Avec mon brin de muguet, j'avais l'air d'un con ma mère

24-05-2016 SOCIETE LIBRE
Le 1er mai 2016, un journaliste américain a parcouru les rues de Paris au sein de la manifestation contre la loi travail. Son récit est intéressant à plus d'un titre. C'est tout d'abord un autre point de vue, mais c'est surtout une vision assez juste de ce qui motive la grande majorité des manifestants. Il nous l'a confié pour publication en assurant nous même la traduction. C'est chose faite. Bonne lecture du récit tout frais de "Mononcledamérique".

Le mois de mai est le mois du muguet. Cette Convallaria majalis est une herbacée vivace qui, selon la légende, fut créée par Apollon, dieu du mont Parnasse, pour en tapisser le sol, afin que ses neuf muses ne s'abîment pas les pieds. Une autre légende murmure même que ce sont les larmes versées par la Vierge Marie au pied de la croix qui auraient donné naissance aux fleurs de muguet en forme de clochettes blanches.

Mais, des Romains aux "barbares" nordiques, le muguet a toujours symbolisé l'arrivée du printemps avec son corollaire de fêtes et de célébrations tourbillonnantes.

C'est Pétain qui lui donnera, le 24 avril 1941, ses lettres de noblesse en l'imposant comme la fleur symbolisant la "fête du Travail et de la Concorde sociale" qu'il fixa au 1er mai, en remplacement de l'églantine rouge que le Front Populaire avait essayé d'imposer pour sa "Fête des travailleurs". Politiquement, ce n'est pas la même chose que de célébrer la "fête du Travail" plutôt que celle des Travailleurs. Travailleurs, cela fait peuple, alors que le travail concerne toutes les classes sociales...

La coutume veut que, du 1er au 31 mai, offrir un brin de muguet est une preuve d'amour. Et c'est ainsi qu'à partir du 1er mai, fleurissent dans les rues des vendeurs à la sauvette et des acheteurs heureux du plaisir réel qu'ils feront pour un prix tout à fait abordable...

Avec mon côté loup solitaire, je n'avais cette année personne à qui offrir mon petit muguet. Mais la coutume se devait d'être respectée et je me suis délesté d'une pièce de 2 euros en échange d'un brin dont l'état oscillait entre le manque d'eau et le manque de nature. Les clochettes étaient déjà de ce jaune pisseux qui laisse augurer une fin prochaine, il fallait faire vite.

Nous étions le 1er mai, le temps sur Paris éparpillait ses nuages, obligeant le soleil à trouver des interstices favorables dans le couvercle ouaté de la marmite parisienne. Et la marmite bouillait... La place de la République était, de visu, noire de monde ou très clairsemée selon la police. Naturellement, tous les manifestants étaient là pour dire leur désaccord avec la loi El Khomri, dite "loi travail" dont c'était visiblement la fête...

A force de déguiser sous le mot réforme, ce qui s'avère être à chaque fois un recul de ses acquis sociaux, le français est devenu méfiant. Il se tapit au fond de son trou et impossible de l'en faire sortir. Mais, visiblement, cette fois-ci la ficelle était tellement grosse que notre français quitta sa tanière pour exprimer, avec toute la gouaille dont il est capable, son opposition à ce qu'il estime être une arnaque.

A ce stade de l'histoire, je dois vous avouer ami lecteur que je suis un étranger. Un bon étranger avec papier et profession et de la bonne couleur cela va sans dire. Je suis un ricain comme vous dites. Et c'est bien le paradoxe de ma présence dans le cortège de ma première manifestation parisienne.

En effet, j'ai lu le projet de "loi travail" et j'avoue mon étonnement face à cette colère de la rue contre un texte qui, s'il était appliqué dans mon pays, serait une avancée sociale extraordinaire. Oui je sais, aux USA, nous partons de bien bas.

Cette didascalie mise à part, poursuivons le récit. J'ai un muguet à offrir moi. J'ai enfoncé mon bonnet noir et mon bouquet à la main, j'ai suivi le flux des manifestants. Nous sommes arrivés non loin de la place de la Nation. J'aime cela en France, le fait que vos places soient à ce point le récit de l'Histoire en marche. Bastille, République, Nation, Charles de Gaulle, Hôtel-de-Ville, Vendôme, Vosges, Concorde... heu non pas Concorde, "l'union des coeurs et des volontés" comme dit votre Larousse n'est pas le point fort de votre beau pays. Et puis, vous y avez raccourci votre dernier roi le 21 janvier 1793. Place de la Concorde... quels farceurs ces français.

A force de discuter avec les uns et les autres dans le cortège, j'en arrive à une étrange conclusion.

L'impression diffuse que les gens ne sont pas là pour lutter contre ce projet de loi, mais à cause de ceux qui le soutiennent. Tout le noeud de l'incompréhension se situe là. Je sens, dans les propos qui me sont tenus, que ce qui ne passe pas n'est pas l'adaptation bonne ou mauvaise de votre droit du travail aux réalités du marché comme dirait notre Obama, mais le fait que ce droit ne sera pas le même pour tous.

Vous voulez bien faire des efforts, mais avec la conscience absolue que tout le monde en fera autant. Or, à partir du moment où certains de vos concitoyens, et non des moindres, puisque du patronat à toute la classe politico-médiatique, ils sont tous pour le texte, vous sentez bien qu'il y a une entourloupe et que ceux qui devront s'adapter seront encore une fois les dindons de la farce.

Et ce dimanche 1er mai, une manifestation de dindons avançait vers la Bastille... Amis français, je ne peux que m'incliner devant votre sens de la justice et celui non moins aiguisé de l'injustice.

Voyez-vous, dans notre pays étoilé, nous allons sans doute élire un homme qui fera passer votre Marine pour une petite gauchiste mal dégrossie et son père pour un VRP breton.

Alors, perdu au milieu de cette foule bigarrée et rieuse, dont les bons mots fusent aussi vite que les pavés, je me suis dit que vous étiez certes un drôle de peuple ingouvernable, mais sacrément gonflé de vouloir continuer, vaille que vaille, à ramer à contre courant du nivellement mondialisé. Il y a, dans ce refus de plier, ce je ne sais quoi que le monde entier vous envie.

Nous avons l'action et vous avez la classe. Nous avons inventé Facebook, vous avez inventé la littérature. Nous avons inventé l'instantané, vous avez inventé la photographie. Nous sommes les rois du film d'action, vous avez inventé le cinéma. Entre nos deux peuples, il y a une différence non pas d'échelle, mais de niveau. Et ce depuis toujours. Ce qui nous met en rage souvent, il faut bien le reconnaître.

En me retournant, j'ai vu des jolies filles rire aux éclats à la tête des CRS, des voitures coincées, des passants outrés, des vélos rigolards, des bus bondés et des terrasses remplies. Tout un pays s'acharner à n'être semblable à aucun autre. J'ai jeté mon brin de muguet que je ne pouvais plus offrir tant sa mine dépitée faisait pitié et je me suis dirigé vers le premier métro en criant "Vive la France" avec mon horrible accent de ricain à la fois jaloux et admiratif. Un vieil arabe que vous appelez "Chibani" s'est approché de moi et m'a serré dans ses bras. Il pleurait le bougre...
Texte de "Mononcledamérique" - Traduit de l'américain par Lettrasso

MonOncledAmérique a également signé, pour Lettrasso, les articles ci-dessous :
Voyage d'un américain en France

Un amerloque se disloque

Que votre aveuglement produit leur cécité



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Que se passe-t-il avec l'Office National des Forêts ?

De très nombreuses associations de défense de l'environnement ou de groupements forestiers ou même d'organisations syndicales des personnels de l'ONF se mobilisent depuis de longs

Le point sur les obligations de sécurité pour les associations sportives

Avec le retour de l'été, les associations sportives sont soumises à rude épreuve. Outre l'accueil de nombre d'adolescents et la gestion des camps de vacances, la question de la

Quel avenir pour les associations d'aide aux familles de personnes disparues ?

Depuis quelques années, le nombre de personnes disparues a tendance à augmenter dangereusement en France. Plus de 68 000 en 2017, dont 49 422 disparitions d'enfants (1), sachant

Chronique d'une mort annoncée : les prud'hommes

Créés le 18 mars 1806 par Napoléon 1er, les conseils de prud'hommes vont-ils disparaître ? Les juges prud'homaux ont le blues. Ils sont en effet convaincus de la "mort programmée"

La refonte du FEAD : quel impact sur les associations ?

Alors qu'elle était encore la ministre des affaires européennes, Nathalie Loiseau avait fait une réponse plutôt positive quant à l'avenir du fonds européen d'aide aux plus

Vers une modification des modalités de dissolution d'une association mise en sommeil ?

Une association n'ayant plus aucune activité est qualifiée d'association mise "en sommeil", alors même que ce terme n'a aucune véritable valeur juridique. De fait, la seule

Les associations sont-elles concernées pas la nouvelle organisation territoriale ?

Le 12 juin 2019, la circulaire relative à la mise en oeuvre de la réforme de l'organisation territoriale de l'Etat a été publiée par le Premier ministre (1). Elle fait suite à

Associations : quels types de dons sont autorisés ?

Recevoir un don est, pour une association, suffisamment rare pour être apprécié à sa juste valeur. Et la suppression de l'ISF n'a certes pas aidé à encourager les éventuels

Associations : le point sur la taxe sur les salaires

En principe, les associations bénéficient d'un abattement (20 835 euros pour la taxe due au titre de 2019) qui permet à de nombreuses structures de ne pas devoir acquitter la taxe

Exclure un membre d'une association : toute la jurisprudence

Il y a plusieurs façons d'exclure un membre d'une association. Mais même pour des raisons graves et légitimes, ce qui peut constituer une mesure d'urgence, la procédure à mettre

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Le CETA : la mondialisation débridée

Le CETA, est l'accord commercial global signé entre le Canada et l'Union Européenne, et qui en anglais se traduit par Canada-EU Trade Agreement. Négocié en douce depuis 2009, il a

Le Guide de défense du journaliste

J'arrive à un âge, qui sans être déjà canonique, me permet d'avoir le recul nécessaire sur la société française. J'ai vu passé quelques présidents, quelques partis politiques et

CyberHaine : un étrange projet de loi

De très nombreuses associations dont La Quadrature du Net et même le Conseil national du numérique (CNNum) s'inquiètent de la dangereuse dérive que porte en elle la proposition de

La défaite de la musique

La fête de la musique est née le 21 juin 1982, jour symbolique du solstice d'été, le plus long de l'année dans l'hémisphère Nord. Maurice Fleuret, directeur de la musique et de la

Vente des Aéroports de Paris : comme un avion sans aile

De très nombreuses associations nous ont demandé de nous prononcer sur la proposition de loi référendaire intitulée : "Proposition de loi visant à affirmer le caractère de service

Elles ferment sans crier gare

Au début, parce qu'il y a toujours un début à tout, les trains ne s'arrêtent presque plus. Un au petit matin, parfois encore un à midi et puis celui du soir. Difficile alors d'y

Les lapsus des femmes et des hommes politiques

En ce printemps étrangement agité, il est peut-être temps de faire une pause en se penchant sur les lapsus de nos politiques. Le mot d'abord, qui nous vient du latin Labor qui

Quand le nom de ma commune fait rire

Quand on arrive à Vatan (36 150), on peut craindre un accueil polaire. Mais est-ce que la vie est plus drôle à Marans (17 230), plus sexy à Corps Nuds (35 150), plus tendre à

L'Eurovision : une vision de l'Europe ?

J'ai l'âge d'avoir assisté à la retransmission du Grand Prix de l'Eurovision qui a vu la française Marie Myriam l'emporter avec sa chanson "L'oiseau et l'enfant" en 1977. Et je

Pourquoi - petit à petit - la solidarité remplace-t-elle la fraternité ?

Pourquoi - petit à petit - la solidarité remplace-t-elle la fraternité ? La question mérite d'être posée. La fraternité n'est-elle pas l'une des trois composantes de la devise de

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Comment lutter contre la déshumanisation des services publics ?

Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a souligné dans son rapport annuel (1) un fait étonnant : sur 140 000 réclamations reçues, 94 % portaient sur la relation des usagers avec

La bonne image des associations auprès des Français

On s'en doutait et les remontées de terrain nous assuraient d'une large adhésion. Mais le lire dans les résultats d'un grand sondage (1) fait du bien. Oui, les Français ont une

Service National Universel : premiers pas et premiers doutes

Dès l'année 2018, de très nombreuses organisations de jeunesse (Fage, Unef, JOC, Animafac, etc.) (1) ont pris position contre le Service National Universel (SNU). Pour ces

Lutte contre l'illettrisme : une urgence absolue dans une société de plus en plus numérique

De l'illettrisme, qui est l'incapacité pour un individu de déchiffrer un texte simple, à l'illectronisme qui désigne les personnes qui sont dans l'incapacité d'utiliser les outils

Quand les assemblées générales deviennent généreuses

Depuis 2009, le site HelloAsso s'est imposé peu à peu dans le paysage associatif français. De la gestion des billetteries à celles des adhésions en passant par le financement

En route vers un coopérativisme de plateforme ?

Comment répondre à la déshumanisation de nos échanges ? Comment contrer les visions destructrices de l'avenir ? Comment échapper au "tous contre tous" pour le profit de quelques

Le Haut-commissaire à l'ESS qui n'aime pas les associations

Il y a visiblement une constante avec les membres de ce gouvernement. Ils n'aiment pas celles et ceux qui osent résister. C'est actuellement le cas avec les enseignants qui ont

Le bénévolat : évolution et tendances fortes 2010 2019

Depuis l'année 2010, France bénévolat (1) nous propose son baromètre de l'évolution du bénévolat (pour les années 2010, 2013, 2016 et 2019). Une réalisation confiée à l'IFOP avec

Et la Nef va : une coopérative qui fait du bien à l'Economie Sociale et Solidaire

Alors que la gouvernance d'une mutuelle comme la Macif pose question (1) tant les rémunérations des dirigeants et administrateurs du groupe ont explosées, il y a des coopératives

Vers une remise en cause des frais bancaires appliqués par les banques ?

Au mois de février dernier, une étude menée par l'association 60 millions de consommateurs et par l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF), a révélé la mise en place

Découvrir 10 autres articles