Contrat de volontariat associatif

29-05-2006
Les sénateurs ont adopté le mardi 9 mai 2006, en deuxième lecture, le projet de loi relatif au volontariat associatif et à l’engagement éducatif. Ce texte n’a subi aucune modification, conformément à la volonté du gouvernement, par rapport à la version précédente adoptée par les députés. Le projet de loi relatif au volontariat associatif et à l’engagement éducatif est donc adopté définitivement.

Ce contrat est un contrat écrit qui organise une collaboration désintéressée entre l’organisme agréé et la personne volontaire. Il ne relève pas, sauf dispositions contraires prévues par la présente loi, des règles du code du travail. Le contrat de volontariat n’emporte pas de lien de subordination juridique. Il est conclu pour une durée limitée.

Ce contrat a pour objet l’accomplissement d’une mission d’intérêt général n’entrant pas dans le champ d’application de la loi n° 2005-159 du 23 février 2005 (relative au contrat de volontariat de solidarité internationale et revêtant un caractère philanthropique, éducatif, scientifique, social, humanitaire, sportif, familial, culturel ou concourant à la mise en valeur du patrimoine artistique, à la défense de l’environnement naturel, à la défense des droits ou à la diffusion de la culture, de la langue française et des connaissances scientifiques...).

IMPORTANT
Un organisme agréé ne peut conclure de contrat de volontariat si les missions confiées à la personne volontaire ont été précédemment exercées par un de ses salariés dont le contrat de travail a été rompu dans les six mois précédant la date d’effet du contrat de volontariat.

Une indemnité, dont le montant est prévu par le contrat, est versée par l’organisme agréé à la personne volontaire. Le montant maximum de cette indemnité est fixé par décret. Cette indemnité n’a pas le caractère d’un salaire ou d’une rémunération. Elle n’est pas soumise à l’impôt sur le revenu, ni assujettie aux cotisations et contributions sociales pour ce qui concerne le volontaire. Les conditions dans lesquelles l’indemnité est versée au volontaire associatif sont fixées dans le contrat.

L’association de droit français ou la fondation reconnue d’utilité publique qui souhaite faire appel au concours de personnes volontaires dans les conditions prévues par la présente loi doit être agréée par l’État. Cet agrément est délivré par le ministre chargé de la vie associative ou par l’autorité administrative compétente pour une durée déterminée, au vu notamment des motifs du recours au volontariat, de la nature des missions confiées aux personnes volontaires et de la capacité de l’organisme à assurer leur prise en charge. Un décret en Conseil d’État fixe les conditions d’octroi et de retrait de cet agrément.

En savoir plus
LOI n° 2006-586 du 23 mai 2006 relative au volontariat associatif et à l’engagement éducatif



Depuis 1999 au service des associations

Communic'Asso : pour communiquer auprès des associations

Logiciel comptable pour associations : Comptasso-win TXA

Votre site internet complet à un prix associatif