02-05-2017  SOCIETE LIBRE

Le bonjour est maintenant payant

"L'amour ne peut plus voyager, il a perdu son messager, c'est lui qui venait chaque jour, les bras chargés de tous mes mots d'amour..." Dans sa chanson, le Facteur, Georges Moustaki nous chante le messager des amoureux, proche de ses "usagers", à pieds, en vélo, en mobylette, en auto. Les PTT avaient quadrillé la France avec ses bureaux et facteurs. Le groupe La Poste invente la désertification et l'offre payante "Veiller sur mes parents."

Bien sûr il fallait trouver, face à l'avènement de la société numérique, un avenir au courrier et du travail pour les 260 000 "collaborateurs" du Groupe la Poste. Mais... il y a la manière.

Veiller sur mes parents : des visites régulières du facteur qui maintiennent le lien social. La Poste propose aux familles qui ont un parent âgé, seul à domicile, de souscrire un abonnement qui donne droit à une visite régulière du facteur. Le tarif, pour 2 visites par semaine, est de 59,90 euros et 94,90 euros pour 4 visites. Forfait à 134,90 euros pour 6 visites par mois. Excellent thermomètre pour mesurer la force de l'amour filiale...

Ainsi, dans sa tournée, en plus des prospectus, des lettres surtaxées qui doivent vraiment arriver, des "suivies" qui arriveront et des ordinaires qui patientent, le facteur se voit affecté, forfaitairement, 6 minutes par visite sur son temps de travail pour "maintenir le lien social" et vérifier si le vieux n'a pas cassé sa pipe, contrat oblige...

Le décret 2010-191 du 26 février 2010 qui transformait La Poste en société anonyme promettait : "Cette transformation ne peut avoir pour conséquence de remettre en cause le caractère de service public national de La Poste. Elle ne change en rien ses missions, dont la distribution du courrier sur tout le territoire et le maintient de ses dix-sept mille points de contact en France." Tout est dans l'euphémisme du terme "points de contact"... Et un de profundis... pour les bureaux de Poste.

La fermeture des bureaux de Poste, des gares, des hôpitaux, des tribunaux transforme la majeur partie de notre pays en désert que les entreprises cherchent à fuir, car l'absence de services publics tue l'emploi plus sûrement que la délocalisation.

Mais oublions un instant les campagnes et tentons de comprendre le fonctionnement de la Poste. Pourquoi une telle répartition des bureaux avec une aussi forte concentration dans les seules très grandes villes ?

Prenons l'exemple d'une ville moyenne : Le Bourget (93) 16 028 habitants et un seul bureau de poste. Et maintenant, le 11ème arrondissement de Paris : 154 647 habitants et 11 bureaux de poste soit un pour 14 000 habitants. La répartition semble logique sauf que... Le Bourget = 2.08 km2 et le 11ème = 3,67 km2. Trouver le bureau de poste du Bourget est autrement plus compliqué que de rater l'un des 11 du 11ème...

Alors, avec cette logique d'un bureau pour 15 000 habitants, on comprend sans peine qu'un gros village de 3000 âmes n'apparaisse même pas dans les radars de cette "société anonyme" en charge de maintenir un "service public national" qui a visiblement perdu le nord.

Mais avec l'offre payante "Veiller sur mes parents", on touche le fond de l'ignominie. Les facteurs ont toujours assumé un rôle social important, particulièrement en milieu rural, un vrai service public de proximité. Ils prenaient, gratuitement gentiment, des nouvelles des personnes, âgées ou pas, lors de leur tournée, ce qui est à l'opposé du modèle rationnel en vigueur partout.

Alors, pour "faciliter" le travail des facteurs et surtout imposer sa rationalisation, la Poste a commencé par implanter des boites aux lettres à distance des maisons. Il était donc logique que la phase d'après soit de faire payer le service qui consiste à recréé ce qui a été supprimé. Cerise sur le gâteau, la Poste joue en plus sur la mauvaise conscience des enfants vis-à-vis de leurs parents vieillissants, "abandonnés" dans la solitude d'une campagne "loin de tout". C'est vraiment dégueulasse !

Comment faire comprendre aux dirigeants de cette société "anonyme" qu'est devenue La Poste, à ces crânes d'oeuf, formés dans nos grandes écoles, biberonnés au marché autorégulateur et à la mondialisation heureuse, comment leur dire que sans violence, sans haine, sans mépris apparent, ils poussent les électeurs dans les bras de Marine Lepen ? Il manque à ces gens l'intelligence du coeur, celle qui ne s'apprend pas.

Bernie Sanders, l'adversaire malheureux de Hillary Clinton lors de la Primaire Démocrate aux USA avait déclaré, en clôture de son dernier meeting : "Tout ce qui nous effrayait du communisme - perdre nos maisons, nos épargnes et être forcé de travailler pour un salaire minable sans avoir de pouvoir politique - s'est réalisé grâce au néolibéralisme. Il est temps de renverser la table."

En savoir plus
Veiller sur mes parents : un service de La Poste



Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller sans transformation dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
Le bonjour est maintenant payant 
"L'amour ne peut plus voyager, il a perdu son messager, c'est lui qui venait chaque jour, les bras chargés de tous mes mots d'amour..." Dans sa chanson, le Facteur, Georges Moustaki nous chante le messager des amoureux, ...  <a href="https://www.loi1901.com/intranet/a_news/index_news.php?Id=2425" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

Découvrir 10 autres articles



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Le lien de subordination au sein d'une association sportive

Le lien de subordination est l'un des éléments constitutifs du contrat de travail, avec bien sûr l'exécution d'une tâche sous l'autorité de l'employeur et la rémunération idoine.

Valorisation de l'action des bénévoles des associations en France

C'est un peu l'Arlésienne des différents gouvernements. Comment valoriser l'engagement bénévole dans les associations ? Vaste sujet qui ne cesse de rebondir en écho, un peu comme

Rupture conventionnelle : la Cour de cassation précise les cas litigieux

L'utilisation de la procédure de rupture conventionnelle reste un moyen prisé par les salariés et les employeurs pour mettre fin au contrat de travail. Et ce, malgré la mise en

Récapitulatif 2019 des nouveautés législatives pour le secteur associatif

En ce début décembre, il est bon de faire le récapitulatif des textes, lois, projets, etc. qui vont impacter la vie associative à partir de 2020. Un florilège 2019 pas toujours

La requalification d'un contrat de travail en mission bénévole : une nouveauté

Jusqu'à présent, la justice nous avait habitué à requalifier des missions de bénévolat en contrat de travail. Ce genre de requalification est même aujourd'hui une pratique

Réunion du bureau d'une association : le procès-verbal est-il obligatoire ?

En règle générale, lorsque l'on consulte les statuts d'une association, la mention "procès-verbal obligatoire après chaque réunion du bureau" n'apparaît que très rarement. Certes,

Bien rédiger le règlement intérieur de son association

Si le contrat d'association est un contrat de droit privé soumis au principe de liberté contractuelle, avec une rédaction libre des statuts, il est impératif que ceux-ci soient

Une association peut-elle sous-louer une salle communale mise à sa disposition ?

Vous pourriez penser que cette question est bien étrange. Or, elle reflète une réalité de plus en plus courante. Cette période de vaches maigres pour les associations, les pousse

La garantie jeunes bientôt cumulable avec une mission de service civique ?

Aujourd'hui, un jeune qui effectue une mission de service civique est exclu de facto du dispositif de la garantie jeunes. Ce qui est souvent très mal vécu par les intéressés et

Jurisprudence 2019 : les obligations d'une association organisatrice d'une manifestation

Que doit faire une association, organisatrice d'une manifestation festive ou pas, pour assurer la sécurité des participants et éviter les risques prévisibles ? La jurisprudence de

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Quand la ruche dit oui

La ruche qui dit oui est une entreprise commerciale française (Equanum SAS avec un agrément ESUS) issue de l'Économie collaborative au même titre que Uber, Rn&B et autres

Les Sentinelles de la Nature

L'idée est toute simple, encore fallait-il y penser. Nous avons presque tous un smartphone. Nous aimons tous nous promener dans la nature. Et nous sommes tous accablés de

Le baromètre de la fraternité en forte hausse

Les inondations dans le sud de la France nous font découvrir des images de désolation. Entre ceux qui ont tout perdu sauf la vie et ceux qui pleurent un proche disparu, les images

Le coeur des soignants

L'enfant pleure, allongé sur un brancard, dans le couloir neutre du CHU de Rennes. Dans quelques minutes, il sera endormi puis opéré. Ses parents n'ont pas pu l'accompagner

Le projet de Terminal 4 à l'aéroport de Roissy

Lors du sommet climat le 24 septembre 2019 à l'assemblée générale de l'ONU, le président de la République a fait un discours remarquable et remarqué sur les moyens de lutter

Mise au point du ministère de l'intérieur sur l'état du site RIPADP

Avec seulement 900 000 signatures à 128 jours de la date butoir fixée au 12 mars 2020, le Référendum d'initiative partagée peine à faire le plein. Est-ce un signe du désintérêt

A Saint-Etienne, souriez vous êtes écouté

On en apprend tous les jours. Alors que le très controversé projet de reconnaissance faciale du gouvernement français, ALICEM (1), fait l'objet d'un recours au Conseil d'Etat pour

Seine Aval : quand le silence cache un désastre écologique absolu

Le 3 juillet 2019 est un jour de grand départ en vacances. Les automobilistes qui roulent sur l'A14 découvre un lourd panache de fumée noire avec à sa base, des flammes

L'homme qui a vu l'homme qui a vu l'homme qui regarde le doigt

Quand le sage montre la lune, le sot regarde le doigt. Ce proverbe chinois illustre à merveille mon propos du jour. Comment ne pas voir, à défaut de bien comprendre, que

EuropaCity : une ZAD aux portes de Paris

Alors que la conscience de l'urgence climatique s'éveille peu à peu parmi nos concitoyens, une autre urgence pointe son nez aux portes de Paris : le projet EuropaCity. Urgence de

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Le rôle des retraités dans les instances dirigeantes des associations

Alors que la réforme des retraites s'avance à pas de loup depuis que la contestation gagne du terrain, il est utile de s'intéresser au rôle des retraités dans les instances

La réforme des retraites : c'est François Fillon qui en parle le mieux

Vous vous demandez sans doute ce que vient faire François Fillon dans la réforme actuelle des retraites. Réforme qui risque bien de mettre des millions de Français dans la rue.

Mesurer l'Impact Social d'une association : une évaluation malaisée et malhonnête

Selon l'Avise, grande papesse du concept d'impact social, "Evaluer son impact social permet de démontrer que son activité est utile pour la société, d'affirmer son identité,

Service civique : les premiers chiffres de la grande enquête d'ampleur 2017-2018

C'est sous l'impulsion de l'Agence du Service Civique que l'INJEP (Institut national de la jeunesse et de l'éducation populaire) a mené la première enquête statistique

BénévaLibre : le logiciel libre et gratuit pour faciliter la gestion des bénévoles

Quelle est la principale ressource d'une association ? Ce sont ses bénévoles naturellement. Et plus ils sont actifs en son sein, et mieux se porte la structure. Le bénévolat, par

Associations : voici une vraie vision décomplexée du malheur des autres

Il y a des jours où la lassitude nous gagne (on devrait dire nous perd) sans que l'on sache exactement pourquoi. La pluie trop forte ou un froid trop vif, une panne de voiture

180 responsables associatifs appellent à renforcer les moyens alloués au service civique

Il faut vouloir lire entre les lignes pour comprendre ce que l'appel des 180 responsables associatifs vise. Avec un titre volontairement provocateur : "Monsieur le Premier

Les conséquences pour les associations, les communes et les départements de la suppression de la taxe d'habitation

La suppression de la taxe d'habitation représente une perte de ressources pour les communes estimée à plus de 26 milliards d'euros. C'est le rapport "Bur-Richard" (1) qui donne ce

Ils vont privatiser nos routes nationales

Au mois de juin, nous annoncions que la privatisation de nos barrages hydroélectriques était engagée (1). Il s'agit maintenant de privatiser les routes nationales. Un décret,

Budget des sports 2020 : une hausse qui cache mal une baisse

La ministre des sports, Roxana Maracineanu, a présenté le budget de son ministère le 27 septembre dernier. Et c'est avec fierté qu'elle a annoncé, dans le cadre du projet de loi

Découvrir 10 autres articles