Tout baisse sauf les droits de la sacem

06-12-2011  LIBRE
Ce n'est pas notre premier article sur ce sujet, mais chaque petite avancée sur la relation entre les associations et la sacem est pour nous un sujet perpétuel d'étonnement, tant cette dernière protège jalousement son monopole et les noisettes qui en découlent...

On le sait tous, les associations organisent régulièrement des manifestations visant à récolter des fonds pour leur fonctionnement.

Or ces manifestations donnent toujours lieu à paiement de droits d'auteur à la SACEM, dont les montants sont parfois extrêmement importants. Ils sont donc difficilement supportables pour les petites associations. Le nombre d'adhérents des associations va en diminuant et les subventions qu'elles reçoivent des collectivités sont pour beaucoup en baisse.

Des mécanismes de forfait libératoire, voire d'exonération complète de ces droits existent dans certains cas (notamment lorsqu'il s'agit de grandes opérations telles que le téléthon) ; aussi ces initiatives à but non lucratif ne sauraient être considérées à l'égal des entreprises de spectacle à caractère commercial.

Comment mettre en place une exonération de ces droits dans des conditions à déterminer certes, mais qui puisse une bonne fois pour toute régler un problème qui n'a que trop duré.

Réponse du ministère publiée au JO le 29/11/2011 (1)
Le code de la propriété intellectuelle reconnaît aux titulaires de droits de la musique que sont les auteurs, les artistes-interprètes et les producteurs des droits patrimoniaux sur leurs oeuvres, prestations ou phonogrammes.

Dans le cas des auteurs, des compositeurs et des éditeurs de musique, c'est la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SACEM) qui gère la perception et la répartition de leurs rémunérations pour leur permettre de poursuivre leurs activités de façon durable et, dès lors, de faire bénéficier le public d'un répertoire élargi et renouvelé.

Les pouvoirs publics ne sont donc pas compétents pour intervenir dans la fixation de la rémunération des titulaires de droits, qui ne constitue en aucun cas une redevance de nature fiscale ou une ressource publique.

La spécificité des associations qui utilisent les oeuvres culturelles dans un but d'intérêt général, notamment dans le domaine social, est cependant prise en compte dans la législation, puisque l'article L. 321-8 du code de la propriété intellectuelle leur réserve un traitement préférentiel lorsqu'elles organisent des manifestations qui ne donnent pas lieu à entrée payante (2).

C'est ce que pratique la SACEM, en vertu de l'article 9 de ses statuts.

Pour les manifestations qui s'inscrivent dans le cadre de la fête de la Musique ou dans celui d'une grande opération de solidarité nationale comme le Téléthon, les auteurs, compositeurs et éditeurs de musique représentés par la SACEM ont volontairement décidé d'abandonner leur rémunération ; la totalité de leur répertoire est donc utilisable gratuitement.

La SACEM délivre également, de façon régulière, une autorisation gratuite lorsque des manifestations sont organisées bénévolement et que l'intégralité de leurs recettes est versée à ces associations comme les Restos du coeur ou l'Association française contre les myopathies.

Le ministère de la culture et de la communication a, néanmoins, demandé à la SACEM, ainsi qu'aux autres sociétés de gestion collective des droits d'auteur et des droits voisins, de poursuivre et d'intensifier leurs efforts de simplification des modalités d'accès aux oeuvres et de modération des rémunérations demandées.

Le 5 octobre 2011, sous le haut patronage du ministre de la culture et de la communication et de la secrétaire d'État à la jeunesse et à la vie associative, la SACEM et 67 fédérations associatives, ainsi que l'Association des maires de France (AMF), ont signé plusieurs accords qui marquent une avancée importante dans la démarche de simplification et d'adaptation des barèmes de droits d'auteur applicables au secteur associatif d'une part, et aux petites municipalités d'autre part, pour la diffusion de musique. (3)

Grâce à l'application de forfaits, les associations organisant bals, concerts, repas en musique, peuvent en une seule démarche déclarer l'événement, connaître immédiatement le montant de la redevance d'auteur, s'en acquitter et éviter des démarches ultérieures, comme par exemple la remise d'un bordereau de recettes.

Le tarif de droits d'auteur appliqué aux petites associations a été adapté en tenant compte de la spécificité économique des associations et de leurs attentes.

Il repose maintenant sur seulement deux critères :
1. le budget des dépenses et le prix d'entrée pour les bals et les concerts ;
2. le nombre prévisionnel de convives et le prix du repas pour les repas en musique.

La mise en oeuvre de ce système garantit aux associations une complète transparence quant aux montants des droits d'auteur à acquitter, ce qui leur permet de les intégrer dans leur budget prévisionnel.

La démarche de simplification et d'adaptation des barèmes et procédures sera poursuivie prochainement par la SACEM, afin de satisfaire au mieux les attentes des associations et communes utilisatrices de son répertoire.

En savoir plus
(1) Question posée par Mme Michèle Delaunay (députée PS - Gironde) à M. le ministre de la culture et de la communication

(2) C'est bien là le problème, car lorsque les associations organisent une manifestation, l'entrée est toujours payante puisque les fonds récoltés servent à financer l'objet de l'association. Alors, arrêtons l'hypocrisie !

(3) Lire notre article Accords entre la Sacem et le secteur associatif pour le paiement des droits d'auteur - Lettrasso du 18-10-2011



Depuis 1999 au service des associations

Communic'Asso : pour communiquer auprès des associations

Logiciel comptable pour associations : Comptasso-win TXA

Votre site internet complet à un prix associatif

Please enable / Bitte aktiviere JavaScript!
Veuillez activer / Por favor activa el Javascript! [ ? ]