Le RSA va remplacer le SMIC).

3. L'enterrement de première classe de la fameuse "séparation en deux entités des activités des banques" qui est pourtant une promesse de campagne du candidat Hollande. Le projet de loi qui a été présenté en Conseil des Ministres le 19 décembre 2012 est risible. Alors que tous les économistes s'accordent sur le fait que la crise est l'enfant naturel et donc non reconnu des banques et de leurs jeux de hasard à nos frais, le gouvernement français, sans concertation propose une filialisation microscopique et inutile des opérations dites à risque des banques. Ce projet est donc une règle Volcker (1) ultra-légère, ne concernant qu'une fraction infime de l'activité de la banque (environ 0,5 % d'après un Directeur de BNP-Paribas).

Le projet précise même que la filiale d'investissement peut être une filiale directe de la banque de dépôt, ce qui, en cas de faillite de la première, ne peut qu'imputer automatiquement les fonds propres de la seconde et entraîner sa faillite… (2).

4. La guerre au Mali qui a commencé véritablement depuis le samedi 12 janvier. Guerre visiblement mal préparée qui ne semble pas à ce jour être celle de quelques pauvres soudards à bord de Toyota avec quelques armes. L'ennemi est bien armé contrairement aux attentes des officiers français. Et la résistance s'annonce beaucoup plus difficile à gérer que prévue.

5. La baisse de la rémunération du livret A qui concerne des millions de français. En effet, le taux de rémunération du Livret A va être abaissé à 1,75% au 1er février, contre 2,25% actuellement. L'effet recherché semble être celui de pousser vers les banques et les produits financiers "particuliers", des milliers de français déçus du taux de rémunération. Or, l'épargne du livret A sert essentiellement à la construction de logements sociaux...

6. L'hiver est là, le nombre de places disponibles dans les centres d'hébergement d'urgence n'a pas bougé. Selon le 115, une demande d'hébergement sur deux ne trouve pas de solution. Les fameuses réquisitions ne se feront qu'au compte gouttes. Le choix du gouvernement de s'appuyer sur la loi du 29 juillet 1998 plutôt que sur l'ordonnance du 11 octobre 1945 est une erreur qui risque d'être fatale à de très nombreux SDF. (3)

On continue ?

En savoir plus
(1) La règle Volcker vise à limiter les investissements spéculatifs des banques, considérés comme ayant joué un rôle central dans l'éclatement de la crise financière, et à empêcher les conflits d'intérêts pouvant toucher les banques d'investissement, conseillant à la fois leurs clients et investissant parfois sur leurs fonds propres contre l'intérêt de leurs clients. Paul Volcker, est ex-secrétaire général de la Réserve fédérale américaine.

(2) Les conséquences de ce genre de filialisation sont dramatiques. L'assureur américain AIG, premier assureur mondial (110 Md$ de chiffre d'affaires en 2007, 74 millions de clients dans 130 pays, employant plus de 116 000 salariés), a coulé en 2008 à cause de sa micro-filiale de trading à Londres.

Consulter l'excellent site monadversairecestlafinance.fr pour en savoir plus

(3) Le Dal, citant des chiffres de l'Insee, évalue à 2,39 millions le nombre de logements et locaux vacants dans l'hexagone fin 2012.

Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller sans transformation dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
Le marié était trop belle 
De très nombreuses associations nous ont demandé de prendre position sur le mariage pour tous. Nous avons jusqu'à présent refusé pour des raisons de principe. La sphère privée ne nous concerne pas. Et puis soyons juste, ...  <a href="https://www.loi1901.com/intranet/a_news/index_news.php?Id=1956" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

Découvrir 10 autres articles



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Redressement judiciaire d'une association : ce qu'il faut savoir

Même s'il est souvent mal vécu, le redressement judiciaire n'est pas nécessairement négatif. Il a souvent le mérite de remettre les financeurs et les dirigeants de la structure

L'AAH sera-t-elle intégrée dans le futur revenu universel d'activité ?

La fusion de plusieurs aides sociales au sein du futur revenu universel d'activité (RUA) provoque une véritable inquiétude des associations et des bénéficiaires de l'allocation

PLF 2020 : Le mécénat s'oriente vers une défiscalisation à géométrie variable

C'est la loi Garrot (1) de 2016 qui oblige les grandes et moyennes surfaces à donner leurs invendus plutôt que de les jeter. Les donateurs bénéficient, en contrepartie, d'une

Comment mettre en place le nouveau règlement comptable des associations ?

C'est le dernier article sur ce sujet. Après vous avoir expliqué tous les changements intervenus dans le nouveau règlement comptable des associations (1), voici venu le temps

Etre trésorier d'une association : une obligation peu connue

La loi du 1er juillet 1901 n'impose aucune obligation en matière de comptabilité. Ce qui laisse supposer que la tenue d'une comptabilité n'est pas obligatoire. Le trésorier d'une

Dons aux associations : comment freiner la chute ?

Les chiffres de la Fondation de France sont sans appel : elle rapporte une baisse de 28 % des dons reçus en 2018 par rapport à 2017. La mise cause du remplacement de l'impôt de

Cadeaux aux bénévoles, encaissement des cotisations et autres éclairages associatifs

Le droit évolue par modifications ou ajustements successifs. Et ce qui était autorisé hier ne l'est plus aujourd'hui et inversement. Nous allons présenter 5 situations pour

Exclusion d'un membre d'une association : attention à l'exigence d'impartialité

L'exclusion d'un membre d'une association est une sanction souvent difficile à prendre. Mais une fois la décision prise, il faut non seulement respecter scrupuleusement les règles

Associations : le point juridique de la responsabilité civile et pénale en cas d'accident

Les associations sont, comme les autres personnes morales, soumises à des devoirs et à des obligations. Ceux-ci ne sont pas intangibles. Une jurisprudence nombreuse vient

Tenue d'une AG : les règles qui s'appliquent dans le silence des statuts

De très nombreuses associations construisent leurs statuts à partir de ceux qui sont fournis par les préfectures. Certes, l'essentiel y est. Mais le diable ne se cache-t-il pas

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

L'homme qui a vu l'homme qui a vu l'homme qui regarde le doigt

Quand le sage montre la lune, le sot regarde le doigt. Ce proverbe chinois illustre à merveille mon propos du jour. Comment ne pas voir, à défaut de bien comprendre, que

EuropaCity : une ZAD aux portes de Paris

Alors que la conscience de l'urgence climatique s'éveille peu à peu parmi nos concitoyens, une autre urgence pointe son nez aux portes de Paris : le projet EuropaCity. Urgence de

Rouen : une ville oubliée sous le nuage

Le nuage noir était impressionnant obscurcissant le ciel en quelques minutes. La belle ville de Rouen plongea alors dans une nuit mazoutée sous une pluie de suie. Je m'attendais à

Le revenu universel d'activité expliqué aux enfants

Nous allons bientôt pouvoir donner notre avis sur le revenu universel d'activité, RUA de son petit nom. C'est madame Agnès Buzyn, ministre de la Santé, qui a annoncé le lancement

Smart City : le rêve de Big Brother qui se réalise avec notre consentement

De la Quadrature du Net, association bien connue de nos lecteurs, à la Ligue des droits de l'Homme et la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE), l'inquiétude est de

Il était une fois 28 millions d'euros

Il y a des contes qui ne font pas le compte. A l'issue du grand débat national, le président de la République avait promis un grand plan pour soutenir les associations et

Bonne nuit les petits

Il est plus de minuit dans l'EHPAD Saint-Antoine de Lille, ce 31 août 2019. Tout est calme. Et dans le silence de cette nuit un peu fraîche, une âme légère et discrète s'envole

L'électricité verte est aussi écologique que le parti EELV

Pardonnez-nous ce titre un peu provocateur, surtout si vous êtes écologiste à EELV. Mais la fin des vacances ne passe pas et nous avons besoin de rire un peu. Nous avons eu droit

La grande Histoire dans une petite Courtine

Dans toutes les guerres il y a des histoires incroyables. En ce mois d'août 2019, il nous a semblé utile de vous raconter l'une des aventures les plus extraordinaires de la

Steve est mort

Depuis plus d'un mois fleurissaient sur les murs de la ville de Nantes 3 mots accolés : OùEstSteve. Il en était de même sur les réseaux sociaux et sur les pancartes des

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Les conséquences pour les associations, les communes et les départements de la suppression de la taxe d'habitation

La suppression de la taxe d'habitation représente une perte de ressources pour les communes estimée à plus de 26 milliards d'euros. C'est le rapport "Bur-Richard" (1) qui donne ce

Ils vont privatiser nos routes nationales

Au mois de juin, nous annoncions que la privatisation de nos barrages hydroélectriques était engagée (1). Il s'agit maintenant de privatiser les routes nationales. Un décret,

Budget des sports 2020 : une hausse qui cache mal une baisse

La ministre des sports, Roxana Maracineanu, a présenté le budget de son ministère le 27 septembre dernier. Et c'est avec fierté qu'elle a annoncé, dans le cadre du projet de loi

Pour les associations d'aide aux SDF, la côte d'alerte est dépassée

Elles sont toutes unanimes, les associations qui viennent en aide aux "sans domicile fixe". Le nombre de SDF dans les rues de nos villes a atteint des sommets jamais vus alors

La Bretagne est en deuil : En Envor n'est plus

L'association En Envor était LA plateforme de contenus culturels, scientifiques et éducatifs traitant de l'histoire contemporaine en Bretagne. Sur son site, on pouvait tout aussi

Selon France Générosités : la philanthropie est un projet de vie

France générosités est un syndicat qui représente le secteur de la philanthropie auprès de l'Etat afin de défendre les intérêts de ses membres. Ceux-ci sont, peu ou prou, les plus

Après les faux steaks hachés, les escalopes de poulets gavées d'eau

Après les 1436 tonnes de faux steaks hachés (1) dont 457 tonnes avaient déjà été distribuées aux bénéficiaires des aides sociales via les associations caritatives, ce ne sont pas

Féminicides à quoi va servir le Grenelle violences conjugales ?

Jusqu'en 1994, le meurtre d'une femme par son conjoint ou ex était nommé crime passionnel et bénéficiait d'une certaine mansuétude de la part des juges qui considéraient que la

L'économie de demain se fait son université d'été

Sous le mot dièse #NousSommesDemain se cache un collectif qui a pour projet d'obtenir l'engagement des entreprises à avancer vers la transition écologique et sociale. Vaste

Préconiser l'entrepreneuriat associatif : est-ce bien raisonnable ?

Depuis bien des années, notamment sous l'influence de la Fonda et autres "think tank" libéraux, on sent bien que le modèle associatif dérange. Cette vieille dame de 118 ans

Découvrir 10 autres articles