28-05-2018  ESS LIBRE

Pourquoi mesurer l'utilité sociale des associations ?

Nous avons publié quelques articles sur ce sujet (1) et le moins que l'on puisse dire, c'est que les dents ont grincé dans le landerneau. Et voici que le "Mouvement associatif", qui se revendique être le représentant des associations, sort un numéro entièrement consacré à l'évaluation, l'impact social et l'utilité sociale de nos structures. Lancer un débat est une très bonne chose. Raison de plus pour lire cette publication afin de bien comprendre les enjeux.

L'édito du président du Mouvement associatif, Philippe Jahshan, donne le ton. "Il nous faut être en capacité de rendre compte de ce que l’on entreprend, de ce que l’on permet et de ce que l’on produit."

Bien sûr, nous ne pouvons qu'être d'accord avec cette affirmation. De même que nous sommes (en principe) tous opposés à la guerre, nous pouvons tous comprendre la nécessité de rendre des comptes. Philippe Jahshan n'échappe pas aux phrases redondantes et ronflantes comme "Etre exemplaire, c’est avoir le souci permanent de l’exigence pour renforcer ses savoir-faire, son savoir être et son savoir interagir."

Par moment, l'homme touche du doigt le fond du problème, mais sans en comprendre la portée. Par exemple : "En ce sens dissocier les enjeux de l’évaluation de ceux du financement du projet apparaît d’autant plus nécessaire sans compter que cela permet de ne pas biaiser l’exercice et instrumentaliser l’analyse de celui qui évalue et la posture de celui qui est objet de l’évaluation." Réflexion très juste si ce n'est qu'il suffit d'un rendez-vous avec un financeur pour comprendre que le financement dépend de plus en plus des résultats d'une évaluation aux obscurs contours.

Car nous en sommes là. Du conseiller départemental au responsable communal, l'évaluation des actions menées est devenue l'alpha et l'oméga des cordons de la bourse. A croire qu'elle est utilisée pour ne pas avoir à les desserrer. Evaluer l'impact d'une action quand une subvention peut être retirée sans autre explication que la contrainte budgétaire ressemble à un mauvais gag.

Lire en page 7, sous le titre "L’évaluation, révélateur de l’invisible" peut prêter à rire. Le texte qui suit ne fait plus rire du tout : "En effet, passer d’une culture de l’intuitif à une culture de la preuve, travailler à révéler l’invisible permet aux bénévoles, salariés, volontaires et administrateurs investis dans une association, de donner du sens à leur action et de mieux identifier comment ils contribuent à faire vivre le projet associatif qu'ils ont défini collectivement."

Sait-il, l'auteur de cette phrase, comment fonctionne une association de moins de 11 salariés et combien le temps des bénévoles est à ce point contracté qu'ils baissent les bras les uns après les autres ? A-t-il déjà assisté à une AG lorsqu'il faut élire un nouveau CA et que personne ne se présente ? Non, il ne le sait pas car il ne traite que des associations/entreprises dont le budget ressemble à celui d'une solide PME.

Or, ces structures là ne représentent que 5% du secteur associatif. Et le problème est posé. Pourquoi demander à l'immense majorité des associations qui font le lien social de ce pays d'avoir à fonctionner comme les quelques unes qui sont très éloignées de nos situations quotidiennes ? Un peu plus loin, dans le même texte, on trouve ceci : "Dans cet esprit, penser l’évaluation dans le cadre d’une démarche globale d’amélioration continue prenant en compte l’ensemble des pratiques de son association peut être un moteur puissant de renforcement d’une dynamique associative (gouvernance, spécificités des parties prenantes, RH, bénévoles et salariés etc.). " Que le lecteur qui possède un service RH au sein de sa structure lève la main...

Pour conclure, je laisserai la parole à la sociologue Delphine Vincenot qui écrit, page 11, un texte avec lequel nous sommes en parfait accord. "Aussi, ce concept de mesurer l’utilité sociale est-il à double tranchant. Il résonne avec l’envie de mettre au c½ur des préoccupations le sens de l’activité associative. Mais il répond aussi à une injonction à prouver son efficacité à court terme, pour faire vitrine des résultats obtenus, non pas à démontrer son efficacité sur des processus issus d'un travail de longue haleine." Nous pourrions signer son intervention (pages 10 et 11) des deux mains.

Il faut savoir que le numéro 27 de la vie associative est financé par la Fondation du Crédit Coopératif dirigé par M. Hugues Sibille qui est aussi président du Labo ESS, président du Comité Français sur l'investissement à impact social (Social Impact Bonds) et j'en passe. N'en déduisez pas pour autant que cette revue est orientée, ce serait pure folie.

En savoir plus
Le numéro 27 de la vie associative

(1) L'initiative French Impact : une couche de plus sur le mille-feuille social et solidaire et ESS et création de valeur : un petit rapport pour une grande imposture

Brève en copie partielle autorisée
Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
Pourquoi mesurer l'utilité sociale des associations ?  
Nous avons publié quelques articles sur ce sujet (1) et le moins que l'on puisse dire, c'est que les dents ont grincé dans le landerneau. Et voici que le "Mouvement associatif", qui se revendique être le représentant <a href="https://www.loi1901.com/breves_associatives.php?moteur1=1251" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

Découvrir 10 autres articles



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Que se passe-t-il avec l'Office National des Forêts ?

De très nombreuses associations de défense de l'environnement ou de groupements forestiers ou même d'organisations syndicales des personnels de l'ONF se mobilisent depuis de longs

Le point sur les obligations de sécurité pour les associations sportives

Avec le retour de l'été, les associations sportives sont soumises à rude épreuve. Outre l'accueil de nombre d'adolescents et la gestion des camps de vacances, la question de la

Quel avenir pour les associations d'aide aux familles de personnes disparues ?

Depuis quelques années, le nombre de personnes disparues a tendance à augmenter dangereusement en France. Plus de 68 000 en 2017, dont 49 422 disparitions d'enfants (1), sachant

Chronique d'une mort annoncée : les prud'hommes

Créés le 18 mars 1806 par Napoléon 1er, les conseils de prud'hommes vont-ils disparaître ? Les juges prud'homaux ont le blues. Ils sont en effet convaincus de la "mort programmée"

La refonte du FEAD : quel impact sur les associations ?

Alors qu'elle était encore la ministre des affaires européennes, Nathalie Loiseau avait fait une réponse plutôt positive quant à l'avenir du fonds européen d'aide aux plus

Vers une modification des modalités de dissolution d'une association mise en sommeil ?

Une association n'ayant plus aucune activité est qualifiée d'association mise "en sommeil", alors même que ce terme n'a aucune véritable valeur juridique. De fait, la seule

Les associations sont-elles concernées pas la nouvelle organisation territoriale ?

Le 12 juin 2019, la circulaire relative à la mise en oeuvre de la réforme de l'organisation territoriale de l'Etat a été publiée par le Premier ministre (1). Elle fait suite à

Associations : quels types de dons sont autorisés ?

Recevoir un don est, pour une association, suffisamment rare pour être apprécié à sa juste valeur. Et la suppression de l'ISF n'a certes pas aidé à encourager les éventuels

Associations : le point sur la taxe sur les salaires

En principe, les associations bénéficient d'un abattement (20 835 euros pour la taxe due au titre de 2019) qui permet à de nombreuses structures de ne pas devoir acquitter la taxe

Exclure un membre d'une association : toute la jurisprudence

Il y a plusieurs façons d'exclure un membre d'une association. Mais même pour des raisons graves et légitimes, ce qui peut constituer une mesure d'urgence, la procédure à mettre

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Le CETA : la mondialisation débridée

Le CETA, est l'accord commercial global signé entre le Canada et l'Union Européenne, et qui en anglais se traduit par Canada-EU Trade Agreement. Négocié en douce depuis 2009, il a

Le Guide de défense du journaliste

J'arrive à un âge, qui sans être déjà canonique, me permet d'avoir le recul nécessaire sur la société française. J'ai vu passé quelques présidents, quelques partis politiques et

CyberHaine : un étrange projet de loi

De très nombreuses associations dont La Quadrature du Net et même le Conseil national du numérique (CNNum) s'inquiètent de la dangereuse dérive que porte en elle la proposition de

La défaite de la musique

La fête de la musique est née le 21 juin 1982, jour symbolique du solstice d'été, le plus long de l'année dans l'hémisphère Nord. Maurice Fleuret, directeur de la musique et de la

Vente des Aéroports de Paris : comme un avion sans aile

De très nombreuses associations nous ont demandé de nous prononcer sur la proposition de loi référendaire intitulée : "Proposition de loi visant à affirmer le caractère de service

Elles ferment sans crier gare

Au début, parce qu'il y a toujours un début à tout, les trains ne s'arrêtent presque plus. Un au petit matin, parfois encore un à midi et puis celui du soir. Difficile alors d'y

Les lapsus des femmes et des hommes politiques

En ce printemps étrangement agité, il est peut-être temps de faire une pause en se penchant sur les lapsus de nos politiques. Le mot d'abord, qui nous vient du latin Labor qui

Quand le nom de ma commune fait rire

Quand on arrive à Vatan (36 150), on peut craindre un accueil polaire. Mais est-ce que la vie est plus drôle à Marans (17 230), plus sexy à Corps Nuds (35 150), plus tendre à

L'Eurovision : une vision de l'Europe ?

J'ai l'âge d'avoir assisté à la retransmission du Grand Prix de l'Eurovision qui a vu la française Marie Myriam l'emporter avec sa chanson "L'oiseau et l'enfant" en 1977. Et je

Pourquoi - petit à petit - la solidarité remplace-t-elle la fraternité ?

Pourquoi - petit à petit - la solidarité remplace-t-elle la fraternité ? La question mérite d'être posée. La fraternité n'est-elle pas l'une des trois composantes de la devise de

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Comment lutter contre la déshumanisation des services publics ?

Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a souligné dans son rapport annuel (1) un fait étonnant : sur 140 000 réclamations reçues, 94 % portaient sur la relation des usagers avec

La bonne image des associations auprès des Français

On s'en doutait et les remontées de terrain nous assuraient d'une large adhésion. Mais le lire dans les résultats d'un grand sondage (1) fait du bien. Oui, les Français ont une

Service National Universel : premiers pas et premiers doutes

Dès l'année 2018, de très nombreuses organisations de jeunesse (Fage, Unef, JOC, Animafac, etc.) (1) ont pris position contre le Service National Universel (SNU). Pour ces

Lutte contre l'illettrisme : une urgence absolue dans une société de plus en plus numérique

De l'illettrisme, qui est l'incapacité pour un individu de déchiffrer un texte simple, à l'illectronisme qui désigne les personnes qui sont dans l'incapacité d'utiliser les outils

Quand les assemblées générales deviennent généreuses

Depuis 2009, le site HelloAsso s'est imposé peu à peu dans le paysage associatif français. De la gestion des billetteries à celles des adhésions en passant par le financement

En route vers un coopérativisme de plateforme ?

Comment répondre à la déshumanisation de nos échanges ? Comment contrer les visions destructrices de l'avenir ? Comment échapper au "tous contre tous" pour le profit de quelques

Le Haut-commissaire à l'ESS qui n'aime pas les associations

Il y a visiblement une constante avec les membres de ce gouvernement. Ils n'aiment pas celles et ceux qui osent résister. C'est actuellement le cas avec les enseignants qui ont

Le bénévolat : évolution et tendances fortes 2010 2019

Depuis l'année 2010, France bénévolat (1) nous propose son baromètre de l'évolution du bénévolat (pour les années 2010, 2013, 2016 et 2019). Une réalisation confiée à l'IFOP avec

Et la Nef va : une coopérative qui fait du bien à l'Economie Sociale et Solidaire

Alors que la gouvernance d'une mutuelle comme la Macif pose question (1) tant les rémunérations des dirigeants et administrateurs du groupe ont explosées, il y a des coopératives

Vers une remise en cause des frais bancaires appliqués par les banques ?

Au mois de février dernier, une étude menée par l'association 60 millions de consommateurs et par l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF), a révélé la mise en place

Découvrir 10 autres articles