09-02-2015  ESS LIBRE

L'après Charlie : l'Etat redécouvre l'importance des associations

Nous nous réjouissons des dernières prises de position du gouvernement en ce qui concerne la place des associations dans le maillage républicain du territoire. Il n'est jamais trop tard pour bien faire. Espérons simplement qu'il ne s'agit pas, pour des politiques aguerris du fait, de prolonger par des annonces sans lendemains l'effet Charlie. Ce serait une grave erreur.

La circulaire que le ministre de la Ville (1) a diffusé aux préfets est explicite. Elle demande à ces derniers "en ce moment particulier pour la République", de resserrer le lien social en créant des espaces de dialogue avec les associations situées au plus près du terrain.

Les préfets sont appelés à rencontrer sans délai "tous les acteurs associatifs pour agir et répondre à leurs attentes" (sic). Le but est de valoriser toutes les initiatives positives au sein des quartiers prioritaires puis de les pérenniser dans le volet "cohésion sociale" des contrats de ville.

Un espace de dialogue est effectivement nécessaire. Mais sur quelle base ? En demander encore plus pour toujours moins de subventions, toujours plus de marchés publics et de gouvernance à la mode entreprise ?

En dehors du discours convenu : "lutter contre les risques d'amalgame et de stigmatisation encourus par les habitants des quartiers prioritaires, combattre l'antisémitisme et l'obscurantisme, prévenir les phénomènes de radicalisation", nous ne retiendrons qu'une seule phrase : "comprendre pourquoi de telles dérives sont possibles dans notre pays". La question est bonne.

Nous pourrions proposer plusieurs réponses. Mais nous nous contenterons d'une seule.
Depuis toujours, la jeunesse a besoin de s'investir dans des causes politiques ou humanitaires. Commençons par la guerre d'Espagne, qui en 1936, a vu débarquer à Barcelone, les célèbres "Brigades internationales" qui venaient soutenir la lutte des Républicains contre les rebelles nationalistes. Poursuivons par le Réseau du musée de l'Homme qui est un des premiers mouvements de la Résistance française à l'occupation allemande, lors de la Seconde Guerre mondiale. Le leader, Boris Vildé n'avait que 32 ans et il est mort fusillé par les allemands le 23 février 1942. Survolons les années, 1968 et ses révolutionnaires qui voulaient changer le monde, les années 70 et ses communautés et nous atterrissons dans les années 80 avec le fric à tous les étages. Ce sont ces années là qui ont perdu notre jeunesse. Fin des idéaux, des espoirs, règne de l'individualisme, mise en place d'une Europe qui n'a pas grand chose à voir avec les rêves des Pères fondateurs, l'Euro comme communion, il y a mieux.

Le coeur du problème est là. En quoi la jeunesse, génération après génération, peut-elle croire ? Une profession choisie ? Ce n'est une évidence que pour les enfants de nos élites. Changer le monde ? D'un bout à l'autre de l'échiquier ne règne qu'un sentiment d'impuissance face à des forces qui nous dépassent. Rajoutons un besoin de confort, de facilité, de renoncements et l'on peut facilement comprendre pourquoi de "telles dérives sont possibles dans notre pays".

Alors quand des malins viennent proposer à des jeunes désorientés de s'investir dans des missions humanitaires en Syrie ou ailleurs, le terreau est prêt, l'ensemencement facile, il ne reste plus qu'à l'arroser de bonnes paroles.

Demander aux associations de quadriller le terrain afin de tisser du lien social avec une jeunesse dont les repères sont aux antipodes n'est pas une bonne idée. Ce qu'il faut à nos jeunes (et moins jeunes), c'est du travail. Seul le travail est facteur d'intégration. Tout le reste n'est que vue de l'esprit. Avec un travail rémunéré à sa juste valeur, un jeune peut prendre un appartement et commencer sa vie d'adulte. Sans cela, il traîne en bas des tours à la merci du premier "conteur" venu.

Proposer comme mode d'insertion dans la vie professionnelle, un service civique obligatoire n'est pas une mauvaise idée. Mais elle arrive trop tard. La suppression du service militaire en 1996 (pour de pures raisons comptables) et son non remplacement par un service civil est l'origine du mal. Le pli est pris et nos jeunes n'en sont plus là. Ils ne rêvent pas de servir la soupe populaire dans un service civique obligatoire et gratuit car ils savent que le panier est percé, que rien n'arrêtera jamais la queue des indigents de s'étirer à l'horizon et qu'à leur tour, un jour, ils risquent de se retrouver dans la même file.

Enfin, rappeler les valeurs républicaines est une idée creuse, car ces dernières sont bafouées tous les jours par des politiques toujours plus inégalitaires, toujours plus injustes. Liberté, égalité, fraternité... A qui pouvons nous encore faire croire cela ? Il nous faut admettre une bonne fois pour toute que c'est le monde tel qu'il est qui a enfanté les assassins de Charlie Hebdo.

Pour aider notre jeunesse, il faut changer le monde. Vaste programme...

En savoir plus
(1) Mobilisation des associations pour la citoyenneté - Format PDF

Vers un un service civique élargi plus court et non rémunéré ? Lettrasso du 06-01-2015

Le service civique coûte trop cher ? Lettrasso du 25-11-2014

De la posture à l'imposture, le mentir-vrai de la politique - Lettrasso du 04-11-2014

C'est le prénom qui fait la mention au Bac ? Lettrasso du 28-12-2014

Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller sans transformation dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
L'après Charlie : l'Etat redécouvre l'importance des associations 
Nous nous réjouissons des dernières prises de position du gouvernement en ce qui concerne la place des associations dans le maillage républicain du territoire. Il n'est jamais trop tard pour bien faire. Espérons ...  <a href="https://www.loi1901.com/intranet/a_news/index_news.php?Id=2264" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

Découvrir 10 autres articles



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Assiste-t-on à une baisse significative du budget alloué au Service Civique ?

Visiblement, l'articulation budgétaire entre le Service Civique et le Service National Universel (SNU) semble se dérouler au détriment du premier. Alors même que le SNU n'a pas

Remboursement des frais : les bénévoles sont-ils tous égaux ?

Nous le savons tous, le bénévole qui effectue une dépense pour le compte d'une association peut, et c'est bien normal, demander à cette dernière le remboursement des frais

Panorama législatif des associations pour 2020

Le panorama législatif des associations pour 2020 a-t-il beaucoup changé ? Bien sûr, il y a les augmentations de différents plafonds (sécurité sociale, forfaits divers, etc.).

Associations : attention aux faits reprochés utilisés pour justifier un licenciement

Le licenciement d'un salarié, surtout au sein d'une association de petite taille, n'est pas sans conséquences sur le fonctionnement de la structure. D'autant plus si les faits qui

Travailleurs handicapés : le point sur les nouvelles règles d'embauche

Depuis le 1er janvier 2020, la réforme portée par la loi de septembre 2018 (1) apporte des modifications profondes sur l'obligation d'emploi des travailleurs handicapés (OETH). Si

Le point sur le développement des monnaies locales complémentaires

Les monnaies locales complémentaires et citoyennes (MLCC) sont reconnues par l'autorité de contrôle prudentiel de la Banque de France et par la loi 2014-856 du 31 juillet 2014

Droit au compte bancaire pour les associations et droit de gestion pour les présidents

Les banques sont aujourd'hui toutes puissantes et de très nombreuses associations ont du mal à en trouver une qui accepte de gérer "un compte sans intérêt" comme il a été répondu

Fiscalité des dons : mise au point ministérielle pour 2020

Selon une étude IPSOS pour la fondation des apprentis d'Auteuil, le don moyen pour les foyers assujettis à l'IFI est passé pour la première fois sous la barre des 2 000 euros par

Que se passe-t-il avec la médaille de la jeunesse des sports et de l'engagement associatif ?

C'est par le décret du 18 décembre 2013 (1) que la Médaille de la Jeunesse et des Sports est élargie à l'Engagement Bénévole en faveur de l'intérêt général. Elle est ressentie, à

Présidents d'associations : la mésentente peut entraîner une faute personnelle

Quand la discorde s'installe au sein d'une association, les distensions entre les membres du bureau peuvent déboucher sur des problèmes encore plus graves. Non seulement la

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Le droit de manifester est-il toujours garanti en France ?

Des journaux comme Le Monde ou encore Libération, Le Parisien, etc. commencent à s'interroger : "Le droit de manifester est-il toujours garanti en France ?" Et cette question

Au secours, mon robot de cuisine a été piraté

Ce qui est bien avec mes concitoyens, c'est qu'il y a toujours matière à sourire. Même si parfois, ce sourire bienveillant se transforme en rire jaune. Vous souvenez-vous du

Loi de finances 2020 : quoi de neuf pour les associations ?

Le Mouvement associatif (1) avait, dès la parution du projet de loi de finances pour 2020, tenté de proposer des mesures en faveur des associations. Une demande qui ne pouvait que

Casser le thermomètre ne fait pas baisser la fièvre

Le Registre des Malformations en Rhône-Alpes (REMERA) est une association qui mène une double mission : de santé publique en décrivant l'incidence des malformations congénitales

Quand la ruche dit oui

La ruche qui dit oui est une entreprise commerciale française (Equanum SAS avec un agrément ESUS) issue de l'Économie collaborative au même titre que Uber, Rn&B et autres

Les Sentinelles de la Nature

L'idée est toute simple, encore fallait-il y penser. Nous avons presque tous un smartphone. Nous aimons tous nous promener dans la nature. Et nous sommes tous accablés de

Le baromètre de la fraternité en forte hausse

Les inondations dans le sud de la France nous font découvrir des images de désolation. Entre ceux qui ont tout perdu sauf la vie et ceux qui pleurent un proche disparu, les images

Le coeur des soignants

L'enfant pleure, allongé sur un brancard, dans le couloir neutre du CHU de Rennes. Dans quelques minutes, il sera endormi puis opéré. Ses parents n'ont pas pu l'accompagner

Le projet de Terminal 4 à l'aéroport de Roissy

Lors du sommet climat le 24 septembre 2019 à l'assemblée générale de l'ONU, le président de la République a fait un discours remarquable et remarqué sur les moyens de lutter

Mise au point du ministère de l'intérieur sur l'état du site RIPADP

Avec seulement 900 000 signatures à 128 jours de la date butoir fixée au 12 mars 2020, le Référendum d'initiative partagée peine à faire le plein. Est-ce un signe du désintérêt

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Que serait la France sans ses associations ?

La première qualité du secteur associatif, c'est sa pérennité, qu'il doit à son statut plus que centenaire (119 ans). Une qualité trop souvent moquée ou ringardisée dans une

Le CDD multi-remplacement : pourquoi faire ?

Le 18 décembre 2019 a été publié, au Journal Officiel, le décret n° 2019-1388 chargé de lister les secteurs d'activité autorisés à mettre en oeuvre l'expérimentation du CDD

La campagne 2020 du Fonds pour le développement de la vie associative est lancée

Depuis le décret 2018-460 du 8 juin 2018 relatif au fonds pour le développement de la vie associative, le FDVA se voit confier deux modalités de financement distinctes : le

Les Mutuelles de France appellent à manifester le 17 décembre

La Fédération des Mutuelles de France est née le 31 janvier 1986 d'une scission entre la Fédération Nationale des Mutuelles de Travailleurs et la Fédération Nationale de la

Le rôle des retraités dans les instances dirigeantes des associations

Alors que la réforme des retraites s'avance à pas de loup depuis que la contestation gagne du terrain, il est utile de s'intéresser au rôle des retraités dans les instances

La réforme des retraites : c'est François Fillon qui en parle le mieux

Vous vous demandez sans doute ce que vient faire François Fillon dans la réforme actuelle des retraites. Réforme qui risque bien de mettre des millions de Français dans la rue.

Mesurer l'Impact Social d'une association : une évaluation malaisée et malhonnête

Selon l'Avise, grande papesse du concept d'impact social, "Evaluer son impact social permet de démontrer que son activité est utile pour la société, d'affirmer son identité,

Service civique : les premiers chiffres de la grande enquête d'ampleur 2017-2018

C'est sous l'impulsion de l'Agence du Service Civique que l'INJEP (Institut national de la jeunesse et de l'éducation populaire) a mené la première enquête statistique

BénévaLibre : le logiciel libre et gratuit pour faciliter la gestion des bénévoles

Quelle est la principale ressource d'une association ? Ce sont ses bénévoles naturellement. Et plus ils sont actifs en son sein, et mieux se porte la structure. Le bénévolat, par

Associations : voici une vraie vision décomplexée du malheur des autres

Il y a des jours où la lassitude nous gagne (on devrait dire nous perd) sans que l'on sache exactement pourquoi. La pluie trop forte ou un froid trop vif, une panne de voiture

Découvrir 10 autres articles