Tous nos meilleurs voeux pour 2019

Rédaction en cours ...

Avec mon brin de muguet, j'avais l'air d'un con ma mère

24-05-2016 SOCIETE LIBRE
Le 1er mai 2016, un journaliste américain a parcouru les rues de Paris au sein de la manifestation contre la loi travail. Son récit est intéressant à plus d'un titre. C'est tout d'abord un autre point de vue, mais c'est surtout une vision assez juste de ce qui motive la grande majorité des manifestants. Il nous l'a confié pour publication en assurant nous même la traduction. C'est chose faite. Bonne lecture du récit tout frais de "Mononcledamérique".

Le mois de mai est le mois du muguet. Cette Convallaria majalis est une herbacée vivace qui, selon la légende, fut créée par Apollon, dieu du mont Parnasse, pour en tapisser le sol, afin que ses neuf muses ne s'abîment pas les pieds. Une autre légende murmure même que ce sont les larmes versées par la Vierge Marie au pied de la croix qui auraient donné naissance aux fleurs de muguet en forme de clochettes blanches.

Mais, des Romains aux "barbares" nordiques, le muguet a toujours symbolisé l'arrivée du printemps avec son corollaire de fêtes et de célébrations tourbillonnantes.

C'est Pétain qui lui donnera, le 24 avril 1941, ses lettres de noblesse en l'imposant comme la fleur symbolisant la "fête du Travail et de la Concorde sociale" qu'il fixa au 1er mai, en remplacement de l'églantine rouge que le Front Populaire avait essayé d'imposer pour sa "Fête des travailleurs". Politiquement, ce n'est pas la même chose que de célébrer la "fête du Travail" plutôt que celle des Travailleurs. Travailleurs, cela fait peuple, alors que le travail concerne toutes les classes sociales...

La coutume veut que, du 1er au 31 mai, offrir un brin de muguet est une preuve d'amour. Et c'est ainsi qu'à partir du 1er mai, fleurissent dans les rues des vendeurs à la sauvette et des acheteurs heureux du plaisir réel qu'ils feront pour un prix tout à fait abordable...

Avec mon côté loup solitaire, je n'avais cette année personne à qui offrir mon petit muguet. Mais la coutume se devait d'être respectée et je me suis délesté d'une pièce de 2 euros en échange d'un brin dont l'état oscillait entre le manque d'eau et le manque de nature. Les clochettes étaient déjà de ce jaune pisseux qui laisse augurer une fin prochaine, il fallait faire vite.

Nous étions le 1er mai, le temps sur Paris éparpillait ses nuages, obligeant le soleil à trouver des interstices favorables dans le couvercle ouaté de la marmite parisienne. Et la marmite bouillait... La place de la République était, de visu, noire de monde ou très clairsemée selon la police. Naturellement, tous les manifestants étaient là pour dire leur désaccord avec la loi El Khomri, dite "loi travail" dont c'était visiblement la fête...

A force de déguiser sous le mot réforme, ce qui s'avère être à chaque fois un recul de ses acquis sociaux, le français est devenu méfiant. Il se tapit au fond de son trou et impossible de l'en faire sortir. Mais, visiblement, cette fois-ci la ficelle était tellement grosse que notre français quitta sa tanière pour exprimer, avec toute la gouaille dont il est capable, son opposition à ce qu'il estime être une arnaque.

A ce stade de l'histoire, je dois vous avouer ami lecteur que je suis un étranger. Un bon étranger avec papier et profession et de la bonne couleur cela va sans dire. Je suis un ricain comme vous dites. Et c'est bien le paradoxe de ma présence dans le cortège de ma première manifestation parisienne.

En effet, j'ai lu le projet de "loi travail" et j'avoue mon étonnement face à cette colère de la rue contre un texte qui, s'il était appliqué dans mon pays, serait une avancée sociale extraordinaire. Oui je sais, aux USA, nous partons de bien bas.

Cette didascalie mise à part, poursuivons le récit. J'ai un muguet à offrir moi. J'ai enfoncé mon bonnet noir et mon bouquet à la main, j'ai suivi le flux des manifestants. Nous sommes arrivés non loin de la place de la Nation. J'aime cela en France, le fait que vos places soient à ce point le récit de l'Histoire en marche. Bastille, République, Nation, Charles de Gaulle, Hôtel-de-Ville, Vendôme, Vosges, Concorde... heu non pas Concorde, "l'union des coeurs et des volontés" comme dit votre Larousse n'est pas le point fort de votre beau pays. Et puis, vous y avez raccourci votre dernier roi le 21 janvier 1793. Place de la Concorde... quels farceurs ces français.

A force de discuter avec les uns et les autres dans le cortège, j'en arrive à une étrange conclusion.

L'impression diffuse que les gens ne sont pas là pour lutter contre ce projet de loi, mais à cause de ceux qui le soutiennent. Tout le noeud de l'incompréhension se situe là. Je sens, dans les propos qui me sont tenus, que ce qui ne passe pas n'est pas l'adaptation bonne ou mauvaise de votre droit du travail aux réalités du marché comme dirait notre Obama, mais le fait que ce droit ne sera pas le même pour tous.

Vous voulez bien faire des efforts, mais avec la conscience absolue que tout le monde en fera autant. Or, à partir du moment où certains de vos concitoyens, et non des moindres, puisque du patronat à toute la classe politico-médiatique, ils sont tous pour le texte, vous sentez bien qu'il y a une entourloupe et que ceux qui devront s'adapter seront encore une fois les dindons de la farce.

Et ce dimanche 1er mai, une manifestation de dindons avançait vers la Bastille... Amis français, je ne peux que m'incliner devant votre sens de la justice et celui non moins aiguisé de l'injustice.

Voyez-vous, dans notre pays étoilé, nous allons sans doute élire un homme qui fera passer votre Marine pour une petite gauchiste mal dégrossie et son père pour un VRP breton.

Alors, perdu au milieu de cette foule bigarrée et rieuse, dont les bons mots fusent aussi vite que les pavés, je me suis dit que vous étiez certes un drôle de peuple ingouvernable, mais sacrément gonflé de vouloir continuer, vaille que vaille, à ramer à contre courant du nivellement mondialisé. Il y a, dans ce refus de plier, ce je ne sais quoi que le monde entier vous envie.

Nous avons l'action et vous avez la classe. Nous avons inventé Facebook, vous avez inventé la littérature. Nous avons inventé l'instantané, vous avez inventé la photographie. Nous sommes les rois du film d'action, vous avez inventé le cinéma. Entre nos deux peuples, il y a une différence non pas d'échelle, mais de niveau. Et ce depuis toujours. Ce qui nous met en rage souvent, il faut bien le reconnaître.

En me retournant, j'ai vu des jolies filles rire aux éclats à la tête des CRS, des voitures coincées, des passants outrés, des vélos rigolards, des bus bondés et des terrasses remplies. Tout un pays s'acharner à n'être semblable à aucun autre. J'ai jeté mon brin de muguet que je ne pouvais plus offrir tant sa mine dépitée faisait pitié et je me suis dirigé vers le premier métro en criant "Vive la France" avec mon horrible accent de ricain à la fois jaloux et admiratif. Un vieil arabe que vous appelez "Chibani" s'est approché de moi et m'a serré dans ses bras. Il pleurait le bougre...
Texte de "Mononcledamérique" - Traduit de l'américain par Lettrasso

MonOncledAmérique a également signé, pour Lettrasso, les articles ci-dessous :
Voyage d'un américain en France

Un amerloque se disloque

Que votre aveuglement produit leur cécité



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Prime exceptionnelle défiscalisée : conditions et versements au sein d'une association

Autant la nouvelle prime d'activité, en place depuis le début du mois de janvier, ne concerne pas les employeurs associatifs (c'est la Caisse d'allocations familiales qui en a la

Associations : votre CA peut-il rendre ses décisions par email ou par téléphone ?

Le fonctionnement du Conseil d'administration d'une association est soumis au principe de liberté contractuelle. Cela autorise une association à décider elle-même, dans ses

Réaffectation d'une partie des excédents d'une association au bénéfice d'un tiers : est-ce possible ?

On sait déjà, suite à une décision du Conseil constitutionnel (1), qu'une personne publique ne peut céder un bien à une association, même chargée d'une mission de service public,

Une association déficitaire peut-elle être subventionnée ?

La réponse à cette bonne question pourrait être tout à fait normande : peut-être bien que oui, peut-être bien que non. En fait, la réponse est beaucoup plus complexe qu'il n'y

Vide-grenier, brocante, marché aux puces : les droits d'une association face à sa commune

Vide-grenier, brocante, marché aux puces sont, lorsqu'ils sont organisés par une association, considérés comme une vente au déballage. De ce fait, la manifestation doit faire

Associations : les risques du cofinancement de projets

Pour le dirigeant d'une association, obtenir le cofinancement d'un projet est souvent mission difficile, voire impossible. Surtout si la commune, le département et la région ne

Est-il possible de dénoncer son président auprès de la justice ?

Que faire en cas de découvertes de malversations de la part du président de son association ? Ne rien dire ? Difficile et dangereux. Les dénoncer ? Oui, mais comment ? Déposer

Collectif ou association : différences et points communs avant de se lancer

Se regrouper pour mieux se faire entendre est sans doute une réponse à la surdité des temps. Mais quelle est exactement la forme juridique que doit prendre le groupement :

Le document unique : cette obligation peu connue des petites associations employeurs

Recenser le nombre d'obligations fiscales, sociales, comptables, juridiques, etc. qu'un dirigeant associatif se doit de connaître ressemble aujourd'hui, dans le mille feuilles

Encadrement, par une association, d'un groupe de jeunes en dehors du cercle familial

Que ce soit en colonie de vacances ou en activités extrascolaires, l'association qui prend en charge un groupe de jeunes enfants se doit d'assumer les lourdes responsabilités qui

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Les associations : les oubliées du Grand Débat National

C'est une constante chez le président de la République, sa difficulté à appréhender les corps intermédiaires dont les associations sont partie intégrante. La lecture de sa "Lettre

Le glissement sémantique du politiquement correct des voeux pour 2019

Nous avons des lecteurs formidables. Nous avons reçu, le 2 janvier 2019, un email qu'un abonné nous a envoyé pour nous souhaiter ses meilleurs voeux pour la nouvelle année. Nous

La pétition l'Affaire du Siècle est elle une si bonne affaire ?

Lancer une pétition sur une plateforme spécialisée comme change.org, ou d'autres comme MesOpinions.com, Avaaz.org, etc, permet au pétitionnaire d'assurer à ses signataires la

Qui croire en 2018 ?

Selon la dernière enquête (1), les médias sont l'institution envers laquelle le public international a le plus de défiance. Et c'est bien dommage, car la démocratie ne peut vivre

Dire que tout a commencé avec une promotion sur le Nutella

Au début de l'année 2018, les journaux télévisés ouvraient tous sur des échauffourées, des bousculades et autres mouvements de foule, occasionnés par une promotion sur les pots de

Jaune jaune jaune le gilet, jaune jaune jaune il est

La cinquième République a pris l'habitude de laisser aux manifestations populaires, un triangle compris entre Bastille, Nation et République. Une façon de parquer la colère dans

Pour sept minutes de terreur

Ce lundi 26 novembre à 20 heures 54, la Nasa va essayer de poser l'atterrisseur InSight dans la plaine d'Elysium sur la planète Mars. La descente à travers l'atmosphère durera six

L'effet papillon ou la théorie du chaos

L'effet papillon est une théorie, développée par le météorologue Edward Lorenz, selon laquelle un battement d'ailes de papillon au Brésil peut provoquer une tempête au Texas. En

La mystérieuse disparition de Majorana

Étienne Klein est un philosophe des sciences. Il est aussi directeur du laboratoire de recherche sur les sciences de la matière du Commissariat à l'énergie atomique. Il est

Une petite histoire des villages morts pour la France

Il existe des maires qui ne font jamais campagne et pour cause : ils n'ont pas d'électeurs. Ils sont pourtant maires mais nommés par le préfet. Leur rôle ? Faire vivre et

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Formation des bénévoles : lancement de la campagne nationale FDVA 2019

Comme chaque année depuis 2011, le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) lance l'appel à projets national au titre de la formation des bénévoles tournée vers le

Le compte personnel de formation comptabilisé en euros depuis le 1er janvier 2019

Vous êtes salarié dans une association ou une entreprise ? Alors vous avez sans aucun doute un CPF (compte personnel de formation). Il remplace le DIF (droit individuel à la

La commande publique : bientôt le seul financeur des associations ?

Le 1er avril 2019 entrera en vigueur le nouveau code de la commande publique afin de simplifier et moderniser cette dernière. Basé sur quelques 30 textes utilisés quotidiennement

Le Jaune Budgétaire 2019 en faveur des associations est sorti

Déposées par le Gouvernement auprès du Parlement, et en complément du projet de loi de finances, les annexes générales destinées à l'information et à l'action de contrôle du

Pacte de croissance de l'ESS : des mesurettes pour les associations

Ils sont venus, ils sont tous là pour libérer les énergies des entreprises de l'ESS. François de Rugy, ministre de la Transition écologique et son ombre, Christophe Itier,

Illettrisme et illectronisme, le revers de la médaille d'une société numérique

Si l'illettrisme est l'incapacité de déchiffrer un texte simple, l'illectronisme désigne les personnes qui sont dans l'incapacité d'utiliser les outils numériques. En France,

Gabriel Attal : un Bébé Cadum au chevet des associations

D'un côté, une vieille dame indigne de 117 ans, bougonne et râleuse, mais encore bon pied bon oeil, la loi de 1901. De l'autre côté, un jeune homme de 29 ans, véritable publicité

La vie associative dans les départements

Chaque année, depuis 2015, le Ministère de l'Education Nationale et l'association Recherches et Solidarités publient les principales données chiffrées sur la vie associative de

Mettre en place un mécénat de compétences : le guide

Le mécénat de compétences consiste à mettre à disposition des associations, des collaborateurs sur leur temps de travail pour réaliser des actions d'intérêt général. Un

Quel avenir pour le Fonds européen d'aide aux plus démunis ?

Le Fonds européen d'aide aux plus démunis (FEAD) est destiné à apporter une assistance matérielle à ceux qui en ont besoin. Il a bénéficié d'un budget de 3,8 milliards d'euros

Découvrir 10 autres articles